Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Ven 7 Sep - 16:05

Fafnir & Victoria
« Petite leçon de vie par une Azarov. »


La journée de cours était enfin terminée pour Victoria. Elle avait, comme à son accoutumée, était très attentive aux cours, parvenant même à écouter d’une oreille relativement distraite ceux qui l’ennuyait profondément, car il était crucial pour la jeune femme de continuer à avoir de très bonne notes, non pour faire la fierté de ses parents, mais plutôt pour flatter son propre ego... C’était d’ailleurs aussi dans ce but qu’elle avait mit un point d’honneur à faire de son mieux pour rapporter le plus de point possible à sa maison, alors qu’il faut avouer qu’elle n’en avait strictement rien à faire, tout comme elle se moquait éperdument de Poudlard... Victoria n’avait juste pas envie d’être associée à une maison, si celle-ci s’avérait remplit d’élèves moins intelligents que le plus stupide des elfes de maison... Déjà qu’elle devait supporter d’être dans la même maison que Vladimir, fallait pas non plus lui demander d’accepter que son nom soit associer à des demeurés doublés de perdants dans le grand concours opposants les diverses maisons de Poudlard, tout de même !

La jolie blonde quittait la salle dans lequel avait eu lieu son dernier cours, tout en parlant avec l’une de ses camarades de classe. Le binôme se dirigeait vers leur salle commune, lorsqu’une conversation attira l’attention de l’anglo-russe, et fit naître un sourire moqueur sur ses lèvres. Rien qu’en la regardant, April, sa comparse sut qu’elle avait une idée derrière la tête, elle tenta donc de la convaincre de ne pas rejoindre les deux jeunes sorcières qui discutaient ensemble pour mettre son grain de sel, mais Victoria n’était pas vraiment le genre de filles à écouter ce qu’on lui conseillait... De surcroît, lorsqu’il s’agissait de rabaisser une Poufsouffle qui avait décidé qu’il pourrait être amusant d’essayer d’humilier Victoria, dès que celle-ci eut fait son apparition à Poudlard. Désirant jouer, Victoria l’avait laissé faire quelques temps, s’amusant grandement de voir une sang-impur plus jeune qu’elle d’un an, s’opposer elle, afin d’impressionner ses comparses. Et au bout de quelques temps, Victoria s’était décidé à lui montrer qu’entre les deux sorcières, la plus douée à ce petit jeu-là, c’était la Serpentarde... Néanmoins, la jeune Sophia Bennington n’avait pas cessé pour autant de tout faire pour énerver l’anglo-russe, contre toutes prudences... Heureusement que Victoria prenait plus ça pour un jeu que pour de la provocation réelle, parce qu’il ne fait aucun doute que là, ça aurait pu devenir nettement moins agréable pour la Poufsouffle.... Ca n’était pas parce que Victoria paraissait plus gentille que la plupart de ses camarades Serpentards qu’il fallait la penser adorable et sympa en toutes circonstances, loin de là, même...

« Non, sérieux, Bennington, dis-moi pas que tu crois vraiment ce que t’as dis ton imbécile de petit ami », se moqua la 6ème année, une fois qu’elle fut au niveau des deux autres qui lui lancèrent immédiatement un regard noir. « Je te croyais moins idiote que ça !
- Ecoutes, Azarov, on t’as pas sonner, alors va voir ailleurs si quelqu’un n’a pas envie de se pâmer devant toi !
- J’ai pas besoin de bouger, regarde là-bas, ça se pâme devant moi ! »

D’un geste de la main, Victoria montra aux deux Poufsouffles un groupe de jeunes sorciers, qui étaient occupés à parler non loin, tout en fixant Victoria du regard, et qui se mirent à rougir violement lorsqu’ils virent qu’elle les regardait à présent, pour finalement choisir par partir au plus vite, mortifiés de s’être ainsi fait repérés...

« Ah, non, t’as raison, ça se pâme plus, maintenant... » La blondinette haussa les épaules négligemment, avant de reprendre la parole. « Tant pis, ça se pâmera plus tard ! Ca peut attendre !
- On peut savoir ce que tu veux », cracha la camarade de Sophia Bennington, « ou t’es juste venue pour entendre ta voix ?
- Parce que tu crois que j’ai besoin d’être avec vous pour parler ? Que je n’attends que ça, dans ma journée, pouvoir être avec vous afin de profiter de ma voix musicale ? Waouh, je sais pas dans quel univers tu vis, mais tu dois pas t’y ennuyer... Faudrait m’y amener, un jour ! »

April choisit ce moment précis pour faire son apparition vers elle, et lui tapota sur l’épaule, lui rappelant qu’elle avait des choses à faire par la suite.

« Oui, je sais, très chère », soupira Victoria en fixant son amie, avant de se concentrer à nouveau sur les autres sorcières. « Je tenais juste à souligner à Bennington que son petit ami n’est qu’un menteur. Dire à une fille : « Je t’aime, je veux que tu sois ma 1ère et ma seule et unique », c’est non seulement très mièvre, mais également une bonne stratégie pour mettre la dite-fille dans son lit assez rapidement, si elle suffisamment naïve pour le croire, bien entendu...
- Il lui a vraiment dit ça », s’étonna l’amie de Victoria avant d’éclater de rire. « Et tu l’as crû, Bennington ? T’es pas naïve, à ce niveau-là, c’est bien pire !
- C’était une conversation privée, les têtes de serpent. Et vous n’en savez rien, si William a mentit ou non... » protesta Sophia, « vous êtes justes énervées parce que vous n’avez pas de petits amis ! »

A nouveau, Victoria haussa les épaules. En effet, depuis qu’elle était en 6ème année, il était bien plus difficile pour Victoria d’avoir du succès auprès des garçons, de manière général, bien entendu. A ce sujet, elle avait déjà prévu de trouver ce qui se passait.... La jeune sorcière croisa les bras sur son ventre, et d’ajouta, un petit sourire aux lèvres.

« Bien sûr, si ça te rassure de croire ça... Mais, dois-je te rappeler que je suis sortie avec lui l’année dernière, et qu’April est sortie avec lui en début d’année ? Alors, il s’est peut-être contenté de jouer aux échecs avec toi, mais... Bref, je vais m’arrêter là, je suis pressée ! »

Elle adressa un grand sourire, faussement amicale, aux deux élèves qui lui faisaient face, avant de reprendre sa route avec April.

« Vic », fit April quelques minutes plus tard, alors que les deux Poufsouffles étaient trop énervées par ce qui venait d’être dit pour oser les suivre et continuer cette conversation, « tu sais que t’es parfois une véritable peste ! Et encore, je suis polie !
- Alors là, non, je proteste, je tenais juste à la prévenir, voilà tout ! Je suis super gentille, mais personne le voit, c’est tout ! J’ai fais ça pour son bien, je t’assure ! »

L’anglo-russe accompagna sa réplique d’une moue faussement boudeuse, avant d’éclater de rire. Lorsque le duo fut enfin arrivé dans la salle commune, Victoria n’y resta pas longtemps. Ce soir, elle avait un entraînement de Quidditch. Et oui, la jeune sorcière, en arrivant à Poudlard, avait également décidée qu’il ne pourrait qu’être bénéfique pour les Serpentards qu’elle intègre leur équipe, sans oublier que ne pas faire le moindre sport pour étudier sérieusement, ça n’était pas dans ses habitudes, elle qui avait toujours fait plein de sports, et ce, dès son plus jeune âge. Déjà qu’elle n’avait pas fait d’équitation depuis longtemps, on n’allait tout de même pas la privé de la joie de jouer au Quidditch, tout de même !

L’entraînement se passa plutôt bien, même si Victoria regrettait ses anciens coéquipiers, avec qui elle avait joué à Durmstrang, car leur équipe était uni, et fonctionnait assez bien, de ce fait. La jeune femme fut la dernière à sortir du vestiaire, comme toujours, car elle avait traîné sous la douche, et également parce qu’elle comptait voler un peu toute seule, après. C’est qu’elle fit, pendant de délicieuses minutes où elle pouvait faire ce qu’elle voulait sur son balai, sans qu’on lui réclame de faire ceci ou cela...

Après avoir passé de longues minutes à s’amuser sur son balai, la jeune anglo-russe retourna au sol, presque à contrecœur. Son balai sur l’épaule, elle traversa le terrain de quidditch pour retourner au château. Certes, elle aurait pu laisser son balai dans le hangar prévu à cet effet, mais, soyons honnête, Victoria n’avait aucune confiance en ce hangar, ne craignant que trop qu’un adversaire s’amuse à trafiquer son précieux balai...

