Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

" Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Jeu 25 Aoû - 21:18

« Bienvenue dans la fosse aux serpents… »






La rentrée était de loin, le jour de l’année que je préférais. C’était le moment où nous revenions dans ce château si prestigieux, celui qui nous avait accueillis à nos onze ans. Je me souviens encore de ma première arrivée à Poudlard. Ah, quel grand moment ! Encore à cette époque, les choses étaient différentes. Je n’étais pas celle que j’étais aujourd’hui. Il m’avait fallu du temps avant d’assoir mon pouvoir de Reine parmi les serpentards, avant de l’étendre dans les autres maisons. Evidemment, tout ceci ne s’était pas fait tout seul. J’avais eus une alliée, une amie, une sœur à mes côtés. Toutes les deux nous avions trônées avec cruauté, gouvernant notre royaume avec fermeté et dureté, allant jusqu’à passer les barrières ennemies par des méthodes purement manipulatrices. Nous étions belles, riches, populaires, et surtout, oh oui, surtout nous étions craintes et respectées. Evidemment, on ne pouvait demander l’allégeance à tout le monde, et les rouges et ors résistaient de pied ferme. Mais je ne m’en faisais guère pour cela, un jour ils tomberont, il suffisait de détruire leurs idoles. Ceux qui représentaient le plus la maison Gryffondor. Gryffondor… « Les enfants du courage » comme on dit si souvent…Quel ramassis de bêtises ! J’avais vu pleurer, trembler et supplier un rouge entre mes griffes acérées. Oh, mais quel courage ! Quelle force ! Me voilà toute impressionnée ! … Quelle plaisanterie ! Je riais et pouffais en entendant le Choixpeau parler d’eux en des termes élogieux. Mais cette année, le repas de début d’année nous révéla une excellente surprise. Ou plutôt, une affreuse surprise. Mauvaise nouvelle ? Je ne savais pas encore…à bien y réfléchir, de nouveaux élèves représentaient de nouvelles victimes…de la chair fraîche ! Je ne pouvais cacher, malgré ma méfiance, que ces nouvelles têtes m’excitaient. C’était amusant de voir les élèves de Beauxbâtons, et de Durmstrang être répartis. Ce que j’appréciai nettement moins c’était celles qui se prenaient pour des petites princesses dès leur arrivée. Les pauvres…la chute de tous leurs espoirs allait être vertigineuse. Une élève de Durmstrang, beaucoup plus jeune que moi avait osé s’assoir à plus de deux mètres de moi….Mon regard glacial l’avait dissuadé de rester. Il était bien connu que je m’asseyais toujours au même endroit, entourée de mon cercle privé, en compagnie de Cissy. Bon dieu ! Ces nouveaux, il fallait tout leur expliquer !

La table des serpentards fut d’abord divisée en groupes. Les élèves de Poudlard et ceux qui venaient de débarquer, mais je vis avec incompréhension certains serpentards discuter avec les nouveaux arrivants. D’un œil peu amène, et méfiant, j’avais observé la scène, tout en réfléchissant. Nous fûmes ensuite libres d’aller dans nos salles communes. J’avais soudain perdue de vue Cissy qui m’avait dit vouloir aller faire je-ne-sais-quoi. Je devais bien avouer ne pas l’avoir réellement écouter car Rabastan était arrivé juste à ce moment-là. Evidemment, nous nous étions vu pendant les vacances, j’étais allée chez lui, et lui, chez moi. Il était hors de question que nous passions tout l’été sans nous voir. Et puis, cela m’aurait semblé bien long sans lui. En parlant de Rab’, je ne savais pas vraiment si j’étais amoureuse. Non, je ne l’étais pas. Hein ? Qu’est-ce que l’amour ? Rien. Il n’y avait pas de place pour l’amour dans nos vies. Dans nos familles. Les mariages étaient prévus à l’avance, et surtout ce n’était pas nous qui choisissions. Tout ce que je savais, c’était que j’étais bien avec lui, et qu’il était bien avec moi. Que nous nous amusions ensemble, et qu’aucun de nous deux ne semblait se lasser. Il était bon pour moi d’être avec un Lestrange. Il le fallait, n’est-ce pas ? Nous retournâmes ensemble à la salle commune des serpentards, et une fois arrivés là-bas, je dus me séparer de Rab’ car celui-ci avait aussi autre chose à faire. Décidément, ils avaient tous des choses importantes ce soir. Plus importantes que moi… ? Quelle idée ! Où étais donc Cissy ? Un quart d’heure passa, et je m’étais installée sur un fauteuil en velours vert, les jambes posées sur l’accoudoir, avec une nonchalance digne d’une déesse grecque. Autour de moi, sur les canapés, derrière le fauteuil, debout, ou assises sur les meubles, bref là où il y avait de la place, mon cercle privé ou devrais-je dire mes toutous officiels étaient réunis. On aurait vraiment dit en cet instant la cour royale de la Reine, hélas il en manquait une autre de reine… Bon sang ! Mais où ma blonde préféré s’était volatilisée ?

Soupirant d’ennui, j’écoutais d’une oreille distraite les bavardages dignes des plus viles vipères, qui s’élevaient autour de moi. Elles discutaient des nouveaux arrivants, garçons, filles, tout y passait. Elles avaient déjà repérées celles qui entreraient peut-être dans le prochain groupe. Ça marchait comme ça, elles repéraient, présentaient à moi et Cissy, et puis nous décidions. Mais je n’étais pas d’humeur à prêter attention à cela ce soir. J’avais un mauvais pressentiment. De toute façon, depuis l’arrivée de tous ses nouveaux élèves, je craignais le pire. Je n’aimais pas le changement en vérité. Pas quand cela touchait à mes pouvoirs de reine. Je ne supportais pas que l’on remette en question mon autorité, ni à moi, ni à Cissy. Et j’avais sentis leurs regards curieux. Les nouveaux devaient se demander qui nous étions, ou peut-être la plupart connaissaient-ils nos noms ? Peu importait de tout façon, car la seconde suivante, tout bascula.

