Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


6ème année ϟ Préfète


ϟ Parchemins postés : 99
ϟ Date d'inscription : 04/10/2012
ϟ Points : 25
ϟ Localisation : Bibliothèque de Poudlard.

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 bougies.
ϟ Maison/Profession: Serdaigle de sixième année.
ϟ Relations:
MessageSujet: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Jeu 4 Oct - 22:50


Vos papiers, s'il vous plaît !


ϟ Prénom(s) : Pénélope, Daphné.
ϟ Nom : Gallianis.
ϟ Age : Seize ans.
ϟ Date et lieu de naissance : 26 août 1960 à Verone, Italie.
ϟ Statut : Sorcière.
ϟ Sang : Sang-mêlée, de mère sorcière de sang pur et de père moldu.
ϟ Particularité : Aucune résistance à la légilimancie; niveau extrêmement avancé en métamorphose.
ϟ Baguette : Bois de cèdre et crin de licorne, 29.1 centimètres très précisément.
ϟ Patronus : Une hirondelle.
ϟ Epouvantard : Loriân torturé et tué sous ses yeux.
ϟ Amortentia : Vieux livres, lys et bois ancien.
ϟ Feat : Amanda Seyfried ♥








Et puis tout le reste, pendant qu'on y est !

Décrivez physiquement votre personnage. (10 lignes minimum)

Pénélope possède des cheveux blonds magnifiques. Plutôt longs, ils lui arrivent au milieu du dos. Ils ont de légères ondulations parfois, mais la plupart du temps sont lisses. Ils sont très blonds, dorés et très brillants au soleil. Il suffit qu’un rayon se manifeste dans le ciel pour qu’aussitôt le visage de Pénélope soit entouré d’une lumière éblouissante. Ses cheveux, elle les a hérités de sa mère, qui les tenait de sa grand-mère avant elle. Elle les tresse de temps en temps, mais sinon les laisse détachés. Ils sont sans conteste son atout physique majeur, en plus de ses yeux. Ces derniers sont d’une couleur assez particulière, tantôt bleus, tantôt verts d’eau selon les jeux d’ombres. Mais tout le monde s’accorde pour dire que Pénélope a des grands yeux magnifiques. Son regard est très profond, pénétrant, accentué par ses longs cils recourbés, qu’elle aime recouvrir de mascara noir. Ses sourcils sont fins, et somme toute son regard est sublime. Si elle vous fixe droit dans les yeux, vous serez déstabilisé d’une telle beauté de regard. Son nez est droit, ses lèvres roses et pulpeuses qu’elle couvre parfois de brillant.
Elle est de petite taille, un mètre soixante-quatre précisément. Elle est plutôt mince, mais son poids peut varier car elle n’est pas obsédée par sa ligne. Et comme elle est gourmande de gâteaux, elle ne se prive pas. Cinquante-six kilos pour un mètre soixante-quatre, c’est tout à fait bien. Elle a des belles formes, qu’elle ne met pas ou rarement en valeur, car Pénélope est une beauté qui s’ignore. Une poitrine généreuse, même très généreuse, un bon 90D (dont Loriân est le seul à pouvoir profiter, bien évidemment), que nombre de filles jalouses lui envient, sans qu’elle n’en comprenne la raison. Ses amies la somment de mettre des décolletés, et elle le fait de temps en temps, avec des pulls en V le week-end ou robes de soirée lors des bals, bien qu’elle soit perturbée par le regard différent que lui portent les autres, et surtout les garçons, à ces occasions.
Elle met du vernis à ongles transparent, et généralement une couche de mascara, parfois avec de l’eye liner, mais c’est rare. Elle reste au naturel de temps à autre. Ses chaussures préférées sont les ballerines, qu’elle troque à regret contre des bottes fourrées beiges ou grises plates l’hiver et très occasionnellement des bottines noires à talons. Pénélope est une fille qui aime se sentir à l’aise dans ses vêtements, et qui n’a pas honte de sa petite taille. L’uniforme de Poudlard, aux couleurs bleu et bronze de Serdaigle lui sied bien, et elle le porte sans problème, contrairement à d’autres filles qui rechignent à l’idée de le revêtir.
Pénélope est donc une jeune fille très belle à sa manière, dotée d’un charme fou. Seulement elle n’en est pas du tout consciente, certainement à cause de son grand manque de confiance en elle.





