Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 15:36

Vos papiers, s'il vous plaît !


ϟ Prénom(s) : Lev Nikolaïevitch
ϟ Nom : Avdeïev
ϟ Age : 17 ans
ϟ Date et lieu de naissance : 31 décembre 1959
ϟ Statut : Sorcier
ϟ Sang : Pur
ϟ Particularité : Élève de Durmstrang - orphelin
ϟ Baguette : Bois d'if, plume de phénix, assez rigide, 33,33cm
ϟ Patronus : Il est incapable d'en produire un
ϟ Epouvantard : Le caveau de sa famille, avec les noms de ses parents et de son frère
ϟ Amortentia : L'odeur des forêts de sapin de Russie; les feux de bois; le plaisir de la neige
ϟ Feat : Shane Brew







Et puis tout le reste, pendant qu'on y est !

Décrivez physiquement votre personnage. (10 lignes minimum)

Lev est plutôt grand, dépassant le mètre quatre-vingts. Mais mince, presque frêle à cause de sa mauvaise santé, il a une allure fragile qui lui attire une compassion teintée d’indifférence de la part des adultes, incapables de voir en lui danger ou menace. À tort. Le garçon le sait et en joue pour cacher ses véritables pensées. À part cela, tout en lui clame ses origines slaves. Son teint pâle s’accompagne de cheveux épais, très blonds, qui s’éclaircissent encore sous le chaud soleil d’été de Russie. Si Lev est généralement bien coiffé, il aime aussi les laisser libres, au point qu’il lui tombe parfois dans les yeux, accentuant son allure juvénile. Ses yeux sont d’un vert très clair, pur, qui surprend et donne l’impression de transpercer ceux qui se trouvent sous ce regard, sans rien refléter en retour. Des pommettes hautes et une voix de basse complètent le tableau.

Le garçon s’habille sans excentricité, de façon classique. Une nécessité pour paraître crédible aux yeux des adultes. Il porte également une chevalière aux armes de sa famille : une épée à laquelle sont adossés deux croissants de lune, le tout surmonté d’une couronne. Entre fragilité et sérieux, Lev sait jouer sur les apparences, prenant par surprise ceux qui pensaient en faire une proie facile. La seule touche d’originalité qu’il se permet est un bracelet de vermeil qu’il ne quitte jamais. Dessus est gravée en caractères cyrilliques la devise familiale à laquelle il veut demeurer fidèle : Plutôt la mort que la souillure.

Lev est parfaitement à sa place dans le monde des anciennes familles de sang-pur. Il possède cette distinction, cette élégance innées, inimitables, accompagnées de l’assurance de ceux qui connaissent la valeur de leur nom. Il est un Avdeïev et cela se voit dans toute son allure.





Décrivez mentalement votre personnage. (15 lignes minimum)

Que fait-on quand on n’a plus que quelques années à passer sur cette Terre ? Certains se désespèrent ; d’autres se laissent aller, ne commencent rien puisque c’est voué à s’achever trop tôt, et meurent à petit feu. Lev a choisi de vivre. Jusqu’au bout. Intensément et passionnément. S’accrocher ainsi à la vie, chercher à en profiter à chaque instant est pour lui la seule façon de se moquer du destin, de prendre sa revanche, d’affirmer sa puissance devant la mort. Il veut être prêt quand l’heure viendra et avoir tout vu, tout fait d’ici-là ; ainsi, il n’aura ni remords ni regrets. Cette course éperdue, cette perpétuelle fuite en avant est aussi un moyen d’oublier le chagrin dû au destin tragique de sa famille.

Lev a deux comportements selon qu’il est en présence d’adultes ou de gens de son âge.
Avec ses relations d’affaire, il présente une capacité de réflexion et de décision au-dessus de son âge. Formé par son frère, il est à même de gérer les affaires de la famille et le fait avec efficacité, ayant appris de ses erreurs passées. Ses alliés et ennemis savent désormais à quoi s’en tenir avec lui. Ceux qui pensaient profiter de sa faiblesse ont corrigé leur manque de jugement et traitent avec lui d’égal à égal.
Avec ses amis ou ses camarades d’école, Lev a une allure désinvolte, insouciante. Il entend profiter de tout ce que la vie a à lui offrir et ne refuse jamais une occasion de s’amuser.