J’étais perdue dans mes pensées lorsque le portrait de la salle commune s’ouvrit. Des élèves entrèrent tout d’abord, des premières années, et je les regardais d’un air las, tapotant de mes doigts parfaitement manucurés l’accoudoir du fauteuil sur lequel je trônais tel un joyau. J’adorais me mettre en valeur, tout le monde le savait, et quiconque osait blesser mon orgueil serait aussitôt pulvérisé sur place. C’est là que mon air las se transforma soudainement. Narcissa était entrée, mais pas seule. Elle était accompagné par une blonde avec qui elle semblait bien s’entendre, elles riaient, comme si elles se remémoraient quelque chose de drôle. Qui était donc cette fille ?! Une nouvelle élève, assurément. Sinon, je n’aurais pas pu la rater. Elles s’approchaient de nous, et je les observais d’un œil attentif, les fixant sans honte ni retenue. Je devais paraître froide, glaciale même, l’atmosphère s’était soudain transformé, et on frôlait les 0°C . Je ne savais pas pour quoi, mais cette fille ne me disait rien qui vaille. Je la détaillais sans gêne. Grande – nous devions faire la même taille -, blonde, avec de longues boucles, un visage fin et des traits délicats, nobles, et une taille fine. Magnifique, assurément. C’est ce qui la rendait dangereuse. C’était comme si une alarme s’était brusquement allumée pour me prévenir d’un terrible drame. Je ne bougeais pas, évidement, j’attendais qu’elles viennent jusqu’à moi. Je fis un sourire à Cissy, bien que l’interrogation se lisait dans mes yeux lorsqu’elles se postèrent devant moi. Mon éternel sourire froid légèrement moqueur étira mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Jeu 25 Aoû - 22:53

    « Suis-moi, j’ai quelqu’un à te présenter »




    C’était les dernières paroles que Cissy avait adresser à Ivana devant la bibliothèque. Elle n’aurait pas pensé tenir une si longue conversation avec une fille qu’elle aurait du sermonner au départ. Tout cela à cause d’un petit accident et d’un gryffondor irrespectueux. Quand elle disait que cette maison était une honte à la grandeur des sorciers, elle ne mentait pas. Serpentard inspirait la fierté et la droiture, grâce à son grand fondateur qu’était Salazar Serpentard. Lui osait dire ce que tout le monde pensait: la magie ne devait être enseigné aux né-moldus, ces rejetons indignes de toutes attentions. On devrait les rendre esclaves de la pureté, ces idiots qui ne comprenaient pas que la magie appartenait aux puissants, aux grandes familles de sang-pur qui ont construit la gloire des Sorciers. Et ces sang-mêlés, qui clament être l’union du progrès et de l’amour. Ces discours donnaient envie de vomir à Narcissa rien que d’y penser. La stupidité était donc héréditaire: une goutte de sang-moldu et le malheur se produit. On se croit puissant, plus que ceux qui nous dominent, et on veut sauver le monde des ténèbres. Allons, mourir serait tellement plus simple pour eux. Beaucoup moins douloureux. Cissy n’avait jamais compris les sang-pur qui défendaient la cause moldus, allant même jusqu’à penser que surement ils étaient envoutés. Mais non, cette tendance devenait de plus en plus à la mode, et elle préférerait mourir que d’en faire partir. Mais heureusement que la longue lignée Black n’était pas touché par cette stupidité, excepté Sirius, mais il n’était un lointain souvenir à présent. Un souvenir qui ne tardera pas à comprendre son erreur si il tombait sous les griffes de Bellatrix.

    Tandis qu’elle marchait dans le couloir, elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour vérifier que la blonde de l’est la suivait toujours. Oui, elle était toujours là, heureusement. Leur conversation avait fait comprendre à Cissy qu’elle possédait beaucoup de points communs, et qu’elle était la Reine de Dumstrang. Elle en avait la carrure c’était évident. Une démarche royale, une posture gracieuse: elle voulait bien croire ses dires et même lui présenter une personne qui comprendrait cela. Gaël. Son double en quelques sortes. Ce château leur appartenait: elle avait réussi à deux à monter sur un trône, regardant d’un air supérieur ceux qui n’en valaient pas la peine. Chaque pierre, chaque respiration, chaque être: tout cela, était sous leur contrôle. Il fallait dire qu’elle avait trouvé chez la jolie brune, un esprit de manipulation qui égalait facilement le sien, alors quand les jeunes femmes voulaient quelque chose, il n’était pas dur de l’obtenir. Mais pourquoi se salir les mains, pourriez-vous penser ? Jamais ! C’est à cela que sert la cour de fidèles qui les suivaient bien gentiment, exécutant à merveille leurs ordres, comme une parole divine. Elles étaient des reines, des déesses dans un monde d’inculte et de servants. Que demandez de mieux ? Ah oui, la suppression des Gryffondor peut-être.

    Arrivée devant le portrait des Serpentard, Narcissa vu quelques élèves de premières années. Le sourcil arqué par l’interrogation, mais aussi par l’exaspération de ses piaillements inutiles, la reine Cissy se posta devant eux, les bras croisés contre la poitrine, un air dès plus noble sur le visage. Ainsi, elle ressemblait à une maîtresse somptueuse, sur laquelle, trônait une expression dès plus royale. Le sang des Black, c’est ça le secret ! L’insigne de préfète trônait sur sa poitrine, son regard brulait ceux qui se tenaient face à elle, qui la regardaient déconcertés:

    -Que faîtes-vous ici ?

    Sa voix avait fait taire les chuchotements insupportables qui bourdonnaient précédemment. Un d’eux poussa une pauvre fillette devant, pour qu’elle se retrouve ainsi devant la verte et argent. Elle essaya de garder une certaine contenance, peine perdue quand elle entendit le claquement de langue de Cissy, signe qu’elle attendait une réponse:

