Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


5ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 22/04/2012
ϟ Points : 32

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Poufsouffle
ϟ Relations:
MessageSujet: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Mer 5 Déc - 23:01

Dray Garisson & Lexy Marshall



Filature, boules de neige et cheveux roses

« Babo*... » Un simple murmure, un simple mot prononcé à voix basse mais suffisant pour que sa voisine lui adresse un regard interrogatif. Regard que Lexy Marshall ne remarqua pas, bien trop occupée à observer d'un œil se voulant mauvais la table des Gryffondor, une adorable moue boudeuse sur le visage. Suivant le regard de la cinquième année, sa camarade ne mit pas bien longtemps avant de comprendre contre qui la colère de l'anglo-coréenne est adressée; Dray Garisson. Ce dernier ne semble pas s'inquiéter du fait qu'il soit ainsi fusillé du regard, peut être ne l'a-t-il même pas remarqué, bien trop occupé à discuter avec Brian. Alors que Lexy continue de marmonner des paroles incompréhensibles pour sa voisine, cette dernière l'interroge, la faisant revenir sur Terre. « Vous vous êtes encore disputés ? » 'encore'. Il est vrai que les disputes entre le Gryffondor et l'adolescente sont assez fréquentes. Après tout, Dray n'a aucune patience et il est bien trop lunatique... Pour faire court, le jeune homme est l'opposé exact de Lexy ! Mais pourtant la fillette ne peut s'empêcher de l'admirer depuis leur toute première rencontre, le considérant comme son second grand frère, son 'Oppa*'. Même s'ils se disputent, elle l'apprécie toujours autant et oublie facilement les sauts d'humeur du lion. Mais cette fois, c'est la fois de trop !

Lâchant son 'Oppa' des yeux, elle planta son regard dans celui de sa camarade et prit la parole, sûre d'elle et visiblement bien déterminée à prouver au garçon qu'il se trompe à son sujet. « Je vais lui prouver ! » Sur ces mots elle se leva, ignorant les desserts qui font leur apparition sur les tables, et elle quitta la Grande Salle d'un pas décidé, sa moue boudeuse ne quittant pas son visage. Elle va lui prouver à Dray qu'elle est capable d'être invisible, même pour lui ! Accélérant le pas, elle se retrouva bien vite à courir dans les couloirs froids composant les sous sols du château afin de rejoindre sa salle commune. Une fois dans sa chambre elle attrapa son sac magique et y fourra tout ce qui lui passa sous la main avant d'enfiler un pull au-dessus de son tee-shirt, la température se faisant plus fraiche en soirée, puis après avoir vérifié que sa baguette était encore accrochée à sa place sur sa ceinture elle reprit la direction de la Grande Salle, attendant la sortie du jeune homme avec comme objectif le suivre durant toute la soirée et lui envoyer un rapport détaillé dès le lendemain matin afin de lui prouver qu'elle est capable d'être discrète quand elle le veut.

Une fois le Gryffondor sorti, la cinquième année se faufila parmi les autres étudiants et suivi le mouvement de la foule, veillant à ne pas perdre son aîné des yeux. Elle monta les grands escaliers du hall, puis suivi le garçon dans les étages supérieurs d'assez près pour ne pas le perdre mais tout en veillant à rester à bonne distance pour ne pas qu'il remarque sa présence au cas où il se retournerait pour une raison ou une autre. Elle pria également pour que Brian ne se retourne pas non plus, même si elle s'entend bien avec lui il serait capable de la dénoncer. Et ça, c'est hors de question ! Elle doit être invisible aussi bien pour Dray que pour Brian. Même si c'est au premier qu'elle veut prouver ce dont elle est capable, si le second la voit, elle aura échouée. Ils arrivèrent sans encombres devant le portrait de la Grosse Dame derrière lequel se trouve la salle commune des rouges et ors. Ne faisant pas partie de cette maison, Lexy resta dans le couloir, s'éloignant du tableau qui l'observa d'un oeil suspicieux alors qu'elle s'asseyait sur les marches d'un escalier magique a quelques pas de là. Attrapant son sac, elle fouilla un moment dedans avant d'en sortir un magasine de mode sorcière qu'elle fit mine de lire tout en guettant la sortie de l'anglo-coréen à travers la rambarde, ne remarquant même pas qu'elle tient la revue à l'envers. Elle n'eu pas à attendre bien longtemps avant que son aîné ne daigne ressortir. A peine cinq minutes après son entrée, le tableau pivota afin de le laisser sortir et Lexy, après avoir rangée son magasine le suivi à nouveau, direction la tour d'astronomie cette fois.

Nerveusement, elle s'efforça de faire le moins de bruit possible, de caler son rythme de marche sur celui du sixième année pour ne pas que le bruit de ces pas ne la trahissent... Elle se retrouva bien vite à sautiller dans le couloir pour ne pas se faire distancer, ses petites jambes peinant à suivre la cadence imposée par le plus grand qui, bien qu'étant également à moitié Coréen, est tout de même plus grand qu'elle et ses jambes sont donc capables de couvrir plus de distance que les siennes. Dans les escaliers de la tour d'astronomie, elle se fit plusieurs frayeurs et dû ralentir pour ne pas rater une marche et se retrouver les fesses en bas dans un bruit assourdissant qui la trahirait forcément. De toute façon, elle ne pourra pas perdre sa trace ici. A moins qu'il n'ait décidé de sauter... Ce qui est impossible. Un être humain normalement constitué ne s'amuserait certainement pas à sauter du haut de la tour d'astronomie afin de défier les lois de l'apesanteur. Quoique... Il s'agit de Dray Garisson. Une telle idée ne serait pas étonnante venant de lui... Soudainement inquiète, l'adolescente pressa le pas, montant les marches deux par deux sans plus se soucier du bruit de ses pas sur les dalles humides et glissantes composant l'escalier. Arrivée en haut des marches elle se stoppa et après avoir pris une grande inspiration elle se faufila à l'extérieur, remerciant Merlin pour avoir laissé la porte entrouverte. Silencieuse, elle se glissa derrière un télescope, a quelques mètres de Dray. Certaine d'être parfaitement bien cachée, bien qu'elle soit tout à fait visible pour quiconque posant le regard dans sa direction, elle glissa sa main dans son sac magique et en sortie un petit carnet sur lequel elle écrivit l'heure. Si la soirée continue ainsi il va bien voir de quoi elle est capable. Il sera obligé d'admettre qu'elle sait se montrer discrète ! Elle observa ensuite la vue s'offrant à elle, frissonnant légèrement sous la faible brise. L'hiver était encore bel et bien présent et une fine couche de neige recouvrait encore le domaine, ajoutant une couche de magie supplémentaire à l'école.

Elle focalisa son regard sur le vol d'une chouette effraie durant quelques minutes, jusqu'à ce que l'animal s'éloigne des tours, devenant ainsi invisible pour la vue humaine de Lexy qui reporta alors son attention sur son camarade, bien plus proche. La scène se déroulant alors sous ses yeux fit apparaître une moue désapprobatrice sur son visage; Dray tenant une cigarette entre ses lèvres... Elle dû faire de gros efforts pour rester cachée, luttant contre l'envie de lui arracher la cigarette pour l'écraser par terre. C'est que du poison cette chose ! Et en plus l'odeur est affreusement désagréable. Elle grimaça fortement, se pinçant le nez, et se récita mentalement l'hymne de Poudlard pour se convaincre que le fait de rester invisible est plus important pour le moment. La cigarette, elle aura forcement d'autre occasion de s'en occuper alors que si elle se fait surprendre, Dray sera davantage sur ses gardes et lui prouver qu'il se trompe à son sujet deviendra plus difficile que ce soir.

La soirée continua de cette façon, la jeune Poufsouffle traquant le Gryffondor de couloirs en couloirs, d'étages en étages, se cachant derrière une armure, une statue ou un pan de mur selon la situation, de façon pas toujours très discrète, il faut l'avouer. Alors qu'ils arpentaient le premier étage, la 'fillette' ne put s'empêcher de commencer à regarder sa montre avec inquiétude. Est-ce qu'il compte traîner encore longtemps comme ça ? L'heure du couvre-feu approche ! Les pas du plus vieux les menèrent jusqu'à l'entrée des cuisines. Se cachant dans l'une des salles vides elle observa Dray chatouiller la poire et disparaître dans la pièce, entouré par un petit groupe d'elfe de maison prêt à répondre aux moindres de ses désirs. Impossible de rejoindre Dray dans les cuisines, les elfes ne mettraient pas bien longtemps avant de trahir sa présence c'est donc pourquoi elle resta dans cette salle vide, surveillant le passage secret permettant l'accès aux cuisines tout en notant quelques mots clés dans son carnet. Attrapant un livre dans son sac elle le feuilleta, retenant quelques mots par ici, quelques formules par là sans véritablement en comprendre le sens, son esprit étant ailleurs. Finalement, le sixième année refit son apparition et en apercevant les elfes essayer de lui remplir les poches Lexy regretta soudainement d'avoir sauté le dessert. Le fondant au chocolat avait eu l'air si appétissant... Son ventre se fit entendre, comme pour confirmer ses pensées et le coeur de l'adolescente manqua un battement alors qu'elle retenait sa respiration, se plaquant contre le mur de la salle vide, priant entre autre Merlin, Morgane et Bouddha pour que Dray n'ait rien entendu. Après quelques instants de silence, perturbé par les pas du garçon s'éloignant, Lexy jugea le danger passé et elle sortie de sa cachette, pressant de nouveau le pas pour rattraper son aîné et le suivre jusqu'aux grandes portes menant à l'extérieur. Il ne va quand même pas sortir alors que le couvre-feu est proche... Si ?