Derrière ces façades mondaines se trouve le véritable caractère du garçon, forgé dans la douleur et les larmes, par la main de son frère aîné. Si Lev sait s’amuser, il peut également se montrer impitoyable envers ceux qui le contrarient ou qu’ils jugent inférieurs. Sa propre souffrance ne le porte pas à l’indulgence, bien au contraire. Il partage pleinement les idées du Seigneur des Ténèbres qui sont aussi celles de sa famille et entend bien le rejoindre, une fois sa scolarité achevée, impatient de porter la marque. Il n’a que peu de temps mais il compte le mettre à profit pour apporter autant que possible à la cause du mage noir. Plutôt la mort que la souillure ; plutôt mourir que laisser plus longtemps les sang-de-bourbe profiter d’un pouvoir qui ne leur appartient pas. Le garçon considère tout ce qui vient du monde des moldus comme impur.





Racontez l'histoire de votre personnage. (20 lignes minimum)

Avdeïev. Un nom qui suscite encore le respect dans toute la Russie, et même au-delà, dans les proches pays de l’Est, jusqu’en Allemagne. Une famille dont la pureté de sang ne se discute pas, dont l’influence et la puissance se sont fait sentir jusque dans les plus hautes strates du pouvoir. Autrefois, un proverbe disait : ce qu’un Avdeïev désire, le gouvernement l’accomplit. Cette proximité avec la politique n’a pas empêché, bien au contraire, la famille de se tourner vers l’illégalité et les trafics en tout genre. La Mafiya russe trouve chez les Avdeïev son équivalent magique. Si, aujourd’hui, l’influence politique de la famille est quelque peu amoindrie tout en étant loin d’être négligeable, ses chefs sont toujours respectés et sont à la tête d’un véritable empire financier, qui a des ramifications dans presque tous les domaines. Dans la seconde partie du XXème siècle, Nikolaï Ivanovitch Avdeïev dirige la famille avec une efficacité redoutable et toute la noblesse sang-pur se presse chez eux, dans les prestigieuses réceptions organisées au château familial. Marié à Natalia Nikititchna Tsvetkov, Nikolaï a eu un premier enfant avec elle, Alekseï.

31 décembre 1959, fin de l’après-midi en plein cœur de la Russie. Le dernier jour d’un mois qui se meurt sous la neige et le vent, dans des températures largement en dessous des moyennes de saison. Camaïeu blanc et gris, le monde geint et gémit, pour accueillir la venue au monde du nouveau rejeton de la très noble et très prestigieuse famille des Avdeïev. Les médicomages s’agitent dans la chambre de Natalia, pressés par l’urgence de la situation. Tous sentent peser sur eux le dur regard de Nikolaï qui a insisté pour être présent. Ils n’ont pas le droit d’échouer mais l’enfant, trop faible, leur échappe de plus en plus tandis que la mère s’affaiblit. Au prix de nombreux efforts, qui ont nécessité tout leurs talents, les guérisseurs sont parvenus à les sauver tous les deux, sans garantir que l’enfant survivrait aux rigueurs de l’hiver russe. Nikolaï leur a assuré qu’un Avdeïev, Russe depuis des générations et des générations, ne pouvait qu’aimer l’hiver et y résister. Et Lev a montré pour la première fois sa volonté de vivre en obéissant à la lettre aux propos de son père. Néanmoins, de cette naissance difficile, il a toujours gardé une santé fragile, notamment au niveau des poumons, enchaînant rhumes, bronchites et pneumonies.

Les premières années du garçon ont été plutôt heureuses, bien que solitaires, partagées entre la demeure familiale à Moscou et la datcha dans les environs de Nijni-Novgorod. Nikolaï et Natalia étaient souvent absents, en voyage pour les affaires de la famille, légales ou non tandis qu’Alekseï, plus vieux que Lev de dix ans, est entré à Durmstrang l’année qui a suivi sa naissance. De ce fait, dans les premières années de Lev, ne se voyant qu’aux vacances, les deux frères n’ont guère développé d’intimité même s’ils s’amusaient bien ensemble et que Lev l’admirait, l’aîné entraînant le cadet dans toutes ses aventures, au grand dam des parents, inquiets de la santé de ce dernier. Pour autant, si Nikolaï aimait son fils et le gâtait de nombreux présents, il ne s’est jamais beaucoup occupé de lui, voyant dans sa faiblesse un défaut rédhibitoire pour la conduite des affaires de la famille. Natalia, de son côté, le couvait et le protégeait dès qu’elle était présente, laissant des consignes strictes aux domestiques chargés de veiller sur l’enfant, lors de ses absences. Lev aurait pu devenir un enfant timide, craintif, si Alekseï n’avait pas profité des vacances pour l’ouvrir au monde. Les deux frères se sont passionnés pour les promenades et les courses de traîneau. Malgré ses ennuis de santé, en véritable prince des neiges, Lev adore cette matière et la voir jaillir autour du traîneau demeure l’un de ses plaisirs préférés.

