Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Encore toi - Az' -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: Encore toi - Az' - Mar 14 Fév - 14:26

    Ivana se lova plus confortablement dans le fauteuil. La cheminée au feu vert faisait jouer des ombres sur son visage et la rendait encore plus inquiétante, dangereuse. Dans l'obscurité, ses cheveux semblaient d'un noir encre. Seuls ses yeux, d'un bleu lumineux, restaient inchangés. A la voir ainsi, personne ne doutait de ses convictions, de son caractère. Serpentard. Mangemort. Évidemment.

    Elle tira sur sa chemise de nuit trop courte et soupira. La nuit avait été courte. Elle s'était réveillée en sursaut à trois heures du matin et n'avait pas réussi à se rendormir. Surtout que les ronflements d'une de ses camarades n'arrangeaient rien. Elle était donc sortie, sans oublier de faire le plus de bruit pour déranger tout le monde. Elle avait fait un tour aux cuisines, avait pris une pomme et avait bu une thé puis elle était revenue dans la Salle Commune.

    Ses traits étaient tirés, son teint livide. Ivana ne sentait pas vraiment bien. Peut-être avait-elle de la fièvre ? Elle posa une main sur son front. Il était brûlant mais elle était devant la cheminée depuis un bout de temps, aussi... Nouveau soupir. Poudlard était vraiment un endroit pourri. Ce genre de choses n'arrivait pas à Durmstrang.

    Elle sortit un paquet de cigarettes du fauteuil. Tom, un Cinquième Année, rangeait toujours ses paquets sous le fauteuil. Elle glissa une cigarette entre ses lèvres et l'alluma d'un coup de baguette. Un sourire étira ses lèvres lascives quand elle sentit la fumée entrer dans sa gorge. Par Merlin, que cela faisait du bien. Elle se leva gracieusement.

    Sa chemise de nuit glissa sur ses jambes, dans un bruit doux. C'était de la soie. Elle lui arrivait à mi-cuisse et avait un décolleté plutôt profond. Sa poitrine et ses jambes longilignes étaient parfaitement mises en valeur.Le blanc pur de la chemise lui allait merveille. Par contre, Ivana avait vraiment froid. La robe était trop légère, trop courte.

    Elle fit quelques pas. Le sol était glacial sous ses pieds nus et un frisson la parcourut. Une fois sa clope finie, elle retournerait dans son lit, bien au chaud. Elle joua avec une de ses mèches, pensive. Elle repensait à son entrée à Poudlard et comment tout cela s'était merveilleusement déroulé. Elle était en haut de la hiérarchie, avait des alliés puissants, était en contact avec le Lord... De plus, ses - rares - ennemis rendaient tout cela amusant et apportaient un peu de défi dans sa vie. Gaël, par exemple, la divertissait beaucoup.

    Ivana se figea soudain. Elle avait entendu quelqu'un. Elle se retourna vivement. Lorsqu'elle vit qui c'était, elle fut tout de suite soulagée. Azraël. Elle avait eu peur que ça soit... Enfin.

    Comme si elle ne l'avait pas vu, elle retourna dans son fauteuil, sa clope à la main. Elle se sentait un peu nue, avec sa chemise de nuit et le regard d'Azraël sur son corps lui donna des frissons. Le silence entre eux deux était pesant, lourd. Électrique.

    Nonchalemment assise, indolente, elle redevenait Reine. Son visage sembla changer.

    - Steve... Quel bonheur de te revoir. Depuis la Répartition, nous n'avons pas eu l'occasion de parler.

    Elle adorait l'appeler par son deuxième prénom, juste pour l'énerver. Sa voix, pleine de fiel, résonnait désagréablement dans la pièce. Ses prunelles lançaient des éclairs et sa bouche avait un sourire froid.

    - J'espère que tu te plais ici, car je pense pas que cela va durer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Mar 14 Fév - 22:22

    Insomnies, insomnies. Un bien joli nom pour une bien désagréable chose. Azrael se retourna une enième fois dans son lit, s'allongeant sur le dos, les yeux plongés dans les ténèbres qui cachaient le plafond à sa vue. Il laissa s'échapper un soupire irrité, avant de s'assoir, trop réveillé pour ne serait-ce que songer à s'endormir dans les prochaines minutes. Il jetta un coup d'oeil à sa table de nuit et au livre qui s'y trouvait, hésitant à lire pendant un moment, mais abandonna bien vite l'idée. Non, il avait envie de se dégourdir un peu les jambes, et rien de mieux qu'une petite escapade nocturne pour ce faire. Aussi le brun se leva tranquillement, frissonant un instant quand le froid ambiant l'atteignit, et enfila rapidement ses habits et sa cape. Quelques instants plus tard, le jeune homme marchait d'un pas tranquille dans les couloirs des cachots, un peu comme si l'endroit lui appartenait et qu'il ne faisait absolument rien d'anormal à s'y balader à presque deux heures du matin, en pleine nuit. Ce qui en soit, n'était pas tout à fait faux pour le Serpentard. Se promener en pleine nuit était presque devenue une habitude. Un des rares moment où il pouvait penser au calme, ou même ne pas penser du tout. Et c'était parfois bien agréable, surtout quand on s'appelait Azrael et que l'on pensait toujours à des milliers de choses à la fois. Sans oublier qu'il fallait faire attention aux moindres paroles prononcées.

    Les pas du Serpentard le menèrent rapidement dans le Hall, vide, immense. Les choses paraissaient toutes si différentes la nuit, et sans réelle raison d'ailleurs. Après tout, un objet restait toujours le même, peu importe l'éclairage. Mais la nuit avait cet aspect presque magique de changer les choses, de les rendre plus mystérieuses encore, ou de les dévoiler telles qu'elles le sont réellement. Cet aspect magique qui fascinait Azrael, autant qu'il l'attirait. Pour lui, la nuit était encore plus particulièrement son royaume, là où il se sentait chez lui. Ce qui lui avait parrut bien étrange au début, d'ailleurs. Etrange que ce qui le terrifiait presque pendant une courte période de sa vie ai fini par devenir tout cela. Le jeune homme lança un coup d'oeil aux grandes portes séparant le château de l'extérieur, hésitant sur le chemin à prendre, avant de d'opter pour continuer à traîner dans le château. Pas que la neige le gène, absolument pas, mais c'est qu'il faisait tout de même bien froid, et qu'il pouvait percevoir le vent souffler par bourrasques au dehors. Rien de mieux pour tomber malade, en soit. Aussi prit-il le chemin des étages, se repérant sans difficulté malgré les escaliers bougeants. Après quelques minutes, le brun se rendit compte qu'il se trouvait non loin de la salle de bain des préfets. Salle de bain dont il avait d'ailleurs extorqué le mot-de-passe à un élève... Ah, ça avait vraiment été une bonne idée!

    Un peu plus tard dans la nuit, Azrael marchait à nouveau dans le château, prenant le chemin en sens inverse pour retourner à sa salle commune. Il frissona légèrement lorsqu'il pénétra dans les cachots, ses cheveux étant encore humides et l'air plus frais, froid même, que dans le reste de la bâtisse. Encore quelques mètres, et il arriva au mur dissimulant l'entrée de la salle des Verts et Argents. Il pénétra dans la pièce juste après avoir donné le mot de passe, appréciant la tiédeur de la pièce grâce au feu vert qui brûlait dans la cheminée. Mais il n'était pas seul dans la pièce, cette fois. Une silhouette féminine, et familière, lui tournait le dos, tout juste habillé d'une courte chemise de nuit blanche, bien que vaguement teintée de vers en cet instant à cause de la lumière verdâtre dispensée par le feu. Ivana se retourna soudainement, son regard le remarquant aisément. Le jeune homme crut distinguer une pointe de soulagement dans ses yeux bleus l'espace, mais ne commenta pas. La pénombre était parfois trompeuse. Elle tourna gracieusement les talons, comme si de rien était, et s'assit dans un des fauteuils, indolente et nonchalente. Azrael la regarda faire tranquillement, l'observant peut être plus intensément qu'il ne l'aurait pensé. Une chose était sure, qu'il ne pouvait nier -ni personne d'ailleurs- , c'est qu'Ivana était toujours aussi magnifique. Les traits fins et droits, diffusant cette noblesse si particulière qu'on les sangs-purs, la peau blanche. Presque trop pâle ce soir là, cependant.

    Le Serpentard se dirigea à son tour vers l'un des fauteuil, s'y assayant confortablement, nonchalemment. Comme si la place lui appartenait. Il dégrapha l'attache de sa cape, la laissant retomber derrière lui dans un bruit étouffé de tissu, dévoilant une chemise dont les premiers boutons déboutonnés laissaient appercevoir une partie de son torse, la couleur noir de l'habit contrastant avec la blancheur de sa peau. La jeune femme fini par briser le silence -intense, électrique, mais pas incomfortable- qui reignait sur la pièce depuis qu'il y était entré. Il ressentit une légère pointe d'irritation quant à l'utilisation de son second prénom. Il n'avait jamais apprécié qu'on l'appelle comme ça, et Ivana s'en était bien évidemment apperçu. D'ailleurs, il n'y avait qu'elle qui l'appelait ainsi. Il repoussa son agacement facilement, plantant ses yeux vairons, froids, dans ceux bleus de la Serpentarde, alors qu'un demi-sourire arrogant et provocateur étirait ses lèvres, susurant d'une voix légèrement rauque.

