Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 10/01/2013
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: dix sept ans.
ϟ Maison/Profession: serpentard - mangemort
ϟ Relations:
MessageSujet: Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ? Dim 24 Mar - 14:52


r o x e t r o u k y .
« Tu sais, « pour toujours », c'est un temps très très long.
Mais le temps a une façon bien à lui de changer les choses.. »




Il faisait froid, très froid, trop pour un temps anglais et pas assez pour le climat hivernal biélorusse, ce n’était pas normal. Rien ne l’était, les trois silhouettes n’avaient pas à être là, aucunes n’étaient à sa place, surtout pas celle de la seule damoiselle, une jeune fille au teint pâle et aux cheveux roux comme les flammes.. Elle était belle, et si elle s’était laissée bercée par un sourire, elle ne l’aurait été qu’encore plus, mais il n’y avait que peur et douleur sur ses traits, sur ce visage fin, dans ses yeux plus que gris que vert. Ils lui permettaient d’être assortit au ciel, aux nuages, à la brume qui donnait à la scène un peu plus de lourdeur, comme si l’ambiance ne semblait pas déjà si pesante. Les personnages de cet étrange tableau étaient ne semblaient pas connaître leurs textes, à moins que le bruit soit proscrit, et c’était plutôt cela car leurs lèvres bougeaient mais aucun sons n’en sortaient, les mouvements étaient flous, puis fluides, saccadés, accélérés, ralentit. Un début de polar, ou une fin, une aventure glauque quoi qu’il en soit.
Puis l’un des personnages s’évanouie, disparut dans la fumée, comme par magie, mais pas celle du cinéma ou du magicien sur sa scène avec une trappe, la vrai, l’unique. Il ne laissa derrière lui qu’une petite marre de sang et les deux autres acteurs, c’était un brun celui qui s’était éclipsé, et il en restait un autre de brun, mais ce dernier était plus grand, plus inquiétant, et nous avions toujours la même rousse qu’au début. C’est d’ailleurs sur elle qu’il posa son regard, des yeux bleus, grisonnant, très clairs, très beaux, qui ne présageait rien de bon vu le peu d’émotion qu’ils laissaient transparaître. L’homme, nettement plus grand et plus âgé que la belle, s’en approcha alors que ses lèvres se mettaient encore à bouger, il l’a pris dans ses bras mais ce qu’il pût dire restait un mystère et ce n’était finalement pas plus mal.

Nous passons à une scène bien différente maintenant, toujours la même rouquine mais cette fois endormie, dans les bras de Morphée qui ne semblait pas vraiment amical ce soir-là, car très clairement, elle faisait un cauchemar. Le front plissé, les paupières closes, elle se débattait dans le vide, serrant les poings et la mâchoire, on pouvait même voir une larme couler sur une de ses pommettes alors qu’une mince filet de sueur glissait dans son cou. Sasha Vladmirova était en prise avec un souvenir des plus compliqué, aux côtés de son frère et de l’homme dont elle tombait amoureuse, avec son honneur et son désir, son passé et son avenir.

Le cauchemar était bientôt terminé. Sasha, car la rouquine qui se voyait offrir un câlin empoisonné c’était bien elle, se mit à grimacer, que ce soit à travers le rêve brumeux ou au fond de son lit vert et argent, elle se tendit un peu plus, le visage déformé par la douleur. Dans la ruelle, la baguette de son frère parcourait sa peau à hauteur de son cou, pour descendre un peu sur son épaule et dessiner une marque rougeâtre, une cicatrice qu’elle garderait à vie, un présent malsain, une menace très sérieuse. C’est ce moment-là que choisi la jolie rousse qui dormait pour se réveiller en sursaut, elle porta par réflexe la main à son cou et sentit la longue marque qui lui brûlait la peau, elle était un peu plus rouge que d’ordinaire. Cette magie noire la bouffait de l’intérieur. Les joues roses et le cou en feu, elle quitta le lit où elle s’était endormi trois heures plus tôt avec un livre sur les genoux, elle était tout simplement tombée de fatigue alors qu’elle était censée rester réveillée jusqu’à minuit, pour son rendez-vous. Sasha en oublia presque son cauchemar pour se précipiter dans la salle de bain après avoir regardé l’heure, elle avait une vingt minutes devant elle, c’était jouable.

