Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[EVENT] C'était un dîner comme les autres ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Staff ϟ Big Boss


ϟ Parchemins postés : 228
ϟ Date d'inscription : 03/07/2011
ϟ Age : 22
ϟ Points : 259

Feuille de personnage
ϟ Âge: 1000 ans
ϟ Maison/Profession: Grand chef
ϟ Relations:
MessageSujet: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Sam 21 Juil - 18:00

Nous sommes le 1er Février. Il est 21 heures passées. Dehors, la neige tombe à gros flocons. L'École de Sorcellerie Poudlard est magnifique, ainsi. Ses tours, dont le sommet est blanchi par la neige, se détachent dans le ciel noir hivernal, des lumières dorées brillent à chaque fenêtre. C'est magique.

Tous les élèves, qu'ils soient de Poudlard, ou de Durmstrang ou de Beauxbâtons, sont dans la Grande Salle, et dînent bruyamment, comme à leur habitude. Certains se goinfrent en discutant, certains se disputent avec leur voisin pour un morceau de dinde, d'autres rient en repensant au dernier cours d'Histoire de la magie, d'autres encore font déjà des plans pour les vacances de Pâques. Tout est normal. L'heure du dessert approche. Les assiettes vides des quatre grandes tables, une pour les Gryffondor, une pour les Serdaigle, une pour les Poufsouffle, et une pour les Serpentard, sont envoyées par magie aux cuisines, mais bizarrement, les plats en or remplis de tartes à la Citrouille, fromages blancs, ou encore pudding tardent à arriver. Des murmures impatients se lèvent. Certains sont même prêts à se lever, pour rentrer dans le dortoir, mais un bruit raisonne dans toute la Grande Salle.

Le Professeur Lemalf, à la tête des Serdaigle, s'est levé, et a donné quelques coups de fourchette sur son verre en cristal, toute la salle l'a entendu, et tout le monde s'est tût. Les têtes des élèves se tournèrent rapidement vers la table des professeurs. Le professeur Dumbledore, vêtu de son habituelle robe violette, se leva à son tour, adressant un regard de remerciement à son jeune collègue. Il écarta les bras, semblant vouloir serrer ses élèves dans ses bras, et il dit :

« Mes chers élèves … »

Sa voix était joyeuse. On sentait qu'il était heureux, si ce n'est pressé, de faire son annonce. Ses prunelles bleues pétillaient derrière ses lunettes en demies-lunes posées sur son nez aquilin. Il poursuivit ainsi :

« L'année 1976 est l'année de tous les changements. Les Ministères de la Magie et toute les équipes enseignantes de Poudlard, Beauxbâtons et Durmstrang s'accordent pour dire une chose : la coalition entre les jeunes est importante. Primordiale, même ! Et c'est pour cette raison, vous le savez, que 30 élèves nous ont rejoint cette année. Trois mondes très différents qui se rencontrent, et tout se passe merveilleusement bien. »

Albus marqua une pause. Il savait pertinemment que tout ne se passait pas merveilleusement bien dans les couloirs sombres de son château. Mais son sourire n'en était pas moins paisible. Il continua :

« Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. »

Immédiatement, quelques murmures s'élevèrent dans l'assemblée. A toutes les tables, certains commençaient déjà à se poser mille questions, mais il finirent bien vite par se taire à nouveau, voyant que leur Directeur les attendait.

« Tout va vous être expliqué plus en précisions dans les jours qui viennent, ne vous en faites pas. Sachez en tous cas que le départ se fera le 7 Mars au matin par Poudlard Express, vous logerez pendant trois jours et deux nuits en plein centre de Londres, dans une auberge de jeunesse moldue, et différentes activités seront organisées la journée. C'est l'école qui payera tous les frais, bien entendu ! Ce voyage se reproduira l'année prochaine, et l'année suivante, et ce le plus loin possible, si j'ose l'espérer ! Pour cette année néanmoins, il ne sera pas réservé aux sixième année, parce que ce serait injuste ! Les septième viendront aussi, ainsi que tous les élèves de Durmstrang et Beaubâtons. – il s'interrompit un instant, comme cherchant s'il n'avait pas oublié quelque chose, et finit par rajouter, l'air sérieux mais amusé : Oh, et comme vous le savez bien sûr, l'usage de la magie est interdit hors de Poudlard, cette règle vaudra donc bien sûr pendant cette excursion ! Bonne fin de repas chers élève, nous reparlerons de tout cela un peu plus tard ! »

Tandis qu'Albus Dumbledore se rasseyait, prenant soin de ne pas faire tremper sa barbe argentée dans le coulis de framboise qui venait d'apparaître sur toutes les tables, accompagnés de dizaines d'autres mets, les voix des Poudlariens s'élevèrent, unies, dans un brouhaha pas toujours enthousiaste …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.forum-canada.net
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Jeu 26 Juil - 11:32

    Azrael était las. C'était le mot. Le début de la semaine comme la journée avait été particulièrement inintéressante jusqu'à présent : des cours parfaitement inintéressants, et presque aucun amusement ou distraction d'aucune sorte. Même les habituels pics qu'ils se lançaient, avec certains élèves comme Ivana ou Gaël et quelques autres élèves, semblaient depuis deux jours perdre de leur verve et de leur intérêt. Ce qui était certainement lié avec son cruel manque de sommeil depuis un peu moins d'une semaine, et qui le rendait plus irritable et impatient que d'ordinaire. Et ce manque de sommeil était lui lié à la lettre de son frère qu'il avait reçu il y avait quelques jours et le prévenant qu'il avait retrouvé la trace de deux des responsables de l'attentat sur son manoir dix ans plus tôt. Autant dire que ses projets de vengeance avaient été aussitôt ravivés et qu'il s'était à nouveau plongé dans tout sorte de plans et de machinations. De détails de toute sorte, aussi bien techniques que plus créatif, rêvant du jour où il pourrait enfin lever sa baguette sur eux. Parce qu'il ne s'agissait pas de trouver des preuves et de les envoyer à Azkaban, non, c'était la loi du sang qui primait, l'"œil pour œil, dent pour dent" mais où au lieu de se venger d'une façon égale au tord commis, il le leur rendrait au décuple, au centuple... Sauf que manque de chance, il était coincé à Poudlard, entre les épais murs de pierre et les lourdes grilles de fer. Et ça le frustrait incroyablement, et compensait par cette préparation minutieuse, délaissant le reste momentanément, jusqu'à ce qu'il trouve une solution ou se sorte momentanément ses envies vindicatives accrues de la tête. Suffisamment pour ne pas passer tout son temps à y penser, parce qu'elle prenait des proportions plus malsaines encore, et que ce désir se faisait plus impérieux et impatient.

    A présent, le jeune homme était assis à la table des Serpentards, entouré du groupe habituel qui régnaient sur les petits Serpents et sur le petit peuple de Poudlard, assis entre son meilleur ami, Dimitri, et son cousin, Lev. Son assiette, toujours à moitié pleine, ne tarda pas à disparaître en même temps que toutes les autres. Il porta ses yeux vairons sur le reste de la salle, observant les tables pleines d'élèves causant avec bruit -les Verts ne faisaient pas exception d'ailleurs, mais ils étaient généralement plus calmes que les autres- et, alors qu'il allait reporter son attention sur l'une des conversations non loin de lui, il remarqua que certains élèves commençaient à s'exclamer entre eux, des airs surpris sur leur visage. Les plats de desserts tardaient à arriver apparemment, mais ça n'importait que peu à l'anglo-russe. De toute manière, il n'avait pas faim, et la fatigue et l'ennui le prenait. Il n'avait qu'une envie, retourner à la salle commune et s'asseoir tranquillement dans son fauteuil non loin du feu. Éventuellement discuter et se lancer quand même quelques piques avec d'autres Serpentard pour passer le temps, aussi. Les professeurs semblaient en avoir décidé autrement cependant.

    Le professeur Lemalf, qui enseignait la SaCM, se leva pour frapper doucement son verre de sa fourchette, le son cristallin apportant presque immédiatement toutes les attentions sur la table des enseignants, et le silence -ou presque- ce fit. Dumbledore se leva à son tour -portant son éternelle robe violette de mauvais goût- écartant les bras comme pour vouloir toucher tous les élèves de la salle. Il commença ensuite son discours d'une voix joyeuse, accompagnée d'un grand sourire éclatant. Pour ce qui était du rappel que 30 élèves étaient venus à Poudlard cette année, le Serpentard faillit lever les yeux au ciel -magique- : comme s'ils n'avaient pas remarqué. Quoique certains avaient la mémoire courte et avait peut-être déjà oublié... Pour les coalitions et alliance à former, cela lui semblait évident. C'était même l'une des principales raisons pour lesquelles il s'était porté volontaire pour faire parti de la délégation de Durmstrang, et c'était aussi le cas de la plupart de ses camarades de l'école slave. Sauf que leurs alliances ne se formaient pas forcément comme Dumbledore devait l'entendre et l'espérer... Azrael lança un rapide regard en coin à Rabastan, son tout nouvel Allié, d'une manière encore plus forte que ce qu'étaient généralement les simples alliances, puis reporta son attention sur le directeur qui continuait son monologue.

    La suite des paroles suscita soudainement l'intérêt de l'anglo-russe -sans que cela soit clairement visible- qui avait, jusque là, écouté sans vraiment faire attention. Un voyage à Londres pour trois jours ? Un très léger et rapide froncement marqua son visage lorsque l'homme précisa qu'il ne concernait que les Sixièmes années, mais garda toute son attention sur Dumbledore qui marqua une courte pause le temps que les murmures inutiles des élèves se soient tus. Il ne doutait pas que toutes les informations n'avaient pas encore été divulguées, et attendait la suite qui ne tarda pas à venir après que le silence soit revenu. Le voyage aurait lieu un peu plus d'un mois plus tard et les élèves logeraient dans une auberge de jeunesse moldue -il ne pouvait que deviné ce qu'était ce concept, inconnu chez les sorciers. Des activités seraient organisées par les professeurs, et tous les frais étant payé par Poudlard -ce qui semblait assez étonnant. Finalement, le directeur fini par ajouter que les élèves de Septième années ainsi que tous ceux venant de Beauxbâtons et Durmstrang participeraient eux-aussi au voyage.

    Une flamme sembla s'allumer dans le regard vairon d'Azrael, imperceptible pour ceux qui ne savaient pas parfaitement lire les masques, et qui ne fut certainement pas du tout remarqué tant la déclaration suscitait chez tous une réaction, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Mais ses pensées étaient différentes et ô combien éloignées des considérations des tous les autres! A cet instant, il voyait tous les avantages plus que les inconvénients que pourrait lui apporter ce voyage, même sans la magie. S'il jouait bien, très finement et prudemment, il pourrait peut-être arriver à échapper un moment à la surveillance des adultes qui les accompagneraient. Il n'aurait certainement besoin que de quelques heures. Certes, il lui faudrait savoir où précisément ils seraient, combien de professeurs les accompagneraient et lesquels, et tout un tas de choses. Éventuellement prévoir une couverture aussi, mais ça ne serait certainement pas le plus dur à trouver.

    Un sourire mauvais étira lentement les lèvres d'Azrael, son regard décidé mêlant haine et satisfaction, avant de disparaître. Il avait tout un tas de chose auxquelles réfléchir, mais son humeur était déjà bien meilleure qu'avant.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 195
ϟ Date d'inscription : 29/06/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 85
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Jeu 26 Juil - 13:18

Retenu à l’infirmerie par la maîtresse des lieux qui tenait à s’assurer qu’il était en parfaite santé, Lev rejoignit la table des Serpentards avec un léger retard. La compassion de la brave dame l’avait agacé. Elle n’était certes pas assez cruche pour croire qu’il n’avait eu qu’une migraine passagère mais il ne l’avait pas laissée pousser ses investigations assez loin pour qu’elle devine la vérité. Il se doutait qu’il aurait alors eu à subir un concert de jérémiades, visant à lui assurer qu’il était un pauvre garçon et à demander si vraiment, il n’y avait rien à faire… Non vraiment, pour la bonne santé de l’infirmière, il valait mieux qu’elle ne sût rien. Voilà qu’il commençait à se soucier de la santé d’autrui…Tu te ramollis, mon vieux, songea-t-il, en se glissant à côté de son cousin, Azraël.