« Oh, tiens, qui voies-je ? Bennington ! Je vais finir par croire que tu ne peux plus te passer de moi, maintenant ! »

La jeune Poufsouffle était en effet adossée à la balustrade du gradin, et ne détachait pas son regard de Victoria.

« Non, en fait, j’aimerai juste comprendre pourquoi tu m’as fait ça ! Emmerder les autre, ça te donne l’illusion d’avoir une vie intéressante et un quelconque pouvoir sur nous ?
- Waouh », déclara Victoria en continuant sa route sans se soucier de Sophia, « si tu trouves que là, j’emmerde mon monde, heureusement que j’y vais pas à fond, parce que je serai curieuse de voir ce que t’en diras... »

Le fait que Sophia venait d’esquisser un geste pour atteindre sa baguette n’avait pas échappé à Victoria, ce fût la raison pour laquelle elle se retourna quelques secondes plus tard, pour désarmer la Poufsouffle, qui tentait de lui lancer un sort.

« Oh, ça, c’est pas beau », constata Victoria, la baguette de Sophia dans sa main, tenant toujours la sienne dans la main qui tenait son balai. « Attaquer les gens par derrière, c’est pourtant typique des Serpentards, si j’en crois ce que vous ne cessez de rabâcher sur cette maison... Et après, tu te prétends mieux que mes « imbéciles de camarades », alors qu’au fond, tu vaux nettement qu’eux...
- Peut-être, mais moi, au moins, ça ne me dérange pas de le reconnaitre, alors que toi, pour une Azarov, qui est pourtant une famille connu pour sa fierté liée à son sang, tu ne te prives pas de sympathiser avec « l’ennemi », comme vous nous considérer ! De ce fait, qu’est-ce que tu vaux ? T’es la honte de ta famille, et tu fais même honte aux autres Serpentards ! Si tes parents te renient un jour, faudra pas t’en étonner, tout comme si tes copains venaient à arrêter de te parler !
- Tu sais, essayer d’énerver quelqu’un qui a sa baguette en main, c’est pas très malin », fit remarquer Victoria en jouant avec la baguette de Sophia. « Sauf si t’as envie de voir tout ce que je peux faire de ta baguette, cela va sans dire ! Alors, voici deux conseils, si t’as envie d’éviter de voir ce dont je suis capable. Petit 1 », ajouta Victoria en levant un doigt pour accompagner ses paroles, « n’essaie plus jamais de m’attaquer ! Y’a un canyon entre nos niveaux, qui fait que t’auras jamais le dessus sur moi, surtout niveau fourberie... Petit 2 », fit-elle en levant un 2ème doigt pour illustrer ses propos, « essaie d’arrêter de m’énerver, parce que tu n’as pas idée de ce que je suis capable de faire lorsqu’on m’y pousse vraiment... Et quelque chose me dit que t’as pas vraiment envie de le voir... »

Elle jeta un regard dédaigneux à Sophia, accompagné d’un éblouissant sourire remplit de promesses de mauvais coups à venir si elle ne l’écoutait pas.

« Alors, sois gentille, et vas jouer avec des gens de ton âge, veux-tu ? »

C’est sur cette réplique que Victoria balança la baguette de Sophia vers sa propriétaire, comme s’il s’agissait d’un vulgaire os qu’elle aurait lancé à un simple chien. Par prétention, ou par simple folie, elle rangea sa propre baguette et continua sa route. C’est à ce moment qu’elle réalisa qu’elles avaient eu un témoin pour leur petite altercation, ou du moins, à une partie, en la personne de Fafnir Levoska, un centaure professeur de divination. Inutile de préciser qu’il s’agissait bien évidement d’un cours que Victoria ne suivait pas, ayant toujours méprisé la divination... Toutefois, Victoria étant Victoria, elle avait toujours été polie et respectueuse avec le centaure, tout comme elle l’était avec chaque personne faisant partie du corps enseignant de Poudlard. Et oui, Victoria était bien élevée ! Enfin, quand on ne passait pas son temps à la mépriser...

Sophia, qui tournait le dos à Victoria, car elle était occupée à récupérer sa baguette, n’avait pas vu le professeur. C’est sans doute la raison pour laquelle elle lança diverses insultes à l’attention de l’anglo-russe, qui en sourit, amusée par tant d’imagination, même si, à son avis, à sa place, la jeune Azarov aurait fait bien mieux ! Le sourire de Victoria s’élargit lorsqu’elle entendit Sophia prendre conscience qu’il y avait un enseignant dans les environs... D’un air piteux, Sophia se pressa de retourner au château, pensant sans doute qu’il était préférable pour elle de s’éloigner de cette peste de Victoria qui l’énervait tant !

« Bonjour monsieur. », fit alors Victoria, lorsque Sophia passa à côté d’elle, sans mot dire, ce qui fit froncer les sourcils de Victoria, qui ne pût s’empêcher de lancer à la jeune femme : « T’as perdu ta langue, ou ta politesse ? Il me semble, si je ne m'abuse, que l’on doit saluer un professeur, lorsqu’on le voit ! »

Il ne fait aucun doute que sans Fafnir, Sophia se serait fait une joie de tout faire pour que Victoria ravale son petit sourire. Toutefois, elle n’en fit rien, se contentant de lancer un léger bonjour à l’intention du centaure, tout en s’éloignant d’eux...

« Elle est pas de très bon poil, faut l’excuser », déclara alors la blondinette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Sam 8 Sep - 0:40

Il faisait un beau soleil et Fafnir venait d'achever son cours de Divination. Les élèves n'aimaient pas trop cette matière, aussi le centaure essayait de la rendre attrayante et pas ennuyeuse.

Après que la sonnerie de la cloche retenti, il rangea lentement ses affaires dans le sac que Albus Dumbledore lui avait donné et sorti dehors, c'est que le ciel était bien bleu, alors que pendant au moins une semaine l'Angleterre avait essuyé une pluie torride et froide. Et voir le soleil pointait le bout de son long nez faisait du bien à tout le monde et Fafnir comptait bien en profiter.

Le professeur de divination se promena un peu dans le parc tout en jetant un regard aux élèves qui étudiaient. D'autres jouaient dans le lac avec le calmar géant, et le centaure dut les interpeller et les enguirlander en les sermonnant sur la dangerosité du lac. Si le calamar était aussi doux qu'un toutou, les strangulos étaient tueurs. Quant aux aux sirènes et aux tritons, ils vivaient vraiment dans les profondeurs et ne faisaient pas de mal aux élèves.

Puis Fafnir dirigea son trot vers le stade de Quidditch pour regarder les matchs. Quand il entendit un altercat violent. D'un galop rapide, le centaure se dirigea vers les voix. Elles appartenaient à une jeune serpentarde, miss Azarov, et une autre demoiselle dont il ne connaissait pas le nom. Il ne connaissait pas tous les élèves de Poudlard non plus. Il venait à peine d'arrivée dans l'école il y a seulement deux mois.

L'une d'entre elles ne semblait pas l'avoir vu et continua de cracher des injures. Puis elle retourna au château d'un air tout déconfit, lui marmonnant un bonjour du bout des lèvres après que mademoiselle Azarov l'est sermonnée.

« Bonjour Monsieur.T’as perdu ta langue, ou ta politesse ? Il me semble, si je ne m'abuse, que l’on doit saluer un professeur, lorsqu’on le voit ! »

« Elle est pas très poli faut l’excuser »,

Fafnir frappa de son sabot antérieur droit sur le sol tout en continuant de fixer la jeune humaine qui était restée seule.

-Bonjour Miss Azarov. Pourquoi vous êtes vous criez dessus toutes les deux ?

Les bras croisés sur son torse puissant et nu, l'homme-cheval regarda la demoiselle. Ce n'était pas la première fois que le centaure voyait des empoignades entre élèves. Surtout quand il s'agissait des Gryffondor et des Serpentard qui ne perdaient jamais une occasion de se haïr et de se détester.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Dim 9 Sep - 20:31

Si intérieurement, Victoria jubilait de voir son adversaire courbé ainsi l’échine devant elle, fuyant un conflit qu’elle savait perdu d’avance, d’autant plus en présence d’un professeur, l’anglo-russe n’en montrait rien dans son attitude. Bien au contraire, la jeune sorcière, bonne comédienne, paraissait même navrée du comportement de son comparse, comme si elle n’avait aucune idée de ce qu’elle lui reprochait... Et oui, Victoria avait été élevée en véritable sang-pur, à toujours dissimuler ses émotions, considérant même le fait de les manifester ouvertement comme une preuve de faiblesse... Elle avait beau savoir que c’était une manière de penser fort stupide, elle ne pouvait faire autrement, avoir toujours baigné dans un univers où l’on vous demande de porter un masque en permanence, ça n’aide pas vraiment à pouvoir changer d’attitude... Il n’y avait vraiment que les gens faisant partie de son cercle d’intimes qui pouvaient se prétendre connaître Victoria, et avoir entraperçu ses moments de faiblesses, car elle ne s’autorisait que bien rarement à craquer en compagnie de témoins....