Justement, nous voilà dix minutes plus tard, minuit sonnerait dans dix minutes et elle approchait du cinquième étage, c’était parfait. Elle s’était débarbouillée, changée en vitesse et avait fourré dans un sac serviette et maillot de bain, pour quitter les cachots dans les temps, après un rapide arrêt dans les cuisines pour récupérer le précieux sésame, du chocolat. Luz avait perdu quelques longues secondes dans l’un des escaliers qui avaient décidés de jouer au plus malin, comme pour faire payer à l’adolescente de se balader si tard, en même temps c’était interdit, mais elle n’allait pas se prendre la tête pour ça. Donc elle arriva devant la salle de bain des préfets avec juste un peu d’avance et donna le mot de passe au gardien, le tableau l’a laissa passer sans soucis et comme elle connaissait très bien les lieux, elle se dirigea tout naturellement vers une sorte de vestiaire où elle déposa ses affaires et où elle se changea rapidement, enfilant un maillot de bain noir avec quelques détails et des ficelles blanches, un bikini très simple au final mais qui lui allait à ravir. Elle mit aussi un short en jeans, car une fille se doit d’être complexée. Et ainsi, elle dissimulait quelques-unes de ces vilaines cicatrices, que ce soit celles gagnés au cours d’entraînements avec son frère, ou celle qui faisaient offices de punitions, aucune n’étaient très jolies à voir sur sa peau laiteuse.
Sans s’admirer dans un miroir, la biélorusse alla s’occuper de l’immense baignoire et de ses très nombreux robinets, elle mit de la mousse, beaucoup de mousse, de l’eau bien chaude, des sels de bains, des produits aux senteurs douces et accordés.. La sirène au mur l’observa un moment elles avaient les mêmes cheveux toutes les deux, puis la créature tourna son regard vers la porte, quelqu’un approchait.

Arrivait donc, le mystérieux invité, enfin la jeune et jolie invitée plutôt car c’est une silhouette féminine qui entra dans la salle d’eau des préfets, fine, élégante, la gracieuse petite blonde affichait un charmant sourire auquel répondit la sang pure, elle n’avait pas douté un instant sur la présence de sa meilleure amie ce soir. Aleksina Vodianov, une élève de Durmstrang envoyée tout comme elle avec la délégation de jeunes russes, parce qu’elle était studieuse et représentait parfaitement l’Elite de l’école de magie slave, elle avait facilement gagné sa place à Poudlard. Mais pour Sasha, elle était plus qu’une jolie poupée aux bons résultats, pas seulement cette petite chose fragile et souriante qui jouait son rôle de fille de sang pure. C’était sa meilleure amie, sa confidente, son repère, sa bouffée de bonheur. La blonde et la rousse se connaissaient depuis leur enfance, ou plutôt se côtoyait sans réellement se voir car dans ce monde-là, on croise sans savoir, chacun garde précieusement ses distances et ses secrets, mais de temps en temps, les frontières sont passées. Là ce fût le cas. Aleks avait onze ans, Luz un an de plus, elles étaient toutes deux à Durmstrang mais pas tout à fait dans le même groupe d’amis, le même cercle d’élèves, au début seulement, et Louvka s’est pourtant portée volontaire pour gérer les cours de la jolie blonde malade et mise en quarantaine. La jeune sorcière tombait souvent malade, ou se blessait régulièrement lors des cours de duel ou de magie noire et il lui fallait un ange gardien, un coup de main, quelqu’un pour récupérer ce qu’elle pouvait louper puis pour finalement, garder un œil sur elle, Sasha accepta ce rôle de bon cœur. En fait, cette place devint la sienne tout naturellement, parce qu’à force de passer du temps avec elle, elle s’est attachée, éprise d’une amitié assez rare dans son monde. La Vladmirova ne peut mettre des mots sur tout ça car elle n’a pas été conçue pour s’attacher aux gens, son père ne lui a pas appris à être une amie hors pair, loin de là, et pourtant elle s’est découvert un talent certain en tant que grande sœur protectrice. Et même plus que cela, parler d’amour ne serait pas faux, puisque Sasha aime très clairement la jolie blonde, elle tient à elle, craint pour sa sécurité et son bonheur. A ses yeux, la sorcière est une petite fleur, quelque chose qu’il faut protéger et donc, elle n’aime pas la voir changer, la violence qui étreint le cœur de la douce Aleks ne plait pas du tout à la biélorusse. Cette dernière veille aux fréquentations qu’elle peut avoir, à ses choix, ses rencontres, ne souhaitant pas la voir devenir ce monstre que les adultes peuvent créer avec leurs regrets. C’est son petit trésor qu’elle protège jalousement, non pas égoïsme, au contraire, cette blondinette éveille quelque chose de bon en elle et elle souhaiterait voir tout le monde en profiter, alors, ceux qui tentent d’éteindre sa clarté ou de détruire sa pureté, elle les fait disparaître.