Décrivez mentalement votre personnage. (15 lignes minimum)

Pénélope est le genre de fille simple et romantique, chez qui le naturel prédomine. Avec ses longs cheveux blonds encadrant son visage en forme de coeur, on lui trouve souvent un air angélique, renforcé par la couleur de ses yeux, d'un bleu-vert profond. C'est une jeune fille très réfléchie, qui ne prend jamais, au grand jamais une décision à la légère, mais qui va plutôt s'interroger des milliards de fois avant de faire un choix, que ce soit pour l'achat d'une nouvelle robe, ou la réaction face à un problème, mineur ou non. Elle est de nature très curieuse, et s'intéresse à tout. Elle adore visiter des musées avec ses parents, lorsqu'elle est en vacances. Elle s'initie à de nouvelles cultures lorsqu'elle voyage dans d'autres communautés magiques de pays inconnus. Elle aime énormément les cours, apprendre de nouvelles choses, et s'efforce de son mieux d'obtenir les meilleures notes possibles, à force de travail et de détermination. En fait, Pénélope est une bonne élève à force de très fréquentes heures passées à étudier à la bibliothèque. Elle aime se cultiver, s'instruire, découvrir chaque jour un aspect du monde qu'elle ne connaissait pas auparavant. Son intelligence est vive, et il ne lui est jamais arrivé de ne pas trouver de réponse aux questions du heurtoir de la salle commune des Aigles.
C'est une jeune fille sympathique, qui s'entend plutôt bien avec tout le monde, y compris les Serpentards (hé oui). N'étant pas spécialement grande en taille, ni petite non plus, elle n'est pas hyper remarquable lorsqu'elle passe dans les couloirs, bien que ses cheveux blonds qui brillent très fortement au soleil la distinguent tout de suite. Elle a toujours l'air assez aérienne lorsqu'elle marche, et n'hésite jamais à se rendre à la bibliothèque dès qu'elle a un doute sur quelque chose, une chose dite par le professeur du cours auquel elle vient d'assister qu'elle n'est pas sure d'avoir bien compris par exemple. Elle travaille ses cours très régulièrement, tous les soirs dès qu'elle rentre dans sa salle commune, et ne se présente jamais à un cours sans son matériel ou avoir fait ses devoirs.
Amoureuse, elle est submergée. Un de ses principaux défauts est qu'elle ne fait pas toujours les bons choix, à force de prendre trop de temps à se décider. Et elle ne sait pas toujours quoi privilégier au final dans sa vie. C’est une grande romantique, qui croit à au grand amour, le vrai, le pur, l’amour avec un grand A. Gare à ne pas briser son cœur, car il y a de fortes probabilités qu’elle ne s’en remettre jamais, ou alors extrêmement difficilement. Elle est généreuse de nature, tellement gentille que ça en devient suspect. Mais elle est aussi naïve, ce qui explique que dans son passé on ait souvent abusé de sa gentillesse et de sa loyauté.





Racontez l'histoire de votre personnage. (20 lignes minimum)


Pénélope Daphné Gallianis naquit le vingt-six août 1960 dans la sublime et mythique ville de Verone, en Italie. Sa mère, jeune sorcière anglaise de vingt-deux ans sortie de sa campagne natale du Nord de l'Angleterre, avait rencontré le père de Pénélope, un Italien de vingt-six ans plutôt coureur de jupons (vous connaissez les préjugés sur les Italiens) à peine un an avant la naissance de leur fille.

Helena avait passé l’été 1959 en Italie, et s’était amouraché de cet homme d’une grande beauté, croisé tout à fait par hasard dans une artère véronienne, et à qui elle avait demandé son chemin. Il lui avait tout de suite inspiré confiance, souriant, bellâtre, et s’était même proposé de l’accompagner à la Basilique San Zeno. La jeune sorcière avait accepté, et de fil en aiguille ils avaient fini par visiter la ville ensemble, lui la guidant dans les dédales de rues au milieu des touristes moldus comme sorciers, et lui montrant des tas d’endroits splendides que seuls les vrais Italiens connaissaient. Helena avait vite compris qu’il n’était qu’un moldu, mais ça ne l’avait pas empêchée de le fréquenter. Quelques mois plus tôt elle avait quitté le domicile familial, se rebellant contre ses parents et s’enfuyant avant son mariage prévu avec un héritier de sang pur rencontré à Poudlard, qu’elle n’aimait pas et n’aimerait jamais. Fidelio Gallianis la rendait heureuse, tout simplement. Avec lui, elle fuyait une réalité qui hélas la rattraperait forcément un jour ou l’autre : elle était une sorcière, lui un moldu. Ils n’appartenaient pas au même monde. Même si des unions de sang mêlé étaient possibles, elles restaient tout de même rares à cette époque; et Helena n’était pas n’importe qui, elle était une descendante d’une riche et célèbre famille de sangs purs anglaise.
Préférant se voiler la face, Helena, par amour pour Fidelio, coupa tout contact avec son monde et se comporta en parfaite moldue. Elle ne lui révéla pas sa véritable nature au début de leur relation, pas plus lorsqu’elle apprit l’attendue d’un heureux évènement à Noël, après seulement cinq mois de romance. Elle croyait son amour pour Fidelio indestructible, et rien dans son comportement à lui ne démontra le contraire.