Son monde était remplit de faux-semblants, et d’hypocrisie, parce qu’il était de bon tons d’entretenir de bons rapports avec les autres familles de sang-purs. Tout n’était qu’apparence, Victoria en avait rapidement eu douloureusement conscience. Mais cela faisait partie de sa vie, de son destin, et rien ni personne n’était en mesure de changer ce qu’elle était, ni ce qu’elle sera amener à être... De même qu’elle savait qu’elle n’aurait que peu de véritables amis, qui se soucieraient d’elle pour ce qu’elle était, et non pour sa famille, et qui ne chercheraient pas à la briser pour lui nuire... C’était sans doute pour cela que Victoria ne pouvait s’empêcher d’embêter certains de ses camarades, même si ses proies étaient moins nombreuses que pour les autres Serpentards. Elle ne savait que trop bien qu’eux, contrairement à elle, seraient véritablement les maîtres de leur vie... Et oui, elle les enviait, tout comme elle enviait profondément Sophia ! Quelle ironie, n’est-ce pas, de savoir qu’une Azarov, fortunée, de surcroît, puisse envie une sang-de-bourbe, sans le sous ? Au moins, Sophia aurait une chance de construire sa vie avec la personne qu’elle aurait choisit, n’aurait pas à se méfier en permanence de tous ses amis, parce que ceux-ci ne seraient pas faux avec elle, ne guettant pas chacun de ses gestes dans l’attente d’un signe qui permettrait de lui asséner le coup de grâce, que ce soit u niveau professionnel ou personnel, et Sophia pourrait toujours faire ce que bon lui semblait, sans se soucier que cela nuise à sa famille... Oui, le manque de liberté étouffait Victoria, lui donnant envie de se débarrasser des chaînes qui entravaient sa vie depuis sa naissance, afin de fouetter avec, jusqu’à ce que mort s’en suive, quiconque possédait cette liberté tant désirée... Alors, leur pourrir parfois un peu la vie ça n’était que bien peu, car, au fond, celle qui passerait une vie pourrit, il y a plus de fortes chances que ça soit elle... Tout comme les cotôyer, devenir leur amie, ne serait-ce qu’un peu, pour une petite période, ça n’était que se donner l’illusion qu’elle aussi, pouvait goûter à cette liberté...

Vicky secoua la tête, chassant ses pensées qui avaient souvent la sale tendance à venir se loger dans son esprit, afin de se concentrer sur la situation actuelle : Sophia, humiliée, regagnant le château, et le professeur Levoska, qui désirait comprendre la raison du conflit. Victoria haussa alors les épaules, d’un air innocent, sachant suffisamment jouer sur son minois pour avoir l’air d’un ange. C’est ainsi qu’elle déclara :

« J’ai essayé de l’aider. Ca ne lui a pas plût du tout... Elle est donc venue me le faire savoir ici, essayant même de m’attaquer en traître... »


Elle secoua la tête, signifiant qu’elle n’approuvait pas une telle attitude. Du moins, pas de la part d’une personne qui n’était pas à Serpentard, les autres maisons étaient tout de même réputées pour être un peu plus loyales que les Verts et Argents... Lorsque l’on se prétend plus nobles que les autre, n’est-on pas expressément prier de se comporter bien mieux qu’eux ? C’est du moins ainsi que Vic voyait les choses... Au moins, avec les Serpentards, on savait à quoi s’attendre : tous les coups étaient permis, et surtout les plus vils... N’était-ce pas pire, au fond, de se dire loyal, et de s’avérer fourbe en réalité ? Les sang-purs, déloyal, n’étaient-ils pas plus honnêtes ?

« Je crois que ça m’apprendra à essayer d’aider les autres... »

Elle fit ce constat toute piteuse, comme si cela lui arrivait souvent d’essayer de venir en aide à quelqu’un, et de se faire remercier de la sorte. Bien entendu, elle n’avait pas précisé en quoi avait consisté son aide, parce qu’il ne fait aucun doute que l’enseignant désapprouverait ses méthodes pour aider les gens... C’était pas de sa faute à elle, si sa franchise n’était pas appréciée de tous ! Tout comme on ne pouvait lui reprocher d’appliquer à la lettre ce qu’on lui avait apprit : « Qui détient la vérité, détient le pouvoir ! » Et qui dit pouvoir, dit avoir toutes les cartes en mains pour mettre au sol ces adversaires... Victoria ne le savait que trop bien, elle en avait joué à maintes reprises durant son enfance... Et c’était à chaque fois délecter du résultat... C’était presque mieux que de s’énerver contre quelqu’un au point de les frapper, parce que blesser physiquement quelqu’un, c’était, au goût de Vic, bien trop facile... Les blesser mentalement, les torturer dans leur pauvre petit esprit, ça, c’était vraiment ce qu’il y avait de plus plaisant ! Et c’était bien plus intéressant à vivre, aussi, parce que se défouler physiquement sur quelqu’un, au fond, c’est simple, il suffit de connaître quelques sorts bien sadiques, et hop, le tour est joué : en quelques minutes, votre pitié est déjà imploré ! Alors que le détruire mentalement ,ça demande plus de travail, c’est parfois plus long, mais tellement plus agréable ! Voir l’autre se ratatiner, de jour en jour, alors que vos propos le blesse de plus en plus, il n’y avait presque rien de mieux pour l’anglo-russe ! Sentir ses défenses s’abaisser peu à peu, lutter moins fortement contre les insinuations lancées, c’était ainsi que Victoria aimait voir ses ennemis. C’était ainsi qu’elle lui pourrissait la vie, ne choisissant que rarement de les blesser physiquement ! Les blessures physiques, après tout, ça se soigne. Mais les psychologiques, elles, elles ne guérissent jamais complètement ! Et c’est là toute la beauté qui plaisait tant à Victoria dans cette méthode de faire ! Oui, on peut dire ce qu’on veut de Vicky, qu’elle fait honte à son sang, mais, au fond d’elle, elle est comme eux... Et le sait parfaitement.... La seule différence, c’est qu’elle agit de manière bien plus sournoise... La preuve, elle était toute souriante devant Fafnir, incarnant ainsi l’image même de l’innocence... Innocence contenu dans un esprit si vile... Tel un ange qui aurait été corrompu, et qui en serait fier...

« Mais ça m’apprendra une leçon : il existe des personnes qui n’acceptent pas la vérité et qui préfèrent vivre dans leur monde ! »

Elle fronça les sourcils, comme si elle essayait vraiment de se faire à cette idée, que des gens préféraient vivre dans le mensonge que savoir la vérité. Certes, la vérité blesse, mais n’est-ce pas le propre de certaines vérités ? Elle eut un petit sourire dépité par la suite, toujours jouant le jeu de l’élève modèle qui avait du mal à comprendre les autres, ne désirant que leur bien. Et l’élève modèle, elle savait la faire, car après tout, n’est-ce pas ainsi que tous ses enseignants la voyaient ? N’est-ce pas ce qui lui avait permit d’intégrer Poudlard, l’année dernière, comme élève ? Oui, Victoria savait jouer de son monde, et ne s’en privait pas pour le faire... C’était si bon ! Et ça l’occupait un peu, elle qui s’ennuyait si souvent, parce qu’on lui laissait tout passer, et que manipuler son monde lui donnait l’impression d’avoir un contrôle sur les autres, et sur sa vie... Prendre les autres pour des imbéciles, et y réussir avec brio, c’était agréable ! Après tout, qui irait mettre en doute les propos tenu par une jeune sorcière au physique si angélique, et à la tenue si irréprochable, comparé à bons nombres de ses comparses. Jamais elle n’avait été collée, ni même puni, pour s’être montré irrespectueuse envers des professeurs, ou s’être battu avec d’autres élèves. Non, elle savait faire ses coups en douce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Lun 10 Sep - 12:51

« J’ai essayé de l’aider. Ca ne lui a pas plût du tout... Elle est donc venue me le faire savoir ici, essayant même de m’attaquer en traître... »

Fafnir poussa un soupir tout en continuant de fixer la jeune Azarov sans un mot et l'écouta parler attentivement .