Tout sourire, celle qui ne portait qu’un maillot de bain et un short dans la faible lumière des lieux s’approcha de son amie et l’a pris dans les bras. Pas d’hésitations, elle l’a serra fort contre elle car ça faisait un petit moment qu’elles n’avaient pas passées du temps ensemble, juste toutes les deux loin du monde et de ses problèmes, entres amies.

« Je suis contente que tu sois venue. »

Le souffle de la biélorusse se perdit dans les cheveux de sa meilleure amie, et tout doucement elle coupa le contact physique en lui offrant un nouveau sourire, car oui elle était vraiment heureuse de la voir ici cette nuit. Sasha lui avait fait passer dans la matinée un petit mot à sa table, un court message qui voulait tout dire. « Minuit à la salle de bain des préfets, tu me manque. Luz. » Il y avait aussi le mot de passe dans le message, la sorcière le connaissait depuis son deuxième mois à Poudlard, elle avait couché avec un préfet et lui avait soutiré le mot magique dans un moment torride, forme de manipulation féminine si vous préférez.

« Eau chaude, mousse, chocolat et jus de fruits. Le programme te conviens ? »

Luz désigna les victuailles sur une table à côté alors qu’une expression rieuse dansait sur ses traits, le cauchemar qui avait déclenché de vive douleur sur son épaule était bien loin. La cicatrice pleine de magie noire elle, était dissimulée sous ses longs cheveux roux, puisque ces derniers se trouvaient noués en une large tresses sur le côté. Non elle n’avait pas envie d’en parler, pas tout de suite, d’autant plus que le sujet « famille de Sasha » était une source de problème entres les deux amies, la seule en réalité. Aleks avait raison au fond, et plus les semaines s’écoulaient plus elle le comprenait, mais Louvka ne pouvait le reconnaître, pas officiellement, pas encore. Afin de dissimuler la petite gêne qui se faisait une sérieuse place au creux de son estomac, elle retira son short et s’assit au bord de la baignoire qui ressemblait plus à une piscine, les pieds et les mollets dans l’eau chaude, le sourire aux lèvres, car la nuit promettait d’être sans autres cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ? Lun 25 Mar - 11:10



Ses doigts courent lentement sur la surface de bois poli. Ils effleurent délicatement le rabat du piano. C’est tellement étrange. Aleksina ne vient que rarement dans cette salle vide et franchement trop poussiéreuse. Parce qu’elle n’y vient que pour jouer. Elle à mis longtemps à trouver un endroit tranquille ou elle ne serait pas dérangée et pourrait jouer de son piano en toute sérénité. Chez les poufsouffle le silence semble être un état inconnu…et puis lorsque son piano n’est pas miniaturisé il prend beaucoup trop de place pour être nonchalamment jeté dans un coin. Ici en revanche il lui suffit d’insonoriser la porte et de redonner une taille normale à son piano pour pouvoir jouer autant qu’il lui plait. Au retour il ne reste plus qu’à faire l’opération inverse et à aller ranger le piano miniature. Personne ne vient jamais dans cette salle après tout… qui aurait des raisons de le faire ? Il n’y a ni cours, ni même quoi que ce soit d’intéressant qui puisse nécessiter de se rendre dans une vieille salle poussiéreuse et visiblement abandonnée depuis quelques années….il suffisait de regarder l’état des tables pour l’affirmer.