C’est donc dans ce contexte que Pénélope vit le jour, à la fin de l’été 1960. Bien que cette grossesse soit imprévue, l'arrivée de Pénélope combla ses parents, et ils décidèrent de lui donner le prénom de la fidèle et courageuse femme d'Ulysse dans l'Odyssée d'Homère. Le prénom Daphné, nom d'une célèbre nymphe de la mythologie grecque qui voulut échapper à Apollon, et pour cela fut transformée en arbre par son père, lui fut également donné, à la demande du père.
Les premières années de Pénélope furent plutôt heureuses. Ses parents s’étaient installés à Vérone, dans un petit appartement au premier étage au-dessus d’une pizzeria qu’ils louaient au patron du restaurant. Helena n’avait aucune nouvelle de ses parents ; et elle était quasiment certaine qu’ils ne l’avaient pas retrouvée, bien qu’ils aient certainement essayé. Tout était bien.

Le couple fut uni et sans histoires jusqu'aux trois ans de Pénélope environ. A ce moment-là, une sérieuse cassure apparut dans ce tableau jusqu'ici idéal. En effet, il ne fallait pas oublier que le père Italien de Pénélope n'était pas vraiment fidèle. Même si la naissance de sa fille et tout le bonheur qu'elle suscita chez lui le détournèrent un moment des autres femmes, il en resta tout de même que ce n'était pas un homme à mettre en cage, et qui était tout simplement incapable d’entretenir une relation durable et sérieuse avec une seule femme. De plus, les parents d’Helena lui ayant coupé les vivres depuis sa fuite, le couple était contraint de vivre avec le maigre salaire de mannequin peu célèbre de Fidelio. Les problèmes financiers commencèrent rapidement à planer à l’horizon, et les choses n’allèrent pas en s’arrangeant les années passant. Ainsi donc, après une grave dispute qui avait tourné au vinaigre entre sa compagne et lui, Fidelio Gallianis choisit de mettre les voiles, et s'enfuit de la maison, abandonnant ainsi sa fille de trois ans avec sa mère. Le coup fut rude pour cette dernière, qui, alors âgée de vingt-six ans, fut contrainte de retourner en Angleterre vivre chez ses parents, seule, sans argent, sans mari, sans travail, portant dans ses bras une petite fille blonde de trois printemps…

Les grands-parents maternels de Pénélope furent heureux de retrouver leur fille après ces quatre années d’absence, n’ayant pas perdu l’espoir de lui faire entendre raison au sujet d’un éventuel mariage avec un sang pur. Cependant, la joie ne fut pas exactement le sentiment qui les envahit lorsqu’ils apprirent l’existence de leur petite fille, fruit d’une union entre leur fille et un ignoble moldu. Avec une fille bâtarde sur les bras, il s’avérait à présent beaucoup plus difficile de marier Helena, malgré une dot imposante. Leur nom devant rester respectable, ils étouffèrent l’affaire de leur mieux. Pendant un an, Helena vécut dans son ancienne chambre de jeune fille avec sa fille, jusqu’à ce qu’elle rencontre Daniel Stanton, sang pur anglais d’une quarantaine d’années. Bien qu’ils aient treize ans d’écart, Helena étant alors âgée de vingt-sept ans, Daniel tomba fou amoureux d’elle. Resté vieux garçon, il n’avait jamais connu l’amour et assistait, seul, à de grandes réunions familiales fréquemment, devant subir les regards curieux des siens, tandis que même sa petite sœur s’était mariée avec un russe et avait eu une fille, Victoria. Daniel offrit à Helena tout l’amour et l’affection dont elle avait besoin, et, étant stérile, il adopta Pénélope comme sa propre fille.

Le couple s’installa dans une grande demeure à Carlisle, petite ville à la frontière entre l’Angleterre et l’Écosse. Le premier mot prononcé par Pénélope fut « Papa » à quatre ans. Cela scella à jamais l’amour de Daniel envers elle. C’était lui, son père. Personne d’autre. De toute manière, la petite blonde était déjà le portrait craché de sa mère, si bien que Daniel aurait très bien pu être son père biologique. Le secret de sa naissance ne fut pas divulgué, bien que Pénélope conserve le nom de famille italien de son père. Elle avait été déclarée ainsi à l’état civil. Et de toute manière, elle était trop jeune pour comprendre sa propre histoire.
Après de jeunes années mouvementées, la vie de Pénélope devint tranquille. C’était une enfant heureuse, tout simplement. Des parents aimants, toujours là pour elle, quoiqu’il arrive. Affectueux, gentils, amoureux. Les parents parfaits, si ça existait. De toute façon, Pénélope était loin d’être une enfant difficile. Affichant en permanence un calme olympien, elle était dotée d’une grande intelligence, en plus d’une beauté sublime, héritée de sa mère. Ses parents, tous deux de sang pur, renièrent les leurs. Ou du moins restreignirent au strict minimum leurs contacts avec leurs familles respectives. C’était une des raisons pour lesquelles ils avaient choisi Carlisle où s’installer. Personne de leur connaissance ne vivait ici, et c’était une ville si petite qu’elle était éloignée du reste du monde. Là ils pourraient vivre leur vie comme ils le voulaient, loin de toutes les contraintes et obligations que leur sang aurait pu leur imposer. Daniel possédant une fortune familiale assez conséquente, et travaillant au Ministère en tant que langue-de-plomb, au département des Mystères ; l’argent n’était pas un problème pour eux. Ils vivaient dans une grande demeure de style victorien, avec un immense jardin tout fleuri de blanc au printemps, et où Pénélope passait des heures à lire, assise sur sa vieille balançoire.