« Je crois que ça m’apprendra à essayer d’aider les autres... »

Cela ne dérangeait nullement Fafnir d'aider les autres. Il s'était engagé il y a une semaine seulement dans l'Ordre du Phénix dans le but d'aider l'école qui l'avait accueilli. Son épouse avait aussi souhaité s'y engager, et son époux lui avait expliqué comment s'y prendre. Elana et Fafnir souhaitaient faire le deuil de leur enfant de huit ans, retrouvé mort dans un village de sorcier. Cela avait sonné l'homme-cheval et l'épouvanter de Fáfnir prenait la forme du cadavre de son fils.

« Mais ça m’apprendra une leçon : il existe des personnes qui n’acceptent pas la vérité et qui préfèrent vivre dans leur monde ! »

Les paroles étaient dites sur un ton railleur, et Fafnir frappa une nouvelle fois son sabot sur le sol.

-Vous en êtes venu aux baguettes d'après ce que j'ai pu observer. Et se battre hors les cours est une chose interdite. Je suis donc dans l'obligation de vous coller toutes les deux. N'oubliez pas de faire part de cette punition à votre chère camarade.

Fafnir était la depuis trois mois, et pourtant, il avait déjà été victime de chantage de la part de quelques élèves de Serpentard les plus aisés pour échapper à la retenue quand il en surprenait en train de se battre. Mais Fáfnir, qui avait horreur du chantage, ne s'est pas laissé mené par le bout du nez. Ce n'était tout simplement pas son genre...

- Et je vous préviens a l'avance que le chantage ne marche pas avec moi. fit-il d'un ton sévère.

Le centaure se creusait l'esprit pour trouver une punition adéquate pour la jeune demoiselle. Et, soudaine, son idée surgit: nettoyer les enclos des créatures du professeur de SACM !

- Comme heure de retenue, vous devrez aller toutes les deux nettoyer les enclos des créatures magiques de mon collègue. La retenue durera de 15 heures à 17 heures. Avez-vous des questions ?

Sa queue fouettait l'air tandis que gardant les bras croisés, Fafnir attendait une question de miss Azarov.

-Aider les autres est parfois bénéfique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Lun 10 Sep - 19:53

Le visage angélique de Victoria se transforma bientôt en visage souriant, amusé par le fait que le centaure souhaite la coller, en compagnie de sa comparse de joute verbale. Tiens donc, ça, c’était vraiment drôle ! Non seulement, c’était à elle de le dire à Sophia, mais, en plus, il ne voulait pas qu’elle essaie de faire du chantage ! Voyons, comme si c’était le genre de Vicky, ça ! S’abaisser à de telles bassesses, Victoria vaut bien mieux... Ou, bien pire, tout est relatif ! Elle avait quand même de l’estime personnelle, et le chantage pour éviter une punition, ça n’en faisait pas partie ! Surtout quand ça lui donnait une excuse pour faire de la vie d’une de ses comparses... Un Enfer... Et dire qu’elle était presque motivée, préalablement, à laisser Sophia tranquille !

« Vous pouvez me faire confiance, je lui dirai qu’on est collé, et je ne ferai pas de chantage ! »

Elle eut un petit sourire contrit, regrettant vraiment que le professeur ait une image si négative des Serpentards. A croire qu’ils ne savaient qu’embêter leur monde et faire du chantage pour éviter les représailles. Victoria trouvait souvent regrettable qu’on ne voit ses compagnons sang-purs et riches que de cette manière. Ils étaient tellement plus : agaçants, méprisants, sûrs d’eux... Bref, bien gonflants, en somme... De plus, pour Vicky, seuls les faibles faisaient du chantage pour éviter les ennuis... Les forts agissaient autrement... En utilisant de ruse, par exemple...

Mais faire du chantage pour éviter une punition, ça n’était pas son genre ! Non, son genre, à elle, c’était plus... pourrir encore un peu plus la vie de Sophia ! C’est vrai, après tout, si Victoria était à présent puni, c’était de sa faute à elle, Vicky n’avait rien fait de mal ! D’ailleurs, lorsque l’enseignant évoqua le contenu de la punition, Victoria arqua un sourcil. Chouette, passé deux heures à nettoyer un enclos, ça promettait pas mal de... Batailles de bouses et tout ce qu’on y trouve... Oui, Victoria n’hésiterait pas à recouvrir Sophia de tout ce qu’elle pourrait y trouver. Elle était consciente qu’elle en aurait sans doute partout elle aussi, mais bon, tant pis ! Elle ne comptait pas vraiment laisser le temps à Sophia de rétorquer ! Et puis, elle avait déjà nettoyé à maintes reprises les enclos de l’écurie familiale, plus jeune. Son père avait en effet tenu à lui enseigner l’importance de toujours prendre soin de ses animaux les plus nobles, tels les chevaux ou les aigles. Il estimait qu’il était important de s’en occuper au mieux, personnellement, afin de nouer un puissant lien de confiance. C’était une tradition familiale, qui remontait à tellement longtemps que Victoria ne saurait dire à quelle époque ça avait commencé ! Sans doute à une époque où les Azarov se servaient bien plus de ces animaux, mettant parfois leurs vies entre leurs... Pattes ou serres... Toujours est-il que les travaux de ce type, elle y était habituée. Et bien souvent, elle les faisait d’elle-même, tant elle adorait l’équitation, et être au plus près de ses montures. C’était peut-être répugnant, mais après tout, cela devait être fait, et permettait en effet d’être plus proches des animaux, d’avoir un meilleur lien avec eux ! Les Azarov avaient en effet toujours eu beaucoup de chevaux, tout comme ils avaient beaucoup d’aigles, et là encore, c’était dû à la tradition... Et oui, on ne peut être issu d’une lignée de sang-pur sans se trimballer un sacré héritage ! Donc, tout ça pour dire que la punition l’amusait en fait, parce que là, ça ne serait pas les mêmes animaux, mais tant pis, c’était en quelque peu similaire... A la différence près qu’elle ne s’était pas portée volontaire ! Parce que bien souvent, dans son enfance, son père l’avait puni ainsi, en lui faisant nettoyer les écuries, et la fauconnerie, seule... Les travaux ingrats, selon lui, lorsqu’on ne voulait les faire, ça forgeait le caractère... Tout est une question de point de vue... Parce que, du caractère, Vic en avait assez comme ça, il n’avait pas forcément été très intelligent de la part de son père de désirer lui en rajouter un peu comme ça...

En fronçant les sourcils, la jeune sorcière finit par se dire que faire avaler à Sophia tout ce qu’elle aurait à nettoyer pourrait en fait être plus drôle, avant de se dire qu’elle aurait bien le temps de voir, et d’improviser, une fois sur place...

« Oui, j’aurai juste une question : Etant donné que je ne me suis servit de ma baguette que pour éviter de me prendre un sort dans le dos, la prochaine fois qu’on essaie de m’attaquer, je devrais me laisser faire, si je vous suis bien ? »

Elle arqua un sourcil, déplaçant son balai de place, parce qu’elle commençait à avoir marre de le sentir peser sur son épaule gauche.

« Si je veux éviter d’être puni, faut que je m’arrange pour atterrir à l’infirmerie... Vous avez de drôles de préceptes d’éducation, dans cette école, je trouve... »

Elle aurait vraiment mieux faire de se laisser aller, tout à l’heure, alors, lorsqu’elle avait éprouvé l’envie de montrer à Sophia qu’il ne fallait pas jouer ainsi avec une Azarov. Le désir de brûler la baguette de sa comparse, ou encore de la casser, voire même de l’envoyer faire un tour dans le lac, l’avait envahit. Et elle avait eu du mal à se retenir de le faire, se disant finalement que se montrer clémente, parfois, c’est plus inquiétant que de ne pas l’être...

