Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

HA...HA... HA...PPY BIRTHDAY!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: HA...HA... HA...PPY BIRTHDAY! Lun 7 Avr - 11:11


Very Happy Very Happy *o*    JOYEUX ANNIVERSAIRE, LENA! Very Happy Very Happy  *o*    

J'espère que tu profites à fond de ta journée!
Et pour fêter cela:

Le liquide d’un bleu électrique, parsemé de fins traits blancs, tournait lentement dans son flacon, sous les doigts de Lev. La quantité avait bien diminué ; il lui faudrait retourner à Sainte Mangouste avant peu afin de renouveler ses stocks…et que les médicomages s’assurent que le produit agissait toujours. Enfin, agir…c’était un bien grand mot. Disons qu’il rendait les choses un peu moins pires qu’elles pourraient l’être. Lev déboucha le flacon de verre, avala quelques gorgées de la potion au goût indéfinissable, légèrement pimenté, puis se laissa tomber en arrière sur son lit. Du repos. Il avait seulement besoin de repos et il parviendrait à échapper à une nouvelle migraine. Par chance, le silence régnait à son étage. Dans le cas contraire, il se serait chargé de faire déguerpir les importuns. Peu importait qu’ils fussent de sa maison, qu’ils appartiennent ou non à l’élite. Le garçon blond tenait à sa tranquillité.
Il ferma les yeux quelques instants, puis se redressa et se dirigea vers son armoire, au fond de laquelle il dissimulait une partie de ses secrets. Quiconque d’autre que lui aurait tenté d’y toucher en aurait payé le prix…sans compter la douloureuse vengeance qui aurait suivi. Lev écarta soigneusement l’étui de son précieux violon, retira ses livres de cours de leurs étagères pour accéder à la cache aménagée par ses soins. Lever les sorts de protection ne lui prit que quelques secondes, alors qu’il aurait fallu des heures à un autre sorcier pour en venir à bout ; seul un véritable Avdeïev pouvait pleinement les maîtriser. Le Serpentard retira quelques carnets de la cache avant de la refermer avec précaution et de remettre ses affaires en place. Nul ne pourrait deviner ce qui se dissimulait derrière.
Il s’étendit de nouveau, un léger sourire aux lèvres, heureux de ce qu’il allait retrouver dans ces textes si familiers, qui le détourneraient de ses pensées un peu moroses. Il ouvrit le premier carnet, écrit en cyrillique, comme tous les autres. Obstacle supplémentaire pour les Anglais. Quelques photos glissées entre les pages l’épaississaient. Lev avait hérité de son frère l’habitude de consigner ses souvenirs, les moments importants de sa vie, ce qui comptait pour lui. Et il aimait s’y replonger, redécouvrir le passé au fil des pages, sourire devant ses bêtises et celles de ses cousins et amis, témoignages de moments heureux et pleinement vécus.

Le premier carnet remontait à son enfance ; cela se voyait à la maladresse encore visible de son écriture, une écriture d’enfant, enthousiaste mais encore vacillante. S’assurant une dernière fois qu’il était seul, confortablement calé sur ses oreillers, Lev commença à lire.

« Vlad et moi avons passé l’après-midi à jouer ensemble dans le parc ! L’été est encore bien là et nous en avons bien profité. Alekseï nous surveillait de loin, s’assurant que nous ne faisions pas trop de bêtises, mais il a une grande tolérance en la matière, bien plus que des parents. Heureusement que ceux de Vlad ont dû repartir pour la journée… Ils nous ont laissé tranquilles ! Nous avons très vite découvert un nouveau jeu. Au bord du lac, il y a des arbres un peu particuliers ; leurs branches sont fines et longues, elles ressemblent à des lianes et s’avancent au-dessus de l’eau. Ca a suffi pour que nous nous imaginions dans la jungle ! Nous avons escaladé les arbres, puis nous avons utilisé les lianes comme des balançoires pour nous propulser le plus loin et le plus haut possible avant de retomber dans l’eau. Nous avons aussi tenté de passer de liane en liane mais c’est plus difficile et nous avons fait quelques belles chutes, qui se sont achevées dans l’eau, au milieu des éclats de rire. La journée est passée beaucoup trop vite selon moi ! »
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Lev sourit en parcourant de nouveau ses frasques d’enfant, très souvent accomplies avec Vladimir, avec Victoria aussi. Les journées de jeux se succédaient, les mauvaises blagues faites aux adultes aussi, comme ce seau d’eau suspendu au-dessus d’une porte un soir de réception… Il avait failli en résulter un beau scandale, mais quel fou rire devant l’expression de la vieille chouette sur qui il était tombé ! Son chignon ne ressemblait plus à rien, ses mèches de cheveux pendaient lamentablement ; sa robe de soie était fichue, devenue même presque transparente à cause de l’eau. Et il y avait aussi les jeux moins dangereux pour les autres, les défis un peu fous lancés au hasard d’une discussion, les courses folles sur les balais, à qui irait le plus vite, accomplirait les plus beaux loopings, tiendrait debout sur le manche du balai…qui finalement serait le dernier à rester sur son engin. Les deux meilleurs amis avaient continué une fois à Durmstrang, passant à des divertissements plus adultes, sans oublier leurs frasques ; certains élèves dont la pureté du sang laissait à désirer avaient fait les frais de leur volonté de divertissement et avaient servi de cobayes pour quelques unes de leurs expérimentations en magie noire. La plupart s’étaient bien terminées. Pas toutes. Quelle importance ? Personne n’était mort, après tout. L’Institut s’était révélé un grand terrain de jeu dont ils avaient bien profité, une fois qu’ils avaient été réunis, Vlad étant plus jeune d’un an et ayant donc commencé ses études plus tard.