La vie à Poudlard manquait parfois terriblement d’attraits. Si le château offrait un terrain de jeu bien plus vaste et diversifié que l’Institut slave, les cours et les enseignants n’étaient en revanche pas à la hauteur, avec leur tolérance qui frôlait l’obscurantisme. À Durmstrang, on n’aurait jamais toléré qu’une telle plèbe se mêle aux vrais sorciers tandis qu’ici tout le monde était considéré de la même façon. Une catastrophe. Pour autant, Lev appréciait d’avoir des sang-de-bourbe sous la main : ils permettaient de se divertir tranquillement, pour peu qu’on fût assez discret. Mais leur présence lui pesait également, notamment pendant les heures de classe ou, comme à présent, au moment des repas. Leur multitude bavarde, bruyante lui tapait sur les nerfs, l’exaspérait. Peut-être faudrait-il suggérer à Dumbledore des horaires de cours et de repas séparés, afin de préserver les véritables représentants de l’élite sorcière. Il se plaisait à s’imaginer l’air offusqué que prendrait alors le vieux sorcier, aussi farci de bons principes qu’une dinde de Noël.

Lev laissait ses pensées errer, tout en dînant assez distraitement. La nourriture anglaise manquait singulièrement de saveur ; il aurait beaucoup donné pour un bon plat russe, au lieu de ces légumes bouillis. Comme si les Anglais ne connaissaient qu’un mode de cuisson…Désespérant. Leurs elfes de maison étaient en dessous de tout. Voilà ce qui arrivait quand on ne se montrait pas assez sévère. Le désordre avait vite fait de s’installer.
Lev jeta un coup d’œil sur le côté. Azraël ne semblait guère profiter du repas, perdu dans ses pensées. Le garçon s’abstint de lui demander ce qu’il avait. Si près des autres, c’eût été d’une imprudence inutile.
Il fallut quelques instants au Serpentard pour réaliser que les desserts tardaient à arriver. Si maintenant, même le service n’était plus assuré correctement…Quelques élèves témoignaient de leur surprise à haute voix, se tournant vers la table des professeurs, en quête de secours.

À cet instant, le tintement clair du métal contre le cristal attira l’attention de tous les étudiants. Visiblement, le directeur bien-aimé s’apprêtait à faire une déclaration. L’ennui de Lev atteignit des profondeurs abyssales. Si c’était pour vanter encore la paix et l’amitié entre tous les sorciers, il partirait. Au milieu des stricts uniformes gris de ses élèves, Dumbledore détonnait toujours autant dans sa robe violette. Franchement… On ne faisait pas pire en terme de mauvais goût.

Son enthousiasme perpétuel était également hautement agaçant. Comme s’il vivait dans un monde tout beau, tout gai. Certes, ce n’était qu’une façade mais elle se révélait lassante à la longue. Dumbledore jugea utile de débuter son intervention par un rappel historique de l’année. Certains auraient-ils oublié la date ? Ce n’était pas impossible… Lev leva les yeux au ciel en l’entendant évoquer la venue des élèves de Beauxbâtons et de Durmstrang. Ah, c’était donc cela ! Il se demandait bien ce qu’il faisait dans ce château depuis six mois. Il devrait remercier le directeur de son providentiel éclaircissement à ce sujet.
Les coalitions formées n’étaient sans doute pas celles auxquelles le directeur s’attendait, même dans son optimisme démesuré, mais il n’avait pas tout à fait tort. La maison des Vert et Argent se révélait intéressante sous de nombreux points de vue.

Néanmoins, Lev s’apprêtait à quitter la Grande Salle sans plus de cérémonie, lorsque Dumbledore annonça un nouveau changement : l’institution d’un voyage annuel dans le Londres moldu. Pourquoi toujours associer les moldus ? Le Londres sorcier était mille fois plus intéressant ! Néanmoins, cela aurait pu être intéressant si seulement il avait été concerné. Un bâillement lui échappa. La fatigue continuait de peser sur lui. Son attention quelque peu éveillée malgré tout, Lev attendit que les murmures intempestifs des élèves s’estompent. Certains ne parviendraient donc jamais à comprendre qu’ils obtiendraient la réponse à leurs questions dix fois plus vite en se taisant. Quand enfin le silence (relatif) fut revenu, Dumbledore poursuivit son laïus.

Le directeur précisa rapidement la date du départ et le mode de logement. Lev fronça les sourcils : il ignorait que les jeunes moldus disposaient d’auberges spéciales. Quelle idée de leur faire partager le même toit que cette engeance ! Encore une brillante illumination de Dumbledore… L’école se chargeait également des frais, sans doute pour permettre aux moins aisés d’être du voyage. Le regard de Lev s’anima davantage lorsque le directeur ajouta que pour cette année, le voyage serait également ouvert aux septième année et aux élèves étrangers. Finalement, il avait bien fait de rester. Le logement dans une auberge moldue et la fréquentation des moldus lui répugnaient toujours –surtout qu’il n’osait penser à la qualité d’un tel établissement– mais cela offrirait sans doute de bonnes occasions de se divertir. L’idée de Dumbledore n’était pas si mauvaise en soi ; c’était même gentil de sa part de mettre plein de jeunes moldus à leur disposition.

La précision de Dumbledore sur la restriction de l’usage de la magie ne le concernait pas. Majeur depuis peu, Lev ne portait plus la Trace ; même pratiquée devant des moldus, sa magie serait indétectable aux yeux du Ministère. Un atout indéniable. Il lui faudrait seulement faire attention pour se soustraire à la vigilance des enseignants mais cela ne lui posait aucun problème. Il y était habitué.

Le directeur se rassit dans le brouhaha des conversations. Les élèves exprimaient tous leur avis à haute voix, certains s’exclamant plus fort que d’autres. Les desserts en profitèrent pour faire leur apparition. Lev se plongea dans son coulis de framboise en commençant à imaginer tout ce qu’il pourrait faire aux moldus qu’il croiserait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


7ème année ϟ Beauxbâtons


ϟ Parchemins postés : 217
ϟ Date d'inscription : 14/02/2012
ϟ Points : 36

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Poufsouffle ~ BeauBâtons
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Jeu 26 Juil - 21:21


L’Ecosse avait un charme non négligeable, Adèle ne pouvait le nier cependant la douceur du climat méditerranéen lui manquait. Elle aurait aimé quitter cette écharpe et ses gants pour retrouver la légèreté de ses tenues estivales. Passer un hiver sous la neige était merveilleux, elle en savait quelque chose puisqu’elle partait en vacances dans des régions montagneuses chaque année. Bien qu’elle n’ait rien à reprocher aux paysages de la région, ceux qu’elle connaissait depuis son plus jeune âge demeurait à ses yeux les meilleurs.

Adèle s’était bien intégrée au sein de l’école, elle y avait pris ses marques et ses habitudes. Et chose, non étonnante, elle était arrivée à se recréer un petit groupe d’amis intéressants. Comme tous les soirs, elle avait rejoint la Grande Salle avec les autres et s’était installée à la table des Poufsouffle pour le repas en compagnie de Léonie. Notre petite française était heureuse que son amie ait pu être du voyage, au moins elles pourraient continuer à se parler quotidiennement, même à l’étranger. Le dépaysement n'était pas total, c'était un détail qu'elle appréciait dans cette aventure qu'elle vivait avec ses camarades français, comme avec ceux originaires de Durmstrang.

Contrairement à ce qu'ils mangeaient au cours de certains repas, le diner fut de bon goût. Elle n’eût rien à redire jusqu’à l’heure du dessert qui se révélait souvent bien meilleur que le reste. Habituellement il ne fallait pas longtemps pour que les derniers plats arrivent. L’origine de ce retard provenait de la table des enseignants d’après les regards qui se jetaient dans cette direction. La pensée d’Adèle fut confirmée par l’intervention du professeur de Soins aux Créatures Magiques. Un gentil homme, qui enseignait une option qu'elle jugeait bien trop ennuyante pour qu'elle vaille la peine d'être suivie. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle avait décidé de demander à arrêter ce cours, qui ne lui apportait et ne lui apporterait rien de particuliers.

L’annonce de l’organisation d’un voyage attira immédiatement son intention. Enfin, ce fut jusqu’à ce qu’il dise que cette excursion serait réservée aux sixièmes années. A quoi bon, alors, en faire part à toute l’école ? Ils voulaient déclencher une vague de jalousie ? C’était réussi ! Le silence retomba bien vite. Les étudiants étrangers seraient de la partie. Il aurait pu le dire plutôt, songea-t-elle en levant les yeux au plafond. Quelle bonne idée, faire du tourisme ! En trois jours ils auraient de quoi faire ! Elle espérait qu’on leur laisse un peu de temps libre, peut être durant ce laps de temps aurait-elle le temps de sortir ou d’aller faire un peu de shopping. Oh la demoiselle s’imaginait déjà dans la capitale anglaise, à miroiter devant des boutiques plus belles et luxueuses les unes que les autres. Elle ne doutait pas qu’il y aurait une part de travail scolaire ou quelque chose dans ce genre à fournir, mais tant pis ! Les professeurs demandaient toujours la même chose, l’affaire serait vite réglée. Cependant il y avait un détail auquel elle ne s’était pas imaginée devoir faire face. Un séjour spécial …. Un séjour « Sans magie ?! » Elle se tourna vers Léonie, sa meilleure amie avec un regard qui signifiait : j’ai bien entendu ce que ce vieux sorcier en robe de chambre vient de dire ? A la vue de la tête qu’affichait les autres étudiants, elle avait bel et bien compris.

« Stupide règle » souffla-t-elle en français.

Pas de magie … pas de magie …. Mais elle avait grandi avec la magie ! Elle était née pour s’en servir, pas pour vivre comme n’importe quel moldu ! Comment est ce qu'ils pouvaient faire pour vivre sans cet élément indispensable ? Elle perdit un peu de son sourire. Comment allait-elle survivre sans magie ?! Certes, il ne s’agissait que de trois jours, mais quand même ! Il devait bien y avoir un moyen de contourner cette instruction, il y avait toujours un moyen de le faire. Ce qu’il lui fallait, c’était un peu de temps pour trouver cette solution parce qu’il était hors de question qu’elle se prive de tout son petit confort. Or du temps, elle en avait. Un peu plus d’un mois devant elle pour préparer minutieusement cette sortie scolaire et imaginer comment les enseignants pourraient les contraindre à obéir et comment eux, élèves, pourraient leur désobéir..

Quand Dumbledore en eût terminé avec sa petite annonce sur le projet scolaire et qu’il fut de nouveau assis sur son siège, les desserts firent leur apparition. Se servant une part de gâteau, elle écouta l’avis de ses désormais amis tout en guettant la réaction d’Adonis. Elle était curieuse de connaitre la réaction du beau français, lui aussi était habitué à se servir de la magie.

______________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Poursuiveur


ϟ Parchemins postés : 541
ϟ Date d'inscription : 30/03/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 66

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Gryffindor ~
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Mer 1 Aoû - 23:37

Du bruit, du bruit, toujours du bruit! A ne jamais cesser! Dray lança un regard énervé à la gamine de deuxième année à côté de lui qui semblait avoir soudainement eu envie de raconter sa vie et tout les ragots de son années à tous ses voisins qui, au lieu de la faire taire, semblaient l'encourager de leurs yeux grands ouverts, comme plongés dans le flot de paroles inutiles et stupide qui sortait sans interruption de la bouche de la gamine. Et elle n'était clairement pas la seule, ni à la table des Rouges et Or, ni à aucune des trois autres. Et encore une fois, personne ne semblait vouloir se taire. Autant dire que tout ce brouhaha mettait les nerfs de l'anglo-coréen à vif, pas de question à se poser sur pourquoi il rechignait toujours à aller à la Grande Salle. Surtout qu'avec son don -qu'il tachait tant bien que mal de mettre en sourdine- c'était comme s'il sentait la magie bourdonner désagréablement tout autour de lui, tant les auras et magies de chacun -qu'elles soient fortes et intenses ou tout le contraire- semblaient s'entremêler entre elles, tout autour de lui. Partout. Et additionné au bruit, ça devenait tout simplement trop rapidement trop. Finalement, voyant que l'irritante gosse à côté de lui -non, il n'avait pas choisis la place, il s'était simplement glissé à côté de Brian et en face ses deux autres potes- le jeune homme lui lança purement et simplement un silencio depuis le dessous de la table, englobant aussi dans son sort les autres gamins qui l'écoutaient pour faire bonne mesure. Remarquant immédiatement que plus aucun son ne passait ses lèvres, elle se mit étonnamment à brailler en silence. Dray lui lança un regard moqueur avant de retourner à son assiette et de se mettre à discuter avec son meilleur ami. C'était beaucoup plus reposant ainsi.