À ses six ans, Pénélope était donc une enfant épanouie, portant la joie de vivre en elle, grâce à l’amour de ses deux parents. Elle allait à l'école primaire moldue de Carlisle, ses parents souhaitant à tout prix ne pas la doter des préjugés habituels des sangs purs. De toute manière, elle ne savait même pas qu’elle était une sorcière à ce moment. Ses parents ne lui avaient jamais parlé de la magie, et comme ils avaient très peu d’amis, elle n’avait pas eu l’occasion de les entendre en parler.
Mais un beau jour, un évènement vint bouleverser la tranquille vie de Pénélope. Une institutrice l'accusa d'avoir insulté un de ses camarades, acte qui ne viendrait même pas à l'idée de Pénélope d'accomplir, elle de nature si gentille et sage. Malheureusement, l'institutrice la jugea coupable et la punit alors qu'elle n'avait rien fait de mal. Pénélope fut si blessée, mais bientôt si furieuse d'avoir été accusée de quelque chose qu'elle n'avait pas fait, que lors de la classe suivant la punition, des stylos commencèrent à s'envoler des trousses tous seuls, et à se jeter dans le dos de la maîtresse. D'abord déconcertée, Pénélope comprit que ces stylos ne s'étaient pas envolés par magie, enfin si, mais que c'était elle qui leur avait ordonné de quitter leur place habituelle. Ce moment marqua un tournant dans la vie de Pénélope. Ayant eu vent de l’affaire, les parents de Pénélope lui annoncèrent le soir même qu’elle était une sorcière. Néanmoins, ils préférèrent taire l’adoption pour le moment ; Pénélope n’étant alors âgée que de huit ans. Ne voulant pas prendre le risque qu’on leur pose des questions gênantes, ils retirèrent leur fille de l’école primaire ; et Helena se chargea elle-même d’enseigner les rudiments de la magie à Pénélope. Elle lui dit tout ce qu’elle voulait savoir de la magie, et lui parla même de sujets délicats comme les différentes familles de sorciers et types de sangs qui régissaient la communauté magique, et auxquels il ne fallait surtout pas accorder d’importance. Selon les parents de Pénélope, tous les humains étaient égaux, sorciers ou pas. Il n’y avait pas de sang pur ou impur.


Spoiler:
 


Après la réception de sa lettre, Pénélope quitta avec joie la maison familiale, direction l'Ecosse où elle allait vivre d'excitantes aventures. Sa mère lui avait déjà tout raconté sur l'école, où elle-même avait effectué ses études adolescente, aussi sa fille ne fut-elle pas trop étonnée de ce qu'elle vit en arrivant au château, mais surtout émerveillée de l'endroit privilégié où elle allait apprendre tant de choses concernant la magie. Elle n’était pas vraiment inquiète de la maison où elle allait se retrouver, même si elle pensait plutôt partager les valeurs des Serdaigles, et peut-être aussi des Poufsouffles.


Spoiler:
 


Cette soirée fut marquée au fer rouge dans l’esprit de Pénélope. C’était son premier banquet passé à Poudlard, le jour où elle avait été répartie, étape très importante dans la vie de tout sorcier. Mais plus que ça, c'était ce soir-là qu'elle fit une de ces rencontres qu’on n’oublie jamais…


Spoiler:
 

