Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"I'll show you the way back home" [Sasha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: "I'll show you the way back home" [Sasha] Mer 19 Mar - 19:14


"I'll show you

the way back home"


▽ Sasha & Azrael

Nonchalamment appuyé contre un mur, un verre à la main dont il fait paresseusement tourbillonner le contenu, Azrael observe la silhouette rousse de Sasha sortir de la pièce où quelques Serpentards ont décidé de faire une petite soirée, comme une réplique à celles que font les Maraudeurs ce même soir de la fin mars. La raison de la présence du russe ici ? Et bien, elle est toute simple : lui n'est pas venu pour s'amuser, mais pour se montrer. Il fait partie de l'Elite après tout, au même titre que sa cousine, et ça, aucun Vert et Argent n'est autorisé à l'oublier, quand bien même ils feraient la fête. Le Durmstrang était donc venu faire sa petite apparition il y a une dizaine de minutes, y croisant Luz juste le temps d'échanger quelques paroles. Elle s'était ensuite retirée, soit disant pour aller travailler ses Aspics, ce dont elle n'a pas plus besoin que lui. Soit, il n'en avait rien dis. Sauf que sa cousine, venait de réapparaître très brièvement, juste le temps d'échanger quelques mots avec un autre élève -un simple deuxième année- et de disparaître à nouveau dans le dédale de couloirs que sont les cachots... Bien que son expression ne laisse percevoir qu'un air légèrement pensif, le russe est intrigué. Où va-t-elle comme cela, avec tant d'empressement ? En lui mentant pour qu'il la pense en train de travailler ses Aspics ? D'autres auraient pu penser à une simple coïncidence, à un changement de plan de dernière minute... Pas Azrael. Il y a trop d'éléments, trop de détails étranges et suspicieux, ces derniers temps, pour que tout cela ne soit du qu'au hasard. Et s'il a laissé coulé, la laissant faire le deuil de son petit frère, mort par ''accident'', lui-même occupé à d'autres choses, il est à présent temps d'avoir des réponses à toutes les interrogations, tous les mystères qui se trament. Beaucoup de choses se sont passées, depuis leur dernière véritable conversation, et cela en mérite une nouvelle. Forcée, s'il le faut... Puisque, même si Sasha cherchait visiblement à l'éviter, ces dernières semaines, il ne la laissera pas faire, plus cette fois-ci.