    -Nous n’arrivons pas à entrer…

    Machinalement, la Reine des Serpentard se pinça l’arrête du nez. Quelle souffrance d’être entourée par de tels fardeaux. Cette école devenait de plus en plus mal fréquenté, elle devrait en parler rapidement à Gaël, histoire de trouver un moyen de faire un « grand nettoyage ». D’un geste rapide, elle poussa l’élève qui se tenait d’elle avec force, la faisant tomber sous l’impact. Un tel détritus ne devrait pas être sur son chemin, tout simplement. La force de caractère ça s’obtient ainsi, on comprenant déjà qu’on ne vaut pas la peine d’exister. Narcissa murmura le mot de passe et devant elle, le portrait s’ouvrit. Son regard se posa sur les premières années, lui intimant avec violence qu’ils avaient peu de temps pour disparaitre de sa vue, ce qu’ils firent rapidement, s’engouffrant avec panique dans la salle commune. Cissy se retourna vers Ivana, sourire aux lèvres, lui indiquant d’un signe de tête de la suivre à l’intérieur, et sans étonnement, Cissy trouva la personne qu’elle cherchait. Sa très chère Gaël, qui profitait apparemment des joies du léchage de botte vu le nombre de personne autour d’elle. Mais Narcissa saisit bien rapidement le regard de son amie, du genre: « Qui me ramènes-tu encore, Cissy ? », même si bien rapidement elle lui adressa un sourire. La grande blonde s’avança vers son amie, et le fauteuil qui se tenait à côté d’elle. Les élèves autour lui adressaient des sourires chaleureux, qu’elle ne prit pas la peine de retourner. Une fois devant le fauteuil occupé par une fille qui avait trouvé intéressant de se plonger dans l’admiration de Narcissa, la jeune femme se stoppa net. Histoire de lui faire comprendre de dégager poliment. Message qu’elle compris bien rapidement vu la vitesse où elle se sortit du fauteuil. Et avec grâce, Cissy se posa sur celui-ci, étirant avec un certain côté félin ses bras.

    De manière systématique, elle posa son regard sur Gaël, puis sur Ivana, avec un sourire calme aux lèvres.

    -Gaël, je te présente Ivana, elle vient de Dumstrang. Ivana, voilà Gaël, ma meilleure amie, et une terrifiante Reine !

    Le rire de Cissy se fit entendre quelques secondes, avant de s’évanouir. Elle n’avait pas besoin d’expliquer à Gaël pourquoi elle était partie si vite et revenue avec tant de retard: la réponse était sous ses yeux. Et à voir les trois jeunes femmes ainsi, on sentait une force s’échappait d’elle. Une force terrifiante par tant de beauté et de caractère. L’air aurait pu vibrer que cela n’aurait rien changé. Les élèves présents à ce moment là assistaient à quelque chose d’historique: la rencontre de trois Reines, d’une beauté céleste mais au caractère digne des pires Démons. Poudlard connaitrait bientôt une terreur sans lendemain, elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Sam 27 Aoû - 22:46

    « Suis-moi, j’ai quelqu’un à te présenter. »

    La phrase avait sonné comme un ordre. On a beau être devant une égale, on agit toujours comme une supérieure ? Ivana lui jeta un regard froid et la suivit. Après leur conversation, elle pouvait considérer Narcissa en tant qu'alliée. Elle avait sûrement des choses intéressantes à lui montrer et son esprit calculateur interdisait à son orgueil de refuser. Question de logique.

    La démarche gracieuse, royale, elle s'avançait. Elle se sentait admirée et elle ne put s'empêcher de sourire. Évidemment.

    Elles arrivèrent bien vite devant la Salle Commune des Serpentards. Un groupe de Première Année - par Merlin, elle ne pouvait les supporter - leur bloquait le passage. Mais pour qui se prenaient-ils ? Ça chuchotait, criait, parlait. Ivana sentait déjà monter sa colère. Et un furieux mal de tête. Foutus mioches.

    - Que faîtes-vous ici ?

    Narcissa, dans toute sa splendeur. Reine plus que préfète, elle imposait sa volonté. Aussitôt, les bruits cessèrent. Ivana se désintéressa de la conversation qui suivit. C'était à la jeune fille d'agir. Elle n'avait pas à se mêler de ça. Elle savait à quel point elle-même aurait détesté qu'on réprimande ses sujets à sa place. Ivana se recula un peu et observa. Les cachots, sombres et glauques, la faisaient se sentir en sécurité. Combien de gens pouvaient-elle traumatiser ici ? Avec cette ambiance, ces jeux d'ombres et lumières... Des centaines. Un endroit parfait où ses sbires pourraient tabasser les récalcitrants en toute tranquillité.

    Lorsqu'elle entendit Narcissa murmurer le mot de place, Ivana la rejoignit. Ses mains fines se crispèrent un instant puis se détendirent. Elle avait un étrange pressentiment. Ce qui allait se passer dans cette salle, cette rencontre, allait marquer son séjour à Poudlard. Elle en était persuadée.

    Narcissa s'installa dans un fauteuil, juste à côté d'une autre fille. Brune, extrêmement belle, elle attira tout de suite l'attention d'Ivana. Froide, glaciale. Une nuée d'élèves l'observait de loin. D'accord. Une Reine, une autre. Cela crevait les yeux.

    - Gaël, je te présente Ivana, elle vient de Dumstrang. Ivana, voilà Gaël, ma meilleure amie, et une terrifiante Reine !

    L'instant se figea. Il s'étira, se fissura, s'étiola, se déchira. C'était quelque chose de spécial, d'étrange, d'insensé. Narcissa et Gaël, assises et lascives. Ivana, debout, impériale et provocante. Leur beauté, leur rang, leur charisme, leur richesse... C'était palpable dans l'air, on le sentait, on le voyait. Les trois se regardaient. Des déesses, des anges, des démons. Des Reines.

    Puis, tout reprit son cours normal. Narcissa éclata de rire. Et Ivana parla :

    - Ravie de faire ta connaissance.

    Jamais sa voix n'avait été chargée autant de mépris et d'ironie.

    Avec Narcissa, elle avait tout de suite sentit un truc. Amies et affection.
    Avec Gaël, elle avait tout de suite sentit un truc. Ennemies et haine.