La situation avait nettement fait changer Victoria d’avis sur Poudlard, elle qui voyait cette école comme un établissement qui se voulait juste et sécurisant, voilà que les enseignants encourageaient les élèves à se laisser faire, sans même essayer de se défendre ! Victoria allait devoir se faire à l’idée ! Ca pourrait être marrant, de se laisser attaquer, remarquez ! Enfin, de son point de vue. Car oui, si elle le faisait, elle s’arrangerait pour ne pas avoir causé la brouille, et passerait donc pour la victime. Ca serait tellement drôle de voir un autre élève se faire punir, alors qu’elle l’aurait manipulé comme un vulgaire jouet pour qu’un tel résultat se produise... Bon, elle se prendrait un sort dans la tronche, et alors, elle n’allait pas en mourir, non ? Ses adversaires n’allaient quand même pas oser utiliser de sortilèges vraiment dangereux... Oui, tout bien réfléchit, ça pourrait être vraiment drôle... En attendant la réponse de l’enseignant, l’anglo-russe se mit même à réfléchir à la victime qu’elle prendrait pour cette petite distraction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Mar 11 Sep - 15:54

« Oui, j’aurai juste une question : Etant donné que je ne me suis servit de ma baguette que pour éviter de me prendre un sort dans le dos, la prochaine fois qu’on essaie de m’attaquer, je devrais me laisser faire, si je vous suis bien ? »

Fafnir précisa:

-Ce n'est pas moi qui ai imaginé le règlement de Poudlard Miss Azarov.

Et Fafnir ne faisait que suivre les règles en tant que professeur. C'était son devoir de punir les élèves en cas d'infraction du règlement. Comme c'était son devoir de les aider en cas de problèmes. Le devoir d'un professeur n"était pas de se reposé sur ses lauriers.

« Si je veux éviter d’être puni, faut que je m’arrange pour atterrir à l’infirmerie... Vous avez de drôles de préceptes d’éducation, dans cette école, je trouve... »

Fafnir eue un bref sourire, lui il était là que depuis trois mois, c'était Dumbledore qui l'avait accepté et le centaure lui devait cela. Il avait beaucoup de respect pour le directeur, et un respect qui était réciproque vu que le vieil homme avait du respect pour sa noble race. Il fit avec gravité:

-Je ne suis là que depuis trois mois fillette. Le règlement est le règlement et comme je vous l'ai dit, ce n'est pas moi qui l'ai inventé.

Il jeta un regard vers les gradins du terrain de Quidditch. Fafnir était curieux, il aimais beaucoup apprendre et découvrir, ainsi le Quidditch , ce sport préféré des sorciers, le fascinait et le rendait curieux, Fafnir ne manquais jamais un match, couché en vache dans un endroit du terrain de Quidditch.. Le monde magique été extraordinaire, il y avait tant de chose a découvrir... qu'elles soient bonnes ou moins bonnes.

-Vous avez de la chance que cela ne sois pas Rusard qui vous aie surpris en train de vous battre.

Fafnir n'aimait pas beaucoup le concierge, toujours a l'affut des élèves. Si le cracmol aurais surpris Azarov, le centaure devinait la punition qu'il lui aurais donné: nettoyer toute la nuit les balais du terrain de Quidditch. Ou elle aurais eue une punition dans la foret interdite, lieu ou habitait Fafnir et son épouse Elana pour les vacances. Ils s'étaient installés dans une grotte déserte, tapie de mousse qui leur offrait un asile parfait et qui les abritaient bien.

-Vous auriez eue pire que deux heures a nettoyer les enclos de mon collègue mademoiselle Azarov.

Une punition dans la forêt interdite été aussi envisageable quand on se faisait punir par Argus.

-Comme une virée dans la forêt interdite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Mer 12 Sep - 20:42

Tout ceci était d’un risible, mais Victoria parvint à ne pas éclater de rire, et à se contenter de hausser un sourcil, montrant sa surprise. Le règlement lui faisait drôlement penser à du... grand n’importe quoi... Elle ne put toutefois s’empêcher de déclarer :

« C’est peut-être pas vous qui faites le règlement, mais... Moi, ça me fais bien rire, quand on entend les anglais critiquer Durmstrang, et ce qui peut s’y passer... Au moins, niveau règlement, on est un peu plus juste qu’ici ! »

Bon, peut-être pas sous tous les aspects, mais au moins, les élèves n’étaient pas puni pour une erreur qu’ils n’avaient pas commises... Toutefois, Victoria décida d’abandonner là le débat, c’est pourquoi, en haussant les épaules, elle ajouta :

« Mais bon, puisque c’est le règlement, je vais m’y plier... »

Elle trouvait même cela presque drôle d’avoir été puni par un centaure ! Elle imaginait d’ici la réaction que ses parents auraient en apprenant que leur fille unique avait été punit ; et de surcroît, par une vulgaire créature magique. Oui, les Azarov n’avaient guère d’affection pour elles... Vicky, quant à elle... Elle s’en moquait... Les elfes de maison, elle les méprisait, certes, mais, le reste... Elle était plus intriguée que méprisante, et bien trop intelligente pour essayer de s’en moquer. Elle n’avait que trop entendu des histoires à propos de sorciers qui s’étaient cru plus intelligents que des créatures magiques, et qui l’avaient payé, parfois au prix de leur vie... Victoria préférait essayer de s’intéresser à elle, se disant que cela ne pourrait qu’élargir sa culture si elle prenait la peine de les écouter. Oui, la culture avant le dégoût... Enfin, tout ça pour dire que ses parents risquaient de faire un infarctus lorsqu’elle leur écrirait pour leur parler de sa punition... Une bonne raison, donc, pour accepter cette dernière sans rien dire... Tout ce qui pouvait énerver ses parents était bon à prendre pour elle !

Que Rusard ait pu les punir ? C’est vrai que ça aurait été bien pire ! Il devait avoir un sérieux problème avec les adolescents, celui-là, pour être autant agaçant avec eux, et désireux de les punir à la moindre incartade... A se demander comment le vieux Dumby recrutait son personnel... Ne prenait-il que de sombres demeurés, dans l’espoir que son intelligence soit alors mise en valeur ? La jeune femme secoua la tête, remettant ses interrogations à plus tard, ne pouvant toutefois s’empêcher d’imaginer quelle punition le concierge aurait bien pu lui filer... Un truc bien sadique, sans doute, même s’il essayait de se modérer, il était... Un brin sadique... Il aurait presque pu bosser à Durmstrang, en fait...

Fallait un début à tout, et être punit dans sa vie scolaire allait être une première pour Vicky. Bien heureusement, comme le fit remarquer l’enseignant, la punition ne se passerait pas dans la Forêt Interdite... A ce simple nom, un frisson envahit Victoria. Frisson qu’elle parvint à dissimuler, mais qui fut provoqué par la crainte de devoir aller dans cet endroit un jour, et de se retrouver face à des araignées. Même les plus petites étaient atroces pour l’anglo-russe, qui était une véritable arachnophobe... Cela datait de son plus jeune âge, et Victoria ignorait quel en était la cause. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle avait en horreur ces bêtes-là... C’était même d’ailleurs l’un des rares moments, quand elle était face à l’une de ces atroces bestioles, qu’elle avait le plus de difficultés à garder son sang-froid habituel...

« Il est vraiment réglementaire d’y envoyer des élèves en punition ? »

A nouveau, elle arqua un sourcil. Elle avait déjà du mal à comprendre comment quelqu’un de sain d’esprit avait pu ériger une école auprès d’un endroit si dangereux pour les jeunes sorciers, alors concevoir qu’on puisse vraiment les y envoyer en punition, c’était... Du grand n’importe quoi... Et après, les anglais avaient des aprioris sur Durmstrang ! Le monde avait-il cessé de tourner rond un jour, sans que Vicky ne l’ait remarqué ? Tout ça, juste parce que dans son école, on y enseignait la magie noire ! Dans ce cas, que penser de Poudlard, avec un tel personnel, et de telles habitudes ?

Son ton n’était pas moqueur, plutôt intrigué. Elle avait du mal à comprendre que Dumblerdore puisse autoriser de telles punitions, mais bon, après tout, ne disait-on pas qu’il était fou ? A son tour, son regard se posa sur la forêt, se demandant ce qui pouvait bien s’y tapir... C’est la raison pour laquelle elle finit par demander :

« Vous y êtes déjà allé ? C’est comment, à l’intérieur ? »

Elle détourna la tête de la forêt pour se concentrer sur l’enseignant, désireuse d’apprendre par sa bouche à quoi ressemblait ce lieu si mystérieux. N’allez pas croire qu’elle avait déjà oublié la punition, loin de là ! Mais comme elle l’avait dit précédemment, ça n’était pas son genre de déblatérer pendant des heures contre un règlement, quand bien même elle le trouvait stupide, et que la punition était injuste, à ses yeux... D’ailleurs, à ce propos, une autre question brûlait ses lèvres, mais ça attendrait bien que le centaure lui ait enfin répondu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Mer 12 Sep - 22:04

« Il est vraiment réglementaire d’y envoyer des élèves en punition ? »

Fafnir n'avait encore jamais envoyé d'élève en punition dans la Forêt Interdite. Ils y vivaient lui et son épouse, dans une grotte déserte . Ils étaient tranquille pour le moment mais connaissait très bien les danger d'une Forêt. De plus, les deux créatures sauraient se défendre si jamais un loup ou un chaporouge ou encore une araignée géante s'aventuraient jusqu'à leur habitation et les y attaqués. Fafnir et son épouse savaient tirés à l'arc comme tout leurs frères et soeurs de race, et leurs sabots était aussi un atout a ne pas négligé ni dédaigner.