    - Mais le plaisir est partagé, Adzovic. Il est vrai que nos.. échanges, m'ont manqué.

    L'odeur de la cigarette lui parvint une nouvelle fois alors qu'un léger nuage de fumée lui parvenait, chatouillant son odorat. Maintenant, iol avait lui aussi envie d'en fumer une. Aussi le brun attrapa son paquet de cigarette, y prenant l'un des fins cylindres blancs avant de le porter à ses lèvres. Un mouvement fluide du poignet et sa baguette finissait dans sa main -merci holster- allumant le bout de la cigarette qui rougeoya plus intensément lorsqu'Azrael en prit une première bouffée. Ses paupières se fermèrent très légèrement, imperceptblement alors qu'il expirait lentement un petit nuage de fumée, intensifiant presque les couleurs, bleus et vertes, de ses yeux. La voix d'Ivana perça à nouveau le silence, et le jeune homme releva les yeux de sa cigarette vers elle, regardant son sourire froid, ses yeux presque furieux, brillant intensément. Une lueur d'intéret s'alluma dans les yeux du Serpentard, et il eut un sourire toujours aussi provocateur, mais légèrement vicieux.

    - Ne t'énerve pas déjà ma jolie, ce ne serait pas aussi divertissant!

    Son ton était légèrement moqueur, et il marqua une très courte pause avant de pencher très légèrement la tête sur le côter et de reprendre, reprenant la même voix qu'avant, moqueur.

    - C'est bien gentil de t'inquiéter pour moi, ma petite Ivana. Il marqua une très courte pause, avant de reprendre un ton affirmé et plus sérieux. Mais je compte bien continuer à me plaire ici, aussi longtemps que j'en ai envie.

    Provocation... quel beau jeu ils jouaient là!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Ven 17 Fév - 21:22

    Ivana vit Azraël s'asseoir dans un fauteuil près d'elle. Les gestes gracieux et nobles. Il dégrafa sa cape, qui tomba au sol dans un bruit soyeux. Elle devait coûter une petite fortune, vu le tissu. Seul un Sang-Pur pouvait s'en débarrasser aussi négligemment, sans s'en préoccuper. A les voir tous les deux, dans l'obscurité verdâtre, ils ressemblaient à un couple maudit. Roi et Reine, unis pour le meilleur et surtout pour le pire. Mais, un couple haineux, lâche et, évidemment, traître. A vouloir tout les deux régner sur Poudlard, il y aura forcément un perdant. Surtout qu'ils n'étaient pas seuls dans la course au trône. Poudlard était si convoité...

    - Mais le plaisir est partagé, Adzovic. Il est vrai que nos.. échanges, m'ont manqué.

    Elle eut un sourire au mot " échanges ". Plutôt disputes, non ? Ivana ne répliqua rien et l'observa allumer sa cigarette. Il la mit entre ses lèvres bien dessinées et inspira. Intensément. La fumée s'enroula atour de lui, en lourdes arabesques éphémères qui s'étiolèrent au bout de quelques secondes. La blonde regarda, amusée, à quel point il avait l'air d'apprécier cette clope. Azraël posa ses yeux vairons sur elle et dit :

    - Ne t'énerve pas déjà ma jolie, ce ne serait pas aussi divertissant !

    Ivana se crispa. Elle passa une main dans ses cheveux dorées et se détendit. Elle joua un instant avec le cylindre blanc entre ses doigts fins et longs, tira dessus, recracha la fumée.

    - C'est bien gentil de t'inquiéter pour moi, ma petite Ivana. Mais je compte bien continuer à me plaire ici, aussi longtemps que j'en ai envie.

    Ivana éclata de rire devant tant d'arrogance. Ah. Elle le connaissait pas coeur, c'était fou. Elle ne releva pas le " petite Ivana ", étant donné qu'elle l'appelait toujours Steve. Sa cigarette finie, elle l'écrasa sur l'accoudoir du fauteuil avant de la lancer dans la cheminée. Un petit silence s'installa. Plutôt tendu, vu les dernières paroles prononcées.

    Sa bouche pulpeuse fit une moue capricieuse, ses grands yeux scintillèrent. Elle avait l'air d'une petite princesse, ainsi lovée. Elle planta ses prunelles bleues dans les siennes. Le contact, électrique, lui donna un frisson, qu'elle arriva sans problème à cacher.

    Ivana susurra :

    - Oh vraiment, Steve ?

    Elle trouvait le prénom Steve franchement laid. C'était un prénom appartenant à la plèbe, aux moldus et aux abrutis. La Serpentard en usait et abusait avec lui.

    - Tu sais de quoi je suis capable et ce n'est pas parce que nous nous connaissons depuis longtemps que je vais hésiter à m'attaquer à toi. Bien au contraire.

    Leur passé commun était semé de coups bas, de machinations, de pièges. Ivana avait souvent détruit sa réputation, mis en danger sa scolarité et sa propre personne, appuyé sur ses points faibles, ses blessures. Elle en retirait beaucoup de fierté et de plaisir. Malheureusement, c'était réciproque. Azraël lui avait fait beaucoup de mal aussi. Et même si son ego tentait de la convaincre du contraire, elle ne pouvait le nier. Elle choisit, pour bien marquer sa détermination, de l'attaquer directement là où ça faisait mal.

    - Je pourrais m'amuser à mettre le feu à ton dortoir... Ou à carrément le faire exploser.

    Elle eut un sourire cruel. Ne pas provoquer inutilement Ivana, c'était une règle d'or.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Sam 18 Fév - 18:46

    Sourire, rire, crispation,... chaque geste, chaque parole, aussi infime soit-il, avait une signification. Un sens à décrypter. Chacun d'entre eux était maîtrisé au mieux. Contrôlé. Chacun était observé avec attention par l'autre. Celui qui en laissait trop voir avait perdu. Quelque chose d'infiniment difficile, en soit, beaucoup plus que les gens ne le pensait. Quelque chose auquel les sangs-purs étaient habitués, entraînés, dès leur naissance. Construire un masque, le conserver, laisser apparaître uniquement ce que l'on voulait que l'autre pense que l'on pensait. Un jeu d'acteur constant, au final. Un jeu qu'Azrael avait appris à apprécier, vraiment. Il pouvait même se vanter d'y être plutôt doué, mais c'était aussi le lot de tous ceux qui aspiraient à une position d'influence, que ce soit à Durmstrang, à Poudlard, ou même dans la société extérieure. Surtout, dans la société extérieure, d'ailleurs, parce qu'à l'école, les adversaires avaient appris à se connaître, à savoir comment les autres allaient réagir. C'était beaucoup plus dur de prendre le dessus, et en même temps un excellent entraînement. Une course au trône si convoité, dont chaque participant était incroyablement déterminé. Aucun doutes quant à savoir que ce n'étaient que des Serpentards qui y participaient! Oh, quelques autres auraient aussi put vouloir y prétendre, mais ils se seraient bien vite fait dévorés... Niveau ambition et manipulation, les Verts et Argents étaient imbattables.

    C'est ainsi qu'au fil des ans, Azrael avait apprit à comprendre les moindres attitudes de ses pairs, et ceux d'Ivana. Les disputes, manipulations et coups bas constant étaient en fait un parfait moyen d'apprendre à connaître les autres. -Même si la plupart des gens ne comprenaient pas cela- Il avait donc remarqué qu'elle jouait souvent avec ses longues mèches blondes lorsqu'elle était crispée, pour se détendre, et qu'il l'avait touché avec sa remarque quant à son énervement. Il faut dire qu'aucun sang-pur n'aimait qu'on note ceci, qu'on fasse remarqué que, oui, j'ai remarqué ça, ton masque n'est pas infaillible. Pas avec moi.

    Un rire clair répondit à ses dernières paroles, juste avant qu'un silence tendu ne prenne place. Azrael tira à nouveau sur sa cigarette, en faisant rougeoyer l'extrémité un instant dans la pénombre de la salle commune, et recracha la fumée, la laissant passer entre ses lèvres entrouvertes. Il regarda la serbe esquisser une moue capricieuse, son regard s'attardant un bref instant sur ses lèvres, avant qu'il ne revienne à ses yeux, brillants. Ça avait toujours été un réflexe, de planter ses yeux dans ceux des autres, comme pour mieux les décrypter, pour tenter de voir ce qu'il se cachait derrière leurs masques. Pour asseoir sa détermination et sa domination. Et c'était presque toujours lui qui gagnait, ressentait l'intense satisfaction -plaisir presque- de voir l'autre détourner ou baisser les yeux. Mais il avait parfois l'impression qu'il y avait plus dans leur duels de regards, à Ivana et lui. C'était plus... intense. Décidément plus intense.