Les plats et les assiettes finirent par disparaître, et, peu après, une rumeur surprise passa parmi les élèves de chacune des tables. Dray leva les yeux au ciel quand il compris qu'il s'agissait uniquemnt des desserts qui tardaient à arriver. Franchement, certains étaient soit morfales, soit puériles, ils allaient bien finir par apparaître. Ce qui l'intriguait plus, était de savoir pourquoi ce retard. Il ne faisait nul doute, pour lui, que ce retard était voulu. Aussi, le Gryffon tourna la tête vers la table des professeurs, alors qu'au même moment, le professeur de Soin aux créatures magiques se levait et frappait le cristal de son verre de sa fourchette. A l'entente du son clair, toute la salle se retourna vers l'estrade professorale. Ce fut cette fois au tour de Dumbledore de se lever, écartant les bras comme il le faisait souvent quand il devait prononcer un discours. Dray se laissa distraire un instant par l'immense aura du vieil homme -il n'avait aucun doute quant à la puissance de Dumbledore, aucun- avant de se reconcentrer sur ses paroles.

Le directeur rappela d'abord les arrivées des Durmstrang et Beauxbâtons au début de l'année, chose totalement et irréfutablement inutile selon l'anglo-coréen qui haussa un sourcil dubitatif en l'écoutant palabrer sur ''Tout se passe merveilleusement bien''. Des sottises, même si Dumbledore devait penser que la plupart devaient rester dans l'ignorance... Encore une fois, stupide, le sentiment d'insécurité n'avait du qu'augmenter chez ceux victimes des actes qui se passaient derrières les rideaux pourpres des apparences, dans les couloirs sombres de Poudlard, qui devait croire -eux- que c'était l'administration de l'école qui était ignorante. Mais Dray attendit la suite du discours, peu concerné par tout cela.

Et enfin, ce fut l'annonce du voyage, pour tous les sixièmes années, à Londres. Pour le coup, le jeune homme eut un moment de surprise, ne s'attendant absolument pas à cela. Mais Londres, il connaissait plutôt bien, y passant une bonne partie de ces vacances -celle qu'il ne passait pas en Corée, en fait- aussi, il choisis d'attendre la suite de ce que le directeur avait à dire.

La date fut donnée, la durée du séjour aussi, et le lieu. Une auberge de jeunesse moldue. Dray ne put s'empêcher de grimacer : vivre parmi les moldus -même s'il avait parfois l'habitude de silloner les rues du Londres non-sorcier- très peu pour lui! D'autant plus que cela signifiait clairement, et ce fut évidemment précisé- qu'aucun d'entre eux ne pourraient utiliser la magie, excepté les élèves majeurs s'ils le faisaient sans se faire voir. D'ailleurs, les élèves de septième année, et tous les Durmstrang et Beauxbâtons, seraient eux-aussi du voyage. Dray lança un regard sceptique à ses amis. Ces trois jours seraient vraiment étranges et inhabituels. Peut-être drôle par moment aussi, il n'imaginais pas la plupart des sang-purs se débrouiller seuls et sans magie. Dans son cas, Dray en avait plutôt l'habitude, mais la perspective ne l'enchantait guerre, d'autant qu'où était l'intérêt, en tant qu'élèves dans une école de sorciers, de se la jouer moldu ? Il n'en voyait aucune, et ne pouvait s'empêcher de trouver la perspective de ce voyage peu réjouissante, mais peut-être finirait-il par trouver de quoi le rendre plus intéressant...



fin pourrie, 'solée, je modifirais peut être très légèrement demain~

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 706
ϟ Date d'inscription : 13/08/2011
ϟ Points : 154

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Dim 5 Aoû - 19:41

    -Selwyn. Tu es sur le point de faire une bêtise, pas vrai ?

    La troisième année leva de grand yeux noisettes vers lui se voulant l'innocence même. Comme si cela n'avait déjà pas manqué de crédibilité, elle lui répondit un "non" un peu trop défiant. Rabastan leva les sourcils, attendant la suite sans se donner la peine d'insister. Elle devait bien savoir qu'il était au courant et de fait, Selwyn jeta un coup d'œil furieux à sa voisine de table qui semblait soudainement fort absorbée par le contenue de son assiette, le rouge aux joues.

    -Elles ont insulté ma famille devant tout le monde !, finit par persiffler Selwyn à l'intention de Lestrange mais le ton était bas et plus demandeur que vraiment rebelle. Je peux pas laisser insulter mon sang comme ça..

    Détournant le regard, la gamine avait l'air à la fois résignée, malheureuse, outrée et se pensant visiblement victime de la plus grande injustice qui soit au monde. Bon. Sans doute aurait-ce été plus malin d'en rester là, de lui dire qu'il saurait de qui ça viendrait si elle passait aux actes et d'aller se rassoir avec les autres au bout de la table des Serpentards.
    Oui mais non seulement, bien que ça ne l'enchantât guère, l'éducation des jeunes lui semblait cruciale, mais en plus il connaissait bien la mère de Selwyn et n'aurait pas aimé ne rien avoir fait pour éviter une expulsion, même temporaire à sa fille. Et enfin il était prêt à tout pour éviter une expulsion tout court à qui que ce soit de son camp. Si ça voulait dire prendre quelques minutes pour raisonner deux gamines... Fallait ce qu'il fallait.


    -De toutes façons si tu avais fait ça, tout le monde aurait su que c'était toi, peut-être même que..
    -Toi tais-toi !

    Macnair, la copine venait de se faire rembarrer vertement. On ne pouvait pas vraiment le reprocher à Selwyn d'ailleurs : elle devait se sentir trahie. Pourtant ce n'était pas vraiment de la trahison : ce n'était pas pour rien que Macnair était allé voir Lestrange et aucun autre préfet, sans parler de professeur. En parlant de Lestrange, celui-ci étouffa un soupir d'exaspération, jeta un regard alentour tant pour lâcher un peu de pression que pour vérifier qui se trouvait assez proches pour entendre – personne d'autres que de trois garçons de Serpentard en face à gauche, visiblement pris dans une discussion animée sur le Quidditch, apparemment les autres troisième année avaient préféré laisser les deux filles toutes seules – et finit par s'accroupir entre les deux troisième année, posant un coude sur la table et sa tête dans sa main.

    -Hey Selwyn.. C'est comme ça que tu réponds aux insultes toi ? En te faisant expulser. C'est original.

    L'adolescente lui jeta un regard partagé. Clairement son orgueil avait été piqué au vif, mais elle connaissait suffisamment le préfet pour savoir que ce n'était pas le genre avec qui se prendre le bec. Mais elle le connaissait aussi assez pour se demander s'il n'y avait pas autre chose là-dessous : Lestrange devait comprendre qu'elle ne pouvait pas laisser l'insulte impunie.

    -Et... qu'est-ce que je devrais faire alors ?
    -Déjà écouter ta copine quand elle donne des conseils valables.

    Selwyn détourna de nouveau le regard boudeuse, le nez reniflant de dédain, au moment même ou Macnair relevait le sien avec espoir. Lestrange ne tint compte d'aucune des deux réactions.

    -Après... Toujours te demander si ça entre en contradiction avec les intérêts de ta famille justement, de ton clan aussi. En l'occurrence, te faire expulser, ça rentre en contradiction avec ses intérêts. Et est-ce que le gain en valait la peine ? Ca peut être le cas parfois. Mais là non.

    Pour le coup Selwyn avait l'air moins furieuse et plus honteuse. Encore que la colère n'avait pas disparue : une vraie petite vipère celle-là. Elle suivait déjà bien le chemin de ses aînées.

    -Quand le premier moyen auquel on a pensé ne marche pas..., Lestrange haussa les épaules. Eh bah on en cherche un autre... Qu'est-ce qui presse ? T'es en troisième année, on n'est qu'en février. T'as tout ton temps pour faire tes comptes. Et les faire proprement.

    Il avait de nouveau le regard de Selwyn, cette fois clairement intéressée.

    -Raconte-moi ce qui s'est passé exactement.

    Elle ne se fit pas prier, et dans le détail. Avec une méthode remarquable cela dit, en commençant bien par le début, en précisant le contexte. Il l'écoutait les yeux dans le vague sautant d'un visage à l'autre, mais attentif à comprendre la situation. Ce n'était, là encore, pas très original, mais cela faisait partie des problèmes à régler. Si en plus cela servait à permettre aux deux jeunes filles de gagner en malice, en esprit retors et en expérience, cela valait aussi bien. Il écoutait soigneusement ce qu'on lui disait pour poser les premières bases d'un plan de revanche : il ne le donnerait pas tel quel à Selwyn mais comptait l'amener à comprendre d'elle-même comment faire, en posant à l'adolescente des questions guidées, en la poussant à réfléchir. Une fois qu'elle aurait réussi à tirer d'elle-même les grandes lignes, il l'aiderait plus ouvertement sur les détails. A son âge, elle ne pouvait pas penser à tout. D'ailleurs même au sien à lui, il arrivait encore trop souvent qu'un détail lui échappe. Cependant, malgré cette écoute, il finit par remarquer que les visages qu'il observait sans grande attention portait tous plus ou moins la marque de l'impatience et se tournait fréquemment vers la table des professeurs. Se passait-il quelque chose.

    Nul besoin d'attendre : un tintement de métal sur le verre, la voix de Dumbledore qui s'élevait et le silence se fit dans la salle. Rabastan se redressa pour s'offrir une vue dégagée sur le directeur qui affichait son habituel sourire niais ne présageant rien de bon. Rien qu'à voir ce sourire, Lestrange sut qu'il valait mieux s'astreindre à l'attitude la plus neutre. Aussi ce fut tout juste s'il cligna des yeux à l'annonces du voyage dans le Londres moldu, dans une auberge de jeunesse moldue, et de façon moldue : puisque sans magie.
    Mais intérieurement.... La haine flamba d'un coup. Qu'est-ce qu'il cherchait là le vieux fou ? Si ce n'était les humilier. Des Sorciers... jouer les moldus... Il avait envie de lui flamber sa maudite barbe et de lui battre la tête à coup de tisonnier jusqu'à ce qu'il ne puisse plus jamais être l'auteur de projets aussi odieux ! Le tout sans magie tiens ! Comme histoire de respecter une dernière volonté ?
    Rabastan s'efforça d'imposer un calme intérieur à peu près relatif, à défaut de ressentir la même sérénité froide qu'il affichait extérieurement. Et cela faisant, lui revinrent les souvenirs de son enfance. Il avait été à l'école moldue, lui. Sans baguette et sans magie. Ce ne serait pas une première. Et cela n'empêchait nullement de nuire. Quelques épisodes lui revinrent en mémoire, réminiscences cruelles qui achevèrent de l'apaiser provisoirement.

    Il y avait quelques personnes qui allaient payer l'humiliation, oh oui....


    - C'est fou. C'est vraiment n'im-por-te-quoi... Je suis vraiment désolée que tu aies à faire ça. Qu'est-ce que tu comptes y faire ? Tu ne vas pas gentiment...
    -Occupe toi de tes miches.