Flash-back :

Quand la neige a recouvert la plaine
Je prends mon cheval et mon traîneau
Et mon chant s'élève à perdre haleine
Non, jamais le monde fut si beau.


25 décembre 1965. Pour le jour de Noël, le blizzard a cessé, les températures sont redevenues supportables et le ciel est d’un bleu pur. Dans le parc d’un château isolé, un traîneau peint de couleurs vives glisse à toute allure sur la neige, tiré par deux chevaux. Les clochettes qui l’ornent carillonnent joyeusement et la neige vole en gerbe, le faisant parfois disparaître derrière son écrin blanc. Des rires joyeux s’élèvent du traîneau et une voix d’enfant s’exclame :
-Plus vite ! Plus vite !
Traçant une piste dans le manteau immaculé de la neige, les chevaux forcent encore l’allure.

Au matin dans la brise glaciale
Je m'en vais au gré de mon traîneau
Mais le ciel peu à peu se dévoile,
Non, jamais le monde fut si beau.


Bien emmitouflé sous un monceau de couvertures, avec un bonnet qui cache presque entièrement ses cheveux blonds et une écharpe qui lui monte jusqu’au nez, Lev laisse éclater sa joie. A côté de lui, Alekseï profite tout autant de l’instant, et c’est d’une même voix que les deux frères entonnent :

Dès le soir quand la nuit est rebelle
Mon cheval s'empresse au grand galop :
Mais mon coeur, lui, reste aussi fidèle,
Non, jamais le monde fut si beau.


Non, jamais le monde fut si beau aux yeux de Lev. Au bout d’un moment, le traîneau revient vers le château où les attendent leurs parents. Les joues rougies par le vent mais les yeux brillants, le garçon agite la main dans leur direction et ils lui répondent en souriant. La vie est belle mais elle ne le sera plus longtemps.

Fin flash-back


Lev s’est aussi découvert une passion pour le violon et il en joue depuis ses quatre ans. Il pratique également le clavecin mais son cœur penche davantage pour l’archet. Musicien extrêmement doué et précoce, il joue souvent pour ses parents sur le petit violon qu’ils lui ont offert. Si seulement tout avait pu continuer ainsi, les jeux avec Alekseï, l’affection de ses parents malgré la distance, cette vie si heureuse…

Le drame s’est produit alors que Lev avait sept ans. Alekseï achevait sa dernière année d’études à Durmstrang et le garçon se réjouissait de le voir revenir pour de bon d’ici quelques mois. Ils auraient ainsi plus de temps pour jouer ensemble et il était persuadé que son frère lui apprendrait tout ce qu’il savait. Dans sa ferveur d’enfant, Alekseï conversait son aura. De son côté, Nikolaï attendait avec impatience le retour de son aîné. Il l’avait déjà initié aux affaires de la famille et le jeune homme se débrouillait bien, mais il était temps d’aller plus loin et de commencer à le faire connaître et reconnaître comme son second et son héritier.

*
UN NAVIRE DISPARAÎT CORPS ET BIENS AU LARGE DE NOS CÔTES

Depuis plusieurs jours, on était sans nouvelles du navire Katyuska, appartenant à la flotte commerciale de la famille Avdeïev. Celui-ci naviguait au nord des côtes de la Russie en direction de l’Europe où il devait décharger ses marchandises. Aucune communication magique ne permettait de joindre le Katyuska. Il semble désormais possible d’affirmer que le navire a été pris dans une tempête et a sombré, malgré la qualité de son équipage. Des sorciers du Ministère sont sur les lieux de la dernière position connue du Katyuska et tentent de repérer des traces de l’épave sur l’itinéraire qu’il devait suivre mais il s’agit d’un travail de longue haleine, qui conduira surtout à déterminer les circonstances exactes du naufrage. Comme l’affirme Dragomir Voïvor, dépêché sur les lieux, « nous ne cherchons aucun survivant. Le navire était trop loin des côtes et l’eau bien trop froide pour que la survie y soit possible, même pour des sorciers aussi talentueux que les Avdeïev. Toutes nos condoléances vont au famille des disparus ».