    La voix de la Serpentard s'éleva à nouveau dans la pièce, susurrant trois simples mots, dans le but bien défini de l'énerver. Fausse remise en question de ses mots, évidemment, et provocation à peine voilée. Encore utilisation de son second prénom, honnis, avec ça. Il n'avait jamais compris pourquoi on avait choisis de le lui donner. C'était un prénom presque impur, après tout, et il était sûr qu'aucun sang-pur ai jamais porté ce nom. Mais il avait déjà une utilité-future bien déterminée dans la tête du Serpentard. Approcher ces sorciers de bas étage qui idolâtraient presque les moldus, ces traîtres à leur sang!, et leur faire lui accorder leur confiance. Tout cela dans le seul et unique but de se venger. Son prénom était après tout bien trop peu courant pour que ceux les ayant attaqué ne le reconnaissent pas. Azrael retint de justesse un frisson d'intense satisfaction à la seule idée de leur faire payer, son unique réaction visible étant l'éclat de joie clairement mauvaise qui s'était allumé dans ses prunelles. Ivana reprit la parole, promettant le maintien de ce qu'ils avaient toujours fait. Ce n'était pas comme s'ils avaient un jour agit différemment l'un envers l'autre, de toute manière. Ce n'était pas comme s'ils savaient comment agir différemment, aussi. Et puis, il faut dire qu'Azrael trouvait tout cela plutôt jouissif, cette lutte constante pour le pouvoir. Et il était certain qu'Ivana pensait de même. Quel aurait été le but de continuer tout cela, sinon? Le Serpentard pencha légèrement la tête sur le côté, le ton de sa voix oscillant entre le sérieux et la moquerie.

    - Mais je n'en attendais pas moins de toi, Ivana. J'avoue que j'aurai même été franchement déçu, dans le cas contraire.

    Déshonoré, aussi. Si elle ne s'attaquait pas directement à lui, ou avec ne serait-ce qu'un peu de retenue, il aurait clairement vu ça comme un affront. Il n'était pas quelqu'un qu'on reléguait au second plan. Jamais. Et si c'était le cas, comme ça l'avait été une ou deux rares fois par le passé, il faisait tout pour que la personne s'en rappelle par la suite. Azrael Fever n'était pas quelqu'un qu'on sous-estimait ou qu'on s'amusait à provoquer pour quelques raisons absurdes. Voyant un sourire cruel s'afficher sur les lèvres pulpeuses de la Serpentard, il sut qu'elle allait attaquer de suite. Et il ne s'était pas trompé.

    Je pourrais m'amuser à mettre le feu à ton dortoir... Ou à carrément le faire exploser.

    Exploser. Le mot sembla résonner un moment sans la pièce totalement silencieuse, lourd de sens, alors que le cœur d'Azrael ratait un battement avant de se mettre à battre furieusement dans sa poitrine. Il retint de justesse ses yeux de s’écarquiller légèrement, mais ses pupilles se dilatèrent, assombrissant presque instantanément ses yeux. Il devait avoir légèrement pâlit aussi, mais avec la pénombre verdâtre de la salle, ce n'était pas visible. Il ferma ses paupières pendant un instant, histoire de se recomposer, avec le silence assourdissant pour seul soutient. De toute façon, Ivana savait déjà qu'elle avait frappé là où ça faisait mal. Quelques années auparavant, peut être même encore en Deuxième année, il se mettait encore presque à trembler lorsqu'on mentionnait l'explosion de son manoir. Un peu plus tard il avait même lancé des maléfices plutôt vicieux sur ceux qui avaient encore osé utiliser des arguments similaires. Ça, ça avait été vraiment détendant. Enfin, il avait fini par apprendre à y réagir le moins possible, mais voir son manoir, sa maison, exploser en emportant son père et faisant presque de même avec sa mère était un événement plutôt traumatisant pour un enfant. Quelque chose qu'on oubliait pas. Quelque chose qui vous hantait. Qui continuait à vous terrifier toute votre vie.

    Quand Azrael réouvrit les yeux, à peine quelques secondes après les avoir clos, son regard était dur, froid. Dangereux. Impression renforcée par l'étrangeté de ses yeux vairons qu'il planta à nouveau dans ceux d'Ivana. Oh, elle devait être fière et satisfaite, la petite Ivana, en voyant la réaction du brun. Mais ça n'allait pas durer. Il se pencha légèrement vers l'avant, posant ses bras sur ses genoux, sans lâcher la serbe du regard, avant de répondre, la voix basse, grave, lente comme pour garder une certaine tension. Résonnant comme une caresse empoisonnée dans la pièce, renforçant l'impression de dangerosité véhiculée par ses yeux.

    - Vraiment? Penses-tu réellement que cela t'apporte quelque chose? Mettre en jeux la vie de tous ces alliés potentiels...

    Il marqua une courte pause comme pour la laisser mesurer ses mots. Si elle faisait ça, nul doute qu'elle lui offrait l’appuie et le soutiens d'autres élèves. Et les Septièmes années de Serpentard étaient pour beaucoup des alliés de choix. Il hocha la tête d'un air entendu, avant de reprendre de la même façon, sans se départir de son regard menaçant.

    - C'est une attitude bien enfantine et Gryffondor, si tu veux mon avis. Digne de moldus...

    Oh, comme il aimait se venger, même à l'aide de simple mot. Redescendre les gens. Et rien de tel que de montrer l'attitude irréfléchie d'un Serpentard pour se faire. Il reprit encore, la voix un peu plus vicieuse alors qu'il prononçait ces mots.

    -Et en serais-tu vraiment capable? De faire exploser un dortoir, seule? De mettre en danger ta position de reine des Serpentard et de Durmstrang, de mettre en danger tous les privilèges qui te sont accordés? Prête à regarder tes alliés se retourner contre toi? Tout cela pour la simple et unique raison d'essayer de me mettre en position délicate?

    Provocations... un jeu bien dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Sam 18 Fév - 23:08

    Touché.

    La réaction d'Azraël était prévisible. Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait allusion à son passé et à chaque fois, il réagissait pareil. Un concentré d'émotions l'agitait. Il devait bouillir sur place. Elle l'observa, se délectant de sa douleur. Le masque du jeune homme s'était craquelé pendant une poignée de secondes et laissait apparaître sa souffrance et ses blessures secrètes. Ses pupilles étaient dilatées et irradiaient littéralement de colère. Elle entendait presque les battements effrénés de son coeur. Il ferma un instant ses paupières. Quand il les rouvrit, quelque chose avait changé dans son regard.

    Dangereux. Menaçant. Il jouait pour blesser, maintenant.

    La Serbe était ravie. Elle avait franchi la limite. Comme il devait la haïr. Mentalement, elle se félicita de n'avoir aucun lien particulier avec sa famille. Son père pouvait mourir demain, elle ne ressentirait qu'une tristesse affectée, superficielle. N'être attachée à personne, voilà la clé de la réussite. Azraël croyait-il vraiment pouvoir gouverner alors qu'un simple sous-entendu le détruisait de l'intérieur ? Naïf.

    Elle fit craquer ses doigts, dans le silence tendu.

    Il répondit enfin, la voix grave et lente, empoisonnée.

    - Vraiment ? Penses-tu réellement que cela t'apporte quelque chose? Mettre en jeux la vie de tous ces alliés potentiels...

    Ivana se figea, quand il prononça ses paroles. Oh non. Il croyait qu'elle était sérieuse ? Elle se retint d'exploser de rire, se contentant d'afficher un sourire poli. Merlin. Azraël était-il complètement stupide ? Évidemment qu'elle n'allait pas faire exploser le dortoit. Ce n'était qu'une menace en l'air, crée pour lui faire le plus de mal possible. Des mots jetés dans le vide.

    Elle leva les yeux au ciel. Azraël...

    - C'est une attitude bien enfantine et Gryffondor, si tu veux mon avis. Digne de moldus...

    Cette fois-ci, son hilarité fut plus difficile à cacher et elle laissé échapper un gloussement discret. Il croyait sincèrement qu'elle parlait sérieusement ? Ivana n'était pas idiote. Elle savait que ce serait une bêtise monumentale. Ivana savait où et quand s'arrêter. Jamais elle ne mettrait autant de choses en danger, surtout pour une simple personne comme lui. Elle prit une autre cigarette. Parler avec Azraël lui donnait envie de fumer. Elle mit le bâton blanc entre ses lèvres lascives, l'alluma.

    Qu'elle était belle dans son fauteuil ! Indolente Reine allongée, cigarette à la bouche. Le feu était presque éteint et la lumière des dernières braises mettait en valeur la finesse de ses traits, la joliesse de ses yeux océans. Elle fixait Azraël, méprisante et moqueuse, tandis que les arabesques de fumée tournoyaient autour d'elle.

    -Et en serais-tu vraiment capable ? De faire exploser un dortoir, seule ? De mettre en danger ta position de reine des Serpentard et de Durmstrang, de mettre en danger tous les privilèges qui te sont accordés ? Prête à regarder tes alliés se retourner contre toi ? Tout cela pour la simple et unique raison d'essayer de me mettre en position délicate ?

    Il avait fini son petit discours moralisateur. Il se croyait puissant et cruel mais il n'était que ridicule. Elle susurra, vipérine :

    - Steve... Tu n'es pas le centre du monde et je ne me mettrai pas en danger simplement pour te faire du mal. Il y a des cibles beaucoup plus importantes que toi, chéri.