Elle hésita quelques instants, debout et immobile en haut des marches, puis haussant les épaules, elle se remit à le suivre après avoir jeté un sort d'imperméabilité sur ses chaussures pour ne pas avoir les pieds trempés par la neige. Résistant à l'envie de faire craquer la poudreuse sous ses pas elle se mit à sautiller pour poser ses pieds dans les empreintes de son Oppa. Ils firent ainsi quelques mètres sans encombres mais très vite Dray sembla ralentir et Lexy, prise dans son élan se retrouva en équilibre précaire sur une jambe, faisant des moulinets avec ses bras pour ne pas tomber... Et lorsqu'elle retrouva une position stable son camarade s'immobilisa. N'ayant aucune cachette en vue, l'adolescente fit la première chose qui lui passa par la tête; elle plongea tête la première dans la neige, espérant certainement s'y cacher... L'idée aurait pu être intéressante si l'épaisseur de la couche de neige aurait été plus importante que les dix bons mais malheureux centimètres encore présents dans le parc. D'autant plus que le vert pomme de son pull ne joue pas en sa faveur...

©clever love.


Babo : Idiot.
Oppa : Littéralement « Grand frère ». Une fille appelle ainsi son frère aîné ou un garçon plus âgé avec laquelle elle se sent proche. Ca pet tout aussi bien être un garçon qui accepte de la protéger, de l’aider, que son petit ami. C'est également une interjection utilisée pour calmer un garçon fâché.


Dernière édition par Lexy Marshall le Mar 19 Aoû - 23:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedelight.tumblr.com/
avatar


6ème année ϟ Poursuiveur


ϟ Parchemins postés : 541
ϟ Date d'inscription : 30/03/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 66

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Gryffindor ~
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Mar 11 Déc - 19:33

Dray se leva, s'étirant légèrement une fois debout. Les plats des desserts venaient de disparaître, et il avait déjà fini son fondant depuis cinq bonnes minutes. A côté de lui, Brian prit son temps pour quitter sa place, avalant une dernière bouchée de sa tarte, et les deux Gryffon sortirent tout deux de la Grande Salle comme pratiquement tous les autres élèves de Poudlard à ce moment là. L'anglo-coréen était plutôt calme et de bonne humeur pour une fois, même si la plupart des gens qui l'aurait regardé sans le connaître -ou à peine- n'aurait sans doute pas forcément pu dire si c'était le cas ou non : son air était pratiquement toujours aussi neutre qu'habituellement, bien que le côté blasé ait été remplacé par l'esquisse d'un sourire. Prenant leur mal en patience -surtout Dray qui avait une sainte horreur de la foule et des bousculades qui en résultaient quand on était coincé dedans- ils se frayèrent un chemin entre les élèves à travers le Hall, vers les escaliers. A ce niveau, la masse de gens avait déjà bien diminué puisque seuls les Aigles et les Gryffons avaient leurs maisons dans les étages -tours, plutôt- et que pratiquement tous les élèves -toutes maisons confondues- se dirigeaient à présent vers leur salles communes et dortoirs respectifs.

Onze minutes 43 secondes -merci les escaliers mouvants-, sept étages et trois-cent-quatre-vingt-six marches plus tard, et les voilà qui arrivaient devant le trop souvent bruyant portrait de la Grosse Dame. Brian avait son perpétuel sourire-géant d'imbécile-heureux -celui que les gens ne soupçonnaient jamais d'être hypocrite- et lança une blague à l'un des Rouge et Or qui passait le trou laissé par le portrait. Dray s'engouffra dans la salle commune à la suite de son meilleur ami, et il leva les yeux au ciel en apercevant l'intérieur qui, en plus d'être éternellement de cette irritante couleur pourpre, était à ce moment blindé d'élèves trop excités et donc trop agités et bruyants. Certainement la neige qui était tombée tout au long de la nuit et de la journée et qui recouvrait le parc de son manteau cotonneux. Et peut-être la perspective du voyage à Londres -et de la sortie à Pré-au-Lard pour le 900ème anniversaire du village pour les plus jeunes-, maintenant tout proche. Dans un peu moins d'une semaine maintenant, ils seraient partis. Et l'anglo-coréen n'était toujours pas convaincu par l'idée. Paradoxalement, malgré tout, l'excitation le gagnait aussi, même si passer trois jours à Londres sans magie l'énervait. Certainement la perspective de pouvoir échapper au contrôle constant des deux seuls professeurs présents et d'avoir alors un peu de liberté. Comme ça, il pourrait aller s'amuser un peu dans certaines rues de Londres qu'il commençait à connaître de mieux en mieux. Mal famées, souvent. Qu'y chercherait-il ? Un peu d'action, un peu d'adrénaline. Une belle bagarre serait le mieux.... Parce que ce que la plupart des élèves et des gens ne savaient pas, c'était que Dray était bagarreur. Plus agressif qu'il n'y paraissait. Et par la magie, avec les duels, et à mains nues, les deux lui allaient parfaitement. Et à Poudlard, les occasions de se battre un bon coup n'était pas si courantes, et ce malgré les éternelles tensions entre les Gryffondor et les Serpentards.

Le jeune homme aux cheveux platines lança un regard un peu exaspéré à Brian, et celui-ci haussa les épaules avant de partir s'étaler sur le canapé habituel de Dray. Vide, évidemment, hormis l'anglais à l'allure un peu dégingandée, les autres Rouges et Or évitaient de s'y installer sous peine de s'en faire virer dans la seconde si l'anglo-coréen se trouvait dans la pièce, et ce sans ménagement pour peu qu'il soit de mauvaise humeur, ce qui arrivait -il faut bien le dire- très souvent. Les prunelles sombres du jeune homme lancèrent un nouveau regard au plafond -vaguement amusé cette fois-ci- et Dray traversa la salle commune sans accorder la moindre attention aux autres élèves, se contentant de monter rapidement les marches menant à son dortoir. Ouvrant presque brusquement la porte, il attrapa rapidement sa cape jetée négligemment sur son lit, son paquet de clopes juste à côté, et, après avoir vérifié que celui-ci contenait encore assez de ses si appréciés cylindres blancs, ressorti de la pièce en claquant légèrement le panneau de bois derrière lui. Il redescendit les quelques volées de marches, traversa la salle commune en sens contraire, et repassait par le trou camouflé aux regards extérieurs par la Grosse Dame dans son canevas. Jetant sa cape sur ses épaules d'un simple geste après avoir fourré son paquet de cigarettes dans sa poches, il haussa un sourcil dans la pénombre du couloir. Non loin, même pratiquement juste à côté, il sentait une magie étrangement familière dans le couloir maintenant pratiquement désert. Normalement, même avec son don, il ne parvenait pas vraiment à associer chacune des auras qu'il sentait à quelqu'un, mais il y arrivait néanmoins pour certaines personnes, à force de les côtoyer : celle de son père et de son frère par exemple, mais aussi celle de Brian et de Lexy. La petite anglo-coréenne qu'il avait aidé à se retrouver dans les rues de Séoul cinq ans plus tôt sans savoir qu'il la reverrait à peine quelques semaines plus tard à Poudlard. Et étonnamment, malgré leurs caractères pratiquement radicalement opposés, elle le considérait comme son oppa, et elle était ce qui se rapprochait le plus d'une petite sœur affective pour lui. Même s'il ne l'avouerait bien évidemment jamais.

Dray s'engagea dans le couloir sur sa gauche. Cela devait maintenant faire environ trois ou quatre minutes qu'il marchait en direction de la tour d'astronomie, et trois ou quatre minutes qu'il sentait Lexy le suivre dans la même direction. Il n'avait d'ailleurs pas vraiment besoin de son hypersensibilité magique pour le savoir : il pouvait par moment entendre le léger bruit de ses pas hâtifs sur la pierre du couloir, derrière lui, et il perçut une fine ombre étirée à une ou deux reprises. S'il n'était pas sûr quant à la raison pour laquelle elle avait décidé de le suivre, le jeune homme fit comme si de rien était, trouvant la situation plutôt amusante et distrayante. Il verrait bien ce que comptait faire Lexy plus tard. Après avoir monté un escalier particulièrement long, Dray déboucha sur le haut de la tour d'astronomie, une brise gelée venant mordre la peau nue de son visage et de ses mains. Inspirant profondément, l'air froid passant dans ses poumons, il s'avança jusqu'à la rambarde, s'y accoudant nonchalamment en jetant un coup d’œil tout en bas. Pas si haut que ça, finalement. Pas quand on avait déjà escaladé la tour des Serdaigle sans magie. Un demi-sourire un peu féroce prit place sur ses lèvres alors qu'il se rappelait toute l'adrénaline qui avait couru dans ses veine à ce moment. Bon moment. Machinalement, il sortit son paquet de clope, en tirant l'un des cylindres blancs et le portant à ses lèvres. Un coup de baguette pour l'allumer et un autre pour se lancer un sort de réchauffement, et il tirait la première bouffée, prenant tout son temps pour recracher la fumée après cela. Vraiment, l'effet calmant était presque immédiat. D'ailleurs c'était certainement plus psychologique et mécanique qu'autre chose, tant fumer parvenait à le calmer dès le début. Sauf quand il était vraiment énervé.

Bien vite, Lexy le rejoignit à l'extérieur, comme l'attestait l'aura qu'il pouvait sentir émaner d'elle. Le Gryffon tourna très légèrement la tête pour situer où elle était, et si possible sans qu'elle ne le vois. S'il était maintenant sûr et certain qu'elle le filait et l'espionnait, le pourquoi était toujours aussi confus et incompréhensible ! Repérer la jeune fille ne fut pas bien dur, cependant, et Dray se mordis légèrement la lèvre pour retenir le large sourire amusé qui menaçait de les courber : accroupie derrière un télescope qui devait être sensé la cacher -bien que ce soit tout le contraire- et notant avec application quelque chose dans un petit carnet. Il tourna la tête, tirant à nouveau sur sa clope en regardant un instant le parc en contre-bas. L'idée d'aller marcher un peu dans la neige lui vint tout naturellement. Il n'avait pas spécialement envie de retourner dans la salle commune bondée, et quant au fait de briser le couvre-feu qui se rapprochait, il répondrait simplement quelque chose dans le genre de « Un couvre-feu ? C'est quoi ça ? ». Certes, il savait parfaitement ce qu'était un couvre-feu -pas attardé non plus- et qu'il y en avait un à Poudlard, mais il ne se sentait absolument pas concerné par celui-ci. Il ne s'était jamais senti concerné par le couvre-feu, d'ailleurs. Et puis, traîner encore un peu dehors lui permettrait peut-être de comprendre ce qu'espérait faire la jeune Poufsouffle en le suivant à la trace. Un nouveau regard en coin lui appris qu'elle se bouchait le nez avec une grimace, certainement à cause de sa cigarette, elle ne semblait pas vraiment aimer son habitude de fumer... Il leva les yeux au ciel, mi-amusé mi-exaspéré. Ça ne regardait que lui s'il voulait fumer, non ?