Suivait la liste des personnes présentes à bord du navire. Venaient en tête deux noms, précédés de la mention armateur : Natalia et Nikolaï Avdeïev. Alekseï repoussa d’un geste sec le journal. Le naufrage alimentait tous les journaux magiques du pays et toutes les discussions. Les condoléances affluaient, sincères pour certaines, hypocrites pour la plupart. Le jeune homme se frotta les yeux. Les larmes n’avaient pas droit de cité. Il lui fallait maintenant installer son autorité et faire face aux tentatives sournoises qui ne tarderaient pas à tenter d’affaiblir l’empire familial. Sans parler de s’occuper de Lev. Le majordome lui avait dit que le garçon restait dans le salon préféré de leur mère, assis devant la cheminée, son violon à côté de lui. Apparemment, il attendait le retour de Natalia ; de l’expression « perdu corps et biens », il ne retenait que le mot « perdu » et à ses yeux, tout ce qui était égaré ou perdu pouvait un jour se retrouver. Il suffisait d’attendre. Bien qu’on eût tenté de lui expliquer la situation, il ne voulait rien savoir et se mettait dans des colères folles quand on sous-entendait que ses parents pourraient ne pas revenir. Alekseï soupira. Lev attendrait. Pour l’instant, malgré son chagrin, il devait prouver au monde qu’il avait les épaules pour porter les Avdeïev et conserver leur place. Rien de moins aisé face aux requins qui hantaient le monde des sang-pur qui n’attendaient qu’un seul faux pas pour la curée.

Tandis que son frère s’affairait, Lev espérait encore et toujours le retour de ses parents. Ils étaient perdus, mais quelqu’un finirait bien par les retrouver. Lui-même avait déjà récupéré nombre de jeux égarés dans le parc, ramenés par un domestique. Alekseï avait dit que des sorciers les cherchaient, ce n’était donc qu’une question de temps. Il devait attendre. Un jour, ils reviendraient, ils monteraient dans ce petit salon qu’ils affectionnaient, et il serait là, avec son violon, près de l’âtre, il courrait vers eux et ils lui demanderaient de jouer, comme avant. Et les notes s’élèveraient, joyeuses, amenant un sourire tendre sur les visages de Natalia et Nikolaï. Il suffisait d’être patient. De rester à sa place. S’il s’éloignait trop, ses parents risquaient de revenir et de repartir pour un autre voyage, sans qu’il les voie.

Trois semaines plus tard, Alekseï avait rassuré ses principaux alliés sur ses capacités à gérer les affaires et leurs ennemis n’étaient plus aussi enthousiastes. Restait le problème de Lev. L’enfant vivait pratiquement dans le salon et ne répondait guère aux sollicitations. Il faisait ce qu’on lui disait, sans entrain, mangeait, se couchait sans un mot mais il était souvent arrivé qu’on le retrouve au petit matin, endormi dans le salon, après qu’il eut quitté son lit où l’avait laissé la gouvernante. Il était temps d’aller le voir, de le ramener à la raison. Alekseï s’en voulait de ne pas avoir eu davantage de temps à lui consacrer ; il était désormais sa seule famille, ils devaient se soutenir l’un l’autre… Le jeune homme laissa tomber ses dossiers et quitta le bureau qui avait autrefois appartenu à Nikolaï. Il était 23 heures, Lev dormait sûrement. A moins que… Alekseï prit la direction du salon. A mi-chemin, la musique qui résonnait dans les couloirs lui confirma qu’il avait eu raison. Un violon jouait, frêle dans l’obscurité du château silencieux. Le jeune homme frissonna. Lev espérait-il appeler leurs parents ainsi ? C’était la berceuse que chantait toujours leur mère…

