Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Dim 13 Jan - 8:17


James Ҩ Phoebe




Ҩ « C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui même. Donnez lui un masque et il vous dira la vérité. » Oscar Wilde


Je marchais tranquillement dans les couloirs, mon carnet où j'écrivais mes chansons à la main, marchant tranquillement dans les couloirs déserts tout en écrivant. J'avais besoin d'écrire, d'écrire des chansons, c'était par elles que je m'exprimais, même si je ne les chantais pas face aux gens. En fait, il n'y en avait qu'une, celle là même que j'écrivais, que j'allais réellement essayer d'interpréter. C'était la seule qui me paraissait être en bonne voie, réellement. Je ne savais pas encore ce que je pourrais chanter lors de mon audition pour entrer à la Tisch School of Arts, devais-je prendre le risque de chanter cette chanson que j'écrivais, où devais-je plutôt interpréter une chanson de Barbra Streisand, dans la mesure où j'excellais dans son répertoire ? J'étais indécise, j'étais presque sûre qu'elle apprécierait la prise de risque, mais si j'avais tout faux avec cette chanson ? Et puis même... elle ne vaudrait jamais celles de Barbra, soyons réaliste... Et je ne pouvais pas me permettre de rater cette audition. C'est pour cela que je planifiais tout à l'avance, sans même savoir si elle me donnerait une chance.
Quoi qu'il en soit, j'avançais donc, écrivant, raturant et réécrivant au fur et à mesure de mes idées, réfléchissant aux mots parfaits, aux tournures de phrases etc. A cette heure, il n'y avait personne, les cours étant finis, soient ils étaient déjà dans la grande salle pour se goinfrer, soit ils étaient dans leur salle commune, soit ils étaient en retenue. Personnellement, je ne vais presque jamais à mes retenues, bien que ces dernières soient rares, sauf peut-être lorsqu'elles me semble réellement justifiées. Sinon le reste du temps, je n'y vais tout bonnement pas, et le cours suivant évidemment, le professeur me fait une scène, vous voyez le truc, et là, c'est quitte ou double. Ou je reste dans son cours, mais je ne fais jamais sa retenue, où il me vire du cours une fois, et/ou je décide de ne plus m'y présenter de nouveau. Je ne cherche pas à manquer de respect aux gens, loin de là. Toutefois je ne réponds plus qu'à mes propres règles, j'en ai plus que marre de dépendre des autres. Moi maintenant je suis libre, un point c'est tout. Je crois que j'ai déjà eu assez de merdes dans ma vie pour vouloir vivre à ma manière. Je sais, cela ne plaît pas. Mais au moins, contrairement aux autres je ne joue pas les faux cul, je dis ce que j'ai à dire quand j'ai à le dire, aussi blessante que cette chose puisse être. De plus, il me semble que le respect, au même titre que la confiance, se mérite. Or, pour certains " professeurs ", à l'image des élèves, ils ne méritent ni ce respect, ni cette confiance. Parfois, j'avais bien envie d'aller voir le directeur et de lui demander pourquoi il a engager tel ou tel professeur car ce dernier, ou cette dernière, ne se comporte absolument pas comme tel. Mais évidemment, je ne peux pas le faire, enfin... si je le peux, mais personne ne m'écoute. Personne, jusqu'au jour où ils sont bien dans la merde, et là et bien... que puis-je leur dire si ce n'est " je te l'avais dis " ? Et oui, on me prend toujours pour une conne folle dingue, mais la conne... eh eh, elle n'est pas si conne que cela justement. M'enfin, qu'ils gardent leurs idées, aussi fausses soient-elles, que voulez vous que cela me fasse à moi ? Les gens sont médisant. Je n'ai que faire d'eux.
Mais je m'égare. Pour résumer de nouveau, je marchais, écrivant, cherchant un endroit où échouer. J'allais tourner dans la première salle venue lorsque Rusard, le " concierge ", sortit de ladite salle. Je stoppais net, le regardant. Wow, il avait vraiment l'air exaspéré, qu'est-ce qui se passait là dedans ?
-Vous ne pouvez pas faire attention où vous allez non ? Vous voulez rejoindre l'autre petit malin ? grogna-t-il.
Je soupirais, refermant mon carnet et croisant les bras. Rusard... encore une personne qui n'avait pas mon estime. Pas parce qu'il était concierge, non, au contraire, cela aurait plutôt pu me donner matière à le respecter, car avouons le, il ne fait un travail facile, mais plutôt de par sa manière d'être avec les élèves, avec ce petit rictus presque sadique qui le caractérise. Ce type était tout bonnement bon à interner. Mais bon. Visiblement, la personne à l'intérieur lui en faisait voir des vertes et des pas mures, et bien que j'avouerais que cette idée me ravisse, j'avais tout de même pitié. Bah oui. Voyez vous, contrairement à ce que l'on pense, et à ce que l'on dit, je ne suis pas si mauvaise qu'il n'y paraît. J'ai beau être Serpentard, cela ne signifie pas que je suis une mauvaise personne. Et ce n'est pas parce que j'ai l'air dénuée d'émotion que je le suis. Je tapotais son épaule, oui oui je sais je suis folle, répondant.
-Allez prendre des calmant, ça pourra pas vous faire de mal. Quel que soit le cas là dedans... je gère. Voyant qu'il ne bougeais pas, je lui fis signe de partir. Aller !
Je rentrais dans la salle, m'attendant à tout, mais... qui sait, ça pourrait être marrant. Avec un peu de chance, ce serait un Serpentard dont je me ferai une joie de calmer ça serait vite réglé. Toutefois ne voyant personne, je supposais que le cas en question devait être caché quelque part. Ma baguette à la main, prête à toute attaque, j'attendis le moindre signe suspect.
-Qui que tu sois, tu sors de là où je dois aller te chercher ? Je te préviens si c'est moi ça risque pas trop trop de te plaire, je conseillerait de coopérer. Mais bon après... c'est pas mon problème hein...

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Dim 13 Jan - 19:18


Salle des trophées ◈ Phoebe & James
Bon sang, mais qu'est-ce que tu fiches ici ?
« La jeunesse est une fraction de folie. »








© by lizzou


E
ncore une heure de colle. Surprenant, n’est-ce pas, lorsque l’on s’appelle James Potter ? Le jeune homme avait totalisé un total d’heure de colle relativement impressionnant depuis qu’il était à Poudlard, au point même de donner des cheveux blancs au concierge, ainsi que quelques rides d’agacement ! (Oui, passer son temps à s’énerver sur les gens n’est pas bon pour avoir un visage parfaitement lisse... -_-‘) Cela faisait des années donc que James avait cessé de comptabiliser le nombre de fois où il avait été collé. Il était certain qu’il avait été collé plus de fois encore que Sirius n’avait eu de petites amies, c’est pour dire ! Et, étrangement, il en tirait une certaine fierté. Personne n’avait été autant punit que lui. Enfin, si, Sirius, mais les deux amis étaient ex-æquo, ça ne comptait donc pas. De plus, la plupart du temps, ils étaient punis en même temps. Mais jamais dans le même endroit, ça, c’était vraiment trop nul.... Heureusement, les deux comparses avaient trouvés une parade : un miroir à double-sens ! Et ils se faisaient une joie de s’en servir dès que possible !