« Vous y êtes déjà allé ? C’est comment, à l’intérieur ? »

Fafnir éclata d'un gros rire, il y vivait dans cet endroit, quand il ne travaillais pas ici. La Forêt leur offrais des fruits en abondances et les rivières et ruisseaux les abreuvaient de la fraicheur de leurs eaux. Bien sur, comme je l'ai déjà dit, il y avait les dangers mais cela ne dérangeait pas le couple. Ils savaient se protéger et se défendre.

-A vrai dire, jeune fille, j'y vit avec mon épouse.

La queue du centaure se plaqua contre sa croupe alors qu'il fit l'inventaire des créatures vivant dans la Forêt interdite:

-Alors pour commencé il y a des chaporouges, ensuite les acromantules qui sont comme vous le savez dangeureuses. Il y a également des loups normaux et des loups garoux. Il y a également des créatures innofensives, telles les licornes, les abraxans sans oublier les hyppoggriffes. Il y a aussi un troupeau de centaures, mais mes congénères ne sont pas dangeureux. Il y a également deux centaures solitaires vivant dans un grotte. Ces centaures sont moi et mon épouse. Sans oublier les lutins de cornouailles, qui ne sont pas dangeureux mais qui aime bien taquiner les magiciens ou les autres créatures. Sans oublier des fées..

Fafnir laissa passer un silence. S'ils avaient choisi de partir de leur tribu, c'était pour faire le deuil de Matthias, leur fils de huit ans, retrouvé mort dans un village sorcier, des traces de torture sur son corps. Mais Fafnir et Elena savaient qu'ils auraient toujours porte ouverte, au cas où ils décideraient de revenir dans leur troupeau. Fafnir leur envoyait souvent des lettres pour leur donner des nouvelles.

-Voilà, vous savez petite d'homme. Après a l'intérieur, c'est très vert a cause de la pluie qui la fait verdire. La nuit, elle est souvent pleine de brume et cela la rend mystérieuse, onirique en utilisant vos termes de bipèdes. Elle offre des baies en abondance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Ven 14 Sep - 17:07

A vrai dire, Victoria n’aurait pas la phobie des araignées, elle aurait peut-être tenté d’aller faire un tour dans la forêt, pour voir d’elle-même à quoi ça ressemblait. Seulement, comme le lui fit savoir l’enseignant, il y avait des araignées, et c’était le pire cauchemar de l’anglo-russe. Elle ignorait d’où lui venait cette phobie, mais elle avait déjà du mal face à de petites araignées, alors face à des acromantules, c’était, il y avait de fortes chances pour que la jeune sorcière perde tout ses moyens... En fait, dans tout ce que le centaure évoquait, et qui vivait dans la forêt, c’était même ce que Victoria craignait le plus. Bon, il va de soi qu’elle ne se sentirait pas rassurée face à un loup-garou, mais elle parviendrait sans nul doute à réagir avec un peu pus de logique que face à des araignées... La jeune sorcière ne dit donc rien durant le temps de silence marqué par le centaure, étant elle-même perdue dans ses pensées. Bien entendu, elle avait trouvé cela étrange d’entendre que l’enseignant vivait seul avec son épouse, mais ça ne la regardait guère, même si ça l’avait intriguée. Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il reprit la parole, décrivant l’atmosphère de la forêt interdite.

« Et avec tout ce qu’il y a dedans, Rusard y envoi des élèves en retenue ! C’est un peu étrange... »

Elle pinça les lèvres, retenant même le reste de sa réplique concernant l’inconscience que cela représentait, sachant pertinemment que cela serait considéré comme de l’impertinence, à l’égard du concierge, mais aussi à l’égard du directeur, qui laissait faire de telles choses. Elle se doutait bien que les punis devaient être sous la surveillance d’un adulte, mais un accident était si vite arrivé, qu’il était étrange que ça n’ait pas déjà été le cas... Il devait tout de même y avoir un puissant sort qui empêchait les créatures néfastes de pénétrer dans l’enceinte de l’école, sinon, la situation pourrait être dramatique... Imaginez, un loup-garou qui a un petit creux, et qui décide de venir se servir au self que représente pour lui l’école !

« J’ai aussi une autre question pour vous », dit-elle finalement, sans colère, mais plutôt avec curiosité « tout à l’heure, vous vous attendiez à ce que je fasse du chantage pour éviter la punition... J’aimerai savoir quelle partie de moi vous visiez dans cette réplique : mon côté sang-pur, ma richesse, mon appartenance à la maison Serpentard ou encore le fait que je vienne de Durmstrang ? On reproche aux sang-purs d’être intolérants, mais depuis mon arrivée ici, on m’a assez vite catalogué, très peu ont cherché à me connaître avant de me juger ! Et j’aimerai bien comprendre quelle partie de moi dérange le plus, ou fait pensé que je puisse avoir recours à de tels moyens ! »

Certes, cela ne la préoccupait guère, après tout, elle s’en moquait qu’on l’apprécie ou non, tant que les personnes qui comptaient pour elle l’appréciait pour ce qu’elle était. Les autres, ça n’était que de sombres crétins. Elle ne comptait pas non plus changer pour augmenter sa popularité, n’ayant jamais vraiment aimé ce petit jeu du « Qui sera le plus populaire pour avoir le plus de pouvoir ? », qui l’agaçait au plus haut point. Non, elle tenait seulement à faire comprendre aux personnes qui critiquaient les sang-purs que ceux-ci n’étaient pas les seuls à avoir des préjugés. Fort heureusement, ça n’était pas le cas de tout le monde, ce qui permettait à Victoria d’avoir des camarades au sang-mêlés avec qui elle s’entendait plutôt bien, même si elle savait qu’à la sortie de Poudlard, elle ne les verrait plus jamais, et que ça ne lui posait aucun problème !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Sam 15 Sep - 22:07

« Et avec tout ce qu’il y a dedans, Rusard y envoi des élèves en retenue ! C’est un peu étrange... »

Fafnir hocha la tète:

-Oui.

Enfin lui il n'envoyais jamais d'élèves dans la foret interdite quand il les punissais. Ce n'étais pas son genre.

« J’ai aussi une autre question pour vous »« tout à l’heure, vous vous attendiez à ce que je fasse du chantage pour éviter la punition... J’aimerai savoir quelle partie de moi vous visiez dans cette réplique : mon côté sang-pur, ma richesse, mon appartenance à la maison Serpentard ou encore le fait que je vienne de Durmstrang ? On reproche aux sang-purs d’être intolérants, mais depuis mon arrivée ici, on m’a assez vite catalogué, très peu ont cherché à me connaître avant de me juger ! Et j’aimerai bien comprendre quelle partie de moi dérange le plus, ou fait pensé que je puisse avoir recours à de tels moyens ! »

Fafnir pointa son regard dans les yeux de la jeune élève. La plupart des élèves qui lui faisait du chantage se servait de leur richesse où se cachais derrière leurs parents. C'étais une chose qui ne marchais pas avec lui, pour preuve, il été là. Fafnir ne se laissait nullement marché sur les sabots par qui que ce soit.

-Votre richesse et la sans doute popularité de vos parents. Beaucoups d'élèves issus de famille riches s'amuse a faire du chantage au professeurs pour évitez la colle quand on les surprenais a enfreindre le règlement.

Dont à lui. Mais ça ne fonctionnais pas chez Fafnir, il ne se pliais jamais a ce genre de chose. C'étais bien vrai et ça ne marcherais jamais.

-Ce n'étais pas contre vous. Disons qu'il s'agissais d'un avertissement. Je ne me laisse nullement influencé par un chantage.

Fafnir regarda les poteaux de tirs pour le souaffle, et le fantome du terrain de quidditch, Edgar. On racontais qu'il avait été tué par un cognard fou lors d'un match de Quidditich et qu'il était un ancien élève de Serdaigle passionné par ce sport de sorcier.