Dernière édition par Ivana Adzovic G. le Dim 22 Jan - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Mar 6 Sep - 10:56

La rentrée était décidément pleine de surprises, et pas des moindres ! Dire que j’étais contrariée était un euphémisme. Ce n’était pas tant le fait qu’un tas de nouveaux faisaient irruption dans le royaume que moi et Narcissa avions construit peu à peu, prenant le pouvoir sur les autres maisons – bien que les rouge et or résistent encore et toujours -, mais plutôt la façon dont les arrivants des deux autres écoles se sentaient déjà comme chez eux. C’était pour moi un manque total de respect. Notre école. Notre territoire. Notre royaume. Personne n’avait le droit de défier notre autorité, et ceux qui s’y risquaient en payaient le prix… Les gryffondors faisaient souvent partis de cette catégorie de personnes, et en particulier les célèbres maraudeurs…Rien que ce mot là me donnait envie de vomir. Lorsque Cissy, majestueuse, telle une Reine descendant de son carrosse entra dans la salle commune j’eus aussitôt un sourire sincère. Chose qui était rare. Eh dire qu’au début, nous ne nous étions pas vraiment appréciées…mais j’avais vite compris que nous avions de nombreux points communs. Oui, Cissy et moi, c’était à la vie, à la mort. Ma meilleure amie. Ma sœur. Nous régions fières et glaciales, et nous le faisions main dans la main. Mais voilà que mon regard se posa sur celle qui l’accompagnait. La lueur dansante et joviale qui avait habité mes prunelles l’instant d’avant disparut totalement. Une chevelure blonde, longue et ondulée, un regard froid, une posture et une démarche qui ne laissait aucun doute sur son éducation, oui…il y avait en elle quelque chose de royale. Elle savait s’imposer dans une pièce, même si elle n’était pas la sienne. Sa simple présence me défier, me donner envie de l’écraser tel un insecte. Mes yeux auraient pu se transformer en poignards à ce moment-là, car je n’avais qu’un souhait...Qu’elle disparaisse. Tout comme l’avait fait ma bonne humeur. Mais autre chose me fendit le cœur. Quelque chose que je n’avais pas tardé à remarquer. Aux côtés de Narcissa la blonde serbe semblait déjà faire partie de la famille royale. Elles allaient bien ensemble. Se ressemblaient. S’assemblaient à merveilles.

Narcissa vint s’assoir sur le canapé qui se trouvait à ma gauche, s’asseyant avec classe, avec grace. Tandis que l’autre restait debout, provoquante, me défiant de par sa beauté et son mépris plus que flagrant.

« Gaël, je te présente Ivana, elle vient de Dumstrang. Ivana, voilà Gaël, ma meilleure amie, et une terrifiante Reine ! » fit Cissy.

Bien qu’elle le précisa, j’étais certaine que ce n’était pas la peine. La fameuse Ivana devait avoir compris tout de suite qui j’étais, ce que je représentais. Une Reine. Oui, mais une de celle qui ne partage pas sa couronne, et qui évince toutes celles qui se prétendent assez à la hauteur pour me remplacer. Seule Narcissa faisait exception. Avec elle, ce n’était pas pareil. Avec elle, je ne craignais pas la trahison. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à cet instant précis où elle entra avec la serbe. La voyait-elle comme une remplaçante potentielle ? Voulait-elle m’évincer ? Me faire disparaitre ? Des multitudes de questions se posaient et s’entassaient pour finalement devenir un amoncèlement d’hypothèses. Jamais je ne laisserais cette Ivana détruire tout ce que nous avions construit. Jamais. Peu importe ce que ça coûterait…

« Ravie de faire ta connaissance. » finit-elle par prononcer.

Du mépris. Elle aurait pu cracher ses paroles que cela aurait été la même chose. Une claque voilà ce que c’était. Je ne la quittais pas du regard, faisant abstraction du reste. Mais je détournai finalement mes yeux ou regarder le groupe de filles qui m’entouraient. Je claquai des doigts, et après un mouvement du poignet assez expressif, elles quittèrent la pièce en silence, nous laissant toutes les trois. Plus personne ne semblait vouloir se trouver dans la même salle que nous. Et c’était tant mieux. Je me levai avec la grace d’un félin, et m’avançai vers la serbe. Je la regardai de bas en haut, de haut en bas, analysant ses traits, ses vêtements, sa posture. Je relevai finalement les yeux vers les siens.

« Je crains que tu ne sois dépaysée ici. Poudlard est différent de Durmstrang, pas les mêmes élèves, ni les mêmes règles…Pas la même hiérarchie non plus… Mais tu dois probablement être au courant, non ? »

C’était un message codé évidemment. Les règles ici étaient simples. Ne pas défier celles qui tiraient les ficelles. Du moins, dans la maison serpentard c’était ainsi. J’avais insisté sur le mot « hiérarchie », pour lui faire comprendre ce qu’elle devait déjà avoir compris…Espérons que le message soit clair.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Dim 22 Jan - 17:39

    « Je crains que tu ne sois dépaysée ici. Poudlard est différent de Durmstrang, pas les mêmes élèves, ni les mêmes règles…Pas la même hiérarchie non plus… Mais tu dois probablement être au courant, non ? »

    Ivana se redressa et afficha un sourire poli. Ses longs cils noirs faisaient jouer des ombres sur pommettes nobles ; sa chevelure dorée tombait en une cascade de boucles sur ses épaules ; ses lèvres découvraient ses dents immaculées. En un mot comme cent, Ivana était magnifique. Et puis, toute cette aura de luxe autour d'elle... Une Sang-Pur. Elle croisa ses mains. Ses bracelets d'or tintèrent.

    Narcissa et Gaël resplendissaient, elles aussi. Les deux Reines de Serpentard avaient les yeux rivés sur elle. Combien d'élèves auraient souhaité être à sa place, être le centre d'attention des deux plus belles filles de Poudlard ? Ivana savait la rareté de ce genre d'occasion. Il fallait qu'elle en profite. Et qu'elle s'affirme. Par Merlin, Ivana était une Reine au même titre qu'elles, une noble ! On lui avait appris depuis toute petite qu'elle était parfaite et qu'elle valait mieux que tout le monde. Sa beauté et son intelligence n'avaient fait que renforcer son arrogance. Se laisser faire était inadmissible.

    Elle susurra, vipérine :

    - Ne t'inquiète pas pour moi, Gaël. Je sais très bien m'adapter. Mais, il est vrai que comparé à Durmstrang, Poudlard semble bien impur et désordonné. La faute à ses dirigeants, je suppose.

    Nouveau sourire. Le sous-entendu était clair. Les dirigeants de Poudlard étaient le directeur, les professeurs... Et ses Reines, évidemment. Si cette école était aussi pitoyable, n'était-ce pas à cause d'elles ? La débauhe de Poudlard, sa décadence, n'était-ce pas leur faute ?

    Ivana vrilla son regard bleuté dans celui de Gaël. Elle voulait la guerre ? Les sarcasmes, les humiliations ? Bien. La Serbe ne se laisserait pas faire.