A
ujourd’hui, donc, une fois de plus, James était puni. Tout ça parce qu’il avait décidé de voir si ce que Remus avait fait savoir à ses comparses était vrai. Le préfet avait en effet parlé d’une pénitence que les moldus appliquaient entre eux, il y a longtemps : enduire le corps du prisonnier de goudron (ne demandez pas à James ce que c’est...), puis lui mettre des plumes dessus. James avait donc décidé de mettre ça en pratique, avec Sirius, prenant de la peinture à la place du goudron.... Après tout, qu’y avait-il de si répréhensible à faire des blagues ? Rien, donc, ils ne risqueraient rien, du moins, c’est ce qu’ils avaient pensés ! Personne n’était mort, ni même blessé ! Juste des fous-rires, c’est tout ce qui en avait résulté ! Malgré tout, on avait voulu punir le capitaine de Quidditch des Gryffondors... Il faut dire aussi que, manque de chance pour lui, Miss Teigne, la chatte du concierge, avait été victime involontaire de la blague, et s’était donc retrouvée recouverte de peinture noir, saupoudré de plumes d’oies... Résultat : James a été contraint de nettoyer les trophées, un par un, sans magie, rien qu’avec des produits moldus... L’anglais avait protesté : Pourquoi ne pouvait-il pas laver la chatte ? Après tout, il n’avait pas recouvert de peintures les trophées, à ce qu’il sache ! Il avait alors tâché de faire comprendre à Rusard que la punition était démesurée comparée à la faute, mais le cracmol n’avait rien voulu entendre...


C'
est ainsi que le jeune sorcier aux cheveux indomptables était à présent, depuis une heure, dans la salle, occupé à nettoyer les trophées, avec un simple chiffon, et quelques produits désinfectant. Il aurait aimer utiliser son miroir pour communiquer avec Sirius, qui était puni à l’autre bout du château, mais non, même pas : Rusard restait dans la pièce, jubilant de voir James tâcher de comprendre comment utiliser les produits. Ayant la flemme total de lire les étiquettes, il avait commencé à s’en servir n’importe comment, ne s’occupant même pas de savoir si le produit n’était pas nocif pour les trophées, en fonction de leur matière ! Une telle désinvolture avait énervé Rusard, qui était toujours si maniaque lorsqu’il s’agissait de la propriété du château. Alors là, voir James, utiliser n’importe quel produit, sur n’importe quelle surface, avec n’importe quel chiffon, allant parfois jusqu’à vider la bouteille sur un seul objet, faisant souvent tomber du produit sur le sol... Ca l’agaçait...


D'
ailleurs, James était en train de s’amuser des réactions de Rusard, qu’il qualifiait de stressé, lorsque Peeves fit son apparition dans la salle, sans doute attiré par les bruits que faisait le concierge en s’énervant... Voyant que James en était la cause, il s’en mêla.... Ou plutôt, il l’aida à nettoyer quelques trophées, de manière bien particulière. Il avait récupéré un pot de peinture qui n’avait piégé personne (James et Sirius les ayant soigneusement caché !), et plongé les trophées dedans, chantonnant en les sortant ! Grommelant, le concierge prit en chasse le fantôme, qui disparut sans demander son rester. James étant hilare, il n’améliora pas l’humeur de Rusard, qui sortit, prendre l’air... Les trophées « victimes » du fantôme étaient à présent sur le sol, entouré une flaque de peinture (Peeves ayant balancé le pot de peinture en partant...)


P
rofitant d’être enfin seul, James alla se mettre dans un recoin de la pièce, désireux de parler avec Sirius. Se dissimulant de son mieux, il sortit le miroir de sa poche, le fixa, et prononça le prénom de son frère de cœur. Le visage de celui-ci apparut aussitôt, un sourire moqueur aux lèvres. James leva les yeux au ciel, faisant mine de ne pas supporter la moquerie visible dans le regard de son ami. Il faut dire que celui-ci avait une punition un peu plus calme : il était avec Slughorn, qui passait plus de temps à s’occuper de ses relations avec les célébrités qu’il connaissait, qu’à surveiller les élèves qu’il avait en retenue... Si le professeur avait puni Sirius, c’était d’ailleurs parce qu’il avait été victime de leur farce, ce qui avait abîmé le nouveau costume que l’enseignant portait, et qu’une chanteuse sorcière très connu lui avait offert peu de temps auparavant...


L
es deux amis échangèrent quelques mots, à voix basses de part et d’autres, prudents malgré tout, lorsque des bribes de voix éclatèrent dans le couloir. Fronçant les sourcils, James redressa la tête, tendant l’oreille. Cela fut suffisant pour faire comprendre à Sirius qu’il fallait se taire... Quelques secondes plus tard, une voix, féminine, cette fois, résonna dans la salle. Un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme : ainsi donc, on lui conseillait de ne pas faire son malin... Stupide... Secouant la tête, son regard se posa à nouveau sur son miroir, sur lequel le visage de Sirius était toujours affiché, et celui-ci souriait également, l’air de dire : « Comme s’il était possible que Jamesie ne fasse pas le crétin en faisant l’inverse de ce qu’on attendait de lui ! Et ça, juste par esprit de contradiction ! »


L
entement, le jeune sorcier se redressa, toujours à l’abri des regards, rangeant le miroir dans la foulée. Poussant alors un soupir sonore, il déclara : « Viens donc me chercher, ça peut toujours être plus drôle qu’avec le vieux grinchon ! », déclara-t-il non sans malice. « Par contre, j’aimerai savoir ce qu’une élève fait ici ! » Lentement, il sortit de sa cachette, souriant. Son sourire se fit plus large lorsqu’il reconnu la silhouette de Phoebe. Croisant ses bras, arquant un sourcil, il demanda : « Attends, Pho’, tu comptais vraiment m’attaquer, là ? Merci ! J’ai rien fait déjà pour mériter cette punition, et même mes amis veulent s’attaquer à moi... » Ce fut ce moment précis que choisit Peeves pour faire sa réapparition, cette fois-ci, avec des plumes, qu’il renversa copieusement sur les trophées qu’il avait précédemment couverts de peinture, et, par ricochet, sur les deux jeunes sorciers... Un grand sourire illumina le visage de James, alors que des plumes « trônaient » sur sa tignasse. Poussant un soupir, pour expulser au passage une plume qui tentait de lui rentrer dans la bouche, il lança, amusé, à Peeves : « Merci mon vieux, je vais avoir encore plus de ménage maintenant... » Encore heureux qu’il ait un bon sens de l’humour....
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Mar 15 Jan - 7:55


James Ҩ Phoebe




Ҩ « C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui même. Donnez lui un masque et il vous dira la vérité. » Oscar Wilde