Lev avait posé son violon lorsque son frère entra, mais il ne se retourna pas en sentant la présence du jeune homme. Ce n’était pas celui qu’il attendait. Toujours assis devant la cheminée, les yeux fixés sur les flammes dansantes, il était plus immobile qu’une statue. Les ombres produites par le jeu jouaient sur son visage. Le cœur serré, Alexeï s’assit sur le tapis, à côté de son frère. Aucune réaction de la part de l’enfant, qui continua à fixer les flammes. Alekseï hésita un instant puis tendit les bras, attrapa Lev pour l’attirer dans le creux de ses genoux. Après une légère résistance, il se laissa faire et se blottit contre la poitrine de son aîné, dans les bras solides qui l’entouraient.
-Tu n’as pas sommeil ? demanda Alekseï d’une voix douce.
-Non.
Une petite voix indifférente, morne, sans vie.
-Je t’ai entendu jouer du violon. C’était très beau, tu es vraiment doué, tu sais ?
-Merci.
Le silence retomba entre eux. Puis la voix de Lev s’éleva de nouveau.
-Tu as des nouvelles ?
-Non, Liova, répondit Alekseï, employant le surnom affectueux. Je ne crois pas qu’on en aura maintenant.
-Si. Ils vont se retrouver ou quelqu’un le fera. Ca sera pour bientôt…Il faut que tu penses à eux, sinon ils n’auront pas envie de revenir, s’ils croient qu’on les oublie.
Les paroles de Lev étaient pleines de confiance. Mais il se tut et les yeux verts si clairs se levèrent vers lui.
-Pourquoi tu me serres si fort ? Tu me fais mal…
Alekseï ne s’était pas rendu compte à quel point il s’était raidi en entendant les mots de son frère. Comment expliquer la mort à un enfant de huit ans, quand on en a soi-même dix-huit ?
Il relâcha quelque peu son étreinte et prit la parole.
La discussion dura longtemps ; la colère de Lev fut difficile à vaincre, son déni plus encore. Mais petit à petit, les résistances du garçon cédèrent et il finit par admettre l’idée que leurs parents ne reviendraient pas. Les larmes coulèrent et Alekseï s’employa à le réconforter.
Au bout d’un moment, Lev se dégagea des bras de son frère.
-Et toi ? Tu ne partiras pas comme eux ? Tu restes ici ?
Une inquiétude nouvelle perçait dans sa voix, la crainte de se retrouver seul à nouveau.
-Oui, Liova. Je te le promets. Je ne t’abandonnerai jamais.
Avec un sourire triste, le garçon s’abandonna dans ses bras. Alekseï se releva avec douceur.
-Dis, tu me chantes la chanson de maman ? Comme ça, c’est comme si elle était encore un peu là…
En repoussant du pied la porte du salon, Alekseï commença de chanter, la voix un peu étouffée par les pleurs qu’il retenait. Lui aussi l’avait tellement entendu cette berceuse…

Une libellule s'est posée sur la lune.
Dans les bois, au profond des nids,
Les oiseaux se sont endormis.

N'aie pas peur du vent qui gronde,
Ni des chiens errant dans l'ombre.
Mille étoiles vont briller,
Mille étoiles pour te bercer.

Tous les coquillages qui jouaient sur la plage
Sont partis se cacher dans l'eau,
Retrouver leurs petits berceaux.

Tourne la grande ourse, tourne la petite ourse.
Il n'y a pas de nuit sans matin,
Le soleil reviendra demain.


*

Alekseï prit en main l’éducation de son frère. Lev s’accrocha à lui, de crainte de le perdre aussi s’il s’éloignait trop, et les deux garçons se rapprochèrent au point de devenir inséparables. Lev demanda à son frère de l’initier à ses affaires, ce qui développa son intelligence et sa mémoire. Alekseï le forma à toutes les idées de leur famille ainsi qu’à l’idéologie des sang-pur que Lev accepta comme une évidence et lui apprit à s’endurcir face aux autres. Suivant en tous points le modèle de son aîné, en grandissant, Lev agit sans scrupules, calculant les avantages et les inconvénients d’une situation, et acquit le caractère impitoyable que nécessite une vie où se mêlent politique, corruption et banditisme.