Mais les jeux n’avaient pas été les seules occasions de lier les deux amis. La main de Lev évita le carnet où se trouvaient consignés les souvenirs de la mort de son frère. Il se rappelait parfaitement du soutien qu’avait été Vladimir à ce moment, de sa présence. Bien sûr, Vlad n’était pas très à l’aise avec les émotions, mais justement, il savait lui changer les idées, le détourner un peu de son chagrin et de son désespoir qu’il était l’un des rares à voir. Et plus tard, ça avait été à lui, Lev, de lui rendre la pareille.

« Antonina est morte. Je n’arrive toujours pas à y croire. Il n’y a sans doute rien d’innocent là-dessous. Mais pour l’instant, le plus important, c’est Vlad. J’ai accouru près de lui dès que j’ai appris la nouvelle. Il s’était retranché dans sa chambre ; il m’a fallu longtemps pour le convaincre de m’ouvrir. Il m’a dit de partir ; je suis resté. Plutôt mourir que de l’abandonner à son chagrin. Lui qui aimait tant sa sœur…je sais à quel point il est brisé pour être passé par la même souffrance. On ne s’en remet jamais, mais on peut continuer à vivre avec l’aide des autres. Et comme il a été là pour moi, je serai là pour lui. Amis à la vie, à la mort. Nous sommes des presque frères.
[…]
Vlad, mon ami, tu n’imagines pas à quel point je comprends et partage ta souffrance. J’aurais fait n’importe quoi pour te l’épargner, pour empêcher la mort de ton ange. Je me sens impuissant devant ton désespoir, devant ton malheur. Morgane sait pourtant combien j’aurais aimé t’épargner cela…
[…]
Il m’a dit toute la vérité sur la mort de Nina. La vengeance d’une de ses tantes qui a empoisonné l’ange de la famille. De nouveau, je lui ai témoigné tout mon soutien, toute mon amitié. Et je regrette de ne pouvoir faire davantage, de voir mon ami brisé ainsi, de le voir entrer dans le monde des nuits de cauchemar, des réveils en sursaut, de la culpabilité, même s’il n’est pas responsable de la mort de Nina. Je passe le maximum de temps possible avec lui. Je ne peux atténuer sa souffrance ni la faire disparaître (et même si je le pouvais, je ne le ferais sans doute pas ; ce serait une insulte pour Nina, elle ne mérite pas l’oubli ou l’absence de chagrin de celui qui l’a le plus aimée). La meilleure chose qu’il puisse faire, c’est continuer à conserver intacts les souvenirs de sa sœur, la faire vivre dans sa mémoire. Sans s’appesantir sur tous les moments où ils auraient pu faire telle ou telle chose, partager quelque chose de plus. »


Puis était venu le temps de la maladie, ces maux de tête qui ne cessaient de monter en intensité malgré les potions d’usage courant qu’il prenait. Vladimir avait été le premier à qui il en avait parlé, le seul à qui il s’était senti capable de confier ce nouveau malheur. Même Victoria l’ignorait encore, tant il avait tout fait pour préserver son secret. Et l’attitude de Vlad, fidèle à lui-même face aux soucis, avait été un grand soulagement. Loin de le plaindre, de compatir, de le prendre en pitié, Vladimir le poussait à continuer à s’amuser, à faire des choses folles, façon d’oublier la réalité en la dissimulant derrière les rires et les jeux. Un comportement qui prodiguait un bien fou à Lev…