    Selwyn retrouva son air boudeur, vexée d'avoir été recalée de cette manière rêche et brute après sa tentative diplomatique d'en savoir plus sur les projets lestrangiens. Rabastan se pencha de nouveau entre les deux filles, s'appuyant solidement des deux mains sur la table et alors qu'il tournait le regard vers elle, elle lui vit une ombre de sourire mauvais qui lui fit oublier un instant d'être offensée pour se sentir au contraire terriblement curieuse de ce qu'il avait à l'esprit. Frustrée aussi : elle ne tirerait rien de lui, à tous les coups. Mais elle saurait bien obtenir ses informations autrement, foi de Selwyn !

    -Du coup, tu disais...

    L'esprit tout occupée de ses machinations pour connaître les pensées et les actes du préfet, Selwyn eut un temps à vide le temps de se rappeler qu'elle avait elle-même du pain sur la planche.
    Ni elle, ni Macnair ni Lestrange n'accordèrent la moindre attention à l'apparition des coulis de framboise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Lun 6 Aoû - 21:20



En retard. Comme toujours. Ces deux mots revenaient souvent dans mon emploi du temps semblait-il. Sans parler des billets de retenue que je pouvais collectionner. Mais ce soir-là, si j'avais été en retard au diner du soir, c'était pour une toute autre raison.

Elle m'était apparue à Pré-au-lard. La première fois. Je ne sais ce qui m'avait tant charmé chez elle, car à bien y réfléchir il y avait le choix : qui ne pouvait admettre qu'elle était sûrement la plus belle de toutes ? Sa façon de se mouvoir, féline, ses yeux d'un bleu gris très clair, et cette fente au milieu...noire. Aussi noire que son pelage soyeux, brillant : on aurait dit du satin. C'était la plus belle chatte que j'avais pu voir. Elle passait souvent de toits en toits, profitait toujours d'une porte entre-ouverte pour se glisser à l'intérieur d'une boutique, montait souvent aux rideaux des Trois Balais... Oui, à Pré-au-lard, l'animal était connu des commerçants pour être obstinée. Oh, ils pouvaient bien la chasser encore et encore, elle revenait toujours. Têtue, dirait-on, pour un animal. Mais bien qu'elle semblait être une vraie cascadeuse qui n'avait pas froid aux yeux, cette divine créature était délicate, sûrement royale dans son petit monde de chat, et ça... je l'avais tout de suite vu.

Ce soir-là, je n'étais évidemment pas à Pré-au-lard, mais l'animal avait trouvé un nouveau terrain de jeu. Poudlard. Et apparemment, ça lui plaisait plus que de raison. Elle m'avait sauté dessus! J'étais tranquillement assise avec Cissa et nos suivantes quand tout à coup, la bestiole s'était arrangée pour atterrir sur mes genoux. Surprise, mon regard s'était baissé vers elle, et j'étais tombée amoureuse de sa beauté. Elle était comme moi : féline, bornée, énervante, capricieuse, mais irrésistible. Du caractère, c'est ce que j'aimais chez les animaux. J'avais toujours voulu avoir un chat, mais Mère n'avait jamais accepté. "Trop d'entretien", "Inintéressant", "Stupide"... et j'en passe et des meilleures...Mère n'aimait guère les animaux. Même les hiboux, elle les avaient en horreur. Les seuls qu'elle tolérait étaient les serpents... nous en avions six, conservés et élevés depuis tout petits dans la véranda, dans l'aile Ouest du manoir Dunkan.

Aussi, j'avais été occupée ce soir-là à trouver un coin dans ma chambre - absolument très bien rangée...- pour la nouvelle venue. Je lui avais fait son petit empire, au fond de mon armoire, en bas de ma penderie, et j'avais étalé des coussins, et des couvertures, un bol de lait...etc. Une vraie petite princesse.... Je n'avais cependant toujours pas trouvé de nom. J'avais cherché des heures, effectué toute une liste de prénoms pour elle, mais rien n'allait. En me dirigeant vers le Grande Salle, en retard, j'y pensais. L'animal dans les bras, ma main caressant mécaniquement son doux pelage semblable à du satin noir. Si brillant... Je traversai le hall d'entrée, passai les grandes portes. Tout semblait être en ordre - pas d'évènement étrange à noter. Mon regard se porta sur la table des gryffondors, jetant encore une fois mon mépris sur leurs stupides et trop téméraires personnes. Puis, sur les serdaigles... Depuis la lettre de Rabastan qui m'avait informé du petit projet d'O'Connel...je ne savais que faire. L'utiliser avait semblé alléchant l'espace d'un instant, mais le danger était bien là, même s'il était désagréable de le reconnaître. Oh, elle n'avait rien d'effrayant, bien sûr. Mais il n'empêche qu'elle était la Préfète-en-Chef, et tout à fait capable de noter des méfaits non-dissimulés. Pas de faux pas. Je ne pouvais prétendre, tout comme le faisait certains, d'être un ange, ou une personne droite et aimable. Je ne pouvais pas non plus prétendre être une élève disciplinée, bien que brillante, mais... je pouvais tout de même faire une chose : ne pas me faire prendre. Ou à la rigueur, me tenir à carreau l'espace de quelques semaines, quelques mois. Le temps de trouver un moyen de se débarrasser de cette indigestion qu'était O'Connel. Oui, je pouvais le faire. Cela me permettrait d'avoir le temps, à défaut de l'utiliser pour martyriser les autres élèves, pour trouver les points faibles de la petite préfète. Je ne me faisais pas de soucis pour elle de toute manière - Rabastan ayant été directement visé, il était évident qu'il avait déjà un plan pour la réduire à néant. Cela ne m'empêchait pas de fouiner de mon côté...évidemment. J'avais déjà cédé à la tentation de lui envoyer de larges et jolis sourires, de passer tout près d'elle dans les couloirs, sans que personne ne remarque ma proximité à part elle, et puis...des "bonjours" par ci, des " quelle belle journée" par là, sans oublier les " comme tu es élégante", ou même les " attention, ça glisse par ici...tu risquerais de tomber". Faux semblants, et hypocrisie...tout ce que j'aimais. Menaces déguisées, légères ; faux compliments, faux sourires... Juste ce qu'il fallait pour qu'elle en devienne peu à peu folle de rage, à ne pouvoir m'accuser de rien, mais en sachant très bien, que ça allait lui tomber dessus très bientôt. Tellement triste...pour elle.

Ces plans là, j'y pensais en passant juste derrière elle, devant la table de ceux qui se disaient "érudits". Faibles, aurait mieux convenu. Oh bien sûr il y avait de bons éléments, des sangs-purs même, mais je n'étais pas familière de ceux qui ne se prêtaient pas les moyens d'arriver à leurs fins. Pour êtres amis, il fallait au moins partager certaines convictions, et ces "érudits", n'étaient doués qu'à une chose : se vanter d'une intelligence qui n'était pourtant pas très développée chez eux. Oh, ils pouvaient apprendre des paragraphes entiers de leçons à propos des hypogriffes, ou des strongulos, mais qu'en faire, à part pour avoir de bonnes notes et se faire mousser par le prof ? Ils apprenaient des choses sans savoir quoi en faire - moi, je me servais de ce que j'avais. Mes connaissances n'étaient peut-être pas illimitées en Histoire de la Magie, ou en Soins aux créatures magiques, divination ou que sais-je ? Mais les Potions, la Botanique, la DCFM me permettait toujours d'obtenir ce que je voulais. Et O'Connel, ne ferait pas exception.

Aussi féline que l'animal que j'avais dans les mains, je m'avançai vers le bout de la table de Serpentard. Ah, enfin un endroit fréquentable dans cette Grande Salle bruyante et remplie de vermines. Je m'assis entre Lev et Narcissa. Tout près, Azraël, Ivana, ... j'eus un froncement de sourcils en constatant qu'il manquait quelqu'un...sûrement le plus important. Je le vis discuter avec deux troisièmes années, des filles... elles semblaient si bêtes... Je détournai le regard...sans intérêt. Il leur faisait la leçon sûrement... Pff...Je ne mangeai pas grand chose. Un morceau de pain, de la salade, et le reste fut donné à l'animal. Je tentai toutes sortes de choses, mais elle ne mangea que ce qu'elle voulu. Elle me charma. Tout du long, j'admirai son pelage, pas une seule tache blanche, ou brune...juste du noir, aussi profond que les deux fentes qui brillaient dans ses yeux, aussi doux et majestueux que des ailes de corbeaux... A bien y réfléchir, c'était exactement la même couleur que mes cheveux. Et encore, si j'avais été moins fière, j'aurais admis que son pelage était encore plus soyeux. Du satin ! Voilà à quoi ça ressemblait. On aurait dit du pur satin noir... s'en était épatant !

Mes réflexions furent interrompues par un tintement de verre, et la voix de Dumbledore. Je me retournai, le chat toujours sur mes genoux, qui s'amusait à griffer gentiment le bas de ma robe noire qui s'arrêtait en haut de mes cuisses, trop courte, et laissait voir des collants noirs aux motifs travaillés qui donnait un style sexy et provoquant. Magnifique, comme toujours. Le directeur commença un drôle de discours...enfin, drôle, ça s'était une question d'opinion. Atterrée, je vis des mines surprises mais ravies, des exclamations excitées et joyeuses. Quoi ?! Impossible ! Un voyage à Londres, sans baguettes...pour quoi ?! Se mêler à la vermine la plus odieuse, crasseuse et puante qu'il puisse exister ! Des moldus ! Et puis quoi encore ! Des verres de terre ?! Non ! Non ! Et non ! Maudit Dumbledore ! Maudite école ! Stupide projet inutile! Des chuchotements déplaisants et des exclamations dégoûtées fusèrent à notre table. De l'agitation, qui se calma avec la suite du discours du directeur. L'espace d'un instant, mais les conversations reprirent de plus belle. Je fronçai les sourcils, et détournai mon regard de la table des professeurs.

Ce voyage allait être une vraie catastrophe. En plus d'être inutile et débile, ce projet n'allait apporter que des ennuis. Et tant mieux, ça apprendra à Dumby d'être aussi allumé ! Je secouai la tête, mécontente. Le chat me griffa la main, et je grimaçai. Elle me regardait avec ses grands yeux, la tête penchée... Aussitôt, la solution m’apparus d'elle-même.

-Satine... chuchotai-je. Je vais t'appeler Satine. Et toutes les deux, on ne va plus se quitter...

Oui, je comptais bien mettre à profits cette délicieuse nouvelle amie... à coup sûr, son côté intrépide et discret pourrait me rendre des services...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Mar 14 Aoû - 0:38

La journée s'était plutôt bien déroulée, des cours intéressants avec de bons professeurs pour la plupart. Elle n'avait mangé qu'un croisant ce matin et avais bu un peu de lait. À midi, elle n'avait absolument rien avalé, elle avait été absorbée par le contenu d'un livre sur les Moldus qui faisaient une longue liste de tous les mensonges auxquels ils croient. Il y en avait vraiment beaucoup, Anja n'avait d'ailleurs jamais compris pourquoi le ministère de la magie ne dévoilait pas l'existence de la magie aux Moldus, même pour une raison de sécurité, c'était vraiment idiot. Enfin bref, la jeune femme se rendait dans la grande salle pour picorer un peu avant d'aller se replonger dans ce si passionnant livre qu'elle avait commencé à midi. Elle entra dans la salle gigantesque ou était disposées les tables des quatre maisons ainsi qu'une cinquième où dînaient les professeurs, comme toujours. Elle alla s'installer en face d'Amélia sa meilleure amie et à côté de Leroy, un garçon qu'elle aimait bien et avec qui elle avait terriblement envie de coucher bien qu'il semble particulièrement retissant à cette idée. Peut être qu'il était puceau, ou...gay ?

Elle avait légèrement mal à la tête, passer du calme de la bibliothèque au couloir et à la grande salle bruyante n’était pas une bonne idée. Les conversations des élèves résonnaient dans son crâne, pourquoi ne pouvaient-ils pas tout simplement manger et se taire ? Anja restait silencieuse, elle n’avait pas très envie de contribuer au brouhaha ambiant et gardait la tête entre ses mains, comme si le poids de ses connaissances pourrait la faire tomber de son cou. Elle se décida quand même à boire un peu d’eau et manger un morceau de pain, elle ne voyait pas de beurre à l’horizon. *Et crotte !* se dit-elle. *Tu l’as dit bouffie, le beurre c’est la vie ! De toute façon tu vas grossir si t'en prends* dit Cacilia d’un ton moqueur. *Arrête de me parler ou je me suicide* pensa Anja en faisant une grimace. Chasser Cacilia était simple comme bonjour, une petite menace et hop ! Plus personne, mais elle revenait vite et c’était vraiment dommage pour Anja.