    Le chéri était ironique et appuyé. Elle marqua un court temps de pause, tira sur sa cigarette. Ses longs cils ombraient ses pommettes hautes et formaient comme un écrin pour ses prunelles brillantes. Ivana s'amusait beaucoup. Elle n'était plus énervée ni crispée. Son visage détendu, ses gestes gracieux, ses fossettes en témoignaient.

    - Ne comprends-tu que quand je parle de faire exploser ton dortoir, ce n'est juste que pour éveiller chez toi de vils souvenirs ? Et sache que j'en serai capable si je voulais, Steve. Mais il y a d'autres moyens de te faire souffrir, et ils sont beaucoup plus pratiques. Et beaucoup plus amusants, aussi.

    Elle se pencha à son tour. Ivana était face à Azraël, une dizaine de centimètres les séparaient. Elle leva sa main et de ses longs doigts fins effleura la joue du garçon. La caresse se transforma vite en griffure et elle murmura, languide :

    - Je suis contente que tu reconnaisses enfin que je suis la Reine des Serpentard et de Durmstrang.

    Ivana se recula, un sourire jouant sur ses lèvres pleines. La conversation repartait sur des bases plus saines. On s'éloignait progressivement du danger. Ivana s'en fichait un peu, en fait. Elle n'avait pas peur de son cher Steve.

    Le jeu continuait et prenait de l'ampleur.



Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Jeu 23 Fév - 20:22

    Au moment même où il avait commencé à parler, et à remarquer l'expression d'Ivana, Azrael sut qu'il avait fait une erreur. Qu'il tombait dans un piège grossier et prévisible. Comme s'il n'avait jamais fait face à ces menaces. Il faut dire que cela faisait longtemps qu'on ne le lui avait pas rappelé cela. Mais ça ne l'empêcha pas de continuer sur la même voie, gardant toujours la même expression, le même ton dans sa voix. Quitte à faire, autant finir de dire ce qu'il avait à dire. Il savait qu'il valait mieux porter attention à toute menace, qu'elle soit réelle ou non. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver... Ne pas se laisser prendre au dépourvu alors qu'on aurait put l'éviter. Et puis, au pire, la serbe le prendrai pour un imbécile toujours aussi blessé qu'au premier jour, et au mieux ses menaces et sous-entendus feraient tout de même effet, pour au moins dissuader un minimum, même si Ivana ne le laisserai absolument pas voir. En soit, même s'il détestait, haïssait profondément, qu'on le prenne pour un idiot, qu'on le sous-estime, ou quoique ce soit, cela pouvait tout de même être un avantage. Surtout s'il s'entraînait à ne plus montrer le moindre signe de réelle douleur. Et il comptait bien y arriver. Le brun reprit une longue bouffée de sa cigarette quand il eut fini, écoutant les mots susurrés et ironiques d'Ivana. Il ne cilla pas lorsqu'elle l'appela chéri d'un ton encore plus moqueur et appuyé que précédemment. Après tout ce n'était pas la première fois qu'elle l'appelait comme ça et était de loin moins irritant que son second prénom. Non, en réponse, il haussa un sourcil en répondant d'une voix pleine d'arrogance.

    - Mais je suis le centre du monde, ma jolie.

    Une simple phrase, qui aurait tout aussi bien put être ironique, ou même moqueusement naïve. Mais elle ne l'était pas, plutôt prononcée d'un ton sérieux bien qu'on puisse tout de même y discerner une pointe de moquerie. Mais les mots laissés légèrement en suspend laissaient deviner bien plus. Il était de toute façon le centre de son monde, ce qu'on aurait put considérer comme narcissique, mais il était sûr que tout le monde ressentait cela, au fond. Et puis aussi pour montrer qu'il savait qu'il était aussi important pour Ivana. Peut être pas de a manière habituelle, certes, mais s'il ne l'était pas, leur rivalité n'existerai sûrement pas. Les disputes et sous-entendus, les jeux d'influence et de séduction n'auraient pas lieu d'être. Une importance ni totalement négative, ni vraiment positive. Oui, un importance, réciproque, étrange, en fait. Azrael pensa un instant à continuer sur le sujet des "cibles plus importantes" , mais cela aurait presque inévitablement débouché sur une discussion sur leurs allégeances, ou quelque chose d'approchant, et ce n'était pas le bon moment. Pas qu'elles soient réellement secrètes et inconnues pour chacun d'entre eux, mais ce n'était simplement pas un sujet qu'on abordait à la légère, et encore moins au milieu d'une salle commune de Poudlard, entre tout les lieux possibles. Il tira sur sa clope, regardant Ivana alors qu'elle parlait à nouveau. Elle semblait être plus détendue. Elle semblait s'amuser, aussi, comme en témoignait ses yeux brillants. Oh, lui aussi aurait été franchement amusé, si elle ne venait pas de lui rappeler de mauvais souvenirs. Et puis si elle cessait enfin de l'appeler par son deuxième nom, parce qu'en plus d'être horripilant, ça en devenait ridicule. Le Serpentard répondit d'une voix moqueuse, prenant d'abord un faux-air surpris avant qu'il ne devienne lui-aussi moqueur.

    - Vraiment? Tu m’impressionnerais presque, ma petite Ivana!

    Ivana se pencha en avant, comme il l'avait fait à peine quelques instant plus tôt, leurs visages n'étant plus qu'à une dizaine de centimètres l'un de l'autre. Azrael vissa ses yeux dans les siens, comme à son habitude, la proximité rendant le contact visuel encore plus électrique qu'à l'ordinaire. S'en aurait presque été malsain, s'il n'y était pas habitué. On aurait même put sentir une certaine tension dans l'air. La Serpentard leva lentement sa main, laissant ses doigts effleurer doucement la joue du brun, jusqu'à ce qu'elle le griffe légèrement. Azrael retint de justesse un long frisson, causé par le contact, qui menaçait de remonter le long de sa colonne, avant qu'elle ne murmure, sa voix languide s'élevant dans la pièce. Il pencha légèrement la tête sur le côté en réponse, juste avant qu'elle ne se recule. Il sourit simplement, avant de répondre d'une voix faussement-sincère au début, puis entendue et venimeuse.

    - Et je suis content que tu t'en satisfasse, dans ce cas. Les trônes sont plutôt convoités, et les têtes des Reines prisées, mieux vaut en profiter et apprécier autant que possible, n'est-ce pas?

    En même temps, contester le statut d'Ivana n'aurait servit à rien. Elle l'était, clairement, et lui-même le savais, même s'il n'accordait pas vraiment d'importance à cela. Oh, lui aussi voulait le pouvoir évidement, mais il refusait de suivre d'éventuelles règles ou d'être le larbin de qui que ce soit. Et puis, il aimait aussi bien manipuler des ombres et voir ce qui se passait. Mais Ivana n'était pas non plus la seule reine, à Poudlard. Quelle drôle d'idée de diviser le pouvoir quand on pouvait l'avoir pour soit, uniquement. C'était quelque chose qui avait toujours intrigué Azrael, de savoir pourquoi elles étaient trois à se partager le pouvoir. C'était plutôt inhabituel, il faut bien le dire, mais il se doutait bien que l'alliance n'était pas parfaite et qu'elles n'hésiteraient certainement pas à se renverser l'une l'autre si l'occasion ou le besoin se présentait. Il se redressa à son tour, calant nonchalamment son dos contre le dossier moelleux du fauteuil et croisant lâchement les jambes. Il jeta sa cigarette finie dans le feu diminuant, avant de lancer un regard vaguement intrigué à la serbe, et sa voix prit un ton vaguement offusqué et presque caressant.

    - Je me demandais d'ailleurs, pourquoi prends-tu la peine de partager le statut de Reine de Serpentard? C'est quelque peu contradictoire et inutile, alors qu'une seule personne pourrait avoir les pleins pouvoirs.

    Oh, il aurait adoré les voir se battre pour ce titre, enchaîner les coups bas plus vicieux les uns que les autres. Ça aurait été infiniment distrayant et amusant. Et il aurait encore plus aimé être à l'origine de cette discorde. Le côté un peu tordu des Serpentards, vous voyez? Peut être qu'il le ferait d'ailleurs, si l’ennui le prenait trop. Oui, ce serait décidément très drôle de détruire leur sorte d'alliance et de regarder le tout s'effondrer. Mais il faudrait dans ce cas là faire attention à qui prendrai le statut de reine, au final. Aussi mit-il cette idée de côté, attendant de pouvoir y réfléchir plus longuement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Ven 6 Avr - 21:28

    - Et je suis content que tu t'en satisfasse, dans ce cas. Les trônes sont plutôt convoités, et les têtes des Reines prisées, mieux vaut en profiter et apprécier autant que possible, n'est-ce pas?