Vingt-trois minutes et cinquante-sept secondes plus tard, et approximativement cinq-cent-trente-trois plus bas, Dray poussait la porte du hall qui menait dans le parc, prenant soin de ne pas se faire voir par Picott ni par aucun autre prof, et la laissant légèrement entre-ouverte. Lexy continuait toujours de le suivre, à travers tous les couloirs et les escaliers de Poudlard. Il avait même évité de prendre certains des passages secrets qu'il connaissait et qui lui aurait permis d'arriver en bas plus vite, mais qui l'aurait donc empêché de savoir la raison de cette filature. Il était tout de même passé à la cuisine chercher un petit en-cas chez les elfes, le repas en lui-même -hormis le dessert- n'ayant pas vraiment été fameux. Et il avait aussi emporté quelques petits trucs 'mangeables' pour s'il avait faim plus tard. Et puis il avait remarqué, l'air de rien, que Lexy avait mystérieusement disparut de la Grande Salle au dessert. S'il savait maintenant que c'était sans doute pour préparer sa filature, il l'avait avant tout remarqué parce qu'il ne sentait plus son regard énervé -enfin, qui se voulait énervé mais qui avait plus été boudeur qu'autre chose- posé sur lui tout au long du repas et depuis quelques jours déjà. Bien qu'il ne voit là non plus pas vraiment pourquoi...

Descendant encore les quelques marches qui séparaient le château du parc à proprement parler, Dray enfonça ses pieds dans la couche de neige, craquant légèrement alors qu'elle se tassait sous ses semelles. Contre tout apparence, et comme beaucoup de gens, il aimait lui aussi marcher dans la neige fraîche et la sentir crisser sous lui. Enfin bref, il s'avança rapidement jusqu'à arriver à un endroit où il savait être invisible depuis le château -on ne savait jamais, certaines personnes trop zélées auraient put décider que ça n'était ni le temps ni le moment pour une ballade dans le parc, les idiots- et.. avança encore de quelques pas, histoire d'être sûr. S'arrêtant enfin, il entendit un étrange 'POUF' étouffé par la neige derrière lui. Levant les yeux au ciel d'un air amusé, le Gryffon ne put s'empêcher de se demander ce que Lexy avait bien encore fait, avant de se retourner... Et de manquer d'éclater de rire. Il ne retint d'ailleurs pas son expression hilare, ses lèvres tressaillant légèrement pour retenir le rire, mais échouant pour le sourire. Devant lui, à demi-enfoncée dans la couche de neige, était Lexy, qui s'était visiblement jetée la tête la première dans le sol dans l'espoir qu'il ne la remarque pas s'il se retournait. Raté, surtout avec son pull vert pomme, presque flash, parfaitement visible même dans la faible lueur dispensée par la lune. Croisant les bras devant lui, Dray haussa un sourcil sans perdre son expression franchement amusée.

- La technique de l'autruche ne marche que dans les films, Lexy, tu sais ça ? Qu'est ce que tu fais ici?, lui lança-t-il en coréen, sa voix trahissant elle aussi son amusement.

Et puis, il voulait bien évidemment aussi savoir pourquoi elle était là, et surtout pourquoi elle le suivait depuis toute la soirée. Mais ça, il lui demanderait après, si la jeune fille ne disait rien à ce sujet.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


5ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 22/04/2012
ϟ Points : 32

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Poufsouffle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Jeu 27 Déc - 20:49

Dray Garisson & Lexy Marshall



Filature, boules de neige et cheveux roses

Cinq ans. Voilà maintenant cinq ans que la route de la cadette de la famille Marshall a croisé celle de Dray Garisson. Une rencontre des plus banales. Une rencontre qui peut arriver tous les jours, à n'importe qui, qu'il soit simple humain ou sorcier. Mais une rencontre qui a bouleversé la vie des deux anglo-coréens, il faut l'avouer. C'est cette rencontre, survenue cinq ans plus tôt, qui occupait les pensées de la jeune Poufsouffle alors qu'elle feuilletait distraitement un magazine de mode sorcière, ne remarquant même pas que les images et écritures étaient à l'envers.

Il y a cinq ans, elle n'était encore qu'une enfant. Une enfant passant tous ses étés en Corée du Sud, chez ses grands parents maternels. Une enfant frustrée de ne pas avoir le droit de sortir seule alors que son frère aîné, lui, passait des journées entières entre les salles de karaokés et les salles de jeux en compagnie de ses amis. Alors qu'il s'amusait à l'extérieur elle devait rester sagement à l'intérieur... Seule. C'est cela qui l'a poussé à se sauver dès que ces grands-parents eurent le dos tournés. Sa naïveté et sa curiosité enfantine prirent ensuite le relais, l'amenant à suivre un petit chiot abandonné de quartier en quartier, allant de cette façon traîner et se perdre dans des rues malfamées. C'est ainsi qu'elle rencontra Dray pour la première fois. Lorsqu'elle réalisa qu'elle était perdue, elle tenta vainement de retrouver son chemin mais elle ne parvint qu'à se perdre davantage, n'ayant aucun moyen de se repérer dans ses rues inconnues se ressemblant toutes entre elles pour ses yeux d'enfants. Lorsqu'elle entendit des voix, elle n'hésita pas à s'en rapprocher afin de venir demander son chemin. Elle aurait dû avoir peur et fuir face à ce groupe de jeunes mais elle n'était qu'une enfant... Repoussant la peur, oubliant la timidité elle s'était avancée droit vers eux, demandant avec plus ou moins d'assurance son chemin. 'Gyeongbokgung'. Dray lui vint en aide, acceptant de la conduire jusqu'à ce point de repère qui lui permettrait de rejoindre la maison de ses grands parents. C'est comme ça qu'ils se sont rencontrés. Et c'est ainsi que le jeune homme, à peine plus âgé qu'elle, est devenu son héros sans le savoir.

Très vite, le Gryffondor sorti de sa salle commune et Lexy s'empressa de le suivre à travers les nombreux couloirs du château, se faisant la plus discrète possible. Un véritable échec, il faut l'avouer ! Mais la demoiselle n'a pas l'habitude de ce genre de choses. C'est la première fois en cinq ans qu'elle se trouve à proximité de Dray sans lui signaler sa présence en criant à plein poumon après lui.

Tandis que Dray fumait, tranquillement accoudé à la balustrade de la tour d'astronomie, la Poufsouffle prit quelques notes sur le déroulement de la soirée, au cas où sa mémoire lui jouerait des tours, puis toujours cachée derrière un télescope et frissonnante sous la caresse fraîche du vent, elle attendit patiemment que le garçon décide de retourner dans le château. Tout en observant une chouette effraie voleter autour de la tour avant de partir en chasse, Lexy se perdit de nouveau dans ses pensées, se remémorant alors les retrouvailles avec le Gryffon, à bord du Poudlard Express. Quelle surprise ! Folle de joie elle s'était alors précipité à l'intérieur du wagon, fonçant droit sur Dray le noyant sous un flot de paroles afin de lui faire part de son étonnement, de sa joie... Le tout en l'appelant Oppa et en s'exprimant en coréen ce qui sembla agacé les autres personnes présentes. Dray semblait également être énervé par sa présence parmi eux mais il accepta néanmoins qu'elle reste, s'amusant visiblement de voir les autres ne pas comprendre un seul mot de leur échange. Ou plutôt du monologue de la fillette ! Les années passèrent et Lexy prit l'habitude de commencer l'année en s'invitant dans le compartiment de son aîné qui, malgré son air blasé, semble apprécier lui aussi ce petit rituel. La cinquième année à également prit l'habitude de saluer son aîné avec de grands signes de la main accompagnés de piaillements dès qu'elle aperçoit ne serait-ce qu'une mèche de ses cheveux dans les couloirs de l'école. C'est certainement cela qui fait penser au lion qu'elle est incapable d'être discrète. Le fait qu'elle soit si bruyante quand il est dans les parages. Mais c'est juste pour être sûr qu'il l'ait vu ! Elle est plus petite que la moyenne, dans une foule il n'est pas forcement évident de la repérer alors il faut bien qu'elle se démarque des autres d'une façon ou d'une autre, n'est-ce pas ? Si elle n'agit pas ainsi il ne la remarquerait pas.

Une fois qu'il eut écraser son mégot, le garçon quitta la tour d'astronomie, Lexy sur les talons. Ils se retrouvèrent bien vite a arpentés les couloirs vides, sombres et humides du sous sol, Dray s'étant décidé a rendre visite aux elfes de maison dans les cuisines, bien qu'il soit sortis de table il n'y a pas si longtemps. Cachée dans une salle vide non loin, la Poufsouffle quant à elle regretta d'avoir quitté la table sans avoir emporté un ou deux morceaux de gâteau au passage. Elle a faim maintenant ! Elle renonça à l'idée d'entrer à son tour dans les cuisines, ne voulant pas que les elfes trahissent sa présence en se pressant autour d'elle, demandant de leur petite voix aigus ce qu'ils peuvent faire pour elle tout en remplissant ses mains et ses poches de nourriture en tout genre. Alors que son estomac se tordait douloureusement, comme pour lui reprocher d'avoir sauté le dessert, le sixième année sorti des cuisines et reprit sa route, direction cette fois le rez-de-chaussé et les grandes portes menant le parc. La jeune femme hésita quelques instants, restant debout et immobile en haut des marches. Y aller ou rentrer ? Elle pesa le pour et le contre, incapable de prendre une décision puis finalement elle lança un sort d'imperméabilité sur ces chaussures pour que ses pieds restent secs et ainsi éviter de tomber malade. Elle se lança ensuite de nouveau à la poursuite de son ainé, faisant bien attention à poser ses pieds dans la trace de ses pas pour ne pas faire craquer la neige sous son poids, bien que ce ne soit pas l'envie qui lui manque ! Puis soudainement tout s'enchaîna, très vite. Dray s'immobilisa et Lexy ne voulant pas être découverte plongea la tête la première dans la neige, n'ayant aucune autre cachette à proximité. « La technique de l'autruche ne marche que dans les films, Lexy, tu sais ça ? Qu'est-ce que tu fais ici ? » Zut. Repérée ! La fillette ferma les yeux, espérant naïvement que si elle ne répondait pas Dray oublierait sa présence ou penserait avoir rêvé. Le froid lui mordait le visage et les mains, la faisant frissonner et la neige fondait doucement au contact de sa peau, humidifiant son pull et son pantalon...