Il reçut sa lettre de l’Institut Durmstrang avec un mélange de joie et de tristesse. Il était ravi de pouvoir enfin entamer ses études mais il n’avait guère quitté son frère au cours des dernières années. Alekseï l’emmena chez le célèbre Gregorovitch pour acheter sa baguette. Ses premiers temps à Durmstrang affirmèrent encore son caractère, même si la séparation avec son frère fut difficile à supporter. Plus frêle et plus fragile que les autres, il devait se battre sur un autre terrain que celui des armes. Ses talents magiques se développèrent au point qu’il devint l’un des meilleurs élèves de l’école et qu’il acquit une réputation de duelliste ; il affûta son langage pour le manier comme une arme. Mais à part cela, le garçon participa avec entrain aux fêtes entre élèves, aux sorties, se livrant à une vie de plaisirs.
Les deux frères se retrouvaient avec joie pendant les vacances, Lev continuant de s’intéresser aux travaux de son frère tandis qu’Alekseï retrouvait leurs jeux d’enfants. L’aîné des Avdeïev avait également des contacts avec ce mage noir anglais dont on entendait de plus en plus parler. Ses idées étaient les mêmes que les leurs et Alekseï ambitionnait de le rejoindre un jour ou l’autre. Bâtissant ensembles leurs projets, les deux frères entendaient profiter de la vie qui s’ouvrait devant eux.
Mais de nouveau, tout s’effondra à la fin de la troisième année de Lev à l’Institut.

*

Rentré depuis trois semaines pour les vacances d’été, l’adolescent de quatorze ans fit irruption dans le bureau de son frère, penché sur ses dossiers.
-Une balade à cheval, ça te dit ?
-Je travaille, Liova.
-Je sais. Mais ce n’était pas ma question.
Lev dut insister un moment avant que son frère accepte de se joindre à lui. Les deux garçons montaient souvent ensemble. S’ils employaient les balais pour s’amuser ou pour de courts trajets, ils appréciaient de parcourir au galop les immenses terres du château, de sentir les muscles puissants rouler sous leurs jambes, de ne faire qu’un avec leur monture. Les chevaux furent vite sellés et les deux frères s’éloignèrent en direction de la forêt domaniale, chevauchant côte à côte et devisant joyeusement. Les vingt-quatre ans d’Alekseï s’accommodaient sans problème de la jeunesse de son frère. Au bout d’un moment, Lev se tourna vers son aîné, une lueur rieuse dans ses yeux verts.
-Je te parie ce que tu veux que j’arrive le premier au château !
-Tenu !
Sur un dernier regard complice, les chevaux s’élancèrent au triple galop sur la piste cavalière. Malgré tous les efforts de Lev, son frère prit rapidement la tête, se laissant griser par le vent de la course qui faisait voler ses cheveux. Penché sur l’encolure de sa monture, Lev la pressait d’aller plus vite, espérant que le cheval d’Alekseï faiblirait plus vite. En levant les yeux pour évaluer la distance qui lui restait à remonter, Lev ne put qu’assister à la suite des évènements.
L’étalon lancé au triple galop devant lui s’abattit soudain au sol, entraînant son cavalier qui chuta sans un cri. Dans un cri, Lev arrêta sa monture, sauta au sol et se rua vers son frère.
-ALEKSEI !
La fleur de sang qui s’épanouissait avec lenteur sur la terre du chemin, souillant les boucles blondes et les yeux fermés d’Alekseï ne laissaient aucun doute sur la gravité de la situation.
Ce fut le directeur de l’hôpital magique qui vint lui apprendre que son frère n’avait pas survécu à ses blessures. Lev attendit d’être rentré pour donner libre cours à son désespoir.

Lev mit longtemps à se remettre de la disparition de son frère, ayant vécu toutes ces années avec la promesse qu’Alekseï ne l’abandonnerait jamais. Le garçon caressa un moment l’idée de mettre fin à ses jours mais la lâcheté du projet lui fit renoncer. Alekseï n’aurait jamais voulu qu’il agisse ainsi. Le meilleur moyen de lui rendre hommage était de vivre, d’appliquer tous ses principes et de mettre en œuvre les projets dont il rêvait tant. A quatorze ans, Lev endossa le rôle tenu par Nikolaï et Alekseï avant lui. Pour survivre dans les mondes où évoluait sa famille, il lui fallut devenir plus dur qu’il n’avait jamais été et toutes les leçons de son frère s’avérèrent vitales. Aidé des hommes de main les plus fidèles d’Alekseï, il parvint à maintenir l’empire familial, au prix de certaines erreurs, parfois importantes. Mais il apprenait vite et la volonté de se montrer digne de son frère et de son père l’encourageait à poursuivre.
En parallèle, il poursuivit ses études à Durmstrang et s’intéressa de plus en plus aux actions de Voldemort, que son frère admirait.