Et aujourd’hui comme à son habitude elle devrait se plonger dans les méandres raffinés de la musique pour oublier une trop lourde semaine…ou simplement pour le bonheur d’effleurer les touches polies de son piano. Mais au lieu de ça elle se tenait la tête entre les mains, une pile de livre située juste à côté, en train de se demander s’il fallait vraiment qu’elle les ouvre ou non. A priori il n’y aurait absolument rien d’intéressant dans ces ouvrages passés. Poudlard semblait avoir une politique bien différente de Durmstrang pour tout ce qui touchait à la magie noire. Interdire à ses élèves tout contact avec celle-ci dans le visible et vain espoir qu’ils n’en apprennent jamais rien. Stupide. Pour Aleksina du moins. Ce n’était pas en faisant semblant d’ignorer qu’elle existait que la magie noire disparaitrait ! Et cela ennuie la jeune fille d’autant plus que pour la première fois elle à besoin de trouver des informations sur le sujet. Elle n’a jamais été vraiment attentive dans les cours de Magie Noire dispensé par Durmstrang…juste dégoûtée et toujours passablement nauséeuse après chaque cours. Une répulsion inventée de toute pièce mais qui lui donnait étrangement bonne conscience.
La jolie russe laisse doucement tomber sa tête sur le bord du piano avant de repousser violemment la première pile de livre. Tant pis. De toute façon elle n’avait emprunté ces stupides bouquins uniquement par dépit. Elle à malheureusement déjà fait bien pire…enfin…pire est un bien grand mots quand elle regarde ses camarades. Pas les poufsouffle bien évidemment. Mais tout ceux qui viennent comme elle de Durmstrang. Il n’est pas difficile de dire qu’a côté de la majorité d’entre eux Aleksina ressemble à une ingénue. Ce qu’elle est finalement…même si elle ne s’en rend compte qu’aujourd’hui. Un petit sourire amer fleurit sur ses lèvres alors qu’elle prend compte de toute la profondeur de son ignorance…et par conséquent de celle de sa parfaite inutilité.

Stupide petite poupée…mignonne…mais sans aucune utilité…


Ses doigts se crispent légèrement, en même temps que les traits doux de son visage. Cette phrase son père l’a prononcée alors qu’Aleksina était juste à côté….l’année dernière. Elle n’avait que quinze ans. Mais elle était visiblement déjà devenue invisible pour lui. Inutile…valant bien moins que son psychopathe de fils qu’il avait pourtant lui-même mis à la porte lorsqu’il avait aperçu la conséquence de ses actes. Mais elle…elle ce n’est qu’une fille pas vraie ? Et au caractère désespérément plat. Bref …juste un joli jouet bon à marier….c’était du moins l’avis du patriarche des Vodianov, désespéré par la faiblesse et la douceur de sa propre fille. Ne voyant que des défauts là ou certains auraient pu voir des qualités. Mais rien d’étonnant de la part de cet homme dur et sans cœur pour qui le pouvoir est la chose la plus importante du monde. Raison pour laquelle il s’est d’ailleurs réconcilié avec son fils. Dans le seul espoir d’accroitre d’avantage ses relations d’affaires. Pas d’amour dans une famille aussi stricte bien sûr. Juste l’espoir de tirer un gain plus ou moins intéressant de la part des enfants. Qui n’étaient là , de toute façon que pour perpétuer le nom noble des Vodianov. Un soupir franchit la barrière des lèvres roses de la jolie blonde avant de se perdre dans un sifflement maussade. Peut-être avait-il raison tout compte fait. Parce qu’une fois encore elle se retrouve sans aucune utilité…et que cette fois cela était pourtant important pour elle. Aleksina regarde rapidement sa montre. Il est temps de partir si elle veut arriver à l’heure à son rendez-vous. Il lui faut aller jusqu'à la salle de bain des préfets alors finalement autant partir tout de suite alors qu’elle a une certaine avance plutôt que de courir dans quelques minutes. Surtout que la course ne pouvait vraiment lui convenir. Sa constitution fragile l’empêchait de faire des exercices trop soutenus…courir pour traverser la moitié du château faisait partis des activités prohibées. Elle prend le sac chargé de serviettes de bain nonchalamment déposé à ses côté et miniaturise rapidement le piano avant de sortir de la pièce rapidement.