Très vite, elle fut incapable de rester immobile et silencieuse et elle sortie de sa cachette, éternuant, avant de poser son regard sur son camarade. Elle grimaçant en serrant ses bras contre elle, regrettant de ne pas avoir imperméabilisé son corps entier avant de se jeter ainsi dans la neige. Dray était là, face à elle, bras croisés, sourcil haussé et demi sourire amusé sur les lèvres. Après un nouvel éternuement, Lexy s'efforça de prendre un air innocent et tout en frictionnant ses bras pour se réchauffer elle prit la parole à son tour, en coréen elle aussi et d'une voix plus ou moins assurée. « Oppa ! Je, euh... Je prends l'air ? » Elle tenta de sourire afin de rendre ce mensonge plus crédible mais elle fut seulement capable de grimacer, sachant pertinemment que tout cela sonnait faux. Elle s'obstina néanmoins à vouloir y croire, reprenant la parole afin de s'enfoncer encore un peu plus dans sa fabulation. Si elle réussit à se convaincre elle-même, Dray y croira lui aussi. Pas vrai ? « Il fait chaud dans la salle commune des Poufsouffle tu sais. C'est pareil pour toi dis ? Il fait aussi chaud dans ta salle commune ? C'est pour ça que tu es ici ? Et Brian, pourquoi il n'est pas avec toi ? Il n'a pas chaud lui ? Il n'a pas voulu venir se rafraîchir ? » Tais toi Lexy. Tu ne fais que t'enfoncer plus profondément que tu ne l'es déjà ! Un faible sourire se dessina de nouveau sur ses lèvres et la cinquième année passa nerveusement une main dans ses cheveux, ramenant en arrière les quelques mèches mouillées par la neige collant maintenant sur son front. Merlin, quelle idée d'avoir voulu le suivre jusqu'ici ! La filature avait si bien commencée pourtant... Vite, changer de sujet pour ne pas qu'il commence a se poser des questions ! « Alors... Vous partez bientôt pas vrai ? » Oui bon... Le voyage n'est peut-être pas une excellente idée de conversation. Ils risquent de s'énerver l'un contre l'autre à nouveau. Mais peut-être qu'il oubliera le reste comme ça !

©clever love.


Dernière édition par Lexy Marshall le Mar 19 Aoû - 23:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedelight.tumblr.com/
avatar


6ème année ϟ Poursuiveur


ϟ Parchemins postés : 541
ϟ Date d'inscription : 30/03/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 66

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Gryffindor ~
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Mer 16 Jan - 21:54

La brise glaciale mordis la peau nue du visage et des mains de Dray. Certes, c'était vivifiant, et il avait plutôt tendance à apprécier ça, mais la sensation gelée manqua de peu de lui arracher un frisson. Avec une écharpe -qui devait présentement giser au pied de son lit ou sur son bureau, ou il ne savait où- et peut-être même un bonnet -il devait en avoir un ou deux au fond de sa malle- ça aurait été mieux. Non pas qu'il n'aimait pas l'hiver, ni qu'il était frileux ou quoi que ce soit du genre, puisqu'au contraire il n'avait absolument pas tendance à rester cloîtré dans la salle commune de Gryffondor -certainement deviendrait-il fou, s'il essayait, avec le brouhaha perpétuel et insupportable qui y régnait- ni dans le château, d'ailleurs. Pas moyen de se défouler et de faire le casse-cou, ni de s'entraîner au Quidditch, ni même de fumer à l'intérieur des murs de pierre de l'ancestrale bâtisse, après tout ! Il aurait l'impression d'étouffer, à ne jamais rien faire d'autre que s'ennuyer -quoi qu'il y avait toujours moyen de se lancer à la chasse aux secrets des autres, ce qui était quelque chose que le Gryffon jugeait particulièrement divertissant, et qu'il ne se privait pas de faire- et plus un Dray Garisson s'ennuyait, plus son sale caractère augmentait exponentiellement, et plus il se montrait exécrable, insolent, sur les nerfs, et donc potentiellement déclencheur de bagarres, et on pouvait continuer comme cela encore longtemps. En bref, il était d'autant plus insupportable. Brian -et quelques autres, aussi- avait, pour rire, déjà soulevé l'hypothèse qu'il soit très légèrement hyperactif, d'autant plus qu'il avait parfois des tendances insomniaques -pas de sa faute s'il dormait bien seulement une fois le matin venu et qu'il n'avait pas sommeil la nuit, préférant aller faire des excursions normalement interdites plutôt que de rester bien sagement dans son lit à dormir- mais il savait aussi apprécier les moments de calme -bien qu'ils se soient rares à Poudlard- , et Dray savait pertinemment qu'il n'aimait pas bouger et se défouler au point d'être hyperactif.

L'anglo-coréen avait donc rapidement décidé d'aller faire un tour ce soir-là, à peine entré dans sa salle commune trop bruyante. D'abord une pause cigarette, avant de déambuler un moment dans les couloirs, puis un arrêt à la cuisine -où, heureusement, les elfes avaient été trop occupés pour véritablement se précipiter vers lui, comme ils le faisaient avec chaque personne entrant dans les cuisines, et l'assaillir de questions ou de quoi que ce soit- et enfin, il avait décidé de faire une petite promenade dans le parc enneigé plongé dans la nuit et dans le froid encore hivernal d’Écosse. Après tout, les soit-disant représentants de l'autorité, c'est à dire le concierge, les professeurs, et les préfèts -bien que le jeune homme aux cheveux platines n'écoute en fait à peu près aucun d'entre eux, collectionnant les retraits de points et les retenues sans être impressionné pour autant- s'aventuraient assez rarement dans le parc après le couvre-feu. Tout particulièrement l'hiver d'ailleurs, considérant certainement les températures comme trop basse pour penser que des élèves aient pu s'y rendre. En bref, une soirée qui n'avait rien d'exceptionnel pour le Gryffon, à l’exception notable qu'il était suivit, et ce depuis qu'il avait quitté sa salle commune. Peut-être même depuis déjà plus longtemps, mais il ne l'avait pas remarqué, dans la foule d'élèves qui rejoignaient leur salle commune et leur dortoir. Pourquoi n'avait-il rien dit, ni rien fait, pour que l'espion ne se découvre ou pour ne serait-ce que montrer qu'il savait qu'il était suivit ? La raison était toute simple, tombait même sous le sens, pour Dray : il s'agissait de Lexy, et la jeune fille était l'une des rares personnes qu'il appréciait réellement. C'était étrange, en un sens. Elle était plutôt du genre bavarde, parfois un peu trop bruyante -comme lorsqu'elle l’apercevait dans un couloir et criait en faisant de grands signes pour attirer son attention- , un peu trop naïve, comme si elle croyait encore à certains contes et légendes, soit beaucoup de réactions qui avaient plutôt tendance à énerver le Gryffon. Pourtant, il en venait presque à la considérer comme sa petite sœur, s'étant attaché à elle depuis le temps, en dépit de tout le reste. Et même si elle semblait un peu trop apprécier lui faire des blagues avec l'aide de Brian. Sa candeur et son sourire innocent et communicatif, peut-être... mais Dray aurait bien été incapable de dire concrètement pourquoi il appréciait tellement l'anglo-coréenne.

Un mince sourire courba ses lèvres quelques secondes alors qu'il ralentissait le pas, les semelles de ses chaussures tassant doucement le tapis de poudreuse immaculée sous lui avec un léger crissement. La première fois qu'il avait vu Lexy, il ne savait pas encore qu'il allait la revoir, n'était même pas certain qu'elle était une sorcière. En fait, s'il n'avait pas eu son don, il aurait été absolument incapable de le dire ! Et pour cause, c'était dans des ruelles peu recommandables de Séoul que leur route s'était croisée pour la première fois. Il traînait alors avec un groupe de jeunes, et elle avait débarquée soudainement, visiblement perdue. N'étant pas d'une humeur trop massacrante, et ayant remarqué la légère aura qui émanait d'elle -il ne sentait alors pas la magie avec autant de précision qu'il le pouvait maintenant, même s'il avait sans doute encore beaucoup de progrès à faire- le jeune anglo-coréen avait accepté de la raccompagner jusqu'à un endroit où elle pourrait se repérer, avant de rentrer chez lui sans plus de cérémonie. Dire qu'il avait été surpris lorsqu'à peine quelques semaines après, en septembre, la fillette avait débarqué dans son compartiment du Poudlard Express en se mettant à babiller gaiement en coréen, était un euphémisme. Il se rappelait encore l'avoir laissé parler un moment en retenant un soupire et en se contentant de répondre brièvement, avant de retenir un sourire en voyant l'air visiblement perdu et agacé des autres occupants du compartiment -parmi eux, Brian était déjà présent- qui en plus de ne pas comprendre la situation, ne comprenait pas un moindre mot de ce que racontaient les deux anglo-coréen. Il avait lancé un sourire amusé et moqueur aux autres, avant de se tourner vers Lexy et de participer un peu plus activement que par des monosyllabes à la conversation.