    Il pencha la tête. Elle sentit un frisson parcourir sa colonne. Beau. Toujours. Ils étaient proches, un peu trop peut-être. Ils formaient un couple étrange dans la pénombre de la Salle Commune, entre haine et attirance. Il y avait comme une attraction, elle se sentait presque obligée de se rapprocher de lui. Elle devait lutter pour rester immobile. Cette tension, cette atmosphère dérangeait Ivana au plus profond de son être. Elle passa une main dans ses boucles d'or, tachant d'oublier ses pensées. Un sourire flottait sur ses lèvres.
    Elle ne répondit pas au garçon. Elle savait que Azrael n'avait pas fini. La Serbe le connaissait tellement bien...

    - Je me demandais d'ailleurs, pourquoi prends-tu la peine de partager le statut de Reine de Serpentard ? C'est quelque peu contradictoire et inutile, alors qu'une seule personne pourrait avoir les pleins pouvoirs.

    La jeune fille se lova dans le fauteuil. Elle écrasa la cigarette sur l'accoudoir et la jeta dans la cheminée. Ses yeux étincelaient dans l'obscurité. Ici, tout semblait prendre une dimension étrange. Leur beauté, leurs paroles. Chaque geste avait une signification, chaque mot avait une subtilité. On aurait dit des dieux, à converser sur empires et royaumes. Dépassant le statut de roi et de reine, ils gouvernaient la vie. C'était spirituel, onirique. Mais, le lendemain, à la lumière du jour, les bassesses recommenceraient et ils ne seraient plus que des humains. Imparfaits.

    Elle soupira. Ivana ferma ses paupières, ses longs cils ombrant ses pommettes. Elle avait un sourire en coin, qui découvrait ses dents immaculées. Elle les rouvrit, darda son regard clair sur lui et dit :

    - Je régnais seule sur Durmstrang, c'est vrai. Mais ici, ce ne sont pas que des trônes qui sont en jeu et même si j'adore ça, je ne peux pas tout perdre pour de futiles rivalités. Je suis au-dessus de ça.

    Le Seigneur des Ténèbres. Voilà une des raisons qui la poussaient à partager. La famille Black, à laquelle appartenait Narcissa, était bien trop proche de lui pour qu'elle tente quoique ce soit. Et si elle était venue à Poudlard, c'est pour le Lord. Elle n'allait pas se mettre à dos des alliés puissants à cause d'une raison aussi... Enfantine. Azrael avait raison, à sa façon. Avoir les plein pouvoirs serait idéal. De plus, elle s'était déjà tissée un réseau assez développé pour organiser un coup d'état. Et qui sait, le Lord apprécierait sans doute cette manière d'agir. Cependant, elle n'en était pas sûre et elle ne pouvait rien risquer. De plus, Ivana avait fini par s'attacher à Narcissa.

    Et Ivana savait, au fond d'elle-même, que cette alliance pouvait apporter beaucoup. Vraiment beaucoup. Elle lui fit un clin d'oeil et poursuivit :

    - Ne fais pas comme si tu me voulais me voir régner seule. La seule chose que tu veux, c'est qu'on se déchire, pas vrai ? Quel amusement pour toi de contempler des personnes aussi nobles et belles se détruire mutuellement pour un royaume... Et te laissant ainsi l'horizon dégagé.

    Elle eut un petit rire doux. Ivana fit craquer ses phalanges. Le bruit d'os résonna longuement.

    - Et toi, comment se passe ta conquête ? Ah, Azrael... Tu tisses ta toile dans l'ombre, tu empoisonnes, tu ronges. Tu es sournois.

    Ce n'était pas une accusation ni un reproche. Juste une constatation. On lui avait souvent dit à Ivana de se méfier d'Azrael. Entre tous, c'est peut-être lui provoquera sa perte. Malgré son caractère franc, le Serpentard était intelligent, calculateur. Il prévoyait ses coups à l'avance et ne se laissait pas distraire. Ivana agissait comme cela elle aussi mais elle avait une approche plus menaçante et agressive. C'était deux forces différentes. Parfois l'un gagnait, parfois c'était l'autre... Et il suffisait d'un coup de chance pour que la prochaine victoire soit définitive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Mer 11 Avr - 12:47

    Elle passa une main pâle dans ses longs cheveux d'or, geste qu'Azrael avait appris a décrypter comme étant un signe de tension, de presque-malaise. Lui aussi la sentait, cette tension, qui semblait même s'intensifier avec leur proximité. Y résister n'y était que plus dur et désagréable d'ailleurs. Mais il ne laissa rien paraître, continuant sa phrase un court instant après s'être rassis confortablement dans son fauteuil de cuir sans pour autant perdre de cette prestance royale qui semblait les envelopper tous les deux. Leur allure princière semblait même encore plus marquée que d'ordinaire, alors qu'ils étaient seuls, dans la salle commune à l'atmosphère ténébreuse, plongés dans la nuit. Cette impression presque mirifique semblait flotter dans l'air même, tout autour d'eux. Qui donnait une importance irréelle et fantasmagorique à la scène, à leurs paroles, à leurs gestes même. Tout semblait emprunt, emplis, de cet air mystique, alors qu'ils parlaient de trônes et de règnes comme de simples objets, comme de simples jeux destinés à les divertir un temps, aussi longtemps que cela les intéresserai. Objets et distractions qu'ils pourraient soudainement laisser tomber dès l'instant où ils leur inspireraient le moindre sentiment de lassitude ou d'ennui. Et pourtant règne rimait avec sujets, cour, et d'autres sorciers qui devaient s'y soumettre. On aurait pu les trouver cruels, insensibles, mais c'était ainsi que la plupart des sangs-purs et des ambitieux étaient. Eux et leurs égaux passaient avant. Étaient au-dessus de tout. Et ce sentiment n'était que renforcé en cet instant.

    Ivana soupira avant de répondre à ses précédentes questions, un sourire en coin qui ne faisait qu'ajouter encore au charme et à la beauté qu'elle dégageait. Ces paupières fermées un instant eurent presque le don de perturber un instant l'anglo-russe, cachant les prunelles claires de la jeune femme. Ils fut néanmoins bien plus intrigué par ses paroles. Certains auraient put prétexter que ce n'était que par incapacité à se montrer plus fortes, d'autres peut être par lâcheté. Azrael trouvait simplement que ses mots semblaient bien plus matures que ce à quoi il s'attendait de la part de la 'Reine de Durmstrang'. Ce qui ne pouvait être qu’appréciable. Accepter de partager le pouvoir, même un moment, dans une optique plus importante pouvait parfois se montrer plus frustrant ou difficile qu'autre chose. Même s'il fallait, selon le jeune homme, ne jamais se laisser faire, ne jamais laisser entrevoir de faiblesses, et toujours être prêt à renverser les autres. Tout cela faisait parti des jeux de pouvoirs qu'ils aimaient tant, et dont il fallait réussir à percevoir toutes les subtilités pour y être le meilleur. Toujours avoir des coups d'avances, comme le disaient certains. Même si ces derniers oubliaient toujours d'autres éléments à ne jamais laisser de côté. Le talent faisait parti de ceux-ci, entre autre.

    Le Serpentard observa la Serbe d'un air vaguement intrigué, pensif aussi, pendant qu'il était plongé dans ses pensées, attendant qu'elle poursuive. A quoi bon briser le silence pour prononcer des paroles qui seraient futiles? Vides de sens, ou même au contraire, trop pleines de ces sens qui ne faisaient qu'orienter la conversation vers un versant plus dangereux. Il n'en avait pas envie, préférant se complaire dans l'atmosphère presque chimérique qui flottait autour d'eux. Autant profiter de ces rares moments de supériorité et de domination sur ce qui semblait être le reste du château, sur tous ces êtres ignorants de la discussion qui se déroulait non-loin d'eux. Mais c'est ce qu'ils devaient rester : des ignorants. Ignorants des sombres événements qui se tramaient souvent dans le château, ignorants des réels motifs de la lutte acharnée pour le pouvoir, des manipulations qui se jouaient d'eux, et de tant de choses encore. Mais ne pas non plus trop les laisser dans l'ignorance, il fallait qu'ils en sachent assez pour craindre sans, qu'ils puissent comprendre un acte anonyme , qu'il soit de représailles ou non, qui pourrai l'avoir orchestré, et une infinité de petits détails et de nuances dans leur ignorance. C'était plutôt dur à contrôler, tout cela! Mais c'était aussi ça, l'art de manipuler depuis les ombres. Mais leur discussion, à Ivana et à lui, ne les concernaient en rien -pas qu'ils aient à le savoir de toute manière- on aurait dit deux leader qui se connaissaient de longue date, étant tantôt alliés, tantôt rivaux, et se rassemblant pour une simple nuit de repos. Et c'est ce qu'ils étaient, en un sens.

    Le clin d’œil amusé de la belle serbe fut bien vite suivit par une autre remarque, à laquelle Azrael répondit d'un vague sourire amusé, qui fit briller une légère lueur d'amusement dans ses yeux. Lueur qu'on aurait même put qualifier d'amusement sadique, mais la nuance était bien faible, entre les deux... Il hocha lentement la tête d'un air entendu, avant de répondre.

    - Cela créerai une distraction à la mesure de vos rangs... Et les amusements de cette qualité se font plutôt rares, vois-tu? Observer la royauté s'effondrer et la discorde s'installer...