La première année, hormis cet évènement majeur, se déroula tranquillement, de même que la deuxième et la troisième année. Si au début, Pénélope fut très attristée de devoir quitter le cocon familial, cette peine néanmoins s’estompa très vite au contact de son nouvel univers. Poudlard renfermait des milliers de secrets qui ne demandaient qu’à être découverts, et elle avait une telle soif de connaissances, d’apprendre, de découvrir tout un tas de nouvelles choses, que les cours ne l’ennuyaient pas du tout, au contraire. Elle passait son temps à la bibliothèque, travaillant d’arrache-pied sur toutes les matières, mais plus particulièrement la métamorphose, pour laquelle Pénélope s’était découvert une passion sans bornes. Dès la deuxième année, elle s’était instauré un rituel. Tous les dimanches matin, elle se levait à sept heures, se préparait rapidement et sortait dans le parc dans les sept heures et demie. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, elle y allait toujours. Elle avait défini son endroit, sous un immense saule pleureur, à quelques mètres du lac. Et là, tous les dimanches, elle s’entraînait à la métamorphose, en toute discrétion.
Pénélope, très rapidement, avait acquis un niveau qui dépassait de trois larges années supplémentaires celui qu’elle était supposée avoir. À presque treize ans, elle produisait déjà à la perfection son patronus, une hirondelle. Elle était la chouchoute du professeur McGonagall, et n’avait décroché aucune autre note qu’Optimal dans cette matière. Ça la passionnait, tout simplement. Elle ne savait pas encore ce qu’elle voulait faire plus tard, mais dans tous les cas, cela aurait un lien avec la métamorphose. De toute façon, elle était déjà certaine de se lancer dans des études de métamorphose avancée, après Poudlard.

À force de détermination, Pénélope décrochait des notes très bonnes dans beaucoup de matières. Si elle excellait en métamorphose, c’était aussi le cas en Histoire de la Magie, aussi étonnant que cela puisse paraître. Le professeur Binns ne l’ennuyait pas, au contraire même, puisqu’elle était pendue à ses lèvres fantomatiques durant toute la durée de ses cours. Elle maîtrisait bien la plupart des sorts étudiés en Défense contre les Forces du Mal, bien que cette matière la rebute un petit peu, du fait qu’elle ne supportait pas de devoir attaquer quelqu’un. Elle utilisait essentiellement des sortilèges de défense d’ailleurs, jamais d’attaque. Aussi ses boucliers de protection étaient-ils extrêmement efficaces. Les sortilèges lui plaisaient beaucoup, et elle aimait s’amuser à faire voler toutes sortes d’objets dans le dortoir des filles, ce qui agaçait un peu ses camarades au bout d’un moment. Quant aux potions, elle les réalisait bien, étant très minutieuse et soigneuse, même si elle n'en était pas particulièrement fondue. En revanche, elle était complètement hermétique aux cours de vol. Le Quidditch ne lui disait rien du tout, et elle préférait laisser à ses camarades la passion pour ce sport pour le moins violent. Toutefois, elle ne rata jamais un seul match de Quidditch dès lors que Leroy intégra l’équipe, étrangement.

Cet amour occupait beaucoup trop ses pensées. Même si jeune, elle était très amoureuse, et pensait à Leroy au-delà de la limite du raisonnable. Mais hélas, en même temps qu’elle avait découvert son prénom, le premier jour de cours de leur première année, elle avait également découvert l’attitude de celui qu’elle aimait. C’était un sang pur français, méprisant, méchant pour le plaisir de l’être, horriblement brillant et intelligent. La plupart de ses amis étaient des Serpentards, et elle ne comptait plus les fois où elle l’avait croisé martyrisant d’autres élèves dans les couloirs. Seulement voilà, l’amour rend aveugle, aussi Pénélope lui cherchait-elle des excuses à chaque fois, se persuadant elle-même que les élèves en question l’avaient mérité.
Petit à petit cependant, la véritable nature de Leroy s’imposa à elle : il n’était vraiment pas quelqu’un de bien. Ce n’est que lors de la quatrième année, la plus difficile sentimentalement parlant, qu’elle s’en rendit compte.


Spoiler:
 


Spoiler:
 


La fin de la quatrième année arriva trop lentement au goût de Pénélope. Tous les jours, elle devait supporter de sentir la présence de Leroy à ses côtés, son regard moqueur posé sur elle. Il se débrouillait toujours pour se mettre pas trop loin d’elle, en cours. C’était pénible, extrêmement difficile de se concentrer dans ces conditions. Mais voilà, elle avait tiré un trait dessus. Maintenant son cœur était libre ; elle se le promettait. Ou plutôt tentait de s’en auto persuader. Les examens finaux passés, Pénélope quitta le château le 30 juin au soir, avec une seule hâte : retrouver ses parents et son chez-elle. Elle vécut les retrouvailles comme une libération. C’était eux qui lui avaient le plus manqué cette année. Plus que jamais, elle avait eu besoin d’eux. De se blottir dans les bras de son père, tandis que sa mère leur préparait du thé à tous les trois (et oui, même l’été, les Anglais ne renonçaient pas à l’heure du thé).

Ses parents, amoureux comme au premier jour, constituaient un pilier de sa vie. Entre eux c’était toujours simple. Pas de disputes, pas de soucis, jamais. Et de toute manière, chacun de leur côté en avait déjà eu sa dose dans sa vie avant de rencontrer l’autre. Si un jour ils venaient à se séparer, la conception de l’Amour que se faisait Pénélope se casserait avec eux. Si l’un d’entre eux quittait ce monde brusquement, Pénélope ne serait plus jamais la même personne. Ce sont des drames de la vie qui changent une personne, et en ce qui concernait Pénélope, même si elle évitait de penser à ce genre de choses, elle savait au fond que leur noyau était constitué de trois personnes, pas de deux.