Sortant de ses pensées et jugeant qu'ils étaient assez loin du château pour ne pas se faire repérer, Dray s'arrêta. Un bruit de chute étouffé par la neige -une espèce de POUF plutôt audible- s'ensuivit presque instantanément, apportant un sourire hilare au Gryffon qui retint un léger rire, avant qu'il ne se retourne. Se fut d'un air amusé qu'il lança une petite remarque légèrement narquoise à Lexy, plongée dans la neige mais trahie par son pull vert pomme et ses cheveux sombres qui contrastaient avec la blancheur parfaite de la neige. Seul le silence commença par lui répondre, alors qu'elle restait obstinément cachée dans la neige. Lui non plus ne bougea pas, se contentant d'attendre qu'elle se décide à se redresser et à lui répondre avec un air amusé devant l'élan d'espoir naïf de la Poufsouffle. Peut-être croyait-elle toujours qu'elle allait disparaître ou quelque chose du même genre et qui impliquait qu'il ne se soit finalement pas rendu compte de sa présence ? Le froid et la neige durent avoir raison de son obstination candide, cependant, puisqu'elle fini par se relever en éternuant. Elle lui lança un regard avant de croiser les bras à son tour, copiant sa position mais dans une optique différente, plutôt en quête de chaleur que d'autre chose. Il faut bien dire que son pull n'était pas vraiment épais et qu'il était à présent visiblement humide, le vert étant plus sombre aux endroits où il avait été en contact avec la neige qu'autre part. Pas vraiment de quoi affronter le froid encore glacial, bien que le mois de février s'éteignait déjà pour laisser place au mois de mars et que l'hiver arrivait à son terme. Tout ce qu'elle réussirait à faire serait prendre froid, certainement.

Frictionnant ses mains contre ses bras, Lexy le coupa de ses pensées peu intéressantes sur la température, lançant d'une voix pas vraiment assurée, et après une légère hésitation, qu'elle prenait tout simplement l'air. Dray haussa un sourcil sceptique, comme pour l'enjoindre à continuer, sans pour autant se départir de son air amusé. Certes, il avait remarqué qu'elle le suivait et ce depuis qu'il était sorti de sa salle commune, mais il ne comptait pas le lui faire savoir maintenant, préférant essayer de savoir le pourquoi du comment. En soit, lui dire qu'il le savait ne risquait pas vraiment de lui faire comprendre la raison principale quant au fait qu'il l'ai immédiatement remarqué -à savoir son don, son secret- puisqu'il l'avait aussi entendu et aperçu plus d'une fois, mais il voulait déjà voir si elle avouerait ou non. La réponse ne tarda pas à venir, alors que la jeune fille reprenait son affabulation d'une voix très légèrement plus assurée. Dray se contenta d'abord de cligner les yeux lentement d'un air pas vraiment impressionné et toujours aussi amusé, retenant un léger rire et se contentant de lâcher un 'Tchh' amusé, alors que les lèvres de Lexy se courbaient en un faible sourire et qu'elle passait presque nerveusement une main dans ses cheveux pour les ramener en arrière. Visiblement, elle devait bien se douter qu'elle n'était pas tout à fait crédible.

Le Gryffon n'eut cependant pas le temps de répondre -ou plutôt fut presque coupé par Lexy alors qu'il allait ouvrir la bouche- alors qu'elle reprenait hâtivement, apparemment désireuse de changer de sujet. Dray haussa à nouveau un sourcil quant au choix de la question. Le voyage à Londres ? Elle savait très bien qu'ils partaient bientôt puisqu'elle avait essayé d'insister pour qu'il l'aide à venir en douce, elle aussi. Et que depuis leur échange de lettre, elle semblait mystérieusement et incompréhensiblement bouder. Décidément, Dray avait parfois -plus que parfois, même- du mal à comprendre l'attitude de Lexy -et des autres aussi, bien plus souvent encore. S'approchant d'un pas de l'anglo-coréenne, il commença cependant par sortir sa baguette avant de répondre. Il murmura une formule pour sécher les habits et les cheveux de la jeune fille avant d'enchaîner avec un sort de réchauffement informulé.

- Il fait peut-êtr chaud dans la salle commune de Pouflsouffle, mais pas dehors dans le parc. Tu vas finir par prendre froid si tu ne fais pas attention, tu sais ! Et c'est pas une bonne idée si tu veux pouvoir profiter de la fête à Pré-au-Lard dans quelques jours... commença-t-il en prenant un air à demi-sévère mais étonnamment plutôt gentil -si rare qu'était cette expression sur son visage.

Parce que oui, contrairement à ce que la plupart des gens pensaient, Dray savait être gentil. C'était simplement que rares étaient ceux qui le méritaient. Ou plutôt, que rares étaient ceux qu'il jugeait mériter qu'il fasse un effort pour être gentil. A vrai dire, Lexy et Brian devaient être les deux seuls à avoir occasionnellement -donc plutôt rarement- à cela. Quand il était de bonne humeur. Et comme il se disait qu'il était de mauvaise humeur neuf fois sur dix, ça ne faisait vraiment pas beaucoup. Mais bon, personne ne le changerait vraiment, plus il n'aurait certainement pas la même sale réputation, ce qui impliquait qu'il n'aurait pas eu le même sale caractère, et donc qu'il n'aurait pas été vraiment lui.

- Et pour répondre à ta question, non, il ne faisait pas trop chaud dans ma salle commune, par contre les microbes étaient tous bien trop bruyant ! Brian voulait pas venir, c'est un flemmard, il préférait rester devant la cheminée à ne rien faire, continua-t-il en levant les yeux au ciel -les étoiles se détachaient parfaitement sur le manteau noir de la nuit, presque plus encore que d'habitude, un effet du froid probablement. Il reprit d'abord d'un ton neutre, répondant à la question sur le départ comme pour la passer plus vite, avant de lancer un regard faussement suspicieux à la poufsouffle, alors qu'il insistait pour savoir ce qu'elle faisait là, sans réussir à masquer vraiment son sourire en coin. On part dans une semaine environ, le 7. Le vieux Dumby l'avait dit l'autre jour, au banquet. Mais ça répond pas à ma question, Lexy. Je suis sûr qu'il ne faisait pas si chaud que ça dans ta salle commune, le couvre-feu est bientôt passé, et tu me suis depuis qu'on est dans le parc... Sans compter que tu as essayé de te cacher dans de la neige quand je me suis retourné alors que d'habitude tu fais tout pour que je remarque que tu es là. Aller, dis-moi ce que tu fais là!

Révéler un peu, mais pas trop : il ne dirait pas qu'il savait qu'elle le suivait depuis toute la soirée et pas que depuis qu'il était sorti dans le parc, contrairement à ce qu'il venait de dire. Et puis, tout le reste était vrai ! Mais il s'obstinait à demander à ce qu'elle lui expliquer pourquoi elle le suivait, puis se cachait, puis niait le tout. Tout cela lui semblait à ce moment bien mystérieux.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


5ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 22/04/2012
ϟ Points : 32

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Poufsouffle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Dim 17 Mar - 21:28

Dray Garisson & Lexy Marshall



Filature, boules de neige et cheveux roses

Lexy était là, étalée de tout son long dans la poudreuse fine et immaculée recouvrant l'ensemble du domaine. Naïvement, elle s'était dit que ce serait une bonne cachette, mais les quelques centimètres de neige furent malheureusement insuffisant pour la recouvrir entièrement et la mettre à l'abri du regard amusé de son Oppa. Ils furent cependant suffisant pour humidifier ses vêtements et ses cheveux alors que le froid, agressif, lui mordait les mains et le visage, s'insinuant là où il le pouvait, la faisant rapidement frissonner. Incapable de rester ainsi plus longtemps, la Poufsouffle fut contrainte de se redresser en éternuant, transie de froid. Les bras croisés sur sa poitrine dans l'espoir de retenir le peu de chaleur qui lui restait, elle hésita quelques instants, ne sachant pas véritablement quoi répondre à son aîné sans toutefois se trahir. Impossible de lui avouer qu'elle le suivait, son plan serait fichu de cette façon ! Après un nouvel éternuement elle prit néanmoins la parole d'une voix hésitante. Rester silencieuse n'est pas une bonne idée, Dray aurait des doutes et s'il commence à se montrer trop curieux garder le secret ne sera pas une chose facile. Malgré son sourire et son obstination à vouloir y croire, elle savait pertinemment au fond d'elle que le Gryffondor n'était pas dupe. Après cinq ans passés à se côtoyer plus ou moins quotidiennement, il avait appris à repérer les moments de vérité et ceux de mensonge. Le haussement de sourcil du garçon était clair; il ne la croyait pas. Nerveusement, elle repoussa quelques mèches de ses cheveux en arrière, se questionnant sur la suite des évènements. Comment se sortir de ce piège qui semblait lentement se refermer sur elle ? Un 'Tchhh' amusé franchit les lèvres de son Oppa qui lui, au contraire, semblait s'amuser face à cette situation, tel un chat faisant face à une souris. Une souris coincée entre un mur et un félin... Aucune fuite possible, simplement la confrontation. Elle était clairement en position de faiblesse face à lui. Il le savait et cela l'amusait. A ce jeu-là, même un strangulot aurait été plus crédible qu'elle, et ça, ils en étaient conscients tous les deux.

Sentant le piège se resserrer lentement autour d'elle, la cinquième année s'empressa de reprendre la parole afin de rebondir sur un autre sujet, ne laissant pas l'occasion au rouge et or de répondre et de la coincée encore plus qu'elle ne l'était déjà sans son aide. Le voyage à Londres. Sujet tout aussi dangereux que le précédent certes, mais c'était là le premier sujet qui lui était venu à l'esprit dans la précipitation. Le sourcil du garçon se haussa de nouveau et Lexy s'efforça de paraître naturelle malgré son angoisse grandissante. La situation était désagréable. Devoir cacher quelque chose à Dray n'est pas dans ses habitudes, elle est plutôt du genre à le mettre au courant de tous. C'est son Oppa ! Pourquoi aurait-elle des secrets pour lui ? Il fit un pas vers elle, sortant sa baguette magique en même temps ce qui fut suffisant pour inquiéter l'adolescente. Comme pétrifiée, incapable de poser sa main sur sa propre baguette, elle chercha des yeux une échappatoire à ce piège qui commençait à devenir étouffant. Pourquoi lève-t-il sa baguette face à elle ? Va-t-il réellement s'en servir contre elle ? La boule d'angoisse présente dans sa gorge se fit plus grosse alors que les lèvres du garçon se mirent à bouger, murmurant un sort qu'elle ne compris pas dans un premier temps. Craintivement elle ferma les yeux, attendant un choc qui ne vint pas. Elle finit par rouvrir les paupières et en posant son regard sur ses vêtements, elle se rendit compte que son pull était dorénavant sec, de même que son jean, comme si elle n'avait jamais tentée de se cacher dans la neige quelques instants plus tôt. Avant même qu'elle n'ait eu le temps de remercier le Gryffondor, une vague de chaleur l'envahit, réchauffant sa peau engourdie par le froid et détendant ses muscles qui s'étaient crispés inconsciemment dans l'espoir de retenir la chaleur au maximum. Elle ferma les yeux quelques instants, appréciant la chaleur tout en écoutant les paroles de son aîné. « Il fait peut-être chaud dans la salle commune de Poufsouffle, mais pas dehors dans le parc. Tu vas finir par prendre froid si tu ne fais pas attention, tu sais ! Et c'est pas une bonne idée si tu veux pouvoir profiter de la fête à Pré-au-Lard dans quelques jours... » Tandis que Dray expliquait son geste, un air mi-sévère mi-gentil sur le visage, la jaune et noir s'avança à son tour vers lui, un sourire éclatant se dessinant sur ses lèvres.