-Tant que vous n'ètes pas une anti-hybride, je pense que je n'aurais rien de spécial contre vous. C'est fou ce que les clichés se promène sur nous. Pourtant, nous sommes sur la terre depuis bien longtemps. Nous les centaures sommes là depuis la grèce antique.

C'étais du moins ce qu'on leur avait enseignés dans les veillées que le clan pratiquait autour d'un feu. Dans ce cas la, les contes et les légendes foissonnaient. Les centaures existaient depuis l'antiquité. C'étais une race très vieille. Tout comme les sirènes et les tritons ainsi que les dragons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Dim 16 Sep - 15:40

Il est marrant de voir à quel point, auparavant, Victoria ne cherchait pas à comprendre pourquoi certaines personnes ne l’appréciaient pas. Elle s’en moquait complètement ! A vrai dire, à l’heure actuelle, c’était toujours le cas, mais elle souhaitait simplement comprendre ce qui pouvait en éloigner certains. Avoir envie de gonfler ses parents en fréquentant des sang-mêlés aidait en son changement, en son questionnement, que ses parents considéraient comme une crise d’ado. Qu’ils pensent ce qu’ils veulent ! Et ce fut sans surprise qu’elle écouta la réponse du professeur. Décidemment, ses comparses avaient réussit à donner une bonne image de leur « rang ». En fait, la plus grande majorité des personnes venant du même cercle privilégié qu’elle étaient... Comme ça. C’est pourquoi elle eut un petit sourire en entendant Fafnir admettre que bons nombres de jeunes sorciers provenant de famille riche en jouaient. Elle en avait bien conscience, elle-même avait la prétention qu’ont bons nombres de ses riches camarades : tout leur est permit, ils peuvent, après tout, s’offrir tout ce qu’ils veulent...

« Je suis riche, monsieur, certes. J’ai toujours l’habitude d’avoir ce que je veux, c’est vrai », déclara-t-elle après que l’enseignant eut dit que ça n’avait pas été dirigé contre elle, mais plutôt dit comme un avertissement. « Mais user de chantage pour éviter une punition, ça revient à me faire perdre mon temps, et celui de l’enseignant. Je ferai donc votre punition, sans doute avec un sourire agacé, mais je la ferai quand même ! »

Manquerait plus qu’elle se présente à la punition avec un grand sourire aux lèvres ! Elle n’était pas folle, tout de même ! Vint ensuite le moment où le centaure parla des antis-hybrides. Le visage de Victoria montrait tout l’amusement qui l’animait à présent, lorsqu’elle prit la parole :

« Vous savez, monsieur, j’ai grandis dans une famille de sang-pur très traditionnaliste. Alors, des préjugés sur les créatures magiques, j’en ai entendu des tonnes ! J’en ai forcément encore à l’esprit, mais... », elle haussa les épaules, songeuse, « disons que depuis quelques mois, j’essaie de penser par moi-même, et non par ce qu’on m’a apprit... »

L’anglo-russe souhaitait surtout en apprendre plus sur ces êtres, voir s’ils étaient bien méprisables comme on le lui avait inculqué, ou si c’était juste... De grosses âneries qu’on lui avait balancées durant toutes ces années. Son père avait bien trompé sa mère avec une sorcière qui n’était pas entièrement une sang-pur, alors qu’est-ce qui empêchait Vicky de s’intéresser à toutes les personnes qu’elle était censée détester ? Toutefois, cela ne voulait pas dire qu’elle allait devenir la meilleure amie d’un hybride, il faut quand même pas abuser, pour l’heure, elle n’en est pas encore à ça ! Déjà qu’elle arrive à être gentille avec eux, pour une sang-pur comme elle, c’est loin d’être tout de même insignifiant pour la jeune Azarov !

En fronçant les sourcils, la jeune sorcière se tourna, pour faire face au fantôme, qui s’amusait à présent à voler en faisant des bruitages. Elle esquissa un petit sourire, amusée de voir que même après le mort, il continuait à être passionné par le Quidditch. Même si une partie d’elle trouvait un peu pathétique d’être un fantôme. C’est vrai, quel intérêt de rester ici, dans un tel état ?

« Si votre peuple est aussi ancien que vous le dites », déclara finalement la sorcière en se tournant à nouveau pour faire face au centaure, « les connaissances qu'il a acquise au fil des siècles doivent être impressionnantes ! »

Comme dit à maintes reprises, Victoria aimait tout ce qui se rapprochait à la culture, et était d’ailleurs du genre touche à tout dans ce niveau-là. C’était d’ailleurs ce qui la motivait le plus à essayer d’oublier les préjugés qu’on lui avait inculqué sur les créatures magiques : elles disposaient de beaucoup de savoirs, qui pourraient être utiles, si les sorciers acceptaient de leur parler pour les découvrir !

« Alors voir à quel point certains sorciers peuvent vous méprises, ça doit... Etre agaçant à la longue... Pourquoi les centaures ne tentent pas de... Faire taire les mauvaises langues ? »

Victoria trouvait toujours étonnant que les créatures magiques méprisées par les sorciers ne se soient pas unis contre les sorciers, pour les faire tomber du petit nuage sur lesquels ils vivaient depuis des années. Une bonne claque derrière les oreilles des sorciers, ça ne pourrait peut-être que leur être bénéfique, non ? Ils étaient tellement sûrs d'eux que pour Victoria, ils en devenaient... Imprudents et inconscients, à se croire les rois du monde... S'ils venaient à chuter maintenant, la chute serait... Colossale ! Mais peut-être était-ce que les sorciers pouvaient attendre de mieux, et les faire repartir, au mieux de leur forme, bien plus doués qu'ils ne l'ont jamais été. A moins qu'ils n'arrivent en fait à montrer où étaient leur véritable place : au sommet du monde... Oui, Vicky avait toujours en elle la fierté des sorciers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Mer 19 Sep - 18:09

« Vous savez, monsieur, j’ai grandis dans une famille de sang-pur très traditionnaliste. Alors, des préjugés sur les créatures magiques, j’en ai entendu des tonnes ! J’en ai forcément encore à l’esprit, mais... »« disons que depuis quelques mois, j’essaie de penser par moi-même, et non par ce qu’on m’a apprit... »

Fafnir approuvais cela. C'étais bien mieux de se faire ses propres idées sur les choses et les créatures en suivant son coeur plutot que les autres comme un gentil petit toutou. Il ne dit mot mais eue un sourire entendu. Les centaures était une race très ancienne, comme les sirènes et les tritons, les dragons et les sphynx d'Egypte qui existaient depuis le temps des pharaons.

-Faites vous vos idées en suivant votre coeur. Pas les dires des autres.

Les centaures avait toujours été depuis l'antiquité grecque, chassé et méprisé. A l'époque des guerriers grecs et des dieux, ils étaient considéré comme des violeurs de femmes et des buveurs invétérés de vin aimant faire la fète. Un préjugé faux, qui n'a pas tenu avec les siècles. Neanmoins, cela n'a pas empécher les magiciens de les jugés barbares, sauvages et sans ame étant donné qu'ils n'ont pas de fantômes, presque. Et pourtant, le peuple centaure avait ses propres croyance envers la vie après la mort et leur propre culture, différente de celles des humains.

Si Fafnir ainsi qu'Elena était des monstres sans coeur, ils se ficheraient bien de la mort de Matthias et ne souffrirais pas comme ils souffrent de la mort de leur enfant, ne se serait pas exiler pour faire le deuil.

« Alors voir à quel point certains sorciers peuvent vous méprises, ça doit... Etre agaçant à la longue... Pourquoi les centaures ne tentent pas de... Faire taire les mauvaises langues ? »

Le clan Levoska, troupeau pro-sorcier, essayait de les faire taire. Les centaures avaient déjà prouver qu'ils était intelligent, parfois plus que les hommes. En réfléchissant, que cela sois le monde moldu ou sorcier, la bêtise de certains restait la même.