Dans les couloirs la jeune fille essaye de faire le moins de bruit possible. Après tout elle n’a pas le droit de se balader si tard dans les couloirs…pas plus que de s’introduire dans la salle de bains des préfets. Et elle ne voulait pas que son image d’élève modèle en prenne un coup. Après tout c’était bien son seul atout puisqu’elle était excessivement faible et que même son physique semblait vouloir s’accorder avec la fragilité sous-jacente que l’on ressentait chez elle. Il n’y a qu’une personne pour qui elle est prête à transgresser ainsi les règles de l’école. Pour qui elle l’a déjà fait plusieurs fois. Aleksina n’accorde ni son amitié ni sa loyauté à la légère…mais une fois qu’elle l’a donnée c’est quelque chose qu’elle ne reprendra jamais. Et Sasha c’est ça pour elle. C’est sa meilleure amie. Sans conteste. Elles se connaissent depuis si longtemps toutes les deux. Il faut dire qu’elles sont toutes deux sangs-pures et vivent dans le même pays. Difficile alors de s’ignorer lorsque l’on se croise dans chaque réceptions ou chaque invitations.
Mais étrangement elles sont devenues amies plus tard seulement. Parce que la belle rousse à accepté de l’aider lorsqu’elle était malade. Quelque chose qui arrivait bien plus souvent quand elle était jeune qu’aujourd’hui…Elle devait donc avoir …onze ? peut-être douze ans ? Mais ce n’est pas important. Toujours est-il que Luz s’est portée volontaire pour l’aider à rattraper les cours. Quelque chose de déconcertant pour Aleksina qui n’avait pas vraiment l’habitude de recevoir quoi que ce soit de la part d’autrui. Avec elle Aleksina se sent protégée. Quelque chose qu’elle apprécie par-dessus tout. Il y cette sensation de confiance. Ce sentiment qui lui dit que quoi qu’elle dise ou fasse Sasha ne l’abandonnera pas. Qu’elle ne la laissera pas seule. Mais Aleksina veut faire la même chose pour Sasha…parce qu’elle l’aime…Alors c’est normal de vouloir la protéger n’est-ce pas ? Même si la jolie rousse n’en à pas besoin autant qu’elle. C’est stupide…Aleksina à déjà bien du mal à s’occuper d’elle-même…Alors de quelqu’un d’autre ? Aucune chance…et pourtant c’est bien ce qu’elle essaye de faire.

Elle arrive alors devant la salle de bain des préfets et secoue la tête pour chasser toutes pensées déplaisantes de son esprit. Tout ce qui compte c’est ce moment qu’elles vont passer ensemble…le reste n’a pas d’importance. Elle se glisse rapidement dans l’entrebâillement de la porte et entre un sourire aux lèvres. Des bras s’enroulent autour d’elle dans une étreinte amicale et rafraichissante. Sans même le faire exprès la petite blonde se love contre son amie. Rassurée. Soulagée par cette étreinte forte qui lui donne confiance. Puis avec un dernier sourire la serpentarde la relâche doucement non sans avoir murmuré à son oreille combien elle était heureuse de la voir. Aleksina la retient quelques secondes par les mains avant de sourire à son tour.

-Tu sais bien que je n’aurais raté cela pour rien au monde…cela faisait trop longtemps que l’on ne s’était pas vues.