Une fois qu'elle fut assez prêt, elle se jeta littéralement à son cou an de lui offrir un câlin en guise de remerciement, oubliant les règles coréennes portant sur les contacts physiques entre des personnes de sexe opposés. Pour elle, qui a grandi en Angleterre bien que passant tous ses étés à Séoul, cet élan d'affection n'a rien d'étrange ou d'ambigu. A ses yeux, Dray est comme son grand frère, c'est quelqu'un qu'elle apprécie beaucoup et elle ne voit pas pourquoi elle ne pourrait pas tout simplement le prendre dans ses bras, sans arrières pensés. Mais alors que ce genre de scène est plutôt courante pour les européens, peu avare en démonstration d'affection, les asiatiques, eux, ont une tout autre vision des choses. Il n'est pas rare de voir deux amis du même sexe se tenir par la main, en toute amitié, ou se prendre dans les bras mais ces contacts, très bien acceptés en public pour les personnes de même sexe, n'ont pas la même signification lorsqu'ils concernent des personnes de sexe opposé. Ils sont plutôt réservés aux couples, bien que ces derniers restent très timide et peu tactile en public. Contrairement aux Européens ! Elle, elle n'est pas vraiment Coréenne, elle est née à Birmingham. Ses origines, elle les doit seulement à sa mère. Dray quant à lui est né et a vécu à Séoul. Il a grandi en étant entouré de la mentalité asiatique. Il ne doit donc pas être habitué à ce genre de débordement affectif. D'autant plus qu'il n'est pas facile de l'approcher ne serait-ce que pour lui adresser la parole, alors pour lui faire un câlin... ! Mais qu'importe, le sujet ici n'est pas la différence présente entre les deux cultures ! Lexy prit ensuite la parole tout en se reculant de quelques pas, son sourire ne quittant pas ses lèvres. « Tu sais être gentil quand tu le veux Oppa ! Mais je veux pas aller à Pré-au-Lard han. Je vais être toute seule, et je veux pas être toute seule. Je voulais y aller avec toi ! Et avec Brian aussi. » Son sourire se transforme alors en moue légèrement boudeuse tandis qu'elle recroise les bras sur sa poitrine après avoir passé de nouveau une main dans ses cheveux, les ramenant en arrière. Bien sûr elle ne sera pas réellement seule, elle a de bons amis dans son année, elle s'entend assez bien avec quelques élèves des années inférieures également, elle n'est pas ce que l'on pourrait qualifier d'asociale et n'a aucun mal a aller vers les autres mais elle possède plus d'affinité avec le duo inséparable de Gryffondor. Malgré la différence d'âge, de maison ou même de caractère, ils ont une place particulière dans son coeur, pour plusieurs raisons. Et puis, leurs origines les rapprochent, bien qu'elle n'ait jamais vécue plus de deux mois par an en Corée, elle reste attachée à ce pays qu'elle considère comme étant le sien au même niveau que l'Angleterre. La compagnie des deux garçons, le fait de pouvoir discuter avec eux dans cette langue qu'elle apprécie, bien qu'elle ne maîtrise pas encore certains points, cela lui apporte un certain réconfort. De cette façon, elle a le sentiment d'avoir sa place ici, entre les murs de ce château qui encore aujourd'hui l'impressionne toujours autant. Depuis sa première rencontre avec Dray, ce dernier est devenu comme une espèce de mentor, de héros. Un modèle à suivre. Brian lui est plutôt comme un meilleur ami. Un partenaire de coups tordus. C'est toujours un réel plaisir d'être en sa compagnie. Oui, ces deux-là sont particulièrement important pour l'adolescente. Une deuxième famille si l'on peut dire.

« Et pour répondre à ta question, non, il ne faisait pas trop chaud dans ma salle commune, par contre les microbes étaient tous bien trop bruyant ! Brian voulait pas venir, c'est un flemmard, il préférait rester devant la cheminée à ne rien faire. On part dans une semaine environ, le 7. Le vieux Dumby l'avait dit l'autre jour, au banquet. Mais ça répond pas à ma question, Lexy. Je suis sûr qu'il ne faisait pas si chaud que ça dans ta salle commune, le couvre-feu est bientôt passé, et tu me suis depuis qu'on est dans le parc... Sans compter que tu as essayé de te cacher dans de la neige quand je me suis retourné alors que d'habitude tu fais tout pour que je remarque que tu es là. Aller, dis-moi ce que tu fais là ! » L'impression d'être une proie prise au piège se fit de nouveau ressentir. Comment se sortir de là ? Durant un bref instant, l'idée de s'enfuir en courant traversa l'esprit de la cinquième année mais elle y renonça bien vite, sachant que même si l'effet de surprise lui permettrait d'avoir quelques secondes d'avance, elle serait bien vite rattrapée par son aîné. Même si elle est petite et agile, ce qui lui permet d'être une assez bonne attrapeuse, Dray a certainement plus l'habitude des courses poursuites qu'elle. Surtout sur la terre ferme. Elle serait rattrapée en un rien de temps ! Et si par miracle elle arrive a atteindre sa salle commune - seul endroit où le garçon ne pourra pas la rejoindre - elle ne s'en tirera pas si facilement la prochaine fois que sa route croisera celle du lion. Alors autant ne pas fuir et miser sur la carte de l'innocence. Après avoir pris une longue respiration, l'adolescente prit a son tour la parole, sa voix retrouvant un peu plus d'aplomb que précédemment, haussant un peu les épaules durant la seconde moitié de sa tirade. « Vous partez bientôt alors... Il y a encore un peu de temps avant le couvre-feu. Et... Tu as remarquée que je te suivais depuis que tu es dans le parc ? Ça veut dire que tu es dehors depuis plus longtemps ? Qu'est-ce que tu as fait ? Tu es dehors depuis quand ? Je voulais te faire peur han, c'est pour ça que je me suis cachée. Mais il n'y avait pas assez de neige. » Hors de question de lui dire qu'elle le suit depuis la fin du repas. Mais puisqu'il a repérer sa présence depuis qu'ils sont dans le parc, à quoi bon le nier ? Cela ne lui servirait a rien, hormis à s'enfoncer encore plus profondément.

Afin de renforcer un peu plus l'impression de fillette innocente, elle pencha légèrement sa tête sur le côté pour observer le garçon durant quelques instants, attendant une réaction de sa part puis elle redressa la tête et observa les alentours, tout de même un peu inquiète quant au couvre-feu qui approche à grand pas. Est-ce que Dray l'aidera a rejoindre la salle commune des Poufsouffle sans encombres ou devra-t-elle se débrouiller seule, au risque de tomber sur le concierge, un préfet ou un professeur faisant sa ronde ? Hésitante, elle observe l'ombre imposante du château, puis son camarade, lance un nouveau regard en direction du château avant de finalement se décider a ouvrir la bouche. « Je veux venir avec vous Oppa... » Sa dernière phrase fut un simple murmure, a peine audible, sa voix se cassant à la fin. Oui, elle veux vraiment partir à Londres avec eux. Avec lui. La jaune et noire baissa les yeux, fixant le bout de ses chaussures s'enfonçant dans la neige. Elle le veux vraiment. Ce n'est pas la première fois qu'elle le fait savoir à Dray. Ses hiboux n'ont eu aucun succès. Se laissera-t-il attendrir aujourd'hui ?

©clever love.


Dernière édition par Lexy Marshall le Mar 19 Aoû - 23:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedelight.tumblr.com/
avatar


6ème année ϟ Poursuiveur


ϟ Parchemins postés : 541
ϟ Date d'inscription : 30/03/2012
ϟ Age : 22
ϟ Points : 66

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Gryffindor ~
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Dim 15 Déc - 20:50


Oui, pour Dray, la situation a vraiment quelque chose de drôle, de très drôle même, et la lueur amusée et un peu narquoise dans son regard en témoigne parfaitement. Il faut dire qu'il y a de quoi ! Lexy qui plonge dans les quelques centimètres de poudreuse dans l'espoir vain de se cacher et d'être invisible à ses yeux, en un sweat vert pomme tout ce qu'il y a de plus discret, évidemment, et qui essaye de le persuader qu'elle n'est là que par hasard pour prendre l'air. Le tout, alors qu'il sait pertinemment qu'elle le file et l'espionne depuis qu'il est ressorti de la salle commune. Voir même depuis qu'il est sorti de la Grande Salle après le dîner. Mais ça, pour le moment, il ne le lui dit pas -comment est-ce qu'il pourrait expliquer qu'il l'a directement repérée de toute façon ? quoique, il peut sans problème dire qu'il l'a vue- , plutôt décidé se débrouiller pour qu'elle se trahisse et avoue toute seule ! Enfin, la voyant grelotter, dans ses vêtements rendue humide par la neige dans laquelle elle s'est jetée, il se décide quand même à lui éviter une pneumonie, sortant sa baguette pour la sécher et lui lancer un sort de chaleur. Comme quoi, Dray Garisson peut être un bon Oppa, quand il veut, contrairement à ce que tous -ou presque- pourraient penser ! Quoique, il ne fait rien pour l'empêcher de penser qu'il va lui lancer un sort ou un maléfice plus mauvais, ni pour la rassurer lorsqu'il la voit chercher une échappatoire du regard puis ferme les yeux comme pour ne pas voir ce qui va lui arriver. Aigo, elle est tellement naïve, à angoisser ainsi pour ça ! Tout de même, il n'est pas méchant au point de l'attaquer ou de la punir d'un sort ! Enfin, là où ça en aurait certainement vexé certains, lui, ça l'amuse plutôt un peu plus. Même s'il ne le montre pas vraiment, gardant seulement un air mi-sévère mi-gentil -mais toujours un peu amusé- tandis qu'il la réprimande un peu tout en la regardant observer ses vêtements secs et apprécier la chaleur qui a du l'envahir. Bien pratique, ces sortilèges !