    Ses yeux durent se mettre à briller un instant, accompagnant le ton presque passionné et rêveur qui avait accompagné ses dernières paroles. Le jeune homme cligna lentement des yeux, ses paupières venant voiler ses prunelles durant quelques courtes secondes, et une expression moqueusement pensive vint remplacer la précédente, mimant une feinte réflexion sur les dernières paroles d'Ivana.

    - Il est vrai que si les reines venaient à tomber, le trône serait désespérément vide, attendant un nouveau souverain... Et qui serait assez bête pour laisser passer une occasion pareille? Certainement personne, mais rares sont ceux pouvant prétendre à ce titre.

    Parce qu'après tout, nombreux étaient ceux qui désiraient posséder le pouvoir, mais rares étaient ceux qui y parvenaient. C'était un de ces cas où tout était soigneusement intriqué. Un simple détail, une simple qualité manquait, et tout s'effondrait. Il fallait parvenir à anticiper les actions des autres, et être suffisamment intelligent et doué pour cela, il fallait avoir des relations et des soutiens, des informateurs, et surtout, la capacité à écraser toute forme de concurrence. Et tant d'autres choses encore. Et Azrael faisait parti de ceux pouvant y arriver. Mais il prenait son temps, rien ne servait de précipiter les choses. Et puis manipuler depuis les ombres était aussi on ne peut plus satisfaisant, laisser les gens se bercer de leur plus douces illusions, pour mieux les détruire après. La lente descente aux enfers, inconnue, avant qu'ils ne s'y trouvent tous soudainement. Ne comprenant que trop tard ce qui leur était arrivé.

    Ce fut encore une fois le léger rire d'Ivana, vite suivit du bruit d'os que firent ses phalanges lorsqu'elle les craqua, qui coupa le Serpentard dans ses douces pensées, la cruauté latente de celles-ci ne le gênant pas le moins du monde. Aux paroles de la Serbe, il sourit. Un sourire qui en disait long, tout autant qu'il en masquait. Plein de fausseté. De sournoiserie, comme l'avais si justement soulevé la jeune femme. Il laissa le silence retomber, se prolonger, continuant à sourire dans la pénombre ténébreuse de la salle commune. La lumière verdâtre des flammes dansantes dans l'âtre allongeait les ombres. Donnait une dimension plus inquiétante à la scène, à la lueur tortueuse qui animait ses prunelles vaironnes. Enfin il répondit de cette voix faussement caressante, qui vous empoisonnait lentement sous couvert du velours.

    - Que de compliments, ma chère Ivana... J'espère que la tienne se poursuit toujours aussi bien. Il marqua une légère pause avant de poursuivre Ma toile se tisse et mes pions avancent. Lentement, sûrement. Le plus drôle est que la plupart ne s'en rendent même pas compte, tellement pris dans leurs illusions... Mais le temps de briser celles des plus faibles approche, le temps de les faire craindre, tous, n'est plus qu'à quelques pas.

    Sa dernière phrase laissait deviner plus qu'elle n'en disait, tout en maintenant ses intentions dans le flou. Elle pouvait laisser penser à d'autre pensées, d'autres événements qui se préparaient dans l'ombre, bien loin des manipulations de Poudlard. Laissait penser à la vengeance qu'il attendait avec une impatience morbide, aussi. Peut être parlait-il des trois, tous mélangés, peut être ne parlait-il que d'un seul de ces projets. Mais tous avaient un lien, n'est-ce pas?




HRPG : J'espère que ça te vas, je suis pas tout à fait convaincue par le début... x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Ven 15 Juin - 11:56

    Il était beau. Il fallait le dire, non ? Azraël était beau. C'était terrifiant, angoissant. Presque bizarre. Ses cheveux sombres, ses traits fins sa bouche bien dessinée, sa carrure mince et musclée... Et ses yeux, pièges de l'âme. On se noyait dans ses prunelles sombres. Bleu et vert. Ivana adorait les mains du jeune homme aussi. Des mains longues et gracieuses. Quand il parlait, elle le dévorait du regard, elle l'observait, se rassasiait de son visage. Elle le contemplait.

    Ivana ne s'en rendait pas compte. Jamais. Elle savait qu'il y avait cette attirance entre eux deux, cette attirance qui les bouffait et qui les conduirait à faire de grosses bêtises. Mais, elle ne se doutait pas à quel point c'était de leur faute. Chacun, sans faire attention, alimentait cette folie. Par un soupir, un sourire, ils rendaient tout cela intenable. Un jour, cela leur explosera au visage. Une bombe à retardement, qui fera beaucoup de blessés. C'est ça, qui sera vraiment drôle. Les dégâts collatéraux.

    Elle garda le silence pendant qu'il lui répondait. Ivana détestait l'interrompre, sauf s'il disait quelque chose de vraiment stupide. La blonde se lova dans le fauteuil, bougeait sans cesse. Elle finit par ressortir une cigarette - encore - et la mit entre ses lèvres pulpeuses. Elle retint un rire. Si son père la voyait... Il piquerait une crise. La battrait. Peut-être un Doloris ? Il lui passerait un savon, hautaine, elle répliquerait, il lui ferait mal, elle sourirait comme une folle. La scène se déroula pendant quelques secondes dans sa tête. Ivana connaissait sa famille par coeur, leurs réactions, leurs défauts, leurs - rares - qualités.

    Elle prit une inspiration, souffla la fumée.

    - Que de compliments, ma chère Ivana... J'espère que la tienne se poursuit toujours aussi bien. Ma toile se tisse et mes pions avancent. Lentement, sûrement. Le plus drôle est que la plupart ne s'en rendent même pas compte, tellement pris dans leurs illusions... Mais le temps de briser celles des plus faibles approche, le temps de les faire craindre, tous, n'est plus qu'à quelques pas.

    Il avait employé sa voix de vipère. Celle qui crachait du poison, qui griffait et mordait insidieusement. On ne se lassait pas de l'écouter, tellement elle était douce et caressante. Au fond, elle bousillait tout. Ivana se redressa. Ses cheveux dorés volèrent follement autour de son visage ; ses grands yeux bleus avaient cette lueur dangereuse. Ses mains se crispèrent. Ce discours lui rappelait quelque chose. Elle tâcha de garder une apparence impassible. La blonde réussit. Cependant, elle savait que le Serpentard avait remarqué à quel point elle s'était tendue. Elle avait dû mal à se contrôler quand il était avec elle. Malheureusement.

    Était-elle paranoïaque ou il y avait-il vraiment derrière ces mots la présence du Lord ?

    De sombres évènements se tramaient, bien loin des futilités de Poudlard. Le point culminant de toutes ces horreurs arrivait à grands pas. Les agressions, les morts, les tortures... Leur nombre augmentait ainsi que leur cruauté. Vite, vite, les Sang de Bourbe devaient disparaître. Ce n'était qu'une question de mois. Ivana avait-elle envie de parler de cela avec Azraël ? Qu'importe ce qu'il ait voulu dire, devait-elle discuter du Seigneur des Ténèbres avec lui ? Ils partageaient les mêmes opinions, c'était sûr. Elle savait ce qu'il pensait. Lui aussi.

    Ivana décida qu'il valait mieux que non. Ils avaient encore un peu de temps avant que cela ne devienne une nécessité.

    - Ne t'inquiète pas pour moi, Steve. Je partage peut-être mon trône mais il est puissant. La royauté ne s'effondra pas de si tôt. La plèbe reste dans les rangs, admirative et silencieuse. Les Sang Pur, qui voudraient nous prendre notre place, sont sous contrôle.

    Une vraie Royauté. Qui pourrait croire que cela concernait une école ?

    - Mais... Les coups d'états sont toujours possibles. D'ailleurs, tu fais partie de la liste noire.

    Ivana s'étendit, languide. Sa robe remonta un peu, laissant entrevoir son boxer noir. Elle tira sur sa cigarette, sourit - séductrice - et dit :

    - Tu prépares quelque chose, Az'... Je me demande quand ton plan arrivera à terme et si je serai violemment touchée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Mar 3 Juil - 20:15

    Ivana se tendit, se crispa presque violemment un court instant, mais qui fut néanmoins suffisant pour qu'Azrael le remarque. On dirai qu'il avait touché une corde plus sensible que les autres avec sa dernière remarque. Ça n'avait pas vraiment été le but, mais ça avait été l'occasion d'observer la réaction de la Serbe quant à un léger sous-entendu sur les actions du Lord, ce qui était toujours intéressant à noter. Vague sous-entendu d'ailleurs, il y avait tout de même plus de chance qu'il ai parlé uniquement de ses projets. De ceux qui auraient à subir sa vengeance et de ses pions... Mais la Serpentard devait savoir, pertinemment même, qu'Azrael ne laissait que peu de choses au hasard, et que ses paroles volontairement floues ne faisait pas parti de ces rares choses. Elles embrouillaient, donnaient envie d'en savoir encore plus, et pour ce faire vous faisait révéler parfois plus que vous ne le vouliez... sans avoir de réponse plus claire par la suite. L'anglo-russe cultivait le mystère et les incertitudes le concernant. Il en intriguait plus d'un qui se faisaient prendre au jeu d'ailleurs... Mais Ivana le connaissait bien, depuis le temps qu'ils se côtoyaient et qu'ils se faisaient des coups bas, et même si elle se demandais certainement si il parlait également du Seigneur des Ténèbres, elle ne dut pas se poser la question trop longtemps. En même temps, elle devait être, avec quelques autres élèves de Durmstrang, parmi les seuls à savoir qu'il partageait amplement les idées du Mage noir.