Finissant donc son verre de vodka a moitié plein d'un trait, sans même prendre la peine de grimacer, le Serpent abandonne le récipient sur la table la plus proche pour se frayer un chemin à travers le groupe de fêtards. Le froid humide des cachots l'assaille dès qu'il a refermé la porte de la salle derrière lui, mais il ne s'en préoccupe aucunement, tournant la tête de chaque côté pour voir par où est passé Sasha. Un flash de cheveux roux, brillant à la lueur d'une torche disparaît sur la droite du sombre corridor, partant vers les étages. Il la suit, à distance suffisante pour ne pas se faire voir, mais pour ne pas non plus la perdre de vue, profitant des ombres pour mieux s'y camoufler sans se faire voir. Se balader la nuit sans se faire voir ? Suivre quelqu'un ? Il en a déjà eu l'occasion de nombreuses fois, en a même l'habitude. Bien que, généralement, il s'agisse plus de... traque. Et pas dans un but informatif comme ce soir-là. Non, cette fois, Azrael est bien décidé à suivre sa cousine pour découvrir où elle peut bien se rendre ainsi, en cachette. La conversation s'ensuivrait soit dès que ce serait fait, soit le lendemain, mais une chose est sûr : elle sera inévitable. Et il y a bien des choses dont les deux russes devront parler. Des fiançailles de Sasha avec Rabastan Lestrange à la mort -légèrement suspecte- de son petit frère, en passant évidemment par son attitude étrange des derniers temps. Quelle cache derrière cette solitude soit-disant recherchée pour faire son deuil. Certes, Azrael ne doute pas que ce doit être douloureux, il le sait même, connaît cette douleur qu'elle doit ressentir... Mais les regards rêveurs qu'il la surprend lancer par la fenêtre lorsqu'elle pense ne pas être observée n'entre pas vraiment dans la catégorie de la tristesse et de la souffrance de la perte d'un être cher. Non. Non, il y a forcément autre chose. Et à bien y réfléchir... le dauphin secret du Vori v Zakone en a déjà une petite idée. Causée notamment par un autre indice qui lui a -presque- fait froid dans le dos.... Une fois qu'il était assis à côté de Sasha en cours de potion, il l'a vu dessiner un petit cœur sur son parchemin... Dire que le russe avait eu du mal à ne pas écarquiller les yeux d'incrédulité et à ne rien montrer de son effroi serait un euphémisme. En revanche, une infime grimace presque un brin écœurée avait bel et bien ourlé ses lèvres l'espace d'une demi-seconde -trop courte pour qu'elle ne le remarque, certainement plongée dans ses rêveries éveillée. Est-ce que sa cousine et amie, alliée, acolyte, sa Sasha... Serait amoureuse ? Ou pire... Deviendrait-elle romantique ?! Si Azrael s'en fiche en fait un peu qu'elle se soit amouraché d'un sorcier, il n'a put s'empêcher de se demander de qui il peut bien s'agir, pour qu'elle n'en dise rien... Néanmoins, il avait préféré oublier l'incident pour le moment, lui-même occupé par quelques affaires à régler. Mais le moment semble à présent venu de s'en rappeler et de mener l'enquête.

La petite filature d'Azrael continue ainsi un moment, bon nombre de questions envahissant déjà son esprit alors qu'il suit la jeune sorcière rousse à travers les étages du château. Pas de sortie dans le parc pour peut-être filer hors de Poudlard, elle continue à monter dans les étages, grimpant ces interminables séries de marches des longs escaliers mouvants. Où se hâte-t-elle d'aller ainsi ? Par deux fois, il la perd de vue, utilise silencieusement un sort afin de retrouver où est sa cousine. Bien plus difficile de ne pas se faire voir dans les escaliers, et il garde donc un peu plus de distance, réussissant malgré tout à garder sa présence inconnue à Sasha. Septième étage. Le regard du russe se plisse légèrement en fixant le dos de sa cousine alors qu'elle tourne à un croisement. Compte-t-elle se rendre à la soirée des Maraudeurs ? Pour y faire quoi ? Il doute qu'elle y ait été invitée. Mettant cette douteuse hypothèse de côté, il continue à la suivre un instant, avant de s'arrêter contre un mur, collant son dos à la pierre froide et s'y aplatissant légèrement pour ne pas qu'elle le remarque si jamais elle se retourne. Elle est toute proche... La crispation et l'inquiétude dont elle n'a cessé de faire preuve durant tout le trajet sont encore plus suspectes, encore plus visibles, vu d'ici. Puis, elle disparaît dans la tour devant l'entrée de laquelle elle se trouvait. Azrael continue un moment d'observer le passage à présent désert par lequel elle est passée, sans bouger ni souffler mot. A vrai dire... Il est perplexe, suspicieux aussi. Toutes ces cachotteries et autres esquives, tous ces mensonges et omissions volontaires réclament leurs réponses et leurs explications. Et, s'il ne compte pas la suivre plus loin pour le moment, rentrant plutôt à la salle commune... Il compte bien la coincer dès le lendemain matin pour obtenir ses explications.

Et c'est ce qu'il fait.