    Ivana joua avec une de ses mèches. Elle ajouta :

    - Je pense pouvoir bien m'intégrer. On m'a très bien accueillie... D'ailleurs, un garçon délicieux m'a tout de suite aidé à m'y retrouver, avec ces passages secrets, ces " nouvelles " règles, cette " nouvelle " hiérarchie. Un véritable ange.

    Sa voix ingénue résonnait joyeusement. Dans ses yeux brillaient une vraie lueur d'amusement. Ivana était toujours heureuse, quand elle disputait le pouvoir. Un peu maso, n'est-ce pas ? Elle finit :

    - Rabastan Lestrange. Vous le connaissez ?

    Elle savait qu'il sortait avec Gaël. Elle savait aussi que dire ça ne provoquerait pas d'immenses colères chez Gaël, ni rien. C'était juste un moyen de montrer qu'elle n'était pas la petite nouvelle fraîchement débarquée. Elle avait ses sources, son réseau. Elle avait ses alliés, aussi.

    Et que ferait Gaël si Rabastan en faisait partie ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Dim 29 Avr - 17:25

    Elle était là, redressée sur ses hauts talons comme une statue hautaine et froide, ses bracelets et ses autres bijoux tintant comme des carillons maladroits et désagréables. Elle se voulait impressionante, menaçante peut-être. Elle souhaitait que je craigne pour mon trône, que je me fasse du souci pour mon rang à l’intérieur même de cette école. Quelle rêve ! Et même éveillée elle pouvait faire semblant d’entrevoir la réalisation de ses desseins personnels, quelle profite de cette liberté qu’elle avait de rêver d’une chose si impossible et répugnante qu’elle ne m’était même jamais venue à l’esprit. Que voulait-elle au juste ? Prendre ma place, autant dans mes relations, que dans mon rang au sein de l’école ? Me voler mon amitié privilégiée avec Cissy, peut-être même mon couple, avec Rabastan ; présageait-elle de ruiner ma réputation , de me réduire en poussière comme elle l’avait surement déjà fait pour d’autres ennemies trop encombrantes ? Erreur. Grave erreur. Oh, Ivana pouvait bien user de ses propres méthodes - dont l’efficacité était probablement remarquable - , ou encore manipuler, persuader, ou divulguer des informations compromettantes à mon sujet, mais pour chacune de ses tentatives...je répliquerai. Plus fort encore qu’elle. Et à chaque fois reboulant d’intensité, de force et d’intelligence. Elle aurait pourtant du comprendre en arrivant, qu’il vallait mieux pour tout le monde qu’elle n’empiète pas sur mes plates bandes...

    « Ne t'inquiète pas pour moi, Gaël. Je sais très bien m'adapter. Mais, il est vrai que comparé à Durmstrang, Poudlard semble bien impur et désordonné. La faute à ses dirigeants, je suppose »


    A sa tentative d’intimidation, se soldait alors un lamentable échec. Car à son rang à Dumstrang, ou même à Pouldard, je n’accordais ni crédit, ni importance. C’est pourquoi, je répondis avec le plus grand calme, et le plus sincère sourire. Un sourire qui voulait dire « Parfait. Fait comme tu voudras. Mais dans mon monde, tu ne signifie pas plus qu’un grain de semoule dans un couscous » . Et elle le comprendrait très bien.

    « Oh je ne m’en m’inquiètes pas Ivana. Poudlard va bientôt subir un grand ménage. Soit en sûr. »

    Je lui souriais comme à une amie qu’on veut mettre à l’aise, et rassurer. Mais il n’en était rien. Si quelqu’un voyait la scène, il se poserait sûrement quelques questions, mais ne se douterait pas une seconde de la véritable signification de nos mots. Les sous-entendus étaient utilisés avec le plus grand doigté, et si du reste je n’avais pas été trop occupé à la haïr, j’aurais sûrement admiré l’attitude et la technique d’Ivana, proche de la mienne, bien que différente en certains points.

    - Je pense pouvoir bien m'intégrer. On m'a très bien accueillie... D'ailleurs, un garçon délicieux m'a tout de suite aidé à m'y retrouver, avec ces passages secrets, ces " nouvelles " règles, cette " nouvelle " hiérarchie. Un véritable ange.

    Je relevai quelque peu le menton, un nouveau sourire étirant mes lèvres. Ivana, elle, joua avec une mèche de ses cheveux blonds, et me sourit également. Elle me narguait. Dans mon esprit, l’image d’une certaine blonde décapitée se créa immédiatement, d’où mon large sourire. Mes mains étaient jointes devant moi, et je restai droite, mon talon écrasant le sol en des mouvements circulèrent.

    - Rabastan Lestrange. Vous le connaissez ? demanda-t-elle.

    Elle faisait l’ingénue, celle qui ignorait que Rabastan était mon petit-ami. Quelle idiote ! Elle jouait...mais elle jouait mal. Mon admiration pour elle retomba aussitôt.

    « Evidemment Ivana, moi et Rabastan sommes en couple. Il m’a en effet parlé de toi en des termes élogieux - c’était faux - , et je suis ravie de te voir enfin arriver à Poudlard - doublement faux ! - . Nous manquions de nouvelles têtes - vrai ! - , Durmstrang va devoir se passer de toi on dirait pendant un moment - les chanceux ! - . Je me demande juste...pourquoi avoir accepté cet échange ? Si Poudlard est si peu à la...hauteur de tes espérances, il n’y avait donc aucun intérêt pour toi d’y venir...Si ? »








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Ven 15 Juin - 14:35

    Chacune jugeait l'autre, chacune se détestait. Chacun créait le mépris chez l'autre. Elles se jaugeaient, se cherchaient. Leur haine était palpable, ainsi que le dégoût. Une phrase pouvait soudain animer du respect puis s'évaporer aussitôt. C'était malsain. Se rendaient-elles compte à quel point elles se ressemblaient ? Non, évidemment. Leurs différences, peut-être minimes, les séparaient.

    Rencontre historique. Trois Reines, de beauté, caractère différent. Les élèves savaient-ils que leur avenir se jouait maintenant ? Bien sûr que non. Ils s'imaginaient que c'était une confrontation plutôt anodine. Les innocents. Si Ivana était acceptée, si elle était rejetée. Deux possibilités qui pouvaient mettre le chaos dans cette école. Un champ infini d'associations, de complots, de cruautés s'offraient à elles.