Je commençais à comprendre la tête de ce bon vieux concierge. La salle était tout bonnement dans un parfait désastre, et moi qui était une très grande adepte de la propreté, je n'avais qu'une envie, ranger tout cela ! Parfois je venais à me demander si les gens peuplant cette école étaient des enfants ou des adolescents... Probablement des enfants. Ce n'était pas possible autrement. Et le pire, c'était cet imbécile de fantôme, Peeves, qui les encourageait. A mon avis, il y était pour quelque chose, mais il avait un complice...
-Viens donc me chercher, ça peut toujours être plus drôle qu’avec le vieux grinchon !
Cette voix, je l'aurais reconnue entre mille. C'était celle de mon ami, James. D'ailleurs à bien y penser, j'aurais dû me douter qu'il était le coupable de ce massacre... Lui en tout cas ne semblait pas m'avoir reconnue... et si je comprenais bien, il me défiait en plus ! Or vous me connaissez... ou pas... Bref, j'adore relever les défis, quels qu'ils soient.
-Par contre, j’aimerai savoir ce qu’une élève fait ici !
-Je n'ai à justifier mes actes face à personne, je fais ce que je veux comme je l'entends, répondis-je en souriant légèrement.
C'était du Phoebe Parker tout craché, si là il ne m'avait pas reconnu... c'était désespérant ! Malgré tout, je gardais ma baguette face à moi, toujours prête à attaquer, je m'attendais à tout avec lui. C'était un sacré cas James tout de même ! Même si il était vraiment sympa quand il le voulait... Je le vis apparaître doucement, mais dans la mesure où il était encore dans la pénombre, je ne pouvais voir son visage.
-Attends, Pho’, tu comptais vraiment m’attaquer, là ? Merci ! J’ai rien fait déjà pour mériter cette punition, et même mes amis veulent s’attaquer à moi...
-Tu n'as rien fais pour te retrouver ici ? Allons, pas à moi, on sait tous les deux que tu en fais toujours voir des vertes et des pas mûres aux profs, soit honnête envers toi même ! Et non je n'allais pas t'attaquer espèce d'idiot, mais je ne sais jamais à quoi m'attendre avec toi, alors je préfère être prête !
Alors à, on peut dire que James ne me connaissait... pas du tout. Pour penser que j'aurai pu l'attaquer, fallait vraiment ne pas me connaitre du tout. Je n'étais pas comme cela, je n'attaquais que ceux qui le méritait. Pour m'en prendre à quelqu'un que j'aime, il faudrait vraiment que la personne me tape sur les nerfs. En parlant de me taper sur les nerfs... Peeves fit son apparition, déversant l'équivalent d'un sac entier de plume. Ce fantôme m'agaçais sérieusement...
-Merci mon vieux, je vais avoir encore plus de ménage maintenant...
Je soupirais, balançant une bombe de produit pour trophée à la tête du fantôme avant de lancer d'un ton froid et sans appel.
-Dégage Peeves, t'en as déjà assez fait !
Je soupirais, regardant autour de moi.
-Non mais regardez moi ce désastre, marmonnais-je plus pour moi que pour James.
Franchement là, je commençais à comprendre Rusard, il avait vraiment du mérite. Soupirant, j'attrapais le sac qui avait aidé à amener toutes ces plumes et les rassemblaient toutes dedans à l'aide d'un sort, puis refermait ledit sac. Puis a l'aide d'un Recurvite, je nettoyais tout le reste.
-Et bien, voilà une bonne chose de faite...
Je regardais mon travaille, presque satisfaite. Il ne manquait plus que les trophées, les nettoyés et les rangés et ce serait parfait ! Un sort de plus et ils retournaient tous à leur place originel.
-Je dirais que tu vas avoir moins de travaille en fait, lançais-je à l'attention de James.
Et ce coup ci, j'allais superviser les opérations ! Parce que je crois bien qu'il allait faire n'importe quoi... Encore...

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Sam 19 Jan - 21:56


Salle des trophées ◈ Phoebe & James
Bon sang, mais qu'est-ce que tu fiches ici ?
« La jeunesse est une fraction de folie. »








© by lizzou


A
pparemment, la punition prenait une tournure bien plus intéressante : une élève venait d’arriver dans la salle. Pour le moment, James ne la reconnaissait pas, étant bien trop surprit pour dresser vraiment l’oreille et tâcher de reconnaître la voix d’une de ses amies. Il ne reconnu Phoebe qu’en l’entendant lui répondre. Et il en fut soulagé, il n’aurait pas à s’expliquer auprès d’elle. Tout autre élève aurait sans nul doute posé des questions pour savoir où il s’était caché, ce qu’il y faisait, etc... Non pas que James en aurait été dérangé, loin de là. Il avait suffisamment d’expérience pour parvenir à mentir sans en avoir l’air. Disons simplement qu’il n’avait jamais aimer qu’on se mêle de ses affaires, surtout lorsqu’il s’agissait de choses qui devaient rester secrètes, comme son miroir... Aussi le jeune sorcier se permit une petite blague, sur le fait que Phoebe paraissait visiblement décidée à l’attaquer. Bien entendu, il savait qu’il n’en était rien, Phoebe ne faisait pas partie de la catégorie de personne capable d’attaquer leurs amis sans raison. Mais il n’était pas sans savoir qu’elle savait se défendre lorsqu’il le fallait, et, de ce fait, aurait pu attaquer, si James n’avait pas fait parti de ses amis, et se serait montrer dangereux, d’une manière ou d’une autre, pour elle. La Serpentarde n’était vraiment pas à prendre à la légère, James l’avait bien remarqué. Elle l’avait d’ailleurs fort bien souligné, en clamant qu’elle n’avait à se justifier devant personne. Manière de penser que James partageait, et qui était sans nul doute une chose qui rapprochait les deux jeunes sorciers. A moins que ça ne soit les petites réparties que Phoebe adressait à James, et qui le faisait toujours sourire, comme ce fut le cas lorsqu’elle mit en avant son habitude à faire des bêtises, pour finir puni...

« Voyons, Pho, je suis toujours adorable, moi, tu me connais, pourtant ! Disons juste que... J’aime à profiter de ma jeunesse ! », admit James en haussant les épaules d’un air désinvolte. Il ne savait que trop bien qu’il dépassait parfois les bornes, mais c’était plus fort que lui : il était jeune, il avait bien le droit de profiter de sa vie, non ? Tant qu’il ne mettait personne en danger, et qu’il ne manquait pas de respect aux autres, il ne faisait rien de mal, si ? « J’avoue », déclara-t-il en quittant son air de pur innocent pour afficher un immense sourire de fierté, « je suis plein de surprise. Donc, t’as bien raison : Avec moi, on ne sait jamais à quoi s’attendre ! D’ailleurs », ajouta-t-il songeur, « même moi je ne sais pas à quoi m’attendre avec moi, c’est pour dire ! »


E
t le pire, dans l’histoire, c’est bien que c’était vrai. James était tellement imprévisible qu’il ne savait même pas ce qu’il allait faire dans les 20 minutes à venir... Mais bon, la vie est plus drôle si rien n’est prévu, du moins, selon James ! Ainsi, il sourit en voyant Peeves faire à nouveau des siennes, et tout salir, une fois de plus... Et dire que James venait d’essayer de nettoyer la salle. Bon, OK, il avait mit du produit moldu partout, mais on lui avait dit de s’en servir... Et il n’y connaissait rien, lui, aux produits moldus, alors il avait fait de son mieux. Et son mieux avait causé un gros bazar... Penchant sa tête en avant, James se secoua ainsi la tête pour faire tomber les plumes qui se trouvaient bloquées dans sa tignasse décoiffée. Pendant ce temps, Phoebe nettoya le bazar de James (mais aussi et surtout de Peeves, du moins, selon le Gryffondor.) Se redressant enfin, non sans avoir passé une fois de plus une main dans ses cheveux pour les décoiffer encore plus, James fixa Phoebe avec un sourire amusé.