Elle passa l’été de la quatrième à la cinquième année entre chez elle, dans la grande demeure victorienne de Carlisle, et l’Europe. Bien qu’ils soient invités à de grandes réunions familiales, Daniel et Helena Stanton trouvaient toujours un moyen de décliner les invitations à passer des vacances. Ils étaient connus au sein de la société des sangs purs pour être un couple solitaire, qui vivait retiré, éloigné de tout et de tous, avec leur fille unique Pénélope. Débarrassés de ces convenances dont ils avaient tous les trois horreur, ils partaient à l’aventure, visiter des tas de pays en Europe, côtés moldus comme sorciers. Ainsi Pénélope découvrit-elle la France, l’Allemagne, la Pologne, le Danemark, la Finlande et la Suède en un seul été. Elle aimait aller à la rencontre des gens, leur parler, s’intéresser à leurs coutumes, surtout chez les sorciers. Elle découvrait un autre genre de magie, et c’était d’autant plus intéressant.

Elle fêta son quinzième anniversaire cinq jours avant de prendre le Poudlard express, pour sa rentrée en cinquième année. C’était maintenant que commençaient les choses sérieuses. La fameuse année des BUSES… Mais c’était pour une tout autre raison, en plus de celle-là, que Pénélope appréhendait cette année. Elle n’avait pas envie de revoir Leroy de Louvière. Après ce qu’il lui avait fait, elle voulait juste qu’il disparaisse à jamais de sa vue. Elle aurait aimé qu’il ne soit pas à Poudlard, et ne jamais plus recroiser son regard gris si beau, intense et méchant. Et en quelque sorte, son vœu se réalisa. Il ne revint pas en cinquième année. Elle le remarqua immédiatement, dans la salle commune, en cours, à la table des Serdaigles le matin, il n’était pas là.

Elle le détestait. Elle était loin d’être indifférente, non ; elle dirigeait toute sa rancœur contre lui. Elle qui n’avait jamais détesté quelqu’un, là pourtant ça s’en rapprochait. Mais elle ne disait rien, essayant de ne jamais y penser. Elle n’en montrait rien.

Mais ce fut plus fort qu’elle, lorsqu’enfin il revint, quelques jours après la rentrée de cinquième année. Une balafre allant de l’œil à la mâchoire était désormais présente sur son côté gauche. Évidemment, beaucoup de curieux commencèrent à le détailler discrètement, murmurant sur son passage dans les couloirs. Il avait changé, ce n’était plus le même. Il ne traînait plus avec les Serpentard, ne s’amusait plus à humilier d’autres élèves. C’était fini.

Pénélope fut secrètement intriguée par ce changement d’attitude, mais hors de question d’aller vers lui afin de découvrir la clé du mystère. Elle n’était pas masochiste, non plus (quoique). Détournant son attention de Loriân De Louvière (car c’était son véritable prénom, elle l’avait su sans le vouloir, en surprenant une conversation de Serpentards, quelques mois plus tôt), elle s’occupa de ses BUSES. Toujours aussi brillante en métamorphose, elle savait à présent jeter le sortilège d’apparition. Elle était parvenue à faire apparaître un magnifique chat noir à poils longs, qui avait passé sa matinée à se prélasser au bord du lac, sous le grand saule pleureur qu’elle avait élu comme lieu d’entraînement. Grande angoissée, Pénélope était complètement paniquée à l’approche des BUSES, alors que bien évidemment il n’y avait pas de raison.

Les professeurs les surchargeaient de travail, et Pénélope passait encore plus de temps à travailler à la bibliothèque. Parmi ces travaux qu’on leur donnait, un certain nombre était à réaliser en binôme. Et le professeur McGonagall, hors de ses gonds après une classe bavarde et déconcentrée, décida non seulement de leur donner un travail en binôme, mais en plus de choisir elle-même les duos d’élèves. Ainsi Pénélope se retrouva-t-elle avec Leroy pour ce devoir. Tout ce qu’elle avait redouté.

Pas le choix ; elle devait bel et bien faire équipe avec lui, sinon elle pouvait dire adieu à sa moyenne d’Optimal en métamorphose. Ce fut lui qui prit les devants en venant vers elle, lui disant qu’il savait bien qu’elle ne pouvait pas le voir, mais qu’il fallait qu’ils travaillent ensemble. Pénélope ne se donna pas la peine de le contredire, ç’aurait été mentir. Ils programmèrent des séances de travail, et leurs deux grandes intelligences combinées, finirent très rapidement leur devoir. Qui obtint d’ailleurs un Optimal, le meilleur de la classe.