    Azrael tiqua à nouveau lorsqu'Ivana utilisa encore son deuxième prénom, mais laissa couler. Aussi irritant que c'était. Mais de toute manière, il savait bien que plus il y réagissait -mal- plus cela donnait une bonne raison à la jeune femme de l'utiliser. C'était ce qu'elle cherchait après tout, l'énerver. Elle semblait bien aimer donner des surnoms pour agacer, d'ailleurs. Aussi l'anglo-russe décida qu'il valait mieux ne pas réagir et s'en amuser plutôt qu'autre chose. Rendre la pareille, aussi, pourquoi pas. La suite de la réplique de la Serbe le fit sourire sous cape à l'idée que les sang-purs potentiellement menaçants soient sous-contrôle, comme elle le disait si bien. Ceux qui étaient menaçants étaient loin d'être maîtrisés, et s'ils acceptaient la royauté-serpentardienne, c'était uniquement parce qu'ils y voyaient des avantages. Être couverts par leur présence, pouvoir s'élever dans l'ombre, ne pas être immédiatement soupçonnés... Et ces atouts pouvaient être utiles, fort utiles, parfois. Cela suffisait certainement à la plupart d'entre eux pour qu'ils ne se 'révoltent' pas devant le trône, mais ne voulait pas dire qu'ils étaient sous-contrôle... Il suffisait qu'un rien ne les satisfasse pas après tout... Ou plutôt que les désavantages et l'agacement -voir l'inutilité- de laisser les reines au pouvoir dépassent les avantages procurés. Enfin bon, le Serpentard ne pouvait nier qu'Ivana avait cette intelligence prévoyante en ce qui concernait le pouvoir, et qui était indispensable à qui montait sur le trône. Ce qui paraissait logique, en un sens, -elle n'aurait pas été l'une des trois reines de Serpentard sinon- mais qui était tout de même un bon point.

    La dernière remarque de la jeune femme sembla même confirmer cela. Un sourire satisfait et suffisant courba les lèvres d'Azrael quand Ivana ajouta qu'il était sur la liste noire. Voilà qui lui plaisait... Certes, cela aurait paru bien étrange à qui l'aurai su -mis à part éventuellement à certains serpents- mais le jeune homme n'avait rien à faire de ce que pensaient les autres. La liste noire signifiait qu'il était considéré comme potentiellement dangereux, ou problématique... Toujours son sourire aux lèvres, légèrement plus vicieux et appréciatif, il susurra, toujours de sa voix vipérine et légèrement rauque.

    - La liste noire, hein... tu m'en vois flatté, ma mignonne! Vraiment!

    Son ton se fit faussement pensif tout comme son expression, mais dans ses prunelles brillaient une légère lueur amusée. Narquoise, aussi.

    J'espère que j'y suis bien placé... Après tout, vous devez toutes trois bien savoir de quoi je suis capable...

    En même temps, il était vrai qu'il connais assez bien les chacune des-dites reines. Moins avec Narcissa, certes, même s'ils aimaient bien eux aussi se mettre des bâtons dans les roues et se provoquer, mais il connaissait très bien et Ivana, et Gaël. Il faut dire qu'il voyait la Serbe toute l'année depuis six ans, et qu'il était sorti avec l'Anglaise pendant tout un été, juste deux ans auparavant. Et puis... il aimait les provoquer toutes les trois, autant les unes que les autres. Ce qu'elles lui rendaient bien, il fallait bien l'avouer. C'était un jeu, même. Jeu de pouvoir et de provocation qui rendait tout tellement plus intéressant! Qui donnait une dimension presque électrique, légèrement addictive, comme si le reste devenait soudainement bien moins intéressant. Enfin, excepté sa vengeance et la magie noire, mais ça, ce n'était pas exactement la même chose...

    Ivana s'étendit, et prit une bouffée de sa cigarette, avec comme un air séducteur lui collant à la peau. Comme toujours, ou presque. Le regard du Serpentard fut un instant attiré par le noir du boxer de la jeune femme, contrastant clairement avec sa chemise de nuit blanche qui avait suffisamment remonté lorsqu'elle s'était étirée pour le laisser entrevoir. Après un court instant de pause, il laissa remonter lentement son regard le long du corps étendu de la Serbe. Qui ne l'aurait pas fait? Elle était magnifique, personne ne pouvait le nier, et l'atmosphère étrange, lourde, qui régnait dans la pièce, entre eux, ne faisait qu'ajouter à l'attirance qu'il avait pour elle. Qu'il y avait entre eux, il y avait ces regards, ces sourires, et ces expressions infimes qui la trahissait parfois. Et puis tout deux le sentaient, le savaient. Et pourtant il ne se rendait que rarement compte qu'il la contemplait, que ses yeux dérivaient sur elle, inconsciemment, quand ils étaient dans la même pièce.

    Azrael se redressa sur son fauteuil, s'étant inconsciemment légèrement penché en avant. De manière infime, presque. Il s'adossa plus confortablement contre le dossier, s'humidifiant machinalement les lèvres, avant de plonger à nouveau son regard dans celui d'Ivana. Un nouveau sourire narquois, légèrement mystérieux, répondit d'abord à la question de la Serpentard. Un plan? Tout dépendait duquel... Parce que des plans, il en avait. Concernant ses alliés, sa vengeance, son entrée chez les mangemorts, ses proies, manipulation. En ce qui concernait le pouvoir à Poudlard... il avait décidé d'attendre un peu, de voir. De pour une fois laisser faire un moment les choses, même si au final, il le voulait aussi, le trône. Mais il devait jouer prudemment, lentement aussi, se presser n'aurait servit à rien. Mais ça... elle n'avait pas besoin de le savoir.

    - Chaque chose en son temps... – sa voix se fit encore plus caressante, séductrice aussi- Quant à toi, il est possible que tu sois plus touchée que tu ne le pense. Et peut-être le seras-tu différemment de ce à quoi tu t'attends... Qui sait?

    L'interrogation était elle clairement moqueuse et amusée, comme si il l'invitait à venir le découvrir, qu'elle pourrai avoir une quelconque influence sur cela. Montrait que lui seul avait la réponse et pouvait la lui donner. Même s'il n'avait pas encore tout à fait décidé de son plan et de ses agissements, l'idée de défaire la royauté lui semblait toujours attirante. Mais c'était encore de la provocation, toujours, comme pour voir jusqu'où ils pourraient aller avant que l'un d'eux ne cède. De n'importe quelle manière qu'il soit. Et Azrael était décidé à ne pas céder le premier, à ne pas perdre, même malgré l'atmosphère électrique qui régnait, et même leur attirance, qui semblait encore s'intensifier cette nuit, alors qu'ils étaient seuls dans la salle commune des Verts et Argents.



Pas encore relu~ j'espère que c'est quand même potable, j'ai eu du mal à commencer mes idées m'ont fuit >< si t'as pas assez matière à répondre dis moi je rajouterai un ou deux trucs!

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Dim 29 Juil - 17:34

    - La liste noire, hein... tu m'en vois flatté, ma mignonne ! Vraiment !

    Ma mignonne ? Ivana leva ses prunelles moqueuses vers lui. Il était rare qu'Azraël emploie des surnoms. Il détestait qu'elle l'appelle Steve, il détestait qu'elle le rabaisse à ce second prénom douteux, aux connotations moldues.

    Elle se lova dans le fauteuil, plus confortablement. Quelle heure devait-il être ? Trois heures et demie ? Quatre heures ? Ivana n'avait aucune notion du temps, surtout dans cette ambiance. Lourde, électrique. N'étaient-ils pas hors du temps ? Discuter pouvoir et royauté, s'affronter, s'attirer. Leur conversation n'avait pas vraiment de début, ni de fin. Tout était décousu. Irréel. Voilà, c'était le mot. Irréel. Demain, ce serait comme si cette nuit n'avait jamais existé. Bien sûr, ils s'en rappelleraient tous les détails, garderaient les informations, les utiliseraient plus tard.

    Mais, ce ne serait pas pareil.

    - J'espère que j'y suis bien placé... Après tout, vous devez toutes trois bien savoir de quoi je suis capable...

    Elle eut un sourire. Azraël était incontournable dans Poudlard et cela n'échappait pas aux Reines. Il était remis en question. On savait de quoi il était capable. Ses manipulations lui avaient donné une réputation dangereuse. Elle repoussa une mèche dorée qui était tombée sur ses yeux et tira sur sa cigarette. Qui venait de se finir.

    Ivana jeta le mégot dans la cheminée.