    Ivana eut un sourire. Paisible. Ses cheveux tombaient telle une cascade de boucles dorées sur ses épaules fines, ses grands yeux étaient attentifs. Elle avait cette attitude calme, presque sérieuse. Ne surtout pas montrer son agacement. Gaël parlait, elle avait envie de rire, de se moquer. Tout n'était que jeux de faux-semblants.

    « Evidemment Ivana, moi et Rabastan sommes en couple. Il m’a en effet parlé de toi en des termes élogieux, et je suis ravie de te voir enfin arriver à Poudlard. Nous manquions de nouvelles têtes, Durmstrang va devoir se passer de toi on dirait pendant un moment . Je me demande juste...pourquoi avoir accepté cet échange ? Si Poudlard est si peu à la...hauteur de tes espérances, il n’y avait donc aucun intérêt pour toi d’y venir...Si ? »

    Ivana prit son temps pour répondre. Une lueur de pitié s'alluma dans ses prunelles couleur océan. Elle joua un instant avec ses bracelets, ouvra ses lèvres pulpeuses et commença :

    - En couple ? Quelle surprise ! Je ne savais pas que Rabastan avait des goûts aussi - elle marqua une courte pause - particuliers. Vous devez bien vous entendre, non ? C'est vrai qu'il m'a parlé qu'il sortait avec une fille adorable. Je n'avais pas compris que c'était toi.

    Les nombreuses disputes du couple étaient parvenues aux oreilles d'Ivana. Elle n'était là que depuis peu de temps mais son réseau avait fait des merveilles. Elle savait beaucoup de choses, un peu trop au goût de certains. Rien ne lui échappait. Et Rabastan ne lui avait pas parlé de Gaël. Un mensonge grossier et vulgaire, elle en avait conscience.

    - Un ami m'a conseillé de venir à Poudlard.

    Traduction : Le Seigneur des Ténèbres. Qu'importe Poudlard, sa présence était indispensable.

    - Je me suis dit que je pourrais être utile et ramener un peu d'ordre. Après tout, si ceux de Poudlard n'y arrivent pas, peut-être que ceux de Durmstrang seront plus efficaces ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Mar 19 Juin - 16:16

Tout n'était que faux semblants ; réalité enrobée de miel et d'hypocrisie que toutes deux aimions à conserver ainsi. Il aurait été grossier pour ne pas dire stupide d'attaquer la première, et de quitter l’équilibre, pourtant précaire, d'une telle situation. Nous dansions sur un fil, sans regarder en bas, mais non pas par peur ou par vertige...tout simplement car nous étions certaines de ne pas tomber. Deux Reines ne tombaient pas ; perdre l'équilibre l'espace d'une seconde était une chose, se casser une jambe en heurtant lamentablement le sol en était une autre. Pas d'erreurs commises, et j'étais trop peu désireuse de lui faire se plaisir que mon attitude ne manquait ni d'élégance, ni de courtoisie. Un peu sèche, mais égale à moi-même, j'étais calme et mon ton posé ne laissait transmettre qu'un profond et bien sûr...faux respect. J'avais décidément l'art d'accueillir un ennemi les bras ouverts, tous sourires. Et puis il y avait Narcissa, rien que pour elle je pouvais bien me montrer digne de son amitié...autant lui faire plaisir en faisant le minimum pour être aimable, même si elle savait pertinemment que je la haïrais aussitôt. Et il n'était en rien facile de se maintenir à un état proche de la bonne humeur lorsqu'Ivana, déjà, semblait manifester sa soit disant supériorité...Quelle rêve !...

- En couple ? Quelle surprise ! Je ne savais pas que Rabastan avait des goûts aussi - pause insupportable - particuliers. Vous devez bien vous entendre, non ? C'est vrai qu'il m'a parlé qu'il sortait avec une fille adorable. Je n'avais pas compris que c'était toi.

J'eus un sourire en coin, que j'eus du mal à faire passer pour un sourire normal et non malsain. Mes sourires n'étaient jamais angéliques du reste, mais j'arrivais parfois à les faire passer pour des vrais et non pas pour ceux qui voulaient dire "Je vais te découper en petits morceaux dans un quart de seconde si tu la boucles pas maintenant", ou " Je sais déjà quelle musique écouter pour danser sur ta tombe".

- Je doute qu'il ait employé le mot "adorable", dis-je simplement.

Et avec une certaine indifférence, je m'assis dans mon grand fauteuil, en ne la quittant pas des yeux. Je posai mes deux bras sur les accoudoirs, de chaque côté, et toujours avec froideur, je poursuivis.


- Du reste, si tu souhaites parler des goûts de Rabastan...Je suis sûr qu'il sera enclin à répondre à tes interrogations, si tu n'as rien à faire de mieux.

Je penchai la tête vers la droite, un drôle d'air placardé sur le visage, figé dans un sourire amusé. Elle n'avait que cela comme attaque ? ...C'est amusant..Lorsqu'on parle des autres, on parle souvent de soit...qu'elle m'attaque sur un point tel que Rabastan m'étonnais.

- Mais, je n'ai pas vu de beau serbe à ton bras depuis ton arrivé Ivana, fis-je sur le ton de la conversation. Où es donc ton compagnon ? Parce que...cela m'étonnerait grandement qu'une jeune femme telle que toi, aussi belle et admirée, n'ait point de compagnie digne de ce nom. Il serait triste pour moi de constater ta solitude...Fort heureusement, moi et Narcissa sommes toutes disposées à la combler si toutefois tu n'as aucun lien fort parmi la gente masculine ...?