Mais le plus déroutant dans tout cela, c’était que Pénélope ne pouvait pas décemment dire sans mentir que travailler avec lui avait été horrible, désagréable, inenvisageable de nouveau à l’avenir. Non. Il s’était comporté comme quelqu’un de… Normal, tout simplement. Plus de plaisanteries moqueuses, d’air narquois et méchant. Et bien malgré elle, ce comportement étrange l’avait troublée. Ne souhaitant pas ressentir cela, elle l’avait évacué de son esprit. Elle avait d’autres choses préoccupantes en tête. À présent qu’elle allait avoir seize ans, Pénélope avait changé physiquement. La petite fille qui était rentrée à Poudlard cinq ans auparavant était devenue une belle jeune fille.

Et ça, tout le monde l’avait remarqué, et surtout les garçons. Ses formes s’étaient développées, et sur son visage les rondeurs de l’enfance peu à peu s’effaçaient. Pénélope ressemblait de plus en plus à une femme maintenant, c’était indéniable. Pour la première fois de sa vie, elle avait reçu des cartes à la Saint Valentin. Des garçons lui avaient même proposé d’aller à Pré au lard ensemble le samedi.
Alors, très honnêtement, avec ces prétendants, Pénélope n’avait pas besoin de Loriân de Louvière. Même si, malgré tout, aucun de ces garçons ne l’avait fait ressentir ce que Loriân avait provoqué en elle…

À ses BUSES, Pénélope obtint un Optimal en Métamorphose, Sortilèges et Histoire de la Magie, ainsi qu’un Effort Exceptionnel dans toutes les autres matières, excepté la Botanique, où elle récolta un Acceptable. Elle continua la Métamorphose, les Sortilèges, l’Histoire de la Magie, les Potions, l’Astronomie, et la Défense contre les Forces du Mal en ASPICS ; ayant choisi la dernière matière au vu de la situation actuelle du monde de la Magie. Situation qui ne fit que se dégrader encore durant l’été entre la cinquième et la sixième année, un groupuscule prenant de plus en plus d’ampleur au sein de la communauté magique de Grande Bretagne : les Mangemorts, sous les ordres d’un homme se faisant appeler le Seigneur des Ténèbres. L’endroit le plus sûr du pays était désormais Poudlard.

Pénélope s’y réfugia à sa rentrée en sixième année. Tout allait être différent, cette année… Une trentaine d’élèves étrangers arrivèrent à l’école, 15 de Beauxbâtons, 15 de Durmstrang. Plus que jamais, on avait besoin de l’amitié des autres pays. Les conflits violents opposant le Bien et le Mal en Grande Bretagne magique restaient à l’extérieur de Poudlard, qui était comme un îlot isolé du reste du monde. Un îlot qui était le théâtre des histoires d’amour, d’amitié, de haine et d’embrouilles des adolescents.

La vie à Poudlard était festive, avec l’arrivée de tous ces nouveaux élèves étrangers. Un grand bal avait été organisé à Noël, pour justement fêter cela. Le château, comme on pourrait s’en douter, était en effervescence totale à l’idée de cet évènement. Pénélope, elle, ne se réjouissait pas plus que ça. Elle n’avait pas de petit ami, et pas envie d’aller à ce bal au bras d’un garçon qu’elle n’aimait pas. Elle s’imaginait rester bien tranquillement dans une salle vide à travailler sa métamorphose, la bibliothèque devant fermer ce soir-là, mais c’était sans compter sur le Destin, qui encore une fois décida de lui jouer un tour… En la forçant à y aller malgré elle.

Des idiots avaient répandu la rumeur selon laquelle Leroy le balafré allait au bal avec Pénélope la coincée. Elle ne savait pas pourquoi les gens trouvaient cela drôle, mais manifestement cela avait fait le tour du château puisque même ses amies lui reprochaient de lui avoir caché ça. Elle avait beau dire que c’était un mensonge, une blague idiote ; les gens étaient persuadés que c’était la vérité. Et même les professeurs, puisque la rumeur était parvenue jusqu’à eux.

Elle pensait pouvoir ignorer la rumeur, mais Leroy était venu lui parler. Il lui avait proposé d’y aller ensemble malgré tout, lui disant qu’il était désolé de cette blague. D’autant plus que les éventuels prétendants de Pénélope n’avaient pu l’inviter à aller au bal, puisqu’on entendait de partout qu’elle avait déjà un cavalier. Pénélope accepta la proposition de Leroy, et c’est donc à son bras qu’elle alla au bal de Noël.



Spoiler:
 


L’Amour est plus fort que tout, et il nous sauvera tous.






Enfin, IRL.