En revanche, il ne s'attendait pas du tout aux ''remerciements'' de la Poufsouffle. Il l'a bien vue s'avancer vers lui, mais n'a pas bougé pour autant, l'a bien vue lui offrir un sourire éclatant, mais a prit ça pour les remerciements en question... Ce pourquoi, il est totalement prit de court lorsqu'elle se jette à son cou pour lui faire un câlin. To-ta-le-ment, oui, et c'est peu dire ! Il en sursaute même légèrement, alors que les muscles de son dos se crispent légèrement, et que ces yeux s'écarquillent légèrement en une légère expression de surprise. Euh... il est sensé faire quoi, là ?! Bien sûr, il a déjà reçu des câlins, mais à ce moment là, c'est tout de même un peu le blanc, tellement il était à des lieux d'imaginer que Lexy lui saute au cou pour l'étreindre... Et puis en plus, en Corée -où il a tout de même passé la plus de sa vie- les câlins, et même contacts de la part d'une personne du sexe opposé ne sont pas vraiment habituels, même plutôt réservés aux couples... Alors ça n'aide pas non plus à se décrisper ou quoique ce soit du genre... Comment est-ce qu'il est sensé répondre à ça ? Ne pas bouger, l'enlacer aussi, aussi bizarre que ça ferait ? C'est le moment de grandes questions pour Dray. Qui finalement se décide à simplement poser sa main sur l'épaule de sa dongsaeng, juste avant qu'elle de se recule, la laissant faire en relaissant glisser sa main de son épaule pour laisser son bras retourner le long de son flanc. Voilà, comme ça, pas complètement ''insensible'' et malpoli et ne la repousse pas vraiment, mais pas trop affectueux et tendre non plus, ce qui aurait semblé très, très bizarre venant de sa part et qui lui aurait fait très étrange à lui aussi. Toujours un petit brin mal à l'aise et se remettant de sa grande surprise, il l'écoute en silence reprendre la parole et lui dire qu'il peut être gentil quand il veut, insister encore une nouvelle fois pour venir avec lui, et Brian, à Londres pour le voyage. S'il fronce très légèrement les sourcils à la première remarque en signe qu'il n'est pas vraiment d'accord, Dray secoue un peu la tête de droite à gauche pour le reste de ses paroles, légèrement.

« Nan, j'suis pas gentil. Ca serait fatiguant, je devrais encore plus m'occuper de toi si tu tombais malade, je suis sûr ! » Il lève un peu les yeux au ciel, alors qu'il invente quelque peu l'excuse, tout en continuant. « Aigo, troublesome kid. Tu sais que c'est pas possible, Lex', fais pas la gamine ! Je t'ai dis qu'on t’emmènera une fois pendant les vacances pour rattraper, t'as pas de raison de t'en plaindre encore ! Et tu seras pas seule, raconte pas de bêtises, y aura toutes les 5 premières années, ET plein de sorciers de Pré-au-Lard et d'à côté là-bas. »

Aigo, mais elle est quand même adorable, sa dongseang, avec sa moue boudeuse, ses bras à nouveau croisés sur sa poitrine, même la manière dont elle remet ses cheveux en arrière. Si ça avait été quelqu'un d'autre à sa place, la personne aurait très certainement été attendrie et aurait donc tout fait pour essayer de la faire cesser de bouder et, soit pour essayer de quand même l'emmener à Londres -même si c'est parfaitement impossible- ou au moins de la ramener sur la voix de la raison en douceur, et avec gentillesse. Sauf que non, il n'est pas du genre à se laisser attendrir -oui bon juste un minimicropetitpeuparfoissuperrarement!- et n'en devient pas vraiment plus gentil pour autant, non ! Il ne s'appelerait pas Dray Garisson -a.k.a le sale gosse impertinent et insolent- sinon ! Et d'ailleurs, continuant la conversation, la lueur narquoise revient dans son sourire en coin assuré et dans ses prunelles chocolats alors qu'il s'amuse à la faire se sentir prise au piège, voir même un peu paniquer. Naaan, pas méchamment quand même, juste un petit peu ! Mais c'est surtout qu'il veut la faire avouer qu'elle le file depuis le début de la soirée, et accessoirement aussi découvrir le pourquoi de cette tentative à jouer les espionnes. Attendant qu'elle lui réponde, le coréen croise les bras sur sa poitrine sans la lâcher d'un regard faussement un peu sévère, mais surtout toujours aussi amusé et narquois, un sourcil légèrement arqué pour l'induire à lui répondre, et surtout la vériter ! Et accessoirement lui mettre un peu la pression -juste un peu, oui ! Et il garde d'ailleurs cette attitude lorsqu'elle prend une inspiration profonde et commence à répondre, haussant juste un peu plus son sourcil, tout en essayant de ne pas rire rien qu'un peu. Oh ! Et elle semble un peu plus assurée que pour son précédant mensonge... intéressant ! Sauf qu'il sait pertinemment que ses questions ne sont pas aussi innocentes et qu'elle sait très bien depuis quand il est dehors, et ce qu'il a fait !

« Me faire peur ? Allons, tu crois vraiment que toi tu peux me faire peur ?! J'ai peur de rien moi, Mlle ! » Il commence à répondre en rendant son air un peu arrogant et fier à sa dernière phrase, un peu crâneur. Héhé ! Mais bon, il sait tout de même avoir peur d'une -deux- chose. Puis, reprenant un air un brin... prédateur et éternellement narquois, il continue, avec l'air d'un chat qui sait joue à coincer la souris « Pas tellement de temps non... Tu es sûre que tu es prête à braver le couvre-feu et Piccott qui rode dans les couloirs ? Oh, je sais pas depuis quand je suis dehors... pas longtemps en tout cas, peut-être 5 minutes ? Ou alors c'était 30 ? ou moins... C'était combien, tu dirais toi ? » Il prend une expression presque innocente -pour une fois plutôt pas trop mal réussie- alors qu'il hausse un peu les épaules et lui lance un regard interrogatif pour la fin de sa réplique, histoire de l'embrouiller. La question reste : se laissera-t-elle prendre au piège ? En tout cas, il enchaîne immédiatement. « Oooh, j'ai juste fait un tour dans les couloirs, je suis juste passé devant les cuisines, mais j'avais plus faim vu que j'avais prit un dessert contrairement à d'autre, alors j'y suis pas rentré et je suis sorti prendre l'air.... Qu'est-ce que tu faisais toi avant? Et pourquoi tu me suis ? Puis, évidemment qu'il n'y avait pas assez de neige pour te cacher, babo... et c'est comme ça que tu espère me convaincre que tu pourrais quand même t'incruster avec nous pour le voyage à Londres ? C'est pas possible, ils te verraient. »

Non, il ne mélange pas l'ordre des réponse, ne ment pas du tout sur ce qu'il a fait avant -puisqu'il est bel et bien passé à la cuisine...- en omettant la moitié, et ne camoufle absolument pas sa question quant au fait qu'il sait qu'elle le suit avec une autre phrase et une autre question à la fin. Non, pas DU TOUT ; il plaide innocent ! … Ou pas. Non, même absolument pas : le tout fait parti d'un plan tout juste élaboré par le Gryffondor pour faire perdre le fil à sa cadette et la faire cracher le morceau au moins sur certains points afin qu'elle n'ait plus d'autre choix que... d'avouer, complètement prise au piège ! Puisque, la connaissant, il est presque certain que Lexy finira par se trahir elle-même, autant en profiter un peu pour s'amuser en même temps, héhé. Et puis, même si elle avait été bien mignonne à observer le château, puis lui, puis à nouveau le château avant de lui dire -encore- qu'elle veut partir avec eux -si là il n'avait pas comprit...- dans un murmure presque inaudible avec sa petite voix un peu cassée à la fin, le regard baissé, et bien, il ne se laisse pas vraiment attendrir pour autant et n'accepte toujours pas. De toute manière, comment est-ce qu'il pourrait ? Ca n'est pas comme si ça relevait de sa décision ! Et puis si c'était le cas, il aurait certainement déjà finit par accepter, rien que pour ne plus qu'elle lui rabâche encore et encore qu'elle veut venir et essaye par tous les moyens possibles et imaginable de le convaincre de la laisser venir.... -et pas du tout parce qu'il ne trouverait pas si désagréable que ça qu'elle fasse aussi parti du voyage. Aigo, c'est tout de même fatiguant tout ça... Et agaçant, parce que ça lui fait repenser à ce fichu voyage auquel il n'a absolument Aucune envie d'aller. Si ce n'est pour aller peut-être faire 2-3 magasins avec Brian, mais les visites, l'interdiction de faire de la magie, et tout le reste en fait, est plus une corvée qu'autre chose... Sera même vraiment une corvée, aish. Rien qu'y penser lui redonne déjà envie de fumer alors qu'il a grillé sa dernière clope même pas une heure auparavant. Mais tant pis ! Machinalement, Dray fourre ses mains dans ses poches, en tirant son paquet dont il tire tranquillement l'un des cylindres blancs. Il le garde un moment le bout de celui-ci coincé entre son index et son majeur qui porte un épais anneau en argent gravé, le temps de remettre son paquet dans sa poche, avant de le porter à ses lèvres sans encore l'allumer, prenant son temps avant de se décider à l'allumer. Peut-être qu'il devrait réduire un tout petit peu sa consommation de cigarettes... mais naaaan, il en a aucune envie, et la pensée ne lui a encore jamais vraiment traversé l'esprit, et, en gros, si ça gêne quelqu'un et bien : Rien A Faire. Dray's life's philosophy.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


5ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 22/04/2012
ϟ Points : 32

Feuille de personnage
ϟ Âge: 15 ans
ϟ Maison/Profession: Poufsouffle
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~] Jeu 1 Mai - 17:29

Dray Garisson & Lexy Marshall



Filature, boules de neige et cheveux roses

Alors que pour certains, le simple fait d'imaginer Dray Garisson aimable révélerait de la science-fiction, Lexy elle connait assez bien son aîné et sait que le masque ne reflète pas la réalité. Elle sait que le jeune homme peut être gentil lorsqu'il le souhaite. Oui, vous avez bien lu; gentil. La preuve; en bon grand frère de substitution qu'il est, il a sorti sa baguette afin d'éviter que la jeune cinquième année attrape la pneumonie en grelottant dans ses vêtements trempés par la neige... Pourquoi cette tenue ? Simple résultat d'un plongeon dans la neige pour passer inaperçue... Autant dire que la mission est un véritable échec ! Néanmoins, en le voyant s'approcher, baguette en main, la Poufsouffle ne put s'empêcher de s'inquiéter un peu. C'est pas du tout agréable d'avoir une arme pointée sur soi ainsi ! Fermant les yeux, elle savoura la vague de chaleur déclenchée par le sortilège, écoutant à moitié les réprimandes de son aîné avant de se jeter littéralement sur lui dans le but de lui offrir un câlin en guise de remerciement.