Je sentais que j'allais être terriblement déçue. Mais cela ne faisait qu'amplifier mon sentiment à l'égard d'Ivana : de la pitié. J'avais pu me renseigner à propos d'elle : une famille noble et des parents exemplaires, beaucoup de relations sangs-purs, Reine de Durmstrang, respectée de tous...et un allé simple pour le repère de Voldemort. De quoi pouvait-elle rêver de mieux, n'est-ce pas ? Il était pourtant amusant de constater que même avec tous les meilleurs enseignements que Durmstrang proposaient, Ivana avait...disons...des difficultés qui fort heureusement étaient venues jusqu'à mes oreilles comme une jolie berceuse. Douce mélodie que j'entendis ; il s'en était fallut de peu lorsque je l'appris, que je me mette à rire et à sourire. Eh bien...eh bien...la ô combien admirée Reine aurait-elle eu du mal à avoir un tiquet pour le Poudlard Express ? On aurait pu penser qu'avec une éducation comme la sienne, son niveau dans sa si célèbre école de Magie soit un peu plus ...élevé. Ah ! L'arrogance ! C'était bien cela le problème avec les jolies petites princesses qui voulaient faire comme Papa en se donnant un air froid et des objectifs trop hauts placés, et qui ne s'étaient jamais battues pour y arriver...Elles étaient trop habituées aux petits-fours servis sur des plateaux d'argents qu'on leur mettaient directement dans la bouche, et habituées également à déléguer...tellement souvent qu'elles ne savaient même pas ce que c'était que de se battre réellement...Trop faible pour avoir la volonté de réussir dans ses études...mais son bras long et ses relations l'avait conduite à gagner une place pour Poudlard. Elle considérait sa présence comme indispensable à cette école...mais ... l'école, elle, se serait bien passée de sa présence si elle n'avait pas corrompu l'administration de Durmstrang. Quel scandale si ça venait à se savoir...quelle honte pour sa famille de constater que leur fille adorée n'avait pas un niveau assez élevé...Oh , oui ! elle était douée en Magie Noire, mais pour être un sorcier complet et digne de son nom ... ne fallait-il pas être capable d'être bon partout ? et dans n'importe quel domaine ?

Evidemment, je n'étais pas non plus un modèle d'élève parfaite : je séchais les cours, manquais de respect à mes professeurs, mais je n'avais jamais triché à un examen...la vérité c'était que j'écoutais malgré mes bavardages le cours, et ma mémoire me permettait, certes, de me tourner les pouces. Mais ma mère très à cheval sur les études m'avait toujours poussé à travailler et à m'instruire durant les vacances, ce qui finalement rattrapait les quelques lacunes que je pouvais avoir accumulé durant quelques mois d'inattention. Bien sûr, je faisais celle qui n'étudiais pas : il n'était pas dans mes habitudes de montrer mes qualités. Je préférais leur faire voir à quel point j'étais pourvue de défauts - selon leur propre conception du défaut, que je ne partageais cependant pas - ... Faire savoir que j'étudiais aurait nui à ma réputation. D'ailleurs, je dormais peu généralement, et lisais beaucoup. Mes nombreuses escapades nocturnes à la Réserve de la Bibliothèque de l'école prouvait ma curiosité maladive. La seule matière dans laquelle mes connaissances étaient limitées : la Magie Noire. Je ne me sentais pas suffisamment prête.

Mais ces pensées me vinrent en une seconde à peine, et je souris lorsque la jeune serbe me dit "Un ami m'a conseillé de venir à Poudlard." . Un ami ...bien sûr. Suis-je bête ! Tout le monde à des amis dont le nom ne se prononce pas et qui de surcroit ont des projets de destructions et de morts pour toutes les espèces jugées impures! Qui donc n'a pas cette sorte d'ami dans son répertoire ! ...je me posais seulement une question...lui avait-il conseillé entre deux tasses de thé ou en lui demandant de lui passer le sel ?
Mon sourire demeura inchangé.


- Il a bien fait, renchéris-je avec bonne humeur.

- Je me suis dit que je pourrais être utile et ramener un peu d'ordre. Après tout, si ceux de Poudlard n'y arrivent pas, peut-être que ceux de Durmstrang seront plus efficaces ? continua-t-elle.

J'appuyai plus confortablement mon dos dans le dossier du fauteuil, les jambes croisées l'une sur l'autre, mes yeux ne cillant pas et la regardant avec une sorte de curiosité amusée et méprisante. Mais ce n'était qu'un regard. Je n'en dis mot.

- Ramener un peu d'ordre...répétai-je en décolant mon dos du dossier, me penchant en avant avec un sourire malin et moqueur. Merci, mais non merci, Poudlard est notre école et par conséquent nous la dirigeons comme nous le souhaitons. Oh, mais tant que j'y pense ! ajoutai-je avec un léger sourire. Picott, notre concierge, va sans doute prendre sa retraite. Son dos n'est plus ce qu'il était et il se fait vieux. J'en toucherais un mot au directeur, je suis sûr que tu es parfaite pour le poste ! Hm...faudra juste penser à enlever tes talons...pour que tu sois à la bonne hauteur...

Oui, car elle n'était rien de plus qu'un insecte destiné à finir écrasé sous mon talon. Rien de plus qu'un cafard ambitieux que je me ferais un plaisir de jeter dans une marmite bouillante. Et dans notre situation actuelle...c'était elle l'étrangère, et moi la Reine..elle venait se présenter à la cour, rien de plus...Ici, c'était chez nous, chez moi, et elle aurait du savoir si son arrogance et son égocentrisme ne l'en empêchait pas, qu'il ne fallait jamais débarquer si abruptement sur des terres ennemies...Elle n'aurait pas du brandir son drapeau trop vite...Sottise exaspérante..!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Mar 19 Juin - 21:23

    « Mais, je n'ai pas vu de beau serbe à ton bras depuis ton arrivé Ivana, fit Gaël. Où es donc ton compagnon ? Parce que...cela m'étonnerait grandement qu'une jeune femme telle que toi, aussi belle et admirée, n'ait point de compagnie digne de ce nom. Il serait triste pour moi de constater ta solitude...Fort heureusement, moi et Narcissa sommes toutes disposées à la combler si toutefois tu n'as aucun lien fort parmi la gente masculine ...? »

    Ivana éclata de rire. Purement et simplement. Le son, perlé, doux, emplit toute la pièce. Elle se calma rapidement, un sourire amusé accroché à ses lèvres pleines. Hm. C'est vrai qu'Ivana était célibataire et elle s'en portait plutôt bien. Peu d'hommes était capable d'être à sa hauteur. Réunir beauté, richesse, pureté et caractère fort n'était pas aussi facile qu'on pouvait le croire. Surtout que la famille Adzovic avait placé la barre très très haut. Qui pouvait être digne d'Ivana ? Qui avait le sang aussi pur que le sien, une fortune aussi immense, un physique aussi parfait ? Tss. Le titre presque royal des Adzovic venait de leur supériorité. Supériorité jusqu'à là inégalée.