« Je vois bien, mais Rusard ne voulais pas que j’ai recours à la magie », souffla-t-il, avant d’ajouter : « Mais ça, c’était avant que Peeves ne vienne faire n’importe quoi ! Franchement, il faut être fou pour s’attendre à ce que je nettoie tout ça sans magie... Je suis pas un moldu, moi, la magie, c’est pas fait pour faire joli, hein... »


S
on visage se fit alors boudeur, alors qu’il en venait à se demander si le concierge n’était pas sadique, pour imposer de telles punitions à de jeunes sorciers. De surcroît, sans leur expliquer comment se servir des produits ménagers moldus. Après, il était facile de se plaindre de leur incompétence, alors que c’était comme demander à un novice de préparer une potion très complexe, sans l’aider de quelque manière que ce soit ! Stupide, tout bonnement ! Décidant qu’il était temps de faire ce qui aurait été plus rapide depuis le début, ce qu’il n’avait eu de cesse de demander au concierge, il sortit alors sa baguette, et utilisa les quelques (rares) sorts de nettoyage qu’il connaissait pour faire disparaître la peinture que Peeves avait précédemment balancé par terre. Une fois chose faite, le maraudeur croisa les bras, arquant un sourcil, pour déclarer :

« Ca va quand même plus vite, non ? Enfin, je crois, parce que je dois avouer que des sorts ménagers, je n’en connais pas non plus des tonnes.... » Son regard se posa sur les trophées, qui étaient certes propres, mais loin de la brillance réclamé par le concierge. Bon sang, c’était un joueur de quidditch, pourquoi ne lui avait-on pas mit une punition dans un domaine qu’il maîtrisait, plutôt que de le faire nettoyer des choses, lui qui avait déjà du mal à nettoyer sa propre chambre.... « Je crois que Rusard me déteste, pour me mettre une telle punition », conclu James, avant de secouer la tête, comme si cela n’avait que peu d’importance (ce qui était le cas pour lui, une infime partie de son esprit ayant conscience que cette animosité était sans conteste méritée...) « Visiblement, il ne rit pas souvent pour s’énerver dès qu’on fait une blague quelconque ! »


S'
approchant d’un air songeur d’un trophée, il lut ce qui y était marqué. Il se mit aussitôt à rêver d’avoir la chance de voir son nom figuré sur l’un d’eux, après avoir brillé au Quidditch (le trophée qu’il observait portait sur ce sujet). Il était tellement doué à ce sport que cela était fort probable, non ? Et, tout bien réfléchit, il en méritait une, ne serait-ce que parce qu’il devait supporter Dray dans son équipe. Et ça n’était pas tous les jours faciles, en fait ! Il savait qu'il devrait sans doute prêter un peu plus attention à ce que faisait Phoebe, que ça lui apprendrait sans doute des sorts ménager utile, mais il n'avait de toute façon pas l'intention de se spécialiser dans l'entretien d'intérieur, préférant, et de loin devenir sportif professionnel ou pourquoi pas Auror ? Faire le ménage, et tout ça, il avait bien le temps d'y penser, non ? Non pas qu'il n'en voyait pas l'intérêt, et estimait que la tâche revenait à Phoebe, mais plutôt que ça ne l'avait jamais intéressé. Toutefois, si la Serpy lui demandait un coup de main, ou même lui demandait d'excuter tel ou tel sortilège, il le ferait, car la brunette n'était de toute façon pas obligé de l'aider. Et, en dépit des multiples défauts de James, le Gryffon savait se montrer reconnaissant ! Même si, pour l'heure, il rêvassait au lieu d'essayer d'être utile à la jeune sorcière qui lui filait un coup de main !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Sam 19 Jan - 23:57


James Ҩ Phoebe




Ҩ « C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui même. Donnez lui un masque et il vous dira la vérité. » Oscar Wilde