La salle commune des Serpentard est plongée dans un calme et un silence presque irréelle, à cette heure si matinale. L'aube n'est même pas encore levée, et seules quelques braises encore à peine rougeoyantes brillent avec faiblesse dans l'âtre de la grande cheminée. Tous sont bien au chaud dans leur lit, se protégeant du froid humide sous leurs couettes et autres draps, dans leurs chambres réchauffées, contrairement à la salle commune déserte. Déserte ? Non. Là, dans l'obscurité ténébreuse de la pièce, dans son silence presque parfait, une respiration presque inaudible, légère, se fait entendre. Et, dans le grand fauteuil de cuir noir, comme dans une place de roi, trône Azrael. Silencieux, presque immobile, il attend. Les jambes croisée avec cette arrogance et ce dédains naturel tout aristocratique, les coudes posés sur les accoudoirs tandis que ses mains reposent sur ses cuisses. Indolent Azrael, qui ne montre pas la moindre trace de fatigue ni même d'un quelconque sentiment sur son visage encore invisible dans le noir. Pas la moindre trace d'ennui pour trahir son temps d'attente. Depuis combien de temps est-il là ? Plusieurs heures ? Quelques minutes ? Rien ne semble pouvoir le trahir. Quant à combien de temps il patiente encore ? Rien ne peut aider à le découvrir. Néanmoins, lorsque le mur cachant l'entrée de la salle commune disparaît pour laisser entrer la belle sorcière rousse, il n'a toujours pas bougé de son trône de cuir, invisible. Ses yeux vairons se rivent immédiatement sur la jeune femme dans le faible raie de lumière qui pénètre dans la noirceur de la pièce avec difficulté, appercevant un instant ses traits avant que le mur ne se referme. Au son de ses pas, il la suit du regard, attend qu'elle soit presque arrivée à la porte menant aux dortoirs pour se décider enfin à bouger. Dans un geste presque lascif mais avec cette touche d'obscure grâce naturelle, il prend une cigarette déjà placée dans la poche avant de sa chemise, l'allume grâce à sa baguette qui produit une légère flamme rougeoyante. Le bout du cylindre blanc crépite légèrement, mais dans le silence, il est clairement audible. Tirant une bouffée de sa cigarette et la recrachant lentement, une voix grave et très légèrement rauque, naturellement, une voix qui semble appartenir à l'obscurité même à ce moment, mais caressante -presque trop pour que ce soit bon signe- s'élève calmement dans les restes du silence :

- Louvka...

Utilisation volontaire de son premier prénom pourtant jamais utilisé. Preuve qu'il est sérieux, ne compte pas la laisser filer et l'éviter à nouveau. Il serait même prêt à bloquer les portes, si cela s’avérait nécessaire. D'un nouveau geste de baguette, Azrael finit par bien vouloir rallumer le feu dans la cheminée, le bois crépitant légèrement à son tour avant de laisser filer quelques flammes qui éclaire un léger cercle non loin d'Azrael, projetant quelques ombres inquiétantes autour de lui, sur son visage aussi. Nouveau geste de la main, sans pour autant jeter de sort cette fois, préférant inviter Sasha à s'asseoir sur l'un des canapés ou fauteuils à côté ou en face de lui. Arquant légèrement un sourcil, marque qui signifie clairement qu'il a compris qu'elle l'évitait, il reprend :

- Voilà bien longtemps que nous ne nous sommes pas retrouvés tranquillement tous les deux. Je me suis dis qu'une... petite discussion pourrait nous être utile.

Et elle n'est pas négociable, voilà qui est clairement compréhensible. Et il choisis d'entrer immédiatement dans le vif du sujet, passant les formules de politesse. Après tout, ça n'est pas comme s'ils ont la journée, les élèves finiront par se lever à un moment où un autre, et ils ont beaucoup de choses à discuter. Sans se faire déranger.

- Tu n'es pas rentrée cette nuit. Où étais-tu ? Tu sais que tu n'as rien besoin de me cacher.


(c) AMIANTE


______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 10/01/2013
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: dix sept ans.
ϟ Maison/Profession: serpentard - mangemort
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: "I'll show you the way back home" [Sasha] Jeu 8 Mai - 12:55




- À bientôt Sashimi.