Elle continuait de mâcher son morceau de pain quand les plats disparurent et bizarrement le dessert, qui était souvent meilleur que le reste tardait à arriver. Anja regarda autour d'elle pour voir si ce n'était qu'à la table des Serdaigle que le dessert n'arrivait pas et se rendit vite compte que non. Elle se tourna vers Amélia et commença à se lamenter en disant que si ça se trouve les Elfes de Maison avaient décidé de faire grève. Selon elle, ils auraient dû se révolter bien avant aujourd'hui. Peu après, un son cristallin provenant de la table des professeurs retentit dans la grande salle et réussit à faire taire tous les élèves qui rouspétaient. Le professeur Lemalf venait de donner des coups avec un de ses couverts sur son verre pour permettre au professeur Dumbeldore de pouvoir faire son discours.

Le directeur de l'école écarta les bras comme s'il voulait étreindre tous les élèves présents et commença à parler le sourire aux lèvres, les yeux brillants de joie comme à son habitude. Il débuta son discours en rappelant la venue des élèves de Durmstrang et de Beauxbâtons, comme si personne ne les avait remarqués. Il poursuivi en disant quelque chose du genre « Je vois le bien partout où mes yeux derrières mes lunettes en croissant de lune se posent. Tous les élèves s'entendent bien et forment de belles alliances avec que des gentilles personnes. » *Pauvres homme* pensa la jeune femme. *Vieux Loufoque !* murmura Cacilia. Anja en eu marre de mâchait son morceau de pain et l'avala difficilement. En consacrant à nouveau son attention sur les paroles du directeur en robe violette qui était d'un assez mauvais goût, elle entendit les mots « Voyage » et « Londres ». Elle se tourna vers Amélia en souriant puis reporta son attention sur le discours de Dumbledore en pensant que c'était une très bonne idée. *Pour les 6° années* chatonna joyeusement Cacilia pour narguer sa soeur. Le sourire idiot d'Anja s'effaça de son visage mais elle continua d'écouter tout ce que le directeur avait à dire. Finalement son sourire revint quand il déclara que les élèves de Durmstrang et de Beauxbâtons seraient du voyage (ainsi que les 7° années de Poudlard). Elle avait également entendu qu'ils seraient hébergés dans une auberge de jeunesse fréquentée par des Moldus. Elle trouvait l'idée très réjouissante, après les quelques cours d'étude des Moldus qu'elle avait suivi depuis son arrivée à Poudlard, elle les trouvait de plus en plus fascinant, vivre sans magie quel effort ça doit être pour eux...Enfin peut être pas tant que ça vu qu'ils n'ont jamais connu ce que c'était de vivre avec la magie. Les derniers mots à propos de l'interdiction de la magie la fit sourire à nouveau, ça ne ferait pas de mal à certains élèves de ne pas pratiquer la magie pendant quelques jours. Elle imaginait déjà tout ce qu'elle pourrait voir à Londres, leur façon de vivre, leurs moyens de transport, leurs superbe invention qu'est l'électricité et un tas d'autres choses qu'ils ont découvert sans magie. Elle avait hâte d'y être et avait un tas de questions à poser à leur professeur d'étude des Moldus. Elle se tourna une nouvelle fois vers Amélia.

- Tu viendras j'espère ? dit elle d'un air ravi. Et toi aussi Leroy ? dit elle en agrandissant l'immense sourit qui trônait plus grand que jamais sur ses lèvres.

Dumbledore n'avait pas de si mauvaises idées que ça finalement. Les coulis de Framboise arrivèrent et Anja engloutit le sien avec une rapidité que ses amis ne lui connaissaient pas. Elle avait vraiment plus que hâte que le 7 mars arrive
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Sam 25 Aoû - 23:21

On peut dire que Jane avait passé une bonne journée mais celle-ci n'était pas encore terminée bien qu'on soit déjà à l'heure du repas. En effet, celle-ci ignorait que Dumbledore ferait, au moment où se déroule rituellement son discours de bienvenue le jour de la rentrée et bien qu'on soit déjà début février, l'exposé d'un événement qui allait faire s'activer les langues durant les semaines à venir. Tout d'abord ce serait la surprise qui encouragerait les élèves à en parler à toute heure de la journée, puis ce serait l'impatience d'y être pour ceux qui auraient la chance d'y participer cette année comme pour ceux qui devront attendre les suivantes, . On a tous participer ou assisté à l'organisation d'un voyage scolaire et on sait tous que c'est le principal sujet de conversation pour ceux qui partent autant que pour les autres.

Pour en revenir à la jeune Poufsouffle, elle s'était installée quelques dizaines de minutes plus tôt à la table des jaunes et noirs. Elle était plutôt bien entourée parmi les autres membres de sa maison et discutait un peu de tout et de rien avec tout ceux qui voulait bien parler. Comme à toutes les tables, il y en avait certains qui râlaient un peu que la salle était trop bruyante et qu'ils étaient trop fatigués pour avoir à supporter cela mais dans l'ensemble, il régnait une bonne ambiance. D'autres commençaient également à s'impatienter, apparemment le dessert tardait à arriver.

En fait, la 6ème année ne s'en était pas vraiment aperçu, elle ne mourrait pas de faim et participait activement à une discution sur la professeur d'étude des moldus qu'elle même aimait beaucoup. Mais bientôt, elle suivit le mouvement et sa tête se tourna comme beaucoup d'autres en direction de la table des professeur où le directeur de maison des Serdaigles se leva avant de demander le silence de quelques coups de fourchette résonnant sur son verre en cristal. Dumbledore se dressa alors de toute sa hauteur face à ses élèves. Autour de Jane, tous, qu'ils viennent de Dumstrang, Beaubâtons ou Poudlard, attendaient avec impatience d'entendre ce que cet homme rieur leur réservait comme surprise. Il parlait d'une voix enjouée, il n'allait donc surement pas les informer d'une nouvelle attaque des forces du mal ou de la mort de quelqu'un de l'école.

« Mes chers élèves… L'année 1976 est l'année de tous les changements. Les Ministères de la Magie et toute les équipes enseignantes de Poudlard, Beauxbâtons et Durmstrang s'accordent pour dire une chose : la coalition entre les jeunes est importante. Primordiale, même ! Et c'est pour cette raison, vous le savez, que 30 élèves nous ont rejoint cette année. Trois mondes très différents qui se rencontrent, et tout se passe merveilleusement bien. »

Certains élèves se moquèrent plus ou moins gentiment de cette déclaration. Jane, elle, resta impassible, elle était impatiente de voir ce qu'on leur préparait de nouveau . Dumbledore fit une pause. Il devait bien se douter que ce n'était pas réellement le cas mais son visage était néanmoins toujours aussi souriant. Il reprit :

« Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. »

A toutes les tables, de nombreuses voix joyeuses s'élevèrent mais elles furent vite accompagnées par les chuchotements mécontents de ceux qui n'aurait pas la possibilité de participer au voyage. C'était en effet injuste particulièrement pour les septièmes années qui n'en aurait jamais l'opportunité. Mais Dumbledore mit vite fin à ces bruits en reprenant ses explications.

« Tout va vous être expliqué plus en précisions dans les jours qui viennent, ne vous en faites pas. Sachez en tous cas que le départ se fera le 7 Mars au matin par Poudlard Express, vous logerez pendant trois jours et deux nuits en plein centre de Londres, dans une auberge de jeunesse moldue, et différentes activités seront organisées la journée. C'est l'école qui payera tous les frais, bien entendu ! Ce voyage se reproduira l'année prochaine, et l'année suivante, et ce le plus loin possible, si j'ose l'espérer ! Pour cette année néanmoins, il ne sera pas réservé aux sixième année, parce que ce serait injuste ! Les septième viendront aussi, ainsi que tous les élèves de Durmstrang et Beaubâtons. Oh, et comme vous le savez bien sûr, l'usage de la magie est interdit hors de Poudlard, cette règle vaudra donc bien sûr pendant cette excursion ! Bonne fin de repas chers élève, nous reparlerons de tout cela un peu plus tard ! »

En disant cette dernière phrase, Albus eut un air amusé. Pourtant, il savait surement qu'elle n'allait surement pas déclenché un véritable engouement parmi les élèves. Les prôneurs du sang pur et tout ceux nés dans des familles sorcières en général trouvaient, comme on pouvait s'y attendre, cette règle injuste. Cependant, s'il y en avait une, une seule dans toute l'école, à qui cette règle plaisait, c'était bien Jane, certainement l'une des plus grandes adoratrices des moldus que Poudlard n'ait jamais eu entre ses murs.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Mer 29 Aoû - 10:42

Déjà Février. Déjà cinq mois de passé à Poudlard. Je me suis bien faite au château et à mes élèves ainsi qu'aux autres professeurs surtout Anton Anderson, le professeur d'astronomie. C'est vrai que Minerva McGonagall ne semble pas m'apprécier particulièrement mais on ne se déteste pas, enfin pas moi en tout cas. Le professeur Dumbledore entame souvent la discussion avec moi à propos des Moldus et de mes relations dans le monde sans magie où les Moldus vivent dans l'ignorance. Je me souviens de la fois où, au début de l'année, nous avions parlé d'un voyage scolaire dans le Londres Moldus pour les élèves de sixièmes et septièmes années. Il y a réfléchi et à étoffé l'idée avant de m'en a reparlé récemment en me disant que le projet serait surement mis en place prochainement pour mon plus grand plaisir. Il m'avait également parlé d'inclure les trente élèves étrangers de Durmastrang et de Beauxbâtons à ce voyage. C'était son idée à la base, je dois le reconnaître, mais c'est moi qui lui ai conseillée l'auberge de jeune Moldus. L'homme qui tient l'auberge est un Cracmol très sympathique que j'ai rencontré il y a quelques années quand j'habitais à Londres avec Antoine.

Depuis des mois je prenais ce chemin presque chaque soir pour me rendre dans la grande salle inondée du bruit des conversations des élèves et des tintements des couverts contre les assiettes qui démontrait que Poudlard était un endroit extrêmement vivant. Comme à chaque fois que j'entrais dans cette immense salle à manger, je souriais et saluais les élèves de Beaxbâtons que je voyais ainsi que mes nouveaux élèves de Poudlard dont la jeune Jane à la table des Poufsouffle que j'aimais bien. Elle adorait les Moldus autant, voir plus, que moi-même je ne les adore et aimait beaucoup débattre de certains points sur les Moldus avec moi. Je traversais la salle pour aller m'asseoir à ma place habituelle, à côté d'Anton, à la table des professeurs. Je marchais rapidement en faisant cliqueter les six bracelets d'argent que j'avais à chaque bras. Je ne fis pas attention à mon foulard qui était en train de se détacher de mon cou à cause d'un énième noeud que je n'avais pas su faire ce matin devant ma glace. Le froid de la pièce commençais à m'attraper la gorge et je portais la sur mon cou pour découvrir la raison de cette fraicheur soudaine. Je me retournais alors et rebroussais chemin pour attraper le tissu léger sur le sol de pierre. Je remarquais une tâche sur mes chaussures violette, parfaitement accordaient à ma jupe aubergine et à mon foulard d'un violet pale où étaient dessinés des empreintes de chats. J'essuyais la tâche brune et me relevais en lançant ma chevelure de feu en arrière ainsi que la petite fleur blanche qui servait à retenir la mèche rebelle que je n'avais pas réussi à aplatir ce matin.