« Ma dernière migraine remonte à trois jours. Un record ! j’ai l’impression de me sentir de nouveau en pleine forme, même si je sais que ce n’est qu’une illusion. Au moindre effort un peu trop important, mon corps me trahira. Qu’importe ? Ce n’est pas cela qui m’empêchera de vivre, de me lancer à corps perdu dans les jeux et les défis avec Vlad. J’ai choisi la vie ; ce n’est pas pour me dégonfler devant la difficulté. Et aujourd’hui, nous avons prévu de remplir un nouveau pari : grimper sur un iceberg ! L’hiver n’est pas encore vraiment là mais on voit déjà ces blocs de glace flotter sur les fleuves de Russie, les rendant de plus en plus impraticables. Bientôt, ils seront pris par les glaces pour les longs mois de l’hiver. Vlad ne va pas tarder à arriver, j’ai hâte de tenter le coup. On nous prendrait sans doute pour des fous, à agir ainsi. Mais on n’est pas sérieux quand on a quinze et seize ans, n’est-ce pas ?
[…]
Pari réalisé. Dans une eau qui ne devait pas dépasser les six degrés. Le plus dur a été d’y entrer. Une fois qu’on y est, ça roule. Enfin, on se sent comme un poisson dans l’eau, plutôt. L’iceberg que nous avions repéré se trouvait à peu près au milieu du fleuve, rien d’insurmontable, d’autant que le courant est relativement paisible à cet endroit, pas de risque de se laisser entraîner. (Oui, nous ne sommes pas complètement inconscients ; nous ne tenions pas particulièrement à nous noyer). Vlad a réussi dès la première tentative, malgré quelques glissades sur la glace. J’ai dû revenir sur la rive me reposer quelques instants avant d’essayer de nouveau…et de réussir cette fois. Là-dessus tous les deux, nous nous sentions les rois du monde. »


Spoiler:
 

Spoiler:
 

Ils avaient fait fort cette année-là, puisqu’au cours des vacances de Noël qui avaient suivi, ils avaient décidé de se lancer dans une bataille de boules de neige torses nus, avant de tenter la natation dans la poudreuse.

Spoiler:
 

Lev se souvenait encore de la grippe et des migraines qui en avaient résulté pour lui mais il ne regrettait pas un seul instant de ces moments. Et ils en promettaient d’autres tout aussi exaltants… Les fêtes s’étaient succédé aussi, à Durmstrang ou pendant les vacances. Tous deux avaient passé des nuits à boire et à s’amuser, oubliant tous leurs soucis pour profiter à fond de la vie. Les sourires et les regards complices, les moments partagés d’amitié fraternelle lui revenaient en mémoire. Vlad était l’un de ses plus solides soutiens, si ce n’est le plus solide, et Lev ne pourrait jamais le remercier assez pour tout ce qu’il faisait pour lui.

Le garçon reposa ses carnets tandis que les souvenirs continuaient d’affluer librement. Il revoyait les anniversaires parfois fêtés en commun, puisque leurs dates de naissance se suivaient à trois semaines près, tous deux nés en décembre, au cœur de l’hiver russe pour lequel ils étaient faits. Puis tous les moments passés avec Victoria, sa joie de les voir en couple tous les deux, depuis des années qu’il attendait ce moment tant l’amour entre les deux était visible, la tristesse de leur séparation, l’espoir de leur réconciliation… Le voyage à Londres s’était achevé quelques jours plus tôt et Lev avait eu vent de ce qui s’était passé entre Victoria et Vladimir, la soirée dans le bar. Les aléas du voyage avaient cependant faits que les deux garçons n’avaient guère eu assez de temps à eux pour parler longuement de la situation. Mais peut-être était-il temps à présent… Vladimir avait sans doute besoin de se confier sur le sujet (« Ah ! les femmes ! ») et qui mieux que Lev pourrait l’écouter ?

Le garçon blond se releva avec précaution, rangea rapidement ses carnets dans leur cachette –ne jamais rien laisser traîner de compromettant- puis se dirigea vers la chambre de son meilleur ami.

Je sais que j'ai un peu extrapolé sur ce qu'on avait dit de leur amitié, mais j'espère que ca te plaira!
Je te souhaite encore un très joyeux anniversaire!    câlin 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Préfète-en-Chef


ϟ Parchemins postés : 86
ϟ Date d'inscription : 08/05/2012
ϟ Points : 42
ϟ Localisation : A la bibliothèque, naturellement !

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serdaigle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: HA...HA... HA...PPY BIRTHDAY! Mar 8 Avr - 19:06

Hey !! Merciiii !
Je l'ai vu juste aujourd'hui, et heureusement que Charlotte me l'a dit!!
Merci beaucoup en tout cas, ça me fait très plaisir =)

Et à Vlad surtout!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

HA...HA... HA...PPY BIRTHDAY!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: HORS-RPG :: Flood & Jeux :: Livre d'Or-