    Elle avait repéré le regard d'Azraël sur son corps, son visage, elle l'avait vue la contempler, l'observer pendant un infime moment. Elle n'en retira aucune fierté. Son ego n'en fut pas flatté, son orgueil resta de marbre. Elle ressentit juste un bref agacement, pour être franche. Car ce n'était pas comme ça que cette stupide histoire allait s'arrêter, qu'ils allaient enfin réussir à se détacher de cette attirance seulement physique. C'était lassant, intenable. Ils étaient coincés dans leur fierté, aucun ne briserait l'entente mutuelle de rien faire, ils ne pouvaient pas céder à la tentation.

    Chacun retenait ses pulsions. Seuls quelques regards enflammés, des amorces de gestes, une atmosphère capiteuse, les trahissaient.

    - Chaque chose en son temps... Quant à toi, il est possible que tu sois plus touchée que tu ne le penses. Et peut-être le seras-tu différemment de ce à quoi tu t'attends... Qui sait ?

    Sa voix, douce et caressante, lui donna des frissons. Ivana se décolla du fauteuil, se pencha. Comme une dizaine de minutes auparavant, elle réduisit la distance qu'il y avait entre les deux. Cette fois-ci, elle ne le toucha pas. Elle se contenta de planter ses iris océanes dans les siennes, un sourire lascif aux lèvres. La tension monta d'un cran. Il suffisait de peu pour qu'ils aient un contact.

    Elle papillonna de ses longs cils noirs, qui ombraient ses pommettes hautes, passa une main dans ses boucles un peu folles, et susurra :

    - À part toi, personne ne le sait. Tu ne me dirais rien, pas vrai ? Il va falloir que je découvre cela moi-même et que je contrecarre les plans qui me concernent...

    Azraël était quelqu'un de secret et d'efficace. Mais, Ivana avait ses ressources. Elle était intelligente, vive. Elle savait s'adapter, réagir vite. Elle réfléchissait, analysait. Son père avait tenu à ce qu'elle soit capable de se défendre, que cela soit physiquement, mentalement ou par la magie. Tout avait été prévu. Elle était une Adzovic et donc, une ennemie redoutable.

    - Je pense pas être une de tes priorités, pour le moment. Tu as d'autres choses à faire que de t'occuper du trône de Poudlard... Mais tu y viendras, ce n'est qu'une question de temps.

    La serbe le connaissait. Azraël ne laissait rien au hasard. Il devait avoir prévu beaucoup de choses.

    - Et je serai là pour t'en empêcher, Azraël...

    Sa voix s'éteignit dans un murmure. Soudain, elle eut l'immense envie d'agir, de cesser cette non-action. Peut-être que s'ils succombaient enfin, tout s'arrêterait ? Elle n'était pas naïve. Non, ce serait encore pire. Horrible, même.

    Néanmoins, Ivana décida de ne pas bouger et elle ne vint pas se lotir au fond de son fauteuil. Elle était forte, par Merlin. Elle pouvait résister, malgré qu'ils soient trop proches. Elle pouvait et elle le devait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Encore toi - Az' - Jeu 9 Aoû - 19:34

    Ivana se pencha à nouveau vers lui, juste comme elle l'avait fait quelques minutes plus tôt, réduisant la distance entre eux à quelques simples centimètres -une dizaine, tout au plus. Au contraire de leur éloignement, l'atmosphère lourde augmenta, comme si même elle attendait qu'il se passe quelque chose, un mouvement de la part de l'un d'eux, n'importe lequel, mais qui tardait à arriver. Qui était toujours reporté, évité, retardé. Et qui n'arriverait pas ce soir. Chacun résistait contre leurs nerfs chauffés à blanc, et contre leurs pulsions, et si l'air entre eux n'avait que rarement été aussi tendue et électrique, Azrael doutait que l'un d'eux finisse par craquer cette nuit là. Trop de résistance de chaque côté, de résistance. Ils continueraient à jouer au jeu du chat et de la souris, sans que personne ne prenne l'un des deux rôle, restant tous les deux les prédateurs, ceux qui testent. Qui provoquent et cherchent à faire craquer l'autre. A gagner. Et ils étaient tout deux décidés à être celui qui serait le chat.

    Azrael la regarda papillonner des cils, charmeuse, passer sa main dans ses cheveux, sans détacher son regard de son visage. Pourtant toute cette tension se faisait presque frustrante, et c'est de l'irritation qu'il sentit naître en lui, se tapir, comme prête à bondir et à courir dans ses veines dès que l'occasion se présenterait. Il n'y fit pas attention, se concentrant sur les paroles que susurrait la Serbe, tout près de lui. Seuls signes de ses sentiments contradictoires, son regard un instant comme enflammé et où brillait une touche d'agacement, bien vite masquée. Il s'humecta légèrement les lèvres, avant qu'un sourire narquois, presque très légèrement mauvais, n'étire ses lèvres. Ce qu'Ivana disait... il avait presque envie de faire le contraire. La lutte pour les trônes prenait un intérêt nouveau, comme si le fait qu'elle pense que ce n'était pas une de ses priorités mais qu'il y viendrait de toute manière, la transformait justement en une de ces priorités. Gagner du pouvoir... c'était toujours bénéfique, en fin de compte, si on jouait avec attention. Ce qu'il ferait, évidemment, ce n'était pas son genre de laisser des éléments et des détails au hasard, ni à personne. Sa paranoïa, qu'il appelait simple prudence, l'en empêchait.

    Mais même ainsi, les trônes ne deviendrait pas sa principale priorité, sa vengeance l'était toujours, indétrônable, irremplaçable. C'était elle qui dictait pour le moment, et le reste passait après, excepté si cela l'aidait à atteindre son but. Mais rien n'empêchait la course pour les trônes de passer juste après, elle pourrait même lui apporter des avantages non négligeables, et pour son ''petit projet'' et même pour d'autres choses, il en était certain. Quant à une potentielle prise de pouvoir, il se débrouillerait sans mal pour trouver des alliés, même si ça n'était que pour un moment. Mais il aurait encore amplement le temps d'y penser plus tard, de tout prévoir, de mettre ses plans en place. Agir trop précipitamment ne donnait jamais rien de bon, l'anglo-russe le savait, et ne le ferait pas. Et l'instant n'était pas vraiment aux machinations.

    La dernière phrase d'Ivana, tout juste murmurée, resta comme suspendue dans l'air pendant un instant, irritante. Elle se croyait si forte et si intelligente qu'elle pourrait l'arrêter comme un rien, c'était l'impression que ces paroles donnaient. Et cette arrogance suffit à mettre le feu au poudre, à libérer l'irritation qui menaçait déjà de le prendre. Déjà proche de l'énervement. Il savait bien camoufler cela, Azrael, mais la soudaineté des émotions se laissa transparaître dans ses yeux, et dans l'infime courbe amère que prit son sourire. Se penchant à son tour en avant, réduisant encore la distance. A peine quelques trop courts centimètres, il en faudrait tellement peu pour qu'ils se touchent, même une amorce de mouvement aurait presque pu suffire. Mais il n'en fit rien, l'irritation aidant certainement à se retenir, et sa détermination de ne pas craquer était toujours aussi forte. Implacable. Plantant ses prunelles vaironnes dans les yeux clairs de la Serbe, il murmura de sa voix de vipère, très légèrement plus dangereuse qu'avant.

    - M'empêcher d'arriver à mes fins... tu semble bien sûre de toi, Ivana. N'as-tu jamais appris que ça peut être dangereux, d'être trop sûr de soi et de risquer de sous-estimer les autres? Essaye si tu le veux, mais ne crois pas pouvoir m'empêcher de faire quoique ce soit.

    Sa dernière phrase avait été plus dure, tranchante même, et il resta encore un instant penché vers la Serpentard, tout proche, avant de se redresser et de se lever de son fauteuil d'un même mouvement. D'un pas souple qui dissimulait son énervement, Azrael fit le tour de celui-ci, avant de passer derrière celui d'Ivana. Posant sa main sur le haut du dossier, il se pencha à nouveau, s'approchant de son oreille sans pour autant la regarder.

    - Les priorités changent, et le trône pourrait très bien devenir soudainement une priorités des plus importantes pour moi... Le temps se rapproche, et il est plus trompeur que tu ne peux le penser. Je ne suis pas n'importe quelle cible que tu peux évincer d'une simple parole ou d'une simple menace, et il t'en faudra bien plus que ça pour m'évincer ou m'empêcher d'arriver à mes fins.

    Hautain Azrael, et cela se ressentait tant dans ses paroles que dans son allure, comme si cela l'imprégnait soudainement, en réponse à l'irritation et à l'énervement qu'il ressentait, qui courait dans ses veines. Il retourna vers son fauteuil, laissant glisser sa main le long de celui où Ivana était installée, l'effleurant presque au passage. Retournant derrière son propre fauteuil, il s'appuya nonchalamment au dossier, masquant toujours son agacement, et planta à nouveau son regard dans celui d'Ivana, haussant un sourcil faussement interrogateur, moqueur.

    - Tu crois que tu en serais capable ?

    Parce que j'en doute. C'est ce qui était clairement sous-entendus, et il était sûr qu'Ivana ne le manquerait pas. Et il savait pertinemment que cette allusion ne manquerait pas de l'énerver, elle qui s'estimait tellement et qui détestait être prise pour une idiote.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Encore toi - Az' -

Revenir en haut Aller en bas

Encore toi - Az' -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-