Et passer trop de temps loin de Sasha lui parait insupportable. Elle à besoin de cette force et de cette assurance que lui donne son amie. Besoin de sentir son sourire quand elle est là et de savoir que la rousse s’adoucit toujours en sa présence. Parce que voir Sasha heureuse compte pour elle. Parfois elle aimerait en faire plus. Parce que parfois elle à peur pour Luz, mais savoir qu’elle compte peut presque lui suffire…presque bien entendu. Rapidement elle enlève ses vêtements et les range dans le sac à côté d’elle. Pas de besoin de vestiaires puisqu’a près avoir reçu le mot de son amie elle ‘était tout de suite montée en mettre un sachant pertinemment que quoi qu’elle fasse elle arriverait soit pile à l’heure soit légèrement en retard. Elle avait donc revêtu un maillot de bain blanc et noir on ne peut plus banal et qui, selon elle, affadissait sa peau déjà trop pâle…mais bon cela n’avait pas d’importance elle n’était pas là pour un concours de beauté, seulement pour passer un moment agréable entre amies. Aleksina écoute attentivement son amie avant d’éclater de rire.

-Évidemment que oui ! Je crois même que je suis amoureuse…il y a du chocolat !!

Après tout il y a du chocolat…l’un de ses pêchés mignons. Elle contemple la table avec envie et ne peut s’empêcher de prendre un carré de chocolat des paillettes apparaissant soudainement dans ses yeux. Elle ressemble ainsi à une petite fille devant ses cadeaux de noël. Aleksina regarde son amie s’asseoir et se glisse sournoisement dans l’eau après avoir finit son carré. Non sans avoir déjà installé dans la baignoire le seul élément inestimable d’un bain réussi. Soit monsieur canard un petit canard en plastique moldu qu’elle avait gagné lors de son unique excursion dans le monde moldu.Sasha s’était souvent gentiment moqué d’elle à cause de lui….mais peut-être était-ce aussi pour cela qu’elle l’emmenait…faire rire sasha…c’était le plus important non ? Frileuse de nature la chaleur de l’eau lui fait un bien fou. Elle nage jusqu'à arriver en face de Sasha et lève la tête vers elle au moment ou un sourire se dessine sur le visage de Luz. Un sourire communicatif qui fait immédiatement ricochet sur le visage de la blonde.

-Tu a l’air…huum…bien...mieux plutôt ? Quelque chose de bien t'est arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


7ème année ϟ Durmstrang


ϟ Parchemins postés : 151
ϟ Date d'inscription : 10/01/2013
ϟ Points : 111

Feuille de personnage
ϟ Âge: dix sept ans.
ϟ Maison/Profession: serpentard - mangemort
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ? Lun 1 Avr - 19:53


r o x e t r o u k y .
« Tu sais, « pour toujours », c'est un temps très très long.
Mais le temps a une façon bien à lui de changer les choses.. »




« Tu sais bien que je n’aurais raté cela pour rien au monde…cela faisait trop longtemps que l’on ne s’était pas vues. »

Le coeur de la rouquine se réchauffa instinctivement alors que ses mains restèrent accrochés un instant à celles de la jolie blonde, cette dernière l'avait retenu pour lui confier ces quelques mots qui firent vaciller son coeur. Sans sa meilleure amie, où en serait-elle ? C'était une excellente question ça. Pas bien loin, pas bien haut, cette jeune et jolie damoiselle l'a soutenait sans vraiment le savoir, sans s'en rendre compte peut être. Pour les apparences, au regard des autres, c'était Sasha la plus forte des deux, celle qui ne tombait pas malade, qui remportait tous les duels et qui réussissait dans tous les domaines.. Que les gens sont idiots, aveugles et naïfs. La douceur maladive de la russe offrait à Sasha cet oxygène, ce plus fait de rien, cette nécessité qui lui donnait envie de se battre, de tout surmonter. Aleksina ne se doutait peut être pas de tout cela, de tout le bien qu’elle faisait à Sasha, juste avec un regard, avec l’un de ces sourires-là. Cette amitié au départ assez improbable était belle, sincère, et beaucoup aurait été surpris de voir la jeune Vladmirova afficher un sourire aussi franc, plus de masques, pas besoin de se construire un personnage, pas avec elle.