*
Dans sa quinzième année, des maux de tête le prirent. Lev ne s’inquiéta pas tout d’abord, pensant que sa faiblesse naturelle supportait mal la fatigue de sa charge de travail. Mais, bientôt, ces migraines devinrent de plus en plus importantes, au point que les anti-douleurs qu’il prenait ne suffirent plus. Il se retrouva même plusieurs fois à l’infirmerie de Durmstrang, obligé de quitter les cours en catastrophe pour ne pas s’effondrer devant les autres, et l’infirmière l’encouragea à consulter des spécialistes. Lev s’y refusa tout d’abord mais la douleur finit par lui faire entendre raison.
Le verdict tomba rapidement, implacable : il n’y avait rien à faire. La maladie dont ces maux de tête étaient le premier symptôme était incurable et ne pourrait qu’aller en s’aggravant.
-Vous êtes en train de me dire que je vais mourir, c’est ça ? demanda le garçon en fixant le guérisseur droit dans les yeux.
L’homme détourna le regard, gêné par ce qu’il avait à dire et par la profondeur de ces yeux qui en avaient déjà bien trop vu. Son allure compatissante remplit le garçon de rage et sa main se crispa sur sa baguette.
-Répondez-moi !
Le guérisseur hésita puis finit par se décider. Le garçon qui lui faisait face n’avait plus grand-chose d’un enfant et il sentait qu’il ferait plus de mal en lui dissimulant la vérité.
-Oui, vous allez mourir… L’évolution de la maladie n’est pas constante ; il y a des phases d’accalmie mais elle ne cesse pas de progresser. Il doit vous rester cinq ans, un peu plus peut-être. Je suis désolé.
*
Le premier choc passé, Lev décida qu’il ne se rendrait pas sans combattre. La mort lui avait déjà volé ses parents et son frère ; ce serait trop facile de se laisser faire. Telle serait sa revanche face à la disparition de sa famille : pour eux, il vivrait aussi longtemps que possible et de manière à n’avoir ni remords ni regrets. Il se raccrocherait à la vie tant qu’il le pourrait. Ses parents continuaient d’exister à travers lui et il perpétuerait les projets d’Alekseï. A mesure que ses maux de tête devenaient de plus en plus intolérables, survenant tant dans la journée que la nuit, le garçon s’attacha de plus en plus à sa décision. Le guérisseur lui avait parlé d’une opération moldue qui avait autant de chance de le tuer que de provoquer un répit dans la maladie avant qu’elle ne revienne. Lev l’envoya promener sauvagement. La médecine moldue lui paraissait aussi impure que tout ce qui venait des non-sorciers et il voulait rester fidèle aux valeurs de sa famille. Il était voué à mourir, autant que ce soit en évitant la honte et la souillure. Il devint également plus intransigeant avec les autres, n’admettant pas qu’on retarde ou contrarie ses projets.
À Durmstrang, il dissimula du mieux possible sa maladie et reprit la ronde endiablée des fêtes et des soirées, décidé à vivre autant que possible. Il lui arrive de se droguer de temps à autres lorsque la souffrance est trop intense ou pour oublier, mais cela reste occasionnel.

La proposition de l’échange avec Poudlard lui apparut comme une bonne occasion d’aller en Angleterre afin de mieux connaître Voldemort et de le rejoindre dès la fin de l’année. Ses excellentes notes lui assurèrent une place pour le château écossais.






Enfin, IRL.



ϟ Pseudo : Leroy
ϟ Âge : 21
ϟ PV ou inventé ? Inventé
ϟ Double compte ? Oui Very Happy
ϟ Comment avez-vous découvert le forum ? Je le connaissais déjà
ϟ Vos premières impressions ? J'aime, sinon je ne recommencerai pas
ϟ Crédit avatar : -




Dernière édition par Lev N. Avdeïev le Lun 23 Juil - 18:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Beauxbâtons


ϟ Parchemins postés : 1989
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 22
ϟ Points : 179
ϟ Localisation : In your heart BABY ♥

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: BBs/ Pouffy
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:07

Tu connaissais déjà Fiz ? Qui es tu ? Qui es tu ? Un indice ? Un membre très ancien ? Un supprimé y'a peu de temps ? Un indiiiiiiiiiiice (mais je veux trouver sans que tu me le dises What a Face )

Sinon, re-bienvenue (a)

______________________
Georgiado
« They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


5ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 326
ϟ Date d'inscription : 14/09/2011
ϟ Points : 50