-Mon troupeau essaie de le prouver. Moi aussi. Après, s'ils continuent à être aveugle, c'est leur droit, s'ils veulent resté sur leur petit nuage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Dim 23 Sep - 16:55

Victoria prit le conseil de Fafnir en secouant la tête positivement, toutefois consciente que cela était bien plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsqu’on vient d’une famille telle que la sienne. Elle ne savait combien de temps allait durer cette période de semi-liberté qu’elle avait réussit à avoir, mais comptait bien en profiter tant qu’elle en avait l’occasion. Elle n’avait que trop conscience que, tôt ou tard, quelqu’un viendrait lui faire la leçon, la secouer comme un prunier pour qu’elle reprenne ses esprits. Elle avait également parfaitement conscience qu’elle ne pourrait pas éternellement repousser les arguments qu’on lui opposerait alors, que quelqu’un parviendrait bien à lui faire entendre raison. De gré ou de force... D’ailleurs, elle était toujours surprise de constater que nul n’avait essayé cela avant... Pas bête pour autant, elle se doutait que cela n’allait pas durer... Ca l’embêtait d’un côté, alors que de l’autre... Elle était impatiente de voir ce que ses proches pourraient bien inventer pour la ramener complètement de leur côté ! Ca mettrait un peu d’action... Oui, Vic s’ennuyait pas parfois... Bon, il y avait des risques pour que certains se montrent... Virulents... Victoria l’appréhendait pas mal, mais bon, vivre avec la peur au ventre et cesser de faire ce qui lui plaît juste pour éviter les ennuis, ça n’était guère dans ses habitudes !

La jeune sorcière interrogea ensuite le centaure, afin de connaître son opinion sur la stupidité de certains sorciers à considérer les créatures magiques comme de vulgaires choses...

« Je vous souhaite bien du courage ! J’ai pu voir au plus près les préjugés des sorciers, et je ne sais que trop bien qu’ils sont trop profondément ancrés pour pouvoir disparaître comme ça... Quoiqu’on fasse ! »

Bien entendu, elle parlait aussi d’elle, certains de ses aprioris continuaient encore à persister dans son esprit, en dépit de sa volonté à les faire disparaître. Mais elle avait bien trop de fierté pour l’admettre clairement, n’étant de toute manière pas prête de se choisir un clan : rester parmi les sang-purs ou les trahir ? Non, pour l’heure, elle voulait juste vivre ses propres expériences toute seule !

« Waouh ! Z’avez vu le coup imparable que je viens d’utiliser ? »

Fronçant les sourcils, Victoria se tourna pour faire face au terrain de Quidditch, sur lequel se trouvait toujours Edgard, occupé à tourner autour du terrain. Lorsqu’il vit qu’il avait des spectateurs, il leur adressa de grands signes de la main.

« Z’avez vu, hein, dites, z’avez vu ? »

Un petit sourire amusé se dessina sur les lèvres de l’anglo-russe. Elle espérait ne pas finir comme lui, un jour. De toute façon, elle n’avait pas l’intention d’avoir un accident comme lui. Ce qu’elle refusait, c’était aussi de ne penser qu’au Quidditch. Elle adorait ce sport, mais ne comptait pas en devenir accro comme lui !

« Joli coup », déclara Victoria, sans doute peinée de le voir agir comme ça. Et oui, parfois, elle était charitable ! « Faut que tu me l’apprennes un jour, ça pourrait m’être utile ! »

Le fantôme s’avança quelque peu vers le duo, avant de s’arrêter net, pour secouer vivement la tête, en dénégation.

« Y’a pas moyen, j’vais pas aider une joueuse de l’équipe adverse à vaincre les Serdaigles !
- C’est pas très gentil ça ! »

Victoria plissa les yeux, déçue. Si même les fantômes entretenaient cette stupide rivalité, pas étonnant qu’elle perdure autant à Poudlard. Qu’à cela ne tienne, elle n’avait pas besoin d’un fantôme pour être douée au Quidditch !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Mer 26 Sep - 14:26

« Je vous souhaite bien du courage ! J’ai pu voir au plus près les préjugés des sorciers, et je ne sais que trop bien qu’ils sont trop profondément ancrés pour pouvoir disparaître comme ça... Quoiqu’on fasse ! »

Fafnir avait la volonté profonde de les faire disparaitre, mème s'il savait que cela serait long.. très long. Pendant qu'ils discutaient, Edgard se fit remarquer en faisant un tir.

« Waouh ! Z’avez vu le coup imparable que je viens d’utiliser ? »

Le centaure lui offrit un sourire bienveillant a l'esprit. Etre esprit ne devait pas être une partie de plaisir. L'homme-cheval le plaignait un peu.

« Z’avez vu, hein, dites, z’avez vu ? »

Fafnir inclina la tête sur le coté en continuant de sourire:

-Oui nous avons vu. Très beau coup d'ailleurs Edgar, je vous en félicite.

Le défunt se tourna ensuite vers Victoria qui le complimenta aussi, mais en récompense l'ancien joueur lui dit qu'il n'allait pas aider une joueuse appartenant à l'équipe adverse. L'homme-cheval s'approcha du mort, un mort toujours passionné par le quidditch, mème après son décès. Fafnir se demandais ce qui le retenais encore sur cette terre.

Le centaure reporta son attention sur Victoria.

-Je me battrais pour que cesse enfin les préjugés. Je sais que le combat sera long, mais le jeu en vaut la chandelle. Sans les créatures, déjà, pas de baguette magique. Sans nous, vos bois n'existeraient pas. Sans un crin de centaure ou une plume de phénix, je sais que vos baguettes ne marcheraient pas.

Fafnir se tu quelques instants en observant Edgar s'amuser comme un petit fou. Il passait entre les anneaux du terrain et riais beaucoup. Avec la mort, il n'avais pas perdu sa joie et sa bonne humeur, comme Mimi Geignarde, l'esprit des toilettes des filles, qui sans cesse se lamenter sur son sort et se comportait comme une véritable petite peste égoiste.

-Des préjugés, il y en aura toujours, il y en a toujours eue. Mais des sorciers sont tolérants, pour preuve Dumbledore qui m'a accepter ici.

C'était bien vrai, Dumbledore ne l'avais pas vu comme un animal stupide et avait du respect pour ses congénères et pour lui. Fafnir lui en était reconnaissant. Il n'était pas une créature sans coeur, sans ame, et encore moins une vulgaire chose

-Donc rien n'est perdu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir] Ven 5 Oct - 20:09

Les fantômes étaient décidément de drôles de créatures. Souvent, Vic se demandait ce qu'ils faisaient de leur temps libre. Errer dans un château, ça ne semblait pas être le meilleur moyen de s'amuser... Peut-être qu'un jour cette question aura tellement tournée dans son esprit, pour qu'elle se sente le courage de la poser à l'un des multiples fantômes de l'établissement.

Elle haussa les épaules à la remarque du fantôme, sur le fait qu'il refusait de lui apprendre le coup qu'il venait de faire. C'était tellement... Habituel, ce rejet du fait qu'elle soit dans une maison opposée, qu'elle ne réagit même pas vraiment, du moins, elle n'en fut pas vexée... Elle écouta avec attention le discours de Fafnir, retenant un sourire en l'entendant proclamer son désir d'améliorer les choses. Comme si cela était possible ! C'était un beau projet, mais Victoria était un brin trop pessimiste pour croire que les choses puissent réellement changer. Et, en fait, elle se demandait même si elle voulait vraiment que ça change, si elle était prête pour que les choses évoluent un jour !

« Effectivement, on doit beaucoup de choses aux créatures magiques », admit Victoria, « mais je ne pense pas que la majorité des sorciers soient prêts à le reconnaître, et à perdre leurs préjugés qui sont vieux de plusieurs siècles ! »

La jeune femme fronça les sourcils. C’était stupide en un sens, mais elle savait que pour la plupart de ses congénères, les créatures magiques n’étaient que des êtres abjects et inférieurs ! De plus, une petite part de l’anglo-russe craignait que les créatures magiques ne puissent se montrer trop dangereuses pour les sorciers, s’ils venaient à être mieux considérés. Crainte débile, hérité de ces vieux préjugés, mais aussi du fait qu’elle les savait puissants...

« Ca s’atténuera peut-être un jour, mais je doute fortement être encore de ce monde pour le voir ! La preuve : même un sorcier mort reste remplit de préjugés ! », déclara-t-elle en désignant l’esprit, qui était toujours occupé à s’amuser sur le terrain de Quidditch !

Victoria haussa les épaules, comme si elle s’excusait d’être autant pessimiste, à moins que ça ne soit simplement de savoir qu’elle n’était pas en mesure de changer, contrairement à ce qu’elle songeait, qu’elle tentait de faire croire aux autres. Au fond, elle se savait toujours la même, cela étant sans doute aidé par le fait qu’elle n’avait pas vraiment envie de quitter tout ses principes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir]

Revenir en haut Aller en bas

Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort... [Fafnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-