-Voyons, Pho, je suis toujours adorable, moi, tu me connais, pourtant ! Disons juste que... J’aime à profiter de ma jeunesse !
Oh oui, je ne le connaissais que trop bien même. Seulement, j'avais la sensation qu'il ne comprenait pas du tout ce que pouvais ressentir les professeurs face à son comportement de temps à autres. Dans la mesure où en général il était encouragé des autres et parvenait à entraîner d'autres élèves avec lui, le professeur se retrouvait face à une bande d'adolescent bien plus terrifiants que ne peuvent l'être des apprentis mages noirs. Bon ok j'exagère un peu, mais sincèrement, imaginez vous devoir gérer une bande d'adolescent prêt à tout et n'importe quoi, et en plus possédant des dons magiques ? Déjà les ados moldus sont ingérables, mais les sorciers alors...
-Oui, mais comprend que pour les professeurs ce ne soit pas toujours facile à gérer. D'autant que les cours sont fait pour t'apprendre des choses, pas profiter de la vie, ça au pire tu peux le faire en dehors des cours quand t'as fini tes révisions.
Disons que James et moi avions sur certains points des convictions bien différentes. Selon lui, ce qu'il faisait était presque normal, selon moi, c'était totalement irresponsable, et il avait de la chance que je l'aime bien ou il se serait déjà pris une bonne leçon depuis longtemps.
-J’avoue, je suis plein de surprise. Donc, t’as bien raison : Avec moi, on ne sait jamais à quoi s’attendre ! D’ailleurs, même moi je ne sais pas à quoi m’attendre avec moi, c’est pour dire !
Je ris de bon coeur à sa remarque, après tout, James n'était pas un mauvais bougre... juste un sale garnement qu'on ne pouvait pas vraiment détester... même si je le reconnais, je l'aurai connu seulement dans ma deuxième ou troisième année, j'aurai probablement considéré James comme un sale type sans intérêt bon à renvoyer en maternelle. Mais la situation était différente, et je l'aimais bien. Ca change toute la donne...
Je m'évertuais donc à ranger un maximum le bazar atroce qui régnait, ravie de voir enfin la pièce ressembler de nouveau à quelque chose de propre. C'était mille fois mieux ainsi, avouez ?
-Je vois bien, mais Rusard ne voulais pas que j’ai recours à la magie... Mais ça, c’était avant que Peeves ne vienne faire n’importe quoi ! Franchement, il faut être fou pour s’attendre à ce que je nettoie tout ça sans magie... Je suis pas un moldu, moi, la magie, c’est pas fait pour faire joli, hein...
Je le regardais, l'air faussement inquiète et surprise.
-...Depuis quand est-ce que je m'appelle James Potter ??? demandais-je en penchant ma tête sur le côté, l'air totalement abasourdie.
Oui bon. Je le charriais un peu beaucoup, mais c'est vrai quoi, Rusard n'avait imposé cette règle qu'à lui, cela ne s'appliquait pas à moi à partir du moment où il ne me le mentionnait pas clairement... et puis attendez deux secondes, dois-je vous rappelez que je n'obéis plus aux règles des autres ? Eeeet bah oui, de toute manière peut m'importe les règles autres que les miennes, donc en ce qui me concerne, je pouvais faire ce que je voulais. Après tout, je ne faisais que remettre en état une salle qui devenait un véritable déchet ambulant c'est tout...
-Non plus sérieusement, cette règle s'appliquait à toi, pas à moi. Or c'est moi qui ai jeté les sorts, pas toi, sauf preuve du contraire....
Je haussais les épaules, tandis que James fit de même que moi et rangea à l'aide de la magie. Bon là, il jouait avec le feu, mais Rusard n'était pas présent alors...
-Ca va quand même plus vite, non ? Enfin, je crois, parce que je dois avouer que des sorts ménagers, je n’en connais pas non plus des tonnes....
-Cela fait un gain de temps assez important tout de même oui, bien que j'affectionne plutôt la manière moldue... mais vu le carnage causé par ton fantôme, mieux valait avoir recours à la manière sorcière sinon on avait la mort de Rusard sur la conscience...
Même si en fait, je me demandait si cela toucherait vraiment James. Au fond, je serais sans doute la seule à m'en sentir coupable si une telle chose arrivait. James lui je ne savais pas... peut-être en serait-il touché, ou peut-être se dirait-il qu'il ne s'agissait que d'un emmerdant de moins.. moui non, James n'était pas si sadique tout de même...
-Je crois que Rusard me déteste, pour me mettre une telle punition... Visiblement, il ne rit pas souvent pour s’énerver dès qu’on fait une blague quelconque !
-Non, mais le château est grand. Immense même. Théoriquement, tu es censé lui venir en aide, pas lui fournir une masse de travail supplémentaire. Et au passage, si tu fais cela correctement, cela doit te permettre d'apprendre quelques petites choses sur le monde moldu, comment ils travaillent, ce genre de chose.
Personnellement, je trouvais cela intéressant pour les sorcier n'y connaissant rien, cela rajoutait de la culture générale. Mais bon... ce n'était pas l'avis de tous...
-D'ailleurs, en quoi consistait cette " blague quelconque " ? demandais-je en craignant d'avance le pire car enfin c'était bel et bien ce à quoi il fallait s'inquiéter avec James... Le pire. Je vis James fourrer son nez au niveau des différents trophées, mais pas vraiment pour y faire ce que Rusard avait demandé. A dire vrai, je ne sais pas trop ce à quoi il rêvassait, mais ce n'était pas aux produits d'entretiens !
-James... Eh oh... James !
Dur dur pour le ramener à la réalité ! Je lui tendis un produit et un chiffon.
-Tient, ça c'est pour les étains, donc à savoir toute cette rangée là, lui dis-je en désignant la rangée d'à côté. Essaye de faire ça bien, ça peut pas te faire de mal.
De mon côté, je pris du produit pour le bronze et me mit à la rangée des trophées de cette matière. C'était fatiguant, il fallait beaucoup d'huile de coude, mais après nous avions la satisfaction du travail bien fait... et si Rusard ressurgissait à l'improviste, il ne pourrait pas prétendre que nous ne respections pas ses consignes. Même si c'est vrai que nous avions légèrement désobéis aux ordres... mais qui était là, en dehors de James et moi, pour aller nous dénoncer, hm ? Personne que je sache...

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Ven 25 Jan - 7:50


Salle des trophées ◈ Phoebe & James
Bon sang, mais qu'est-ce que tu fiches ici ?
« La jeunesse est une fraction de folie. »








© by lizzou


I
l arrivait, par moment, que James culpabilise un peu de son comportement. C’était toutefois fort rare, et très court. Parfois, c’était du fait de ses parents, lorsqu’ils lui écrivaient des lettres moralisatrices, après avoir apprit que, pour la énième fois, James avait été collé. Et les autres fois, c’était en écoutant les réprimandes bourrues que lui adressait Remus. Cependant, dans les deux cas, c’était très rare, tant et si bien que ça ne devait se contenter que sur les doigts de... Allez, on va être généreux, et dire les doigts de deux mains. Mais pas plus, vraiment ! Néanmoins, il faut souligner le fait que parvenir à faire culpabiliser James n’était pas chose aisée, même si ça ne durait jamais bien longtemps, car il ne tardait pas à trouver une autre idée de con*rie à faire ! Aussi la répartie de Phoebe, qui tenta de lui faire comprendre le point de vue des enseignants sur son comportement, n’eut aucun effet. Ce refrain-là, il ne l’avait que trop entendu, donc, ça ne marchait plus. Il avait toutefois conscience que ça ne devait pas être simple tous les jours pour les profs (d’ailleurs, il les admirait en partie pour cette raison), mais ça n’était pas suffisant pour le motiver à arrêter. C’est ainsi qu’il se contenta de hausser les épaules, chassant les propos de son amie d’un revers de la main : « Oh, tu sais, j’apprends tout de même en cours ! Donc, ils parviennent tout de même à faire du bon boulot ! »


I
ndubitablement, James se vantait. Il faisait en effet parti de la minorité de personnes capable d’avoir de bonnes notes sans réellement écouter en cours, et sans même se fouler trop à étudier. Il ne faut aucun doute qu’avec un peu plus de mal de sa part, il serait encore plus brillant qu’il ne l’était actuellement. Bien entendu, il ne pensait pas un seul instant au fait que son comportement puisse déranger ses camarades de classe, et les freiner dans leur compréhension du cours ! En fait, tout ce qu’il voyait, lui, c’est que son attitude pouvait les amuser, et, de ce fait, les détendre. Difficile toutefois de dire si ces comparses cessaient de rire de ses pitreries il parviendrait à les arrêter ! De vous à moi : rien n’était moins sûr... Cependant, il est certain qu’il se sentit soulagé d’entendre Phoebe finalement rire. Il était certes blagueur, il n’appréciait pas pour autant le fait d’agacer ses amis par son attitude (même si, je le répète, cela ne sera même pas suffisant à le convaincre d’arrêter !)