Le bonheur n’a pas de prix, c’était finalement bien trouvé. Car le rire que laissa échapper la sang pure valait tout l’argent que possédait la rouquine sur son compte, donc, une fortune conséquente.

« Évidemment que oui ! Je crois même que je suis amoureuse…il y a du chocolat !! »

Ce sourire, ce regard qui pétille et qui vous transcende, cette douceur que la plupart prenait pour une faiblesse.. Aleks était à cet instant tout à fait à sa place avec son sourire enfantin qui n'existait que grâce à carré de chocolat. Bon peut être que la présence de sa meilleure amie et la promesse d'une soirée agréable avaient aussi leurs mots à dire, la jolie blonde n'était pas venu que pour manger du chocolat, ce détail étant en bonus. Sasha avait le même penchant pour le cacao que la petite russe, la même faiblesse qui un jour se payerait au niveau des cuisses, des hanches, du ventre.. Mais pas tout de suite. C'était pour cela qu'il fallait en profiter.

Son amie avait déjà prit la parole une première fois pour lui souffler qu'elle aussi était heureuse d'être là, lui reprocher que ça faisait trop longtemps.. Et elle avait tout à fait raison. Louvka le savait, mais cette dernière semaine, depuis le retour de Londres, avait été.. compliquée. Difficile à avaler et à supporter parce qu'il lui manquait. Ce beau brun l'a hantait jour et nuit, même pendant ses siestes ou pendant les cours, elle ne pouvait laisser ses pensées s'envoler ou divaguer, car elle allaient toujours dans la même direction. Avec plus ou moins de plaisir. Car ce n'était pas à chaque fois les bons souvenirs qui remontaient, au contraire. La dispute avec son frère, l'inquiétude de ne pas le revoir lui, qu'il lui arrive malheur.. Et cette façon de se quitter, amer. A la hauteur de cette merveilleuse nuit passée à ses côtés. La dernière ? Peut être, sûrement, il faudrait en fait.. Mais Sasha n'était pas d'accord, elle devait le revoir, le voulait plus que tout et donc, elle se donnerait les moyens d'y arriver.

Revenons plutôt à la salle de bain des préfets où une nouvelle fois, la jeune et jolie blonde laissa une douce mélodie s'échapper de ses lèvres roses. Même si elle n'avait pas d'origines velanes contrairement à la rouquine, cette petite créature avait un timbre de voix envoûtant qui surprenait toujours la biélorusse. Aleksina était l’une de ces personnes à part, de ces erreurs qui avaient plus leurs places que tout autre, elle n’était pas tombée au bon endroit, elle ne pouvait s’épanouir dans ce monde froid et lugubre, il lui fallait du soleil, beaucoup de soleil. Ou de l’eau chaude, de la mousse et du chocolat. Puis bien sûr, un canard en plastique jaune, pour apporter la touche de jaune. Cet espèce de truc tout moche, il fallait toujours qu’elle l’amène avec elle, à Durmstrang déjà c’était pareil, incorrigible.. Au départ c’était le origines moldu de cet inutile objet qui l’avait agacé, perturbé, maintenant c’était juste par principe, pour taquiner sa meilleure amie, puis parce ce canard était vraiment très laid.

« Bien sûr, monsieur Canard.. Sur le message j’ai oublié de préciser que c’était une soirée entre filles !»

Le ton était rieur et son visage se laissait dévorer par un merveilleux sourire, l’éternel fille de mangemort était loin, très loin, et ce n’était vraiment pas plus mal car cette image commençait à lui pomper l’air. Aleksina c’était entre temps glissée dans l’eau, sagement, avec son éternel sourire mutin elle avait fait quelques brasses afin de se rapprocher de la biélorusse qui se laissa à son tour tomber dans la mousse, provoquant une petite gerbe d’écumes autour d’elle.

« Tu a l’air…huum…bien...mieux plutôt ? Quelque chose de bien t'est arrivée ? »

D’accord elle était grillée, mais comment mentir à une personne qui vous connait par cœur en même temps ? Difficile n’est-ce pas ? Voir même impossible, donc il était évident que la blondinette avait vu juste dans l’esprit de son amie, lisant sur ses lèvres, devinant ce qui se cachait au fond de ses yeux gris-vert.