De mon pas rapide, je gagnais enfin la table des professeurs et m'asseyais à côté du professeur d'Astronomie. Il me sourit et se servi quelque chose à manger. Je fis de même et remplis mon assiettes de quiche à la courgette qui était juste devant moi et que personne ne semblait avoir touché. Après avoir engloutis ma première et dernière part de Quiche je fus repu et je m'affalais sur ma chaise. J'attendais avec impatience la désert, j'espérais que ce serais un désert à bas de fruit, rouge de préférence ou orange pour s'accorder avec mes cheveux. Je regardais mes collègues discutaient entre eux ou terminer leurs plats qui ne tardèrent pas à disparaitre comme à leur habitude sous nos yeux. À la grande déception des élèves, ils n'arrivèrent pas immédiatement, ce qui eu le don d'en agacer certains que je regardais avec de grands yeux. C'étaient le genre d'élèves j'aimais contents qui avaient toujours besoin de râler pour tout et pour rien. Le professeur Lemalf, qui était assis à l'opposé de moi prit un couvert et cogna légèrement sur son verre pour que le silence se fasse dans la salle. Le tintement eu l'effet désiré et un silence interrogateur s'installa parmi les élèves qui avait tous les yeux rivés vers la table des professeurs d'où Dumbeldore venait de se lever.

Comme à son habitude, il avait écarté les bras et souriait. Je le voyais de dos mais je savais que ses yeux pétillaient en vue de l'annonce qu'il allait faire. En effet il allait annoncer le projet du voyage dans la Londres Moldus. Il commença par parler de l'arrivée des élèves de Durmstrang et de mes merveilleux élèves de BeauxBâtons. Certains élèves levèrent les yeux au ciel comme si ce rappel était inutile, ce qui était le cas. Il continua en évoquant enfin le voyage. Un sourire ravi se dessina sur mes lèvres, j'étais tellement heureuse que cette idée se mette en place. J'avais quand même quelques appréhensions à l'idée de partir avec tant d'élèves. Tous les élèves de sixièmes et de septièmes années viendraient ainsi que les étrangers, ce qui ferait beaucoup. Je n'écoutais que d'une oreille le reste du discours du Directeur de l'école, j'essayais de voir ce que pensaient les élèves de cette annonce, certains semblaient ravis, comme Jane ou Anja, deux de mes élèves. D'autres semblaient mécontents en apprenant que la magie leurs serait interdite. Je suis certaines qu'ils l'utiliseront quand même dans mon dos, je ne manquerais pas de me charger d'eux.

Enfin, Dumbedore eu finit son discours et vint se rasseoir à la table des professeurs. Les desserts apparurent alors et le brouhaha de la salle revint rapidement accompagné de bruit de couverts. J'avais vraiment hâte de faire cours le lendemain, j'imaginais déjà les élèves venir me voir pour me poser des questions concernant ce merveilleux projet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Beauxbâtons


ϟ Parchemins postés : 1989
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 22
ϟ Points : 179
ϟ Localisation : In your heart BABY ♥

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: BBs/ Pouffy
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Jeu 30 Aoû - 9:59

« Mes chers élèves … »

Adonis était assis en face d’Adèle Vapin. Sous la table, la chaussure du français montait et descendait le long du mollet de la jeune fille, distraitement. Elle avait souvent l’air énervée en ce moment, et Adonis savait exactement pourquoi. La bouffe anglaise lui avait fait prendre des cuisses, et elle détestait cela. Elle voulait avoir l’air parfaite pour l’homme de sa vie. Mais ce soir, elle avait plutôt l’air contente et heureuse de vivre. La nourriture était exquise, les Elfes s’étaient surpassés. Cela signifiait du sexe encore meilleur, tant mieux. Il mangeait nonchalamment, regardant les nanas de la pièce. Amélia Blackstonesétait divine. Il fallait qu’il la mette dans son lit. Il fallait qu’il trouve quoi faire de Artémis aussi, qui ne cessait de lui lancer des regards noirs. Aucune reconnaissance pour tout ce qu’il avait fait pour elle. Léandre s’imposa à lui comme une bonne solution. S’il voulait qu’elle le lâche, il fallait lui trouver un nouveau centre d’intérêt, et ça serait son cousin. Il était tellement absorbé par ses réflexions de garçon aigri et méchant qu’il ne remarqua pas que les desserts tardaient à arriver, ni même que la voix du directeur de Poudlard s’était élevée. Le léger mouvement d’Adèle sur le banc sembla le sortir de sa torpeur, et il tenta de porter une oreille attentive à son discours.

« Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. »

Adonis cligna plusieurs fois. Un voyage scolaire ? A Londres ? Mais dites-moi, ils se surpassaient, cette année ! Et ils les sortaient d’où, les sous pour organiser tout cela ? Poudlard avait donc des fonds pour organiser une sortie pareille ? Ou le Ministère était tellement désespéré d’unir Sorciers de tous les horizons et moldus qu’il était prêt à vider ses caisses ? Fort probable. Mais de toutes façon, cela ne concernait pas le français, puisque lui, il était en septième année, mais apparement, le vieux n’avait pas terminé :

« … Pour cette année néanmoins, il ne sera pas réservé aux sixième année, parce que ce serait injuste ! Les septième viendront aussi, ainsi que tous les élèves de Durmstrang et Beaubâtons. Oh, et comme vous le savez bien sûr, l'usage de la magie est interdit hors de Poudlard, cette règle vaudra donc bien sûr pendant cette excursion ! Bonne fin de repas chers élève, nous reparlerons de tout cela un peu plus tard ! »

Un sourire se forma sur les lèves d’Adonis. Mmh. Un voyage entre 6 et 7ème années dans la capitale anglaise. Dans le monde moldu, certes, mais qu’importe ? Cela signifiait réunir les quatre maisons (plus de blaireaux H24 pour 3 jours, alléluia par toutatis !) pour des sorties soi-disant dignes d’interêt. « Sans Magie », haha, pas pour ceux qui avaient 17 ans, en tous cas (ce que Adèle ne semblait pas avoir compris, blonde comme elle était …)

« Chérie, comme tu as eu dix-sept ans le 5 mai de l’année dernière, tu peux te servir autant que tu veux de ta baguette. »

Il avait dit cela d’un ton mi exaspéré mi amusé, puis attrapa sa main et l’embrassa, puis dit, plantant ses yeux dans les siens et l’air un peu coquin :

« On va bien s’amuser la bas, tu vas voir ! »


______________________
Georgiado
« They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 459
ϟ Date d'inscription : 02/05/2012
ϟ Points : 122

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Gryffondor
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Jeu 30 Aoû - 11:05

Comme d’habitude, les quatre Maraudeurs étaient assis en carré en plein centre de la table des Gryffondor. Comme d’habitude, James parlait fort, lançant toutes les trente seconde des regards à la voisine de table de Remus, Lily Evans. Comme d’habitude, Peter se goinfrait des mets particulièrement bons ce soir-là, et parlait la bouche pleine. Comme d’habitude, Sirius faisait du pied à Mary MacDonald, avec la cravate particulièrement dénouée, les 3 premiers boutons de sa chemise détachés et les cheveux en bataille. Comme d’habitude, Remus était en grande conversation avec sa collègue Lily et riait avec Sirius et James. Tout était habituel ce soir-là. C’était une nuit d’hiver normale, il neigeait dehors, mais il faisait chaud au château, c’était l’heure du dîner. Il y avait ce brouhaha permanent, ce cliquetis de couverts masqué par les voix, les rires des centaines d’élèves de l’école de Magie la plus réputée d’Angleterre (et la seule, aussi).

Remus avait passé une excellente journée. Parfaitement remis des blessures de sa dernière pleine Lune (et malgré sa récente rupture avec Jules, qu’il évitait de regarder trop souvent), il était d’excellente humeur, et rien ne semblait pouvoir égratigner cela, même pas le parchemin de potions qu’il avait à écrire pour le lendemain au professeur Slughorn. Il était très content d’être en sixième année, quand il voyait tous les 5ème stresser pour leurs BUSE, et les 7ème mourir d’appréhension pour leurs ASPIC. La sixième année était tranquille, une année où on apprenait plein de choses certes, et extrêmement importante, qui était une des plus redoublée (même s’il était rare de redoubler à Poudlard), m’enfin, c’était quand même facile de suivre le rythme ... Oui, il ne se passait pas grand-chose pour un élève de sixième année à Poudlard, mais apparemment, le Professeur Dumbledore avait décidé de remédier à ça, aidé par le Ministère de la Magie …

Peter avait immédiatement remarqué que les desserts tardaient à arriver, et toute la salle entendit le cliquetis de l’or sur le cristal. Le Directeur à la longue barbe blanche se lança alors dans un discours des plus surprenants :

« […] Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. […] Tout va vous être expliqué plus en précisions dans les jours qui viennent, ne vous en faites pas. Sachez en tous cas que le départ se fera le 7 Mars au matin par Poudlard Express, vous logerez pendant trois jours et deux nuits en plein centre de Londres, dans une auberge de jeunesse moldue, et différentes activités seront organisées la journée. C'est l'école qui payera tous les frais, bien entendu ! »

Les quatre Maraudeurs se regardèrent en même temps… Merlin ? Etait-ce vraiment vrai ? Allaient-ils vraiment passer trois jours à Londres, dans le monde moldu ? MERLIN ! Mais c’était génial ! Rien que pour voir la tête de certains Serpents genre Rabastan ou Servilius, ça promettait ! Tous les quatre souriaient à pleine dents, et ils n’étaient pas les seuls, puisque bientôt, le directeur annonçait que ce voyage se reproduirait tous les ans, et que cette année-là, les 7ème années ainsi que les délégations de Durmstrang et Beauxbâtons viendraient aussi. La très grande majorité des élèves (les Serpentards faisaient baisser ce nombre) semblait terriblement excitée par ce voyage, malgré le fait que, bien sûr, la magie n’était pas autorisée. Mais sérieusement, qui s’en préoccupait ? Ils pourraient se balader en bande sur Picadilly Circus, faire des provisions de fringues moldues (pour Sirius, surtout), manger des barbe-à-papa et boire de la bière sans beurre, et regarder les sang-pur énervants se « promener » sans baguette, tout perdus.

Bientôt, Remus posait son coude au milieu de la table en bois, la main levée, et sentait celle de James qui l’empoignait, puis celle de Sirius et enfin celle de Peter. Ça allait être génial …

______________________
Hell yeah, we are everywhere
« I solemnly swear that I am up to no good
(Oh and, in case you're wondering, yep, I am a motherf*cking Marauder. And a damn powerful werewolf too. Kiss kiss babe.)
Mischief Managed »
JKR & apache.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Ven 31 Aoû - 12:56

C'était une journée banale, rien de bien génial à raconter, personne n'était venue m'embêter ou me déranger, les cours avaient été très enrichissant et la neige tourbillonnait à l'extérieur. Une journée banale. Mes cours favoris étaient de loin l'Astronomie, le cour de DFCM et celui des sortilèges. J'adore aller a chacun de ces cours ! Je lis beaucoup de livres sur ces trois sujets, je suis une experte dans ces trois matières. Je ne connais encore pas tous, j'ai tellement de choses a apprendre, mais les questions élémentaires sont facile.

Au déjeuner j'avais tellement bien manger, que quand je suis arriver légèrement en avance à la grande salle pour dîner, je n'avais pas tellement faim. Je me suis mis assise a côté d'un Serdaigle assez discret qui ne parlait jamais a qui que se soit, mais je savais pertinemment, grâce a mes nombreux cours avec lui, qu'il était légèrement plus intelligent que tout les serdaigle présent et qui étaient en train de s'installer sur notre table. J'essayais a chaque fois d'être gentille avec lui, je savais a quel point c'était dur d'être seul et timide. Je le salua et lui demanda comment il allait, il me répondit avec un petit ''Oui'' pas très convaincant, je décida de le laisser un peu tranquille, je n'étais pas du genre a insister s'il ne le voulait pas. Peu de temps après, Anja me rejoignit et se mit assise en face de moi a côté d'un jeune homme que je ne connaissais pas, en même temps, on ne peut pas connaître tout le monde.