U
n peu de ménage fut alors fait par la jeune sorcière, James ne pouvant s’empêcher de se faire la remarque que, décidément, s’intéresser à de tels sortilèges pourrait lui être intéressant un jour ! Ne serait-ce que pour jouer quelques tours... Entre autre, par exemple, à... Severus... Nom, bien entendu, penser tout à fait par hasard par le Gryffon... Ce faisant ce constat, il secoua la tête pour revenir sur ce qui se passait, et faire la remarque sur les consignes qu’avait donné le concierge pour nettoyer la pièce. Entendant la répartie de Phoebe, le brun esquissa un immense sourire amusé, avant d’afficher un air profondément ennuyé, pour déclamer, le plus sérieusement du monde : « Bah, je croyais que c’était le cas de tout le monde ! C’est tellement bien, d’être James Potter, que je trouve triste que ça ne soit pas le nom du reste de l’humanité ! »


E
t le pire, c’est qu’il avait vraiment l’air affligé. Mais soyez rassurés ou pas, il n’en pensait pas un traître mot. Non, vous imaginez un peu, un monde peuplé de James Potter ? Etre lui en perdrait alors tout son charme, et il serait nettement moins cool, ce qui serait réellement moins sympa pour lui ! Le jeune sorcier retrouva cependant son sourire par la suite, en hochant la tête à la remarque de Phoebe : en effet, en aucun cas le concierge lui avait fait savoir que cette règle s’appliquait aussi à quiconque voudrait bien l’aider. Aussi James n’avait-il enfreint aucun règlement. Et quand bien même cela serait le cas, il est hautement improbable que James en aurait vraiment eu quelque chose à faire, bien au contraire, même ! C’est d’ailleurs pour cela qu’il décida d’en faire de même. Après tout, la consigne était qu’il n’utilise pas de magie sur les trophées, rien n’avait été précisé sur ce qu’il pouvait faire ou non sur le reste de la pièce. Et oui, avec James, il fallait vraiment penser à tout pour éviter les surprises de ce genre...


S
es sourcils se froncèrent en entendant Phoebe désigner Peeves comme étant un fantôme ami de James. Certes, il s’agissait probablement du fantôme que James appréciait le plus, le trouvant bien plus marrant que les autres, mais il n’était pas non plus en très bons termes avec lui, l’esprit aimant à taquiner parfois le Gryffondor comme toutes les autres personnes se trouvant dans le château.


A
la mention de l’hypothétique mort de Rusard s’il avait vu le carnage, James haussa les épaules. Non pas pour signifier que, si une telle chose venait à se produire, il s’en moquerait totalement. Non, James n’était pas sans cœur non plus. Mais plus pour signifier qu’il doutait vraiment que cela serait probable. On ne pouvait décemment pas mourir en voyant un tel bazar, non ? « Oh, tu sais, Pho », dit-il alors pour se justifier, « cela fait des années que je teste sa résistance cardiaque. Ca l’aurait juste énervé, mais pas au point de le tuer ! Grâce au moins, il a un cœur solide ! » Le sourire qui apparut alors sur son visage laissa à penser qu’il était fier de son attitude, qu’il pensait réellement rendre service à l’employé. Il est clair qu’il trouvait cela en parti mérité, il faut avouer que Rusard savait être fort désagréable, et était visiblement doté d’un esprit un peu trop sadique vis-à-vis des élèves, à l’entente des punitions qu’il aimerait leur infliger. Parfois, James se demandait s’il n’avait pas été à Serpentard, durant sa scolarité !


P
enchant la tête, James réfléchit alors sur ce que Phoebe venait de lui dire, sur la taille du château, et le fait qu’il n’aidait vraiment pas le concierge dans son travail en faisant des farces diverses et variées. Se devait-il réellement d’aider le sorcier dans son travail ? Après tout, lui ne l’aidait pas à faire ses devoirs, ni à gagner les matchs de Quidditch ! A chacun son travail, après tout ! « Mais, tu peux me dire comment il s’occupera et ce qui le distraira si j’arrêtai mes bêtises », demanda-t-il avec un aplomb troublant, à croire qu’il pensait vraiment ce qu’il faisait comme étant d’utilité publique pour le concierge. En effet, s’il se montrait sage, Rusard aurait moins de travail, et serait donc plus bougon, criant sans arrêt sur les élèves sans raison (ce qu’il faisait parfois, il faut le reconnaître.) Donc, non seulement James aidait l’adulte, mais il venait aussi en aide à ses compagnons. « Je crois vraiment que je mériterai une médaille pour service rendu à la population de Poudlard », conclut-il à voix haute suite à ses pensées déjantées !


P
our la partie où cette punition lui en apprendrait plus sur le monde des moldus, James n’avait rien répondu, tout simplement parce qu’il était d’accord avec Phoebe, même s’il aurait aimé que la leçon porte sur un sujet plus passionnant que le ménage. Ou alors qu’il ait pu avoir une leçon avec Lily... Non, là, il divaguait un peu trop (même si cette pensée était fort plaisante, James devait le reconnaître !) « Oh, c’était trois fois rien », expliqua-t-il alors, « Remus m’a parlé d’une étrange punition moldue, justement. Visiblement, il leur arrivait parfois de recouvrir des gens de.... Bouffon... Nan, c’était pas ça », pesta-t-il en cherchant le bon mot. « Goubon ? Goujon... » Ses sourcils se froncèrent en cherchant quelques instant le mot approprié, qu’il clama vivement lorsqu’il lui vint enfin à l’esprit : « Goudron ! Ca me revient ! Bref, je sais pas trop ce que c’est, mais après, ils mettaient des plumes sur le puni. Donc, avec Sirius, on a voulu faire ça à notre sauce, avec de la peinture pour remplacer le... Goudron », dit-il alors comme si se lancer dans une telle chose était tout ce qu’il y avait de plus logique après avoir entendu parlé de cette pénitence étrange. « On a mit quelques pièges un peu partout. Et il se trouve que la boule de poil insupportable de Rusard a été touchée... »


U
ne lueur amusée dansa dans son regard alors qu’il revoyait la chatte à plumes ! Tout fier de lui, il se mit à se perdre dans ses pensées en observant un trophée. Il ne sortit de ses rêveries qu’en entendant sa comparse l’interpeller, et encore, cela se fit au bout de longues secondes, tant il était bien plongé dans son monde. Se tournant vers elle d’un air encore un brin rêveur, il examina ce qu’elle lui tendait, avant d’y attraper, et d’écouter ce qu’elle lui dit alors. D’un signe de tête, il lui signifia alors qu’il avait comprit, et se mit alors au travail, un brin dépité de se retrouver contraint de frotter. « Je crois que les moldus ont bien du courage », dit-il alors tout en nettoyant l’un des trophées que la Serpentarde lui avait indiquée, « faire le ménage de la sorte... Ca doit leur prendre des heures ! Les pauvres... » Il poussa un soupir sonore, montrant qu’il compatissait avec les pauvres moldus. Ce fut à ce moment précis qu’un bruit se fit entendre à l’entrée de la salle. S’arrêtant aussitôt, James tendit l’oreille, intrigué : est-ce que quelqu’un venait ici ? Dans ce cas, de qui s’agissait-il : d’un élève ? (Encore que cela soit improbable, ça n’était pas un lieu aussi couru que cela par les jeunes sorciers !) Un prof ? Le concierge ? Suite au prochain épisode...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Sam 26 Jan - 15:02