Mais qu'elle espèce de petit.. Provocateur, prétentieux, pénible et inconscient celui là. Il avait sauté comme ça, du balcon de la Tour d'Astronomie après avoir grimpé sur la balustrade et annulé le sortilège qui les avait protégé toute la nuit du froid de mars. Sasha cria, non pas à cause du vent glacial qui lui fouetta les pommettes, mais parce que le beau brun avec qui elle venait de partager la nuit c'était laissé tomber dans le vide, avec un balais certes, mais qu'il n'avait pas enfourché. Déjà pour voler sur ces machins juste bon à ramasser la poussière il fallait être complètement fou, mais pour en plus s'envoler sans être dessus il fallait en tenir une sacrée couche. La rouquine, qui avait un vertige démesuré, vint tout de même se pencher dangereusement à la balustrade afin de suivre la chute de son bâtard préféré, le souffle court, les mains tremblantes.. Elle était bien pale, plus que d'ordinaire du moins. Mais quand il remonta en flèche ce ne fut plus seulement de l'inquiétude qui était lisible sur ses traits, mais de la colère. Bon d'accord une douce colère, mais elle en voulait au jeune homme de jouer comme ça avec ses nerfs, il le savait très bien qu'elle n'aimait pas la hauteur, et encore moins le vol, donc là il exagérait. Puis il était revenu à son niveau comme une fleur, tout sourire avec sa gueule de bois pour lui balancer encore l'un de ses surnoms japonisés. Qu'il était agaçant, pourtant elle le regarda s'éloigner avec un doux sourire, un doux sourire un peu amer.

- À bientôt Fifi..

Le murmure de la biélorusse fut accompagné d'un petit nuage de fumée blanche, il ne faisait vraiment pas chaud malgré le soleil, puis en même temps elle était en sous vêtements et débardeur. Donc elle sortit de sa torpeur pour rejoindre l'intérieur de la salle d'Astronomie où elle retrouva rapidement ses vêtements. Sasha enfila son jeans et son gros pull, rattacha ses longs cheveux tout ondulés et en batailles en une haute queue de cheval puis, d'un coup de baguette, elle fit disparaître toute trace de son passage et de celui de Zéphyr dans cette tour qui garderait sagement ce très sérieux secret. Le cœur un peu lourd mais un air rêveur aux lèvres, elle tourna les talons et prit le chemin en sens inverse par rapport à la veille pour rejoindre les cachots et la salle commune des verts et argents. Là bas pas de balcon, pas d'altitude, mais pas d'anglo-pakistanais qui se lèche tout le temps les lèvres non plus.
Elle ferait sans, elle n'avait pas le choix. Parce qu'elle était moins pressée cette fois, elle mît presque deux fois plus de temps pour le même trajet, laissant les escaliers se jouer d'elle sans même essayer de les battre à leur propre jeu, elle arriverait à destination bien trop vite de toute façon. La preuve, déjà elle passait le tableau qui gardait si solennellement l'entrée de la salle commune des verts et argents, par chance elle entra dans une pièce vide, au moins elle n'aurait à supporter aucun regard. Néanmoins par réflexe elle avait revêtu son masque, histoire d'être prête si un serpentard descendait les escaliers, la tête haute et sans sourire aux lèvres elle traversa rapidement la vaste salle où l'ambiance était bien plus froide que dans la nuit, plus de bruit, plus de flammes dans la cheminée, plus de musique.. Plus rien. Enfin, c'était ce que pensait la jolie rousse, car à l'instant où elle arriva à hauteur des escaliers menant aux dortoirs quelque chose attira son attention, un craquement, un frémissement. Sasha fronça les sourcils.


- Louvka...

La biélorusse s'était figée. Le temps que le beau russe allume un feu dans la cheminée où il ne restait que de rares braises, signe que les serpents étaient pour la plupart aller se coucher bien tard, la rouquine s'était retournée. Celui qui avait appelé la demoiselle par son premier prénom trônait dans un fauteuil noir, princier comme toujours, il tirait sur une cigarette à peine allumée, c'était ça le bruit qu'elle avait entendu.