Lexy, suicidaire ? Bien sûr que non ! Certes les marques d'affection, ce n'est pas forcément la première chose qui vient en tête lorsque l'on est en présence de Dray Garisson mais je vous rappelle qu'il s'agit de son Oppa. Alors qu'importe sa réputation de gros dur et qu'importe le fait que dans leur culture les contacts ne sont pas monnaie courante; là elle a envie de lui offrir un câlin alors elle ne va pas s'en priver ! Si elle le sent se crisper, visiblement surpris par son geste, elle ne laisse rien paraitre, continuant de l'enlacer sans s'offusquer le moins du monde du manque de réaction de son camarade. Lorsqu'elle y repense, ce doit être la première fois qu'elle agit ainsi, en lui sautant au cou... C'est une expérience assez amusante ! Alors que le lion se détend doucement et vient poser l'une de ses mains sur l'épaule de la jeune femme cette dernière se recule, son sourire toujours scotché à ses lèvres. Oui, c'est drôle; il faudra qu'elle le fasse plus souvent ! Elle a pris l'habitude, chez elle, d'utiliser Keegan comme 'fidèle destrier' en sautant sur son dos et l'obligeant à la trimbaler d'une pièce à l'autre de la maison. Bon, ce genre de choses ne risque pas de marcher avec Dray mais pourquoi ne pas essayer un jour ou l'autre ? Qui sait... ! En pensant à Kee' son sourire se fane légèrement; ça lui manque de ne plus avoir son frère à Poudlard. Elle aimait bien venir l'embêter de temps à autre et puis, en bon Serdaigle qu'il était il lui donnait souvent un petit coup de main lorsqu'elle avait du mal avec certains cours... Avec les BUSEs cette année, cela aurait été un plus d'avoir son frère à ses côtés ! Enfin, elle chassa vite cette pensée, se focalisant sur un détail bien plus important; Le voyage à Londres.

Dray refuse qu'elle vienne avec eux... Bon, certes les cinquièmes années ne sont pas compris dans le programme mais quand même, le sixième année pourrait se montrer un peu plus coopératif non ? Il a l'habitude d'enfreindre le règlement après tout... « Nan, j'suis pas gentil. Ça serait fatiguant, je devrais encore plus m'occuper de toi si tu tombais malade, je suis sûr ! » Une moue boudeuse se dessina sur le visage de la Poufsoufle à l'entente de ses paroles. Mais Lexy garda le silence, roulant des yeux en écoutant la suite du discours de son aîné. « Aigo, troublesome kid. Tu sais que c'est pas possible, Lex', fais pas la gamine ! Je t'ai dis qu'on t'emmènera une fois pendant les vacances pour rattraper, t'as pas de raison de t'en plaindre encore ! Et tu seras pas seule, raconte pas de bêtises, y aura toutes les 5 premières années, ET plein de sorciers de Pré-au-Lard et d'à côté là-bas. » Sa moue boudeuse se fait un peu plus importante alors qu'elle croise les bras sur sa poitrine après avoir renvoyé quelques mèches de cheveux en arrière, gonflant les joues de frustration avant de marmonner en Coréen « Yah. Je fais pas la gamine ! » C'est instinctif. Lorsqu'elle se retrouve aux côtés du garçon, elle passe de l'anglais au coréen sans réellement s'en rendre compte, mélangeant les deux langues au cœur d'une même phrase sans même réfléchir. Chose qui ne semble pas vraiment déranger Dray... Dans le cas contraire il le lui aurait déjà fait remarquer ce détail en s'énervant plus ou moins, n'est-ce pas ? Ce n'est pas volontaire et puis ce n'est pas comme si le garçon ne comprenait pas un mot de ce qu'elle raconte !

Soupirant faiblement, elle reprend la parole, réutilisant l'anglais cette fois. « Je m'en fiche des cinq premières années et... » Elle s'interrompt brusquement, une étincelle de joie s'illuminant subitement dans ses yeux. Mais oui, bien sûr ! Pré-au-Lard ! Dray dit vrai, puisque c'est la fête de ce petit village, les habitants et commerçants seront forcément de la partie ! Ce qui veut dire qu'elle pourra voir Andrew ! Finalement, c'est peut-être une bonne chose... En temps normal, les sorties à Pré-au-Lard ne sont autorisées que les weekend, et Andrew a souvent beaucoup de travail donc elle ne peut pas passer autant de temps avec lui qu'elle ne le voudrait. Avec le temps, le garçon est devenu un ami auquel la demoiselle s'est assez vite attachée et cela semble être réciproque puisque jamais il ne l'a envoyé voir ailleurs quand elle vient passer un peu de temps à ses côtés... Peut être que durant la fête il pourra trouver un peu de temps pour qu'ils discutent autour d'une bierraubeurre !

Beaucoup plus joyeuse grâce à cette hypothèse, Lexy hocha la tête avec un petit air satisfait avant de reporter toute son attention sur le lion qui l'observe avec un sourire narquois sur le visage, la questionnant sur les raisons de sa présence ici, dans le parc du château alors que le couvre-feu approche à grands pas. « Me faire peur ? Allons, tu crois vraiment que toi tu peux me faire peur ?! J'ai peur de rien moi, Mlle ! » Malgré l'air indigné qui se dessine sur les traits de la jeune femme, cette dernière ne peut s'empêcher d'être amusée par l'air arrogant de son interlocuteur. Peur de rien hein ? Comme si c'était possible ! Elle répliqua presque aussitôt, une légère pointe de défi dans la voix « Pourquoi pas ?! » Elle lui tire la langue avant de retrouver son sérieux pour écouter la suite, devenant soudainement un peu plus mal à l'aise. « Pas tellement de temps non... Tu es sûre que tu es prête à braver le couvre-feu et Piccott qui rôde dans les couloirs ? Oh, je sais pas depuis quand je suis dehors... Pas longtemps en tout cas, peut-être 5 minutes ? Ou alors c'était 30 ? Ou moins... C'était combien, tu dirais toi ? » Une petite lueur de panique dans le regard, Lexy passa une main nerveuse sur sa nuque, s'efforçant d'utiliser un ton tranquille sans que sa voix ne tremble, ignorant volontairement la question posée « Tu crois que je vais me faire prendre par Piccott ? Le couvre-feu n'est pas encore passé hein... Il ne va rien dire hein ? On peut encore être dehors, non ? » Elle grimace légèrement; elle n'a pas envie de se retrouver collée ! « Oooh, j'ai juste fait un tour dans les couloirs, je suis juste passé devant les cuisines, mais j'avais plus faim vu que j'avais prit un dessert contrairement à d'autre, alors j'y suis pas rentré et je suis sorti prendre l'air... Qu'est-ce que tu faisais toi avant ? Et pourquoi tu me suis ? Puis, évidement qu'il n'y avait pas assez de neige pour te cacher, babo... Et c'est comme ça que tu espère me convaincre que tu pourrais quand même t'incruster avec nous pour le voyage à Londres ? C'est pas possible, ils te verraient. » Déglutissant avec difficulté, Lexy observa plusieurs fois à tour de rôle Dray et le château, inquiète quand au couvre-feu et aux insinuations qu'elle pense entendre dans les propos de son camarade et priant intérieurement pour que son ventre ne vienne pas tout faire rater en la trahissant au sujet de la non-prise de desserts... Non... Il ne peut pas savoir qu'elle le suit depuis la fin du repas ! C'est sa culpabilité à se cacher de lui qui lui joue des tours en lui faisant douter de tout...

S'efforçant de ne pas s'offusquer du fait qu'il lui mente, la poufsouffle se contenta de hausser les épaules en guise de réponse; moins elle en dit, mieux ce sera ! « Je... J'étais partie pour heu... rendre un livre à la bibliothèque ! Et en sortant je t'ai vu donc j'ai voulu te suivre et te faire peur, c'est tout. » Arquant un sourcil, elle l'observe sortir son paquet de cigarette et porter un cylindre à sa bouche. Il n'a pas l'intention d'en fumer une nouvelle quand même... Si ? Il vient a peine de s'en griller une ! Tout en lâchant un petit « Tch » réprobateur, Lexy se rapprocha à nouveau de son camarade, lui retirant la cigarette des lèvres en fronçant les sourcils « Oppa ! Penses à ta santé; c'est mauvais ! » Elle lui tend le tube remplis de tabac, jugeant préférable de ne pas le casser en deux comme elle en a eu d'abord l'intention; Dray risquerait de ne pas apprécier le geste ! « Tu viens d'en fumer une il y a pas longtemps en plus ! » Elle fait la moue, tapant doucement du pied dans la poudreuse, ne remarquant visiblement pas qu'elle vient - sans mauvais jeu de mot - de se faire grillée. Oups...

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedelight.tumblr.com/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~]

Revenir en haut Aller en bas

Filature, boules de neige et cheveux roses [Ft. Drayon~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: POUDLARD :: Le Parc-