James Ҩ Phoebe




Ҩ « C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui même. Donnez lui un masque et il vous dira la vérité. » Oscar Wilde


-Oh, tu sais, j’apprends tout de même en cours ! Donc, ils parviennent tout de même à faire du bon boulot !
Il avait lancé cela d'un ton désinvolte, comme si ce n'était rien. Il apprenait quelque chose malgré tout, alors voilà, c'était bon. Seulement j'en venais à me demander si il apprenait REELLEMENT quelque chose... et puis quand bien même. Aller, en imaginant qu'il retienne effectivement quelque chose durant les cours, entre deux bêtises, il se concentrerait il en apprendrait bien plus, et aurait beaucoup moins de problèmes ! Pourquoi voulait-il tant s'attirer des ennuis ??
Lorsque je soulignais que l'interdiction s'appliquait à lui et non à moi, à moins bien sûr que je porte le même nom que lui ce qui, visiblement, n'était pas le cas, James lança, d'un ton très sérieux qui plus est :
-Bah, je croyais que c’était le cas de tout le monde ! C’est tellement bien, d’être James Potter, que je trouve triste que ça ne soit pas le nom du reste de l’humanité !
Vous savez ce qui est le pire ? C'est qu'il avait réellement l'air triste que ça ne soit pas le cas. C'est dans des moments tels que celui ci que je me demandais comment il était possible que je sois amie avec ce type, il était ingérable, probablement un peu idiot sur les bords pour réellement penser des choses pareils, et je me demandais ce qu'il connaissait en dehors de faire des conneries. Il n'était jamais sérieux ! Ou en tout les cas, pas pour les choses qu'il faut.
-J'espère que tu rigoles James... Parce que si tu es sérieux je t'envoie chez un psy !
Et j'en étais capable. J'avais beau bien l'aimer, il m'inquiétais sérieusement ! Comment était-il possible qu'il n'ai pas d'ambitions plus hautes que celle de faire mille et une farce ? J'étais désespérée rien qu'en le voyant. Quand je pense à la manière dont je me bat pour réussir ce que je veux entreprendre et lui... il aurait tant de possibilités... mais il réduisait tout à néant. Comme si rien n'avait d'importance...
Lorsque je tentais de lui faire comprendre ce que Rusard pourrait ressentir, poussant les choses un peu à l'extrême sans doute, James mis, de nouveau, la problème de côté. Mieux encore, il se trouva rapidement une excuse, prenant cela sur un ton de légèreté. L'un de nous deux était fou, et j'étais presque certaine que ce n'était pas moi pour le coup...
-Oh, tu sais, Pho, cela fait des années que je teste sa résistance cardiaque. Ca l’aurait juste énervé, mais pas au point de le tuer ! Grâce au moins, il a un cœur solide !
Le sourire qu'il afficha ensuite m'acheva totalement. Il avait l'air fier de lui ! Alors là, c'était un comble...
-M.. Mais James ! Tu ne comprends pas que c'est totalement stupide de faire ce genre de choses ? Quand bien même le coeur de Rusard serait si solide que tu le prétends, tu crois réellement que c'est la meilleure chose à faire, faire tourner les gens en bourrique ? Imagines-toi donc un peu à leur place ! Cela te plairait peut-être ?
J'étais prête à parier que je connaissais déjà la réponse. Il me dirait qu'il prendrait cela à la rigolade et ne punirait pas les élèves pour quelque chose d'aussi inoffensif qu'une petite blague. A croire qu'il n'était pas apte à réfléchir à quoi que se soit d'autre que ses bêtises !
-Mais, tu peux me dire comment il s’occupera et ce qui le distraira si j’arrêtai mes bêtises ?
-Je suppose qu'il pourrait se reposer un peu au lieu d'être obliger de refaire 56 000 fois la même chose à cause de toi. Imagine que par je ne sais quel miracle tu ferais enfin quelque chose d'intelligent de tes dix doigts, et que quelques secondes plus tard un petit malin vienne tout bousiller, ça te plairait peut-être ? Tu ne crois pas que ce château et suffisamment grand et poussiéreux comme cela sans en plus rajouter du boulot à ce pauvre homme ?
Ok. Je devais me calmer, mais là... là il m'exaspérait ! Et le pire, c'est que j'étais loin de me douter que ce n'était pas fini...
-Je crois vraiment que je mériterai une médaille pour service rendu à la population de Poudlard.
-Oh, parce que selon toi, jouer avec la santé, aussi bien physique que mentale du concierge et des professeurs de cette école mérite une médaille sans doute ? lançais-je d'un ton sarcastique. Franchement, c'est à Serpentard que tu aurais dû atterrir, t'es vraiment pas mal dans le genre !
Disons qu'il avait sa manière propre de torturer les gens : des blagues plus idiotes les unes que les autres, totalement exaspérantes et j'étais prête à parier que dans pas longtemps Ste Mangouste aurait de nouveaux patients grâce à Mr James Potter.
A croire que j'étais maso, j'avais demandé à James en quoi consistait sa petite blague prétendument quelconque. J'allais regretter cette question, je le sentais...
-Oh, c’était trois fois rien... Ok, là je redoutais le pire. Remus m’a parlé d’une étrange punition moldue, justement. Visiblement, il leur arrivait parfois de recouvrir des gens de.... Bouffon... Nan, c’était pas ça... Goubon ? Goujon... Goudron ! Ca me revient ! Bref, je sais pas trop ce que c’est, mais après, ils mettaient des plumes sur le puni. Donc, avec Sirius, on a voulu faire ça à notre sauce, avec de la peinture pour remplacer le... Goudron.
Je n'avais jamais entendu cela mais... quoi qu'il en soit, c'était tout bonnement atroce. J'avais raison, je regrettais d'avoir posé la question, et pas qu'un peu ! Où est-ce qu'on pouvait aller pêcher des idées pareilles ?
-On a mit quelques pièges un peu partout. Et il se trouve que la boule de poil insupportable de Rusard a été touchée...
-QUOI ?! Et tu appelles cela une " petite blague quelconque " toi ?? Tu es cinglé ou quoi ? Et même si je suis à moitié sûre que Remus s'est totalement trompé dans ce qu'il t'a raconté, c'était pas une raison pour refaire cette même idiotie que les moldus ! Franchement, je crois que Rusard a même été plutôt gentil dans sa punition pour une fois !
J'avais l'impression d'avoir un gamin de quatre ans en face de moi et encore, même un gamin de cet âge ne ferait pas ce genre de stupidité !
James fini par se mettre au travail, aussi étonnant que cela puisse paraître. Totalement exaspérée, je fis de même, il aurait mérité que je le laisse se débrouillé tout seul !
-Je crois que les moldus ont bien du courage.. faire le ménage de la sorte... Ca doit leur prendre des heures ! Les pauvres...
-Et oui, c'est comme ça... cela demande patience et courage, mais ce n'est pas impossible...
Je haussais les épaules, au moins il se rendait compte de ce que devaient faire les moldus, et Rusard aussi, puisqu'il était Cracmol. Puis nous entendîmes un bruit à l'entrée de la porte, et intriguée, je tournais la tête afin de voir qui était là. Le concierge était revenu.
-Mlle Parker, je ne crois pas que vous ayez été punie en même temps que Mr Potter, bien que vous le mériteriez sans doute vous aussi, je vous prierais donc de partir !
Je levais les yeux au ciel, il voulait finir en asile psychiatrique ou quoi ?
-Mr Rusard... vous savez autant que moi ce qui va arriver si je ne suis pas là n'est-ce pas ? Vous voulez vraiment supporter un autre des mauvais tous de James ? Alors que vous pourriez être tranquille ?
Je croisais les bras, attendant.

fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ] Mar 5 Fév - 17:29


Salle des trophées ◈ Phoebe & James
Bon sang, mais qu'est-ce que tu fiches ici ?
« La jeunesse est une fraction de folie. »








© by lizzou


E
t voilà, James déraillait. C’était plus fort que lui : rester sérieux, il n’aimait pas du tout, c’était d’un ennui total ! Manque de chance pour James, vu son comportement fort excentrique, soit on l’adorait avec son immense folie, soit on le trouvait gentil mais fatiguant par moment, soit on le détestait complètement... N’allez pas croire que James ne s’en rendait pas compte, simplement, il s’en moquait... Qu’on l’aime ou pas, ça n’avait pas d’importance : lui, il s’aimait comme ça, mais aussi et surtout, ses meilleurs amis l’appréciaient aussi comme il était. Le reste du monde, il se contentait de vivre avec, il n’avait pas la même importance à ses yeux que les Maraudeurs ! Aussi ne fut-il guère étonné d’entendre Phoebe le menacer de l’envoyer voir un psy. James haussa les épaules à cette perspective, après tout, on le lui avait déjà dit des dizaines et des dizaines de fois ! Il n’était pas fou au point d’aller voir un spécialiste, tout de même, il profitait juste de sa jeunesse ! Si dès maintenant, il se montrait sérieux, quand pourrait-il donc profiter de sa vie ? « Ne t’inquiète pas, Pho, je rigole ! » Sur ce, il adressa un sourire rassurant à son amie. Il n’était pas stupide au point de croire que la terre entière était peuplée de James Potter, il aimait bien trop voir des gens différents de lui !


L
orsque vint le sujet des états par lesquels pouvait bien passer le concierge, James était ouvertement sceptique. Sans oublier qu’il savait que, de toute façon, travailler avec des adolescents comportaient forcément des risques de la sorte. Même si ça ne justifiait en rien son attitude. Mais James était l’adolescent typique qui voulait profiter de sa vie, et qui agissait bien souvent avant de réfléchir. Secouant la tête, il repoussa les propos de Phoebe : non, il savait que ça n’était pas forcément bien d’agir ainsi avec les adultes, mais bon.... Aussi James écouta avec attention les remarques que la Serpentarde lui faisait, sur le concierge ou les professeurs. « Phoebe, on est des ados. On va pas se la jouer pépère comme des adultes, non ? Je veux dire... On aura assez le temps pour être sage quand on sera dehors ! Mince, la vie est courte, on peut en profiter un peu, non ? », demanda-t-il en arquant les sourcils. « Et puis, certes, je fais le pitre et tout ça, mais c’est jamais dangereux pour les autres. Ca n’excuse peut-être rien, mais... Je veux profiter de la vie, c’est tout, tant qu’on le peut encore ! Regarde ce qui commence à se préparer dehors. Ici, on peut encore être un tant soit peu insouciant. Une fois dehors, on ne le pourra plus... » Bien que désireux de s’amuser, James se tenait néanmoins au courant de l’actualité. Aussi avait-il conscience de ce qui se passait à l’extérieur.... Ca n’était certes pas une excuse, mais au vu de la morosité qui semblait assombrir peu à peu le ciel londonien, James estimait qu’il était primordial de garder le sourire... Même s’il comprenait les arguments que Phoebe lui avança par la suite. « Les adultes qui travaillent ici ont sans doute un boulot fatiguant, mais s’ils en voulaient un plus reposant, ils n’avaient qu’à bosser avec des petits vieux ! » Egoïste, sans doute, puéril, très clairement... Quoi que, un brin logique... Si on veut un job assez tranquille, on évite les publics potentiellement ouvertement turbulents : les très jeunes enfants jusqu’aux adolescents ! « Et Serpentard », s’écria-t-il, outré. « Je t’en prie, Phoebe ! Je ne désire pas non plus le mal pour mon entourage ! » Il secoua la tête, offusqué de la réplique de Phoebe. Il se demandait déjà souvent comme elle avait bien pu y atterrir, n’ayant pas grand-chose en commun avec la plupart des Serpents !


A
u moment même où il évoqua sa farce, il se fit la réflexion qu’il allait se faire sermonner par Phoebe, ce qui ne manqua pas. En un sens, par moment, elle lui rappelait Remus, à toujours lui faire la morale. Et, je pense que vous n’allez pas être étonnés, mais il ne voyait pas ce qu’il y avait de si répréhensible dans sa blague ! C’était que de la peinture, après tout, et des plumes. En somme, rien qui ne pouvait partir avec un bon sortilège. Pour toute réponse, il se contenta de hausser les épaules, montrant le peu de remords qu’il éprouvait.


L
e duo était maintenant en train de nettoyer les trophées, James remarquant avec étonnement le temps que le ménage prenait chez les moldus. Il se demandait même s’ils arrivaient à se trouver du temps libre ! Si des concierges devaient être plaints, c’était bien les moldus ! Il était en train de réfléchir à ce sujet lorsque Rusard débarqua dans la pièce, faisant savoir à Phoebe qu’elle n’était pas punie. A la réponse de Phoebe, James se tourna vers son amie, et fit : « Hey, je peux être sage aussi... », puis il dit, en direction de l’adulte : « Mais j’avoue que si vous auriez eu la patience de m’expliquer correctement comment nettoyer tout à l’heure, on n’en serait pas là ! » Il faut dire que voir une personne mettre, sur le même chiffon, un mélange de produits, pour faire le ménage, ça a de quoi énerver. Mais un minimum de patience pour expliquer calmement comment s’en servir à un novice, ça aide aussi ! Le concierge ne sembla pas apprécier la petite remarque de James, et bougeonna alors : « Mr Potter, si vous étiez moins agaçant, sans doute aurais-je plus de patience ! » Ce à quoi James haussa les épaules. Si les gens le cataloguait comme un insupportable gamin, il était clair qu’il ne pourrait jamais leur montrer qu’il n’était pas que ça ! Ils ne prenaient même pas la peine de voir au delà des apparences, ça en était consternant ! Et après, on lui reprochait d'être un gamin....
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ]

Revenir en haut Aller en bas

Bon sang mais qu'est-ce que tu fiches ici ? [ Pv James (a) :p ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: POUDLARD :: Troisième & quatrième étages :: Salle des Trophées-