- Voilà bien longtemps que nous ne nous sommes pas retrouvés tranquillement tous les deux. Je me suis dis qu'une... petite discussion pourrait nous être utile.

Les paroles si douces en apparences du sang pur furent accompagnés d'un petit geste de sa part, elle devait rester, s'assoir pour discuter.. Il avait raison ça faisait vraiment longtemps mais ce n'était pas le moment. Et il le savait. Sasha pensa un instant se sauver, se retourner sans rien dire pour aller s'enfermer dans sa chambre. Mais ensuite quoi ? Elle l'éviterait ? Son propre cousin elle pensait peut être pouvoir s'en débarrasser totalement ? Ne plus le voir..? Pauvre petite chose stupide, il était temps d'assumer, de parler avec le sorcier qui l'a connaissait que trop bien. Azrael, le grand et beau Azrael exigeait qu'elle reste ici de toute façon et à Poudlard on vous dira qu'on ne refuse rien à l'Elite, mais entre Grands alors, ça se passe comment ? Sasha en faisait partie, de ce groupe de sorciers aux noms célèbres et devant qui on baissait souvent la tête, mais elle s'en détachait, elle changeait, et elle devait rendre des comptes. Pas à n'importe qui néanmoins, c'était le fils Avdeïev-Fever, son cousin, son ami, une personne de confiance à qui elle pouvait tout dire.. tout vraiment ?

- Tu n'es pas rentrée cette nuit. Où étais-tu ? Tu sais que tu n'as rien besoin de me cacher.

Clairement il attendait une réaction de sa part, car pour l'instant Sasha était toujours debout, tout près de l'escalier, prête à fuir, encore. Et elle en avait marre d'ailleurs. Comme résignée, elle soupira, pour ensuite avancer jusqu'au séduisant et inquiétant sang pur qui ne semblait pas vouloir quitter son fauteuil ébène. Luz en choisit un du même genre, un peu sur la gauche d'Azrael, elle s'y laissa tomber et croisa les jambes, ensuite les bras.

- Je te l'accorde, ça fait longtemps.

Premier mot un peu froid, mais elle devait encore se préparer psychologiquement à lui parler de zéphyr, ou au moins du fait qu'elle était avec un damoiseau, même si ça ne lui suffirait sûrement pas. Elle pouvait mentir, ou déformer la réalité, ou se sauver ?

- Tu attends ici depuis combien de temps ?

Louva s'était légèrement tournée et avait planté ses yeux qui avait tournés au gris dans ceux vairons du sorcier qui fumait calmement. La biélorusse restait tout aussi détendu en apparence, enfin elle essayait du moins, car déjà elle changeait de position en décroisant les bras, pour appuyer ses coudes sur les accoudoirs et rejoindre ses mains, l'air de rien. Lui avait toujours cet air détaché, imperturbable, il ne lâcherait pas l'affaire même si elle tentait de gagner du temps et elle le savait.

- J'ai passé la nuit en charmante compagnie Az, rien de plus.

Elle lâcha cela avec un sourire trafiqué, comme si ça ne comptait pas, comme si ce n'était qu'un mec d'une nuit, un de plus.. Qu'elle belle hypocrite, elle n'avait même plus la force de se persuadée qu'il ne pouvait être que ça, car il était bien plus et elle le savait. Azrael aussi, le savait, mais sa cousine ignorait qu'il l'avait suivit, qu'il avait grillé son changement de caractère.. La pauvre pouvait bien remuer ses bras et ses jambes aussi fort qu'elle le voulait, elle se noyait tête la première.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

"I'll show you the way back home" [Sasha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: POUDLARD :: Sous-sols & rez-de-chaussée :: Salle commune des Serpentard-