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Serdaigle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:13

Rebienvenue alors :B
Je veux aussi savoir que tu es, mais vu que je suis fainéant, je laisse Ado chercher à ma place What a Face

______________________

LOVE ME BACK TO LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:19

Merci Ado et Dirk! Very Happy

Ado: c'est non pour tes deux questions: ni membre très ancien, ni supprimé Wink

Dirk: quel paresseux tu fais Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:28

Re-bienvenue! J'aime les gens mystérieux
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Beauxbâtons


ϟ Parchemins postés : 1989
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 22
ϟ Points : 179
ϟ Localisation : In your heart BABY ♥

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: BBs/ Pouffy
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:29

Aaaaaah, t'es un DC. J'avais pas lu le "DC : Oui Very Happy " Rolling Eyes

Mmmh. Trop mystérieux. Qui es tuuuuuuuuuuuuuuuu ? (j'adore "Et je cours, je me raccroche à la vie..." ♥)

Bon, ni Dirk, Ni Gaël, ni Mary, ni Azz. Trois comptes c'est déjà suffisant. Xan et Sev, je crois pas. Leroy ? Peut-être ? Après le "français", le russe ? Iv/Lula ? Mouais, nan. Rab ? Mouais, il avait dit qu'il ferait une fille. Kay/Lex ? Pas son genre.

______________________
Georgiado
« They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 16:37

Merci, Lucy Very Happy

Ado: Merci pour la citation (tiens, j'ai oublié les guillemets), c'est les paroles d'une chanson...et elles correspondent bien à Lev.

Adonis Leroy a écrit:
Bon, ni Dirk, Ni Gaël, ni Mary, ni Azz. Trois comptes c'est déjà suffisant. Xan et Sev, je crois pas. Leroy ? Peut-être ? Après le "français", le russe ? Iv/Lula ? Mouais, nan. Rab ? Mouais, il avait dit qu'il ferait une fille. Kay/Lex ? Pas son genre.

Et quelle est la conclusion de ta réflexion? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 17:51

Un DCCCCCCCC! o// de Durmy en plus, j'adore les Durmy ♥ (a)
T'as le même nom de famille que la maman d'Azy d'ailleurs (a)
Bref, rebienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuue Very Happy

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 18:01

Merci Az! Very Happy
Moi aussi, j'aime bien les élèves de Durmstrang xD Et je me mets à la mode des DC.

Ah, je ne savais pas pour le nom de famille! Je peux changer si tu préfères, ça ne me gêne pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 18:04

Non non ça me gène pas tu peux le garder Smile on pourra dire qu'on est cousins même si tu veux? (a)

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Ven 29 Juin - 19:32

Merci =) Et oui, on pourra l'être! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 706
ϟ Date d'inscription : 13/08/2011
ϟ Points : 154

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 9:36

Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 9:41

Rebienvenue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar


5ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 326
ϟ Date d'inscription : 14/09/2011
ϟ Points : 50

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Serdaigle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 10:06

Bon...
Lucy ? Je pense pas.
Sur le coup, je dirai Shawn...

______________________

LOVE ME BACK TO LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 10:22

Mais non Patata! C'est Leroy!! Moi j'avais trouvé depuis hier Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 169
ϟ Date d'inscription : 17/06/2012
ϟ Age : 27
ϟ Points : 82

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 10:36

    Re Bienvenue ! Encore un Durmy ! *-* Hâte de lire ta présentation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 11:42

    Bienvenuuuuue une nouvelle fois !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 12:35

Merci à tous =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Neutre ϟ Grand Manitou de la répartition


ϟ Parchemins postés : 153
ϟ Date d'inscription : 21/07/2011
ϟ Age : 1036
ϟ Points : 1
MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé] Sam 30 Juin - 20:39

    << Un jeune russe au passé particulièrement tragique et bien décidé à vivre sa vie à fond tout en continuant à honorer sa famille et ses valeurs... Bienvenue à SERPENTARD Mr. Avdeïev! >>


Te voilà membre à part entière de Fiz' pour la deuxième fois déjà, flicitation! Pense à aller te référencer ici et n'oublie pas de générer ta fiche de personnage dans ton profil. Et bon jeu sur le forum! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Lev Nikolaïevitch Avdeïev ~ "Et je cours, je me raccroche à la vie..." [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: ADMINISTRATION :: Deuxième étape :: Présentations validées-