ϟ Pseudo : Rose.
ϟ Âge : 18 ans.
ϟ PV ou inventé ? Inventé Smile
ϟ Double compte ? Oh oui ♥
ϟ Comment avez-vous découvert le forum ? Par un homme extraordinaire, avec une imagination de génie, un grain de folie et une beauté sublime, j'ai nommé Adonis ♥
ϟ Vos premières impressions ? JE VOUS AIME ♥ ♥
ϟ Crédit avatar : Sway.




Dernière édition par Pénélope D. Gallianis le Jeu 18 Avr - 22:08, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com/
avatar


6ème année ϟ (C) Poursuiveur


ϟ Parchemins postés : 361
ϟ Date d'inscription : 18/05/2012
ϟ Age : 26
ϟ Points : 70
ϟ Localisation : Poudlard

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serdaigle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Jeu 4 Oct - 22:54

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE!!!!!!! =DDDD

Autant te dire que Leroy est ravi de t'avoir ici =)

Bon courage pour la fin de ta fiche ♥

Leroy: Je t'aime, Pénélope I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Poursuiveuse


ϟ Parchemins postés : 346
ϟ Date d'inscription : 02/09/2012
ϟ Points : 69

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Jeu 4 Oct - 22:57

Penny-Cha ! cheers

Re-bienvenue ! Bon courage pour la suite de la fiche !

D'avance, je veux et j'exige un lien avec toi ! Et t'as pas le choix ! Na !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thepricemustbepaid.forumactif.org/
avatar


6ème année ϟ Préfète


ϟ Parchemins postés : 99
ϟ Date d'inscription : 04/10/2012
ϟ Points : 25
ϟ Localisation : Bibliothèque de Poudlard.

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 bougies.
ϟ Maison/Profession: Serdaigle de sixième année.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Jeu 4 Oct - 23:21

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour cet accueil chaleureux Very Happy

Loriân > Moi aussi je suis trop contente d'être là! ♥

Merci, je vais la finir vite je te promets! J'ai hâte de commencer nos rp qui claquent (a) Vu que notre lien claque déjà ♥

Pénélope : Je t'aime aussi


Viclauria > Hiiiii, j'aime trop ce surnom!! Merci Very Happy

Ah, j'ai pas le choix? D'accord, mais me tape pas hein affraid

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com/

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Ven 5 Oct - 19:44

Rebienvenuuuuuuue camarade o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Gardien


ϟ Parchemins postés : 269
ϟ Date d'inscription : 05/11/2011
ϟ Age : 57
ϟ Points : 43
ϟ Localisation : Poudlard ♥

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans.
ϟ Maison/Profession:
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Ven 5 Oct - 19:46

Adonis Leroy a écrit:
Citation :
Par un homme extraordinaire, avec une imagination de génie, un grain de folie et une beauté sublime, j'ai nommé Adonis ♥


______________________
Dirk & Gabriel
« No, I don’t think I will kiss you, although you need kissing, badly. That’s what’s wrong with you. You should be kissed and often, and by someone who knows how. » - Gone With The Wind ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Ven 5 Oct - 21:16

Re bienvenue!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 1172
ϟ Date d'inscription : 07/02/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: 17 ans
ϟ Maison/Profession: Durmstrang ; Slytherin.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Ven 5 Oct - 21:51

Re-bienvenuuuuuuuuuuue Cachounette ♥ Very Happy

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Sam 6 Oct - 11:39

Re-bienvenue (a)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Sam 6 Oct - 16:38

    Bienvenueeee, ou si j'ai bien compris Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Préfète


ϟ Parchemins postés : 99
ϟ Date d'inscription : 04/10/2012
ϟ Points : 25
ϟ Localisation : Bibliothèque de Poudlard.

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 bougies.
ϟ Maison/Profession: Serdaigle de sixième année.
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Lun 8 Oct - 21:45

Merci beaucoup à vous! Very Happy

J'ai terminé ma fiche! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wizards-in-hogwarts.forumactif.com/
avatar


Neutre ϟ Grand Manitou de la répartition


ϟ Parchemins postés : 153
ϟ Date d'inscription : 21/07/2011
ϟ Age : 1036
ϟ Points : 1
MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis. Lun 8 Oct - 22:06

    << Un esprit fort vif, avide d'apprendre et de se cultiver que voilà! faites tout de même attention, votre timidité et votre naïveté, toutes romantiques qu'elles soient, pourraient un jour vous jouer des tours... Votre place appartient tout entière à SERDAIGLE!>>



Re-bienvenue sur le forum Pense à aller te référencer ici ainsi qu'à aller voir si un poste ne t'intéresserait pas ici et n'oublie pas de générer ta fiche de personnage dans ton profil. . De plus, tu peux aller par ici voir si une des intrigues ne t’intéresserait pas !
Bon jeu sur le forum **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis.

Revenir en haut Aller en bas

« True love doesn't exist, unless it is returned » ♥ Pénélope Daphné Gallianis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: ADMINISTRATION :: Deuxième étape :: Présentations validées-