Je ne mangea que très peu, je n'avala qu'un maigre boule de soupe qui avait une drôle de couleur et un morceau de pain que j'avais mis dans la soupe pour lui donner un meilleure goût. Tout le monde parlait, des conversations fusaient de partout. On se demande comment ils font pour parler comme ceci non-stop ! Il y avait beaucoup de bavard a ce que je pouvais voir. Je jeta un coup d’œil a Anja, elle ne semblait pas aller trop bien. En même temps avec toutes ses conversations très forte, il y a avait de quoi avoir mal a la tête, surtout que toutes les deux, en bonne habitué de la bibliothèque, nous sommes un peu habitué au calme. Anja finira par s'y faire, je suis à Poudlard depuis ma première année et tout ce bruit ne me dérange plus vraiment à présent.

Le dessert allait bientôt arriver, tout sur toutes les tables disparut d'un seul coup. Le dessert, je ne pouvais pas le rater hors de questions ! Même si je mangeais seulement un fruit, ce serait toujours ça, bien que je sois gourmande, je ne suis pas non plus du genre a manger jusqu'à en avoir mal au ventre. Au bout de quelques minutes le temps se faisait long, que se passait-il ? Anja émit l’hypothèse que les elfes de maisons faisaient grève et qu'ils auraient dû le faire avant. Bien que se soit possible, cela ne me paraissait... pas véritable, s'ils auraient fait grève, n'auraient-ils pas commencer dès le début du repas ?

Le professeur Lemalf fit retentir dans toute la salle, le bruit de sa cuillère contre son verre en cristal. Un silence de mort s'installa d'un seul coup. Tous regardèrent vers les professeurs, Dumbledore se leva, écarta les bras vers l'assemblé, prononça son discours avec une joie perceptible et afficha un large sourire sur son visage. :

« Mes chers élèves …L'année 1976 est l'année de tous les changements. Les Ministères de la Magie et toute les équipes enseignantes de Poudlard, Beauxbâtons et Durmstrang s'accordent pour dire une chose : la coalition entre les jeunes est importante. Primordiale, même ! Et c'est pour cette raison, vous le savez, que 30 élèves nous ont rejoint cette année. Trois mondes très différents qui se rencontrent, et tout se passe merveilleusement bien. Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. »

Quel merveilleuse idée ! Un voyage scolaire dans Londres ! J'y avais passer 5 ans de mon enfance, bien que je sois rester cloîtrer dans un orphelinat moldu, je pouvais tout de même apercevoir par la fenêtre Big ben, l'énorme horloge qui me fascinait tant étant enfant. Londres est j'en suis certaine, une ville fabuleuse ! Et bien qu'étant enfant je ne voyais pas trop la différence quand des enfants moldus me parlait, en devenant plus grande, je découvris bien des choses sur eux grâce a mon professeur particulier qui ne m'expliquait pas très bien le monde des moldus à vrai dire...

« Tout va vous être expliqué plus en précisions dans les jours qui viennent, ne vous en faites pas. Sachez en tous cas que le départ se fera le 7 Mars au matin par Poudlard Express, vous logerez pendant trois jours et deux nuits en plein centre de Londres, dans une auberge de jeunesse moldue, et différentes activités seront organisées la journée. C'est l'école qui payera tous les frais, bien entendu ! Ce voyage se reproduira l'année prochaine, et l'année suivante, et ce le plus loin possible, si j'ose l'espérer ! Pour cette année néanmoins, il ne sera pas réservé aux sixième année, parce que ce serait injuste ! Les septième viendront aussi, ainsi que tous les élèves de Durmstrang et Beaubâtons. Oh, et comme vous le savez bien sûr, l'usage de la magie est interdit hors de Poudlard, cette règle vaudra donc bien sûr pendant cette excursion ! Bonne fin de repas chers élève, nous reparlerons de tout cela un peu plus tard ! »

Dès la fin de son discours, les discutions repartirent de plus belle, certains serpentards se plaignirent de ne pas vouloir rencontrer de Moldus, mais la plupart des élèves étaient tous heureux de ce beau voyage qui offrait tellement de perspectives. Chouette ! Les 7ème années pourront venir aussi, ça veut dire qu'Anja va pouvoir venir ! On va s'amuser comme des petites folles !

- Tu viendras j'espère ? Me demanda Anja avant de se tourner vers le jeune homme assis a côté d'elle. Et toi aussi Leroy ?

Visiblement Anja semblait très pressée d'aller a ce voyage, comme la moitié des élèves dans la salle d'ailleurs. Je lui répondit entre deux cuillère de coulis de framboise délicieux.

-Bien sûr ! La question est : Pourquoi je ne viendrais pas ?

Je lui souris et continua a manger mon coulis de framboise a petite lapées. Vivement ce 7 mars !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Lun 3 Sep - 9:24

Que fait-on un premier Fevrier à Poudlard? Oh et bien, à part geler, pas grand chose. Ce matin là, je me réveillais doucement, ayant encore cette nuit, du m'assurer trois ou quatre fois qu'il n'y avait pas de loups-garous dans le dortoir. Ce n'était même plus une peur à ce niveau là, c'était presque de la phobie. Lorsque miss réveil alla dans la salle de bain, pour une fois, je ne la remerciais pas de se lever plus tôt que tout le monde, et lui balança un de mes oreillers. Quand allait-elle enfin se taire? Lorsque je reçu le même oreiller sur le visage quelques secondes plus tard, je compris que, manifestement, je n'étais pas la seule à être de mauvais poils. Mes escapades autour du dortoir cette nuit avaient du réveiller deux ou trois de mes colocataire qui avait du se faire à elle même l'ultime promesse de me le faire payer. Je n'y pouvais rien, j'étais peureuse, voilà tout. Et elle s'y mirent même à plusieurs pour se venger. C'est pur cette raison, qu'alors que tout le monde était descendu manger, je restais seule, dans le dortoir, à essayer de m'enlever leur fond de teint et leur gel qu'elles avaient eus la générosité de me prêter. A croire que j'allais devenir leur souffre douleur. Et bien, je me vengerais sur leurs heures de sommeil. La guerre ne faisait que de commencer. Comme si ça ne suffisait pas, une des filles avait eu la gentillesse de demander à son chat de me faire vivre l'enfer. Et je peux vous assurer que ses griffes font un mal de chien. Au lieu d'aller au petit déjeuner comme tout le monde, je préférais rechercher un sort pour éviter de sortir devant tout le monde en ayant l'air d'une furie. Griffé de partout, des cheveux collés au gel non lavable (bien sur, ça aurait été bien trop simple sinon) et encore en pyjama que le chat de cette peste s'était fait un plaisir de mettre en lambeau. Ayant enfin trouvé le sort que je voulais, je me dépêchais de le lancer pour que tout rentre dans l'ordre. J'en profitais pour lancer un sort au chat pour qu'il arrête de bouger le temps que je sorte du dortoir. Ce truc était une teigne mine de rien. Et de toute façon, il était bien plus mignon lorsqu'il ne bougeait pas. Avant de partir, je rajoutais un peu de colorant que ma chère mère moldue m'avait donné et en mit dans toutes les affaires possible que je trouvais sur mon passage. Je savais bien que je m'en servirais un jour ou l'autre. Et ce soir, en revenant dans le dortoir, à coup sur les filles allaient adorer mon petit cadeau.

Sans plus attendre, je sortis enfin de la salle commune et montais à la grande salle. Évidemment, comme je le pensais, il n'y avait plus personne. Et pourtant, contre toute attente, un elfe de maison à qui j'avais parlé quelques fois et qui travaillait à Poudlard me donna un bout de pain qu'il restait du matin même. Après un grand sourire et un petit merci, je montais à mon premier cours. Et encore une fois, sans vraiment savoir pourquoi, je savais que cette journée allait être un désastre. Je loupais la plupart des sorts en cours, un réussit à m'envoyer à l'infirmerie, et lorsque, enfin, je puis reprendre ma journée après un petit somme de quelques heures, je me rendis compte que Gabriel m'attendais pour fermer l'infirmerie. Il était 20 heures passé. Ce qui voulait clairement dire que j'avais passé ma journée à l'infirmerie. Bien sur, ma tentative d'arriver au diner discrètement fut légèrement loupé lorsque je me cognais le genoux contre un banc et que, supportant mal le choc, je commençais à crier des insultes, moldus ou sorcières, sur ces "foutus bancs". Une fois à la table des Serpentard, je tentais de me tenir éloigné le plus possible des filles de mon dortoir. Ce soir, je savais déjà que ce serait ma fête, alors autant ne pas les laisser commencer les festivités trop vite n'est-ce pas? J'eus le temps de prendre quelques bouts de poulets avant que les plateaux ne disparaissent et en même temps, nos assiettes, avec mes cuisses de poulets à l'intérieur. Au moins, je pourrais manger tranquillement du dessert. N'est-ce pas? Et pourtant, il fallu que le directeur prenne la parole pour la meilleure chose de ma journée surement.
« Mes chers élèves …L'année 1976 est l'année de tous les changements. Les Ministères de la Magie et toute les équipes enseignantes de Poudlard, Beauxbâtons et Durmstrang s'accordent pour dire une chose : la coalition entre les jeunes est importante. Primordiale, même ! Et c'est pour cette raison, vous le savez, que 30 élèves nous ont rejoint cette année. Trois mondes très différents qui se rencontrent, et tout se passe merveilleusement bien. Et pour continuer dans cette Triple Entente, j'ai une grande annonce à vous faire ! Chers élèves, l'administration de Poudlard a décidé, avec l'accord du Ministère, d'organiser dès cette année pour les 6ème année un voyage annuel de trois jours dans la capitale Anglaise, Londres. »
Un voyage? Vraiment? Il pensait vraiment nous faire tous voyager? Tous les sixièmes années? A Londres? Et bien, ils en avaient du courage. Une chose était sur, je devais y aller. Ça me changerait les idées, et puis, avec un peu de chances, je n'aurais plus à supporter toutes les nuits ces pimbêches qui me servaient de colocataires. Le directeur continua :
« Tout va vous être expliqué plus en précisions dans les jours qui viennent, ne vous en faites pas. Sachez en tous cas que le départ se fera le 7 Mars au matin par Poudlard Express, vous logerez pendant trois jours et deux nuits en plein centre de Londres, dans une auberge de jeunesse moldue, et différentes activités seront organisées la journée. C'est l'école qui payera tous les frais, bien entendu ! Ce voyage se reproduira l'année prochaine, et l'année suivante, et ce le plus loin possible, si j'ose l'espérer ! Pour cette année néanmoins, il ne sera pas réservé aux sixième année, parce que ce serait injuste ! Les septième viendront aussi, ainsi que tous les élèves de Durmstrang et Beaubâtons. Oh, et comme vous le savez bien sûr, l'usage de la magie est interdit hors de Poudlard, cette règle vaudra donc bien sûr pendant cette excursion ! Bonne fin de repas chers élève, nous reparlerons de tout cela un peu plus tard ! »
Je ne pus m'empêcher de jeter un coup d’œil à Alexis. Allait-il y aller du coup? Auberge de jeunesse moldu? Magie interdite? Londres? École qui payera les frais? Si seulement je pensais qu'entendre tous mes mots préférés en une seule réplique n'était pas envisageable, voilà qui me prouvait le contraire. Un sourire apparu sur mon visage.

Oui, j'allais y aller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Élève


ϟ Parchemins postés : 110
ϟ Date d'inscription : 06/02/2012
ϟ Points : 27
ϟ Localisation : Dans les airs au-dessus du terrain de Quidditch, évidemment !
MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Ven 9 Nov - 18:46

De la neige, un ciel brumeux, un froid glacial presque digne de la Sibérie et encore de la neige. Bref, un temps tout ce qu'il avait de plus banal en Grande Bretagne. Georgia était d'humeur maussade. La petite période de déprime qu'elle avait connue au mois de janvier s'était dissipée, mais cela n'avait pas rendu son humeur joyeuse pour autant. Certes, elle avait essayé de sortir pour se changer les idées, mais il n'y avait pas eu beaucoup de soirées organisées depuis le nouvel an, et la Gryffondor s'était rendue compte que même les cigarettes et l'alcool ne parvenaient pas à la dérider complètement quand elle était vraiment déprimée. Ce qui se produisait très rarement, fort heureusement.