« Tu me connais trop, c’est agaçant. »

Ce n’était pas bien sérieux, le ton était ironique et elle fronça les sourcils en prenant un air de petite fille pas contente qui lui allait très bien au teint, elle était mal à l’aise. Sasha nagea un peu et alla près du petit canard pour le prendre dans la main et l’observer, comme si l’oiseau en plastique allait lui souffler une réponse, lui donner une solution, elle pouvait toujours espérer.

«Je dois t’avouer que je ne sais pas si c’est bien ou mal ce qui m'arrive.. »

Le souffle se perdit à travers les bulles et elle se mordit la lèvre inférieure sans relever les yeux vers la jolie blonde, par où commencer ? Car oui, elle allait tout lui dire, tout lui confier, cette rencontre lors d’un diner qui c’était passé, mais bien terminé. Puis un nouveau choix du destin qui lui avait offert une opportunité alléchante et surprenante, suivit d’une sérieuse punition qui aurait dû mettre un terme à ce début de rien. Et finalement, la vie en avait décidé autrement, il avait encore croisé son chemin, lui était encore rentré dedans. Bon d’accord, elle avait sa part de responsabilité, un peu, même carrément, car elle aussi, elle lui avait fait du rentre dedans il fallait bien l’avouer. Assumer ? Assumer quoi ? Ce sentiment qui commençait à poindre, qui s’insinuait en elle et l’a consumait de l’intérieur ? Reconnaître qu’elle était en train de vivre quelque chose d’interdit ? Impossible, trop difficile. Son père l’avait élevé pour éviter cela, son frère l’avait rappelé à l’ordre de l’une des manières les plus difficiles qui soit, et pourtant elle fonçait droit dans le mur, elle le savait, mais comment s’enfuir ? C’était trop tard. Cet interdit était si doux, si bon.. Elle y avait goûté et ne pensait qu’à s’en délecter encore, encore et encore, ça ne devait pas s’arrêter l’insensé était trop beau pour disparaître.

« Je suis en train de faire la plus grosse erreur de ma vie Aleks, mais.. Je ne veux pas que ça s’arrête. Pas maintenant. »

Monsieur Canard retomba dans l’eau. Sasha recula pour appuyer son dos contre le rebord de la baignoire – piscine – l’air grave mais pourtant les yeux remplit d’une joie incompréhensible, un sourire vague, plein de bonheur et de souffrance, des larmes salées au coin du regard.. Non elle ne pouvait pas se permettre d’abandonner l’idée, l’espoir d’un avenir. Croire en ce qui n’existerait pas ? Elle acceptait le défi. Néanmoins, même si elle se croyait sur d'elle, la belle sentait son épaule l'a fait souffrir, la cicatrice lui brûlait la peau, mais elle n'en montra rien, ce combat contre la douleur n'était pas le premier, et ne serait certainement pas le dernier.

« Aleks, je crois que je suis amoureuse. »

La vérité tomba avec une étonnante légèreté, parce que le reconnaître et mettre des mots sur ses émotions lui fit un bien fou et sans se contrôler, elle se laissa glisser sous l’eau, pour se remettre l’esprit en place. Puis elle remonta rapidement avec un sourire ravageur, Sasha était heureuse, joyeuse.. Et ça faisait très longtemps que cela n’était pas arrivé, pas de cette façon. En temps normal, seuls quelques-uns de ces amis pouvaient prétendre à la responsabilité de tels expressions de bonheurs, et encore, ils se comptaient sur le doigt d’une main, Aleksina en faisait bien sur partie. Et ce soir-là, cette nuit, c’était un charmant sang mêlé qui était le déclencheur d’un tel sourire. Zéphyr représentait tout ce qu’elle était censée détester, et pourtant, plus le temps passait, plus elle tombait amoureuse de lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas

Aleks ♥ Si tu sautes, moi je saute pas vrai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-