Néanmoins, tout cela n'avait pas atténué son caractère fêtard, bien au contraire même, puisqu'elle était désormais déterminée à s'amuser et à se détendre coûte que coûte. Les ASPICS qui la guettaient à la fin de l'année étaient loin de compter parmi ses préoccupations premières; à la vérité jamais encore ils ne lui avaient semblé si insignifiants. De toute façon, elle savait qu'elle les aurait, alors que ce soit avec Effort Exceptionnel ou non ne changeait pas la donne. Pour elle, c'était la même chose. Des Acceptable un peu partout, et ça lui conviendrait parfaitement. Georgia était loin d'être une élève très mauvaise, pourtant, mais moyenne fut été le mot lui correspondant le mieux. Comme on ne cessait de le lui répéter, elle possédait des capacités qui ne demandaient qu'à être exploitées avec plus de travail personnel. Ce dont elle ne prenait jamais la peine de s'embarrasser, préférant courir les soirées et se défouler sur un balai pendant les entraînements de Quidditch. Il fallait bien le dire, la blonde n'avait raté aucune séance de Quidditch depuis le début de l'année, pas même quand elle avait été "malade" (mot d'excuse inventé par l'infirmier pour éviter que les professeurs ne lui posent trop de questions gênantes). En revanche, pour l'Histoire de la Magie, c'était autre chose... Et l'Etude des Runes, n'en parlons pas.
Toujours était-il que Georgia en avait marre. Elle commençait vraiment à en avoir sa claque de Poudlard. Certes, l'échange et les rencontres qu'elle avait pu faire grâce à lui l'avaient ravie, mais pour de bon, elle n'en pouvait plus des cours. C'était toujours la même chose, petit déjeuner le matin, cours, déjeuner à midi, cours encore, pause avant le dîner à dix neuf heures, puis pause encore avant de regagner le dortoir à vingt et une heures.

À force de les monter dix fois par jour, Georgia connaissait par cœur toutes les marches qui menaient à la tour de Gryffondor. Chaque armure poussiéreuse derrière laquelle elle s'était cachée pour échapper à la vigilance de Rusard, quand elle allait fumer une clope en douce au troisième étage, le moins fréquenté de l'école (et pour cause, il y avait là la galerie des trophées, pas vraiment l'endroit préféré des élèves qui devaient y passer de nombreuses heures de retenue à nettoyer chaque trophée, sans magie bien sûr, sinon ce n'était pas drôle). La Rouge&Or connaissait chaque couloir, chaque placard isolé du château, où elle s'était rendue à des fins assez... Différentes de leur usage premier, c'était le moins que l'on puisse dire.

Quoiqu'il en soit, on était le premier jour du mois, en février. Soit encore presque deux mois à se coltiner un temps pourri, mais rien de bien nouveau en Écosse. Georgia avait terminé les cours à dix sept heures, et se trouvait en heure de colle, comme bien souvent. Forcément, se montrer insolente en cours engendrait des conséquences... Hélas pas toujours plaisantes. Les professeurs s'insurgeaient contre son attitude désinvolte, mais elle n'en avait strictement rien à foutre, ni d'eux ni de leurs cours. Et elle ne se gênait pas pour le leur dire. L'heure du diner approchait, et la blonde était couchée sur sa table, tête entre les bras, attendant que ça se passe. Le garçon chargé de la surveiller pendant sa retenue, indulgent, finit par lui dire :

« C'est bon, tu peux y aller Geo. »

C'était un préfet en chef, et il avait son âge. Autant le dire, ils se connaissaient depuis leur entrée à Poudlard. Poussant un soupir exagéré, la blonde jeta un bref coup d'œil à la pendule; il la laissait sortir un quart d'heure en avance. Elle le remercia avec un clin d'œil et empoigna son sac en bandoulière, où elle fourra négligemment le livre de potions qu'elle avait ouvert pour faire bonne mesure, avant de filer sans demander son reste.

Sortant dans le couloir du quatrième étage, Georgia remonta rapidement à son dortoir se changer. Abandonnant sa jupe grise plissée et ses collants en laine de la même couleur, elle opta pour un jean noir coupe cigarette, simple. Elle savait pertinemment qu'elle était obligée de porter l'uniforme même le soir pour dîner, mais elle n'en avait encore une fois rien à foutre, de ça comme du reste. Esprit de contradiction jusqu'au bout. Elle retira le pull gris en laine qui l'agaçait, enfila à la place un simple gilet noir qu'elle ne prit pas la peine de boutonner, laissant pendre les pans de sa chemise, complètement débraillée et ouverte de deux boutons, cravate rouge et or dont le nœud presque défait arrivait au niveau de son décolleté. Enfin, envoyant valser ses ballerines sous son lit, elle mît des bottines en daim noires à talon. Elle avait envie de faire du bruit.

Elle quitta le dortoir sans prendre sa baguette, attrapant au passage un paquet de clopes qu'elle fourra dans la poche arrière de son jean. Elle ne savait pas trop encore ce qu'elle allait faire ce soir. Une chose était certaine; elle avait grande envie de se divertir. Elle allait mourir si elle ne s'amusait pas un peu, ce n'était plus possible. Peut-être pourrait-elle donner rendez-vous à Lev un peu plus tard? Pourquoi pas, de toute façon elle verrait bien sur le coup.
Haussant les épaules, ses cheveux blonds lâchés emmêlés ressemblant à une crinière dorée encadrant son visage, elle descendit seule à la Grande Salle. Collant un bisou sur la joue de Séphy qu'elle croisa dans le hall, elle lui sourit avant d'aller rejoindre la table des Lions.

Le dîner se révéla morne, comme toujours. Des mets certes agréables, mais même ça Georgia ne le remarquait plus, ou presque. Elle discutait tactiques de jeu avec James; ils avaient un match dans deux semaines, contre les Poufsouffle. Ce fut le tintement d'une fourchette contre un verre qui la coupa dans sa discussion, et intriguée, elle releva la tête en direction de l'estrade où se trouvait la table des professeurs, provenance du bruit, dont le professeur Lemalf était à l'origine.
Georgia fronça les sourcils, encore plus en voyant le directeur Dumbledore se lever pour prendre la parole. Ça alors... Si le dirlo se levait au cours des repas, c'était toujours pour une annonce importante. La question que se posaient les élèves à présent, c'était s'il devait leur annoncer une bonne ou une mauvaise nouvelle. La main sur la joue, Georgia attendit qu'il prit la parole, ce qui ne tarda pas.

Enfin, les mots « grande annonce » se firent entendre. Il était temps, Georgia avait envie de savoir pour de bon maintenant. La patience n'avait jamais fait partie de ses qualités. Dumbledore lâcha enfin la nouvelle qui eut l'effet d'une bombe. Tous les élèves de sixième et septième année allaient partir passer trois jours à Londres, côté moldu, le mois prochain. La bouche de la Gryffondor s'arrondit de surprise, pour la première fois peut-être depuis des mois, son air blasé la quitta l'espace de quelques minutes. Georgia avait redressé la tête sans s'en rendre compte, manifestant un regain d'intérêt soudain. Le temps que l'idée se fraye un chemin dans son esprit, une multitude de pensées enthousiastes y explosaient. Putain, ENFIN! Alors ça pour sur, elle allait y aller. Se barrer trois jours dans la capitale anglaise, et en plus pouvoir utiliser la magie! Oh oui, elle en serait... Moldus ou pas, de toute façon elle n'y accordait aucune importance. L'essentiel était qu'elle allait pouvoir faire la fête pendant trois jours... Un large sourire illumina son visage, et elle se tourna vers la table des Serpentards pour adresser un clin d'œil malicieux à Lev, avec un sourire lui signifiant clairement ses intentions. Les bars et les boîtes de nuit londoniennes n'attendaient plus qu'elle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ... Dim 25 Nov - 15:04

    Les flocons tombaient en jolis cristaux blancs et Ivana resserra son écharpe autour de son cou. Elle était habituée au froid, aux températures glacées, aux bourrasques de vent qui s'infiltraient dans les vêtements et faisaient courir des longs frissons sur la peau nue. Mais le temps d'Angleterre différait beaucoup de celui de l'Est, ce n'était pas la même fraîcheur, la même neige, les mêmes courants d'air. Ivana se sentait bizarre et elle ne pouvait s'empêcher de grelotter.

    Pourtant, elle s'était bien couverte. Elle portait l'uniforme - elle s'était chargée de le rendre plus chaud grâce à quelques sorts. Un bonnet d'un noir profond sur sa tête, ses cheveux blond détachés, une lourde écharpe en laine rouge bordeaux. Elle avait abandonné les gants, ce n'était pas du tout pratique pour fumer.

    Elle prit la dernière bouffée de sa cigarette, la meilleure et la plus dégueulasse, celle qui passe dans la gorge et les poumons, en profondeur, comme une promesse, un au revoir et jamais un adieu, et l'écrasa dans la neige. Ivana se frotta les mains, blanches par cette soirée d'hiver, blanche porcelaine, presque poupée, et se maudit encore une fois d'avoir eu l'idée de fumer. N'aurait-elle pas été mieux tranquillement installée dans sa salle commune, à discuter trônes et bijoux ? Bien sûr que non, elle voulait s'aérer, sortir de l'ambiance étouffante qu'il régnait en ce moment à Serpentard. Tout était pesant et cette sortie lui faisait un bien fou.

    Elle enfonça un peu plus son bonnet sur sa tête et retourna à Poudlard. Elle était assez éloignée du château, presque à l'orée de la forêt interdite. La nuit était tombée, le quart de lune brillait de mille feux. On aurait dit un tableau, onirique et bizarre. La neige craquait sous ses pas et sa chevelure s'envolait. Elle utilisa sa baguette pour éclairer son chemin et effacer les traces de chaussures qu'elle laissait. Elle finit par arriver environ cinq minutes plus tard, frigorifiée mais apaisée.

    Les grandes portes étaient encore ouvertes. Elle se glissa à l'intérieur, tâchant toutefois de ne pas croiser Rusard. Elle retira écharpe, bonnet et manteau, et de quelques paroles murmurées et d'une arabesque du poignet, ses affaires disparurent. Elles étaient rangées dans son dortoir, dans l'armoire de droite.

    Elle passa une main dans ses cheveux blonds. Ivana savait qu'elle ne pourrait pas les recoiffer. Cela lui donnait un côté sauvage et elle se dit que c'était aussi bien ainsi. La serbe passa une main sur ses lèvres et constata qu'elles étaient toujours aussi douces et fermes. Son maquillage avait dû couler ; elle s'en fichait, elle n'avait presque rien mis. Un peu de crayon de noir et un coup de mascara.

    Ivana afficha un sourire calme et finit par rentrer dans la Grande Salle.

    Il y avait beaucoup de monde mais la salle n'était pas complète. Le directeur était prêt à faire un discours ; les élèves riaient et mangeaient. Ivana se dirigea vers la salle de Serpentard. Comme d'habitude, elle s'assit avec le petit groupe qui avait fini par se créer, composé de la plus haute aristocratie Sang Pure. Azraël, Dimitri, Lev... La clique habituelle de ces manipulateurs indolents et cruels.

    Le directeur commença son discours. Avec sa robe ridicule, sa longue barbe de mystificateur, ses gestes emplis d'affection, Ivana avait tendance à le mépriser. En fait, elle le trouvait carrément stupide et mielleux. Cependant, elle n'était pas bête. Elle savait que c'était un sorcier très intelligent, très puissant. Le discours était long.

    Ivana croqua dans son bout de pain. Un voyage à Londres. Sans baguette. Pendant trois jours. Intéressant. Très intéressant. Elle voyait les Serpentard à côté d'elle exprimer toute une palette d'émotions. Beaucoup passaient par le dégoût et la surprise mais il était très étrange de voir sur presque tous les visages, une immense lueur d'intérêt. Elle fit attention de ne pas montrer la sienne. Chacun avait ses plans et Londres semblait être la ville idéale pour en réaliser certains.

    Ivana avait deux objectifs pendant ces trois jours : concrétiser les siens et découvrir ceux de ses très chers camarades.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [EVENT] C'était un dîner comme les autres ...

Revenir en haut Aller en bas

[EVENT] C'était un dîner comme les autres ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-