    Ivana avait eu quelques petits copains, plus des jouets qu'autre chose. Elle n'était jamais tombée amoureuse - heureusement - et elle entretenait surtout des relations compliquées, passionnées. Une attirance destructrice, de la haine. Azraël en était l'exemple parfait (même s'il ne s'était jamais rien passé entre eux deux, par bonheur). Azraël. L'image du Serpentard flotta une poignée de secondes dans son esprit. Il avait ce sourire narquois, cette flamme dans les prunelles qui le rendaient si... Elle reprit ses esprits, le chassant de sa tête.

    Ivana darda son regard bleuté sur l'agaçante jeune fille.

    La blonde répondit, légère :

    - Je n'ai pas de compagnon, Gaël. Tu es très touchante à t'en préoccuper - mielleuse Ivana - mais, ne t'en fais, je suis pas seule du tout. Mes liens, qu'ils soient forts ou non, avec la gente masculine se portent très bien et je n'ai aucune solitude à combler.

    Le " surtout pas avec toi " était parfaitement sous-entendu. Merlin. Ivana ne se voyait pas papoter avec Gaël, être son amie ou n'importe quoi. Elles ne se connaissaient que depuis moins d'une heure cependant leur relation semblait déjà arrêtée, définitive. Compétition, faux-semblants, manipulation... Deux ennemies et Narcissa, au milieu de tout cela, sans doute la seule personne qui les pousserait à rester calme.

    Elle ajouta, au comble de l'hypocrisie, d'une voix suave :

    - Rabastan avait raison ; tu es vraiment adorable, Gaël.

    Ivana avait l'impression que les faux compliments étaient pires que les insultes. Car, sous couvert de velours, c'était du poison, mortel et détestable, qui entrait dans la chair et gangrenait le corps. Ce n'était que du fiel entre elles, du mensonge à en vomir. Ivana et Gaël étaient deux vipères, magnifiques mais ô combien dangereuses et cruelles. L'une, debout, à la crinière chaude et dorée. L'autre, allongée, à la chevelure aussi sombre que la nuit. Elles formaient un joli contraste, toutes d'ombres et de lumières. Chacune représentait un symbole inébranlable, campée sur leurs positions - qui se ressemblaient beaucoup trop -.

    Alliées, elles seraient invincibles.

    La conversation se poursuivit, indolente.

    « Ramener un peu d'ordre... Merci, mais non merci, Poudlard est notre école et par conséquent nous la dirigeons comme nous le souhaitons. Oh, mais tant que j'y pense ! Picott, notre concierge, va sans doute prendre sa retraite. Son dos n'est plus ce qu'il était et il se fait vieux. J'en toucherais un mot au directeur, je suis sûr que tu es parfaite pour le poste ! Hm...faudra juste penser à enlever tes talons...pour que tu sois à la bonne hauteur... »

    On sortait doucement des sous-entendu pour entrer dans l'attaque ouverte. Ivana faillit rire mais se retint. Ah. Gaël lui faisait vraiment pitié, c'était fou. Méprisable, dédaignable. Les rumeurs qui lui étaient parvenues se vérifiaient. Pourtant, Ivana était de bonne humeur. Gaël pouvait dire ce qu'elle voulait, ce n'était pas ses paroles qui allaient la perturber.

    - Quel humour, Gaël. Quoique, pourquoi pas. Je suis sûre que le concierge a plus de contrôle sur cette école que ses prétendues Reines...

    Elle eut un sourire. Ivana gardait une certaine distance avec ses propos, évitant d'impliquer Narcissa dedans. Après tout, la Black ne lui avait rien fait et elles s'entendaient très bien. Ivana était sûre qu'elles dépasseraient le statut d'alliées pour arriver à celui d'amies. Elles avaient beaucoup de points communs sans pour autant trop se ressembler et donc se voir comme rivales.

    Ivana continua, d'un ton placide :

    - Vous la dirigez comme vous le souhaitez ? Cela ressemble plus à un repaire de Sang de Bourbes qu'autre chose. Après tout, fais comme tu veux, Gaël, dis ce que tu veux. Il n'en reste pas moins que Poudlard est une des écoles les plus ridicules du monde sorcier et nombreux membres de l'élite anglaise préfèrent envoyer leurs gosses à Durmstrang plutôt qu'ici.

    Ivana ne parlait même pas pour blesser. Elle disait ce qu'elle pensait. Faisant partie de la haute société sorcière, elle savait ce qu'il se tramait. Même si Poudlard réunissait beaucoup d'héritiers, il en manquait. Après tout, qui voulait envoyer ses précieux enfants dans cette école ? Avec un directeur fou, où les impurs pullulaient ? Même si la responsabilité n'incombait pas à Gaël, elle pouvait tenter de rattraper les dégâts au lieu de passer son temps à se disputer avec son cher Rabastan.

    - Si Narcissa m'a amené ici, ce n'est pas pour parler chiffons. Elle m'estime capable de vous aider. Ne laisse pas ton arrogance te perdre. Je ne laisserai pas Poudlard sombrer par la faute de tes caprices.

    La réponse de Gaël serait sans doute violente et pas vraiment amicale. Ivana était ici pour le Lord. Elle savait qu'il était de son devoir de remettre Poudlard dans le droit chemin ; c'était une mission implicite qu'il lui avait donné autant pour garder le contrôle sur les futurs sorciers que pour voir de quoi elle était capable.

    Elle n'allait pas gâcher cette chance à cause d'une petite idiote.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


6ème année ϟ Attrapeuse


ϟ Parchemins postés : 421
ϟ Date d'inscription : 15/08/2011
ϟ Age : 27
ϟ Points : 171

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ] Jeu 5 Juil - 21:33

Si toutefois il y avait eu un summum du mépris, celui-ci avait été définitivement replacé... plus haut encore ! Drôle d'échelle sur laquelle nous mesurions notre haine respective et notre hypocrisie... ça montait, descendait, stagnait... C'était à se demander à quoi nous jouions. La réponse était claire : à un jeu fabuleux ! Un de ces jeux qui ne nécessite aucune règle précise à part : de ne respecter aucune règle. Tous les coups sont permis ! Comme si ce n'était pas le jeu que je connaissais le mieux au monde : à bien y réfléchir, c'était le seul auquel je jouais avec autant de plaisir. De plus, il ne fallait rien de moins qu'un adversaire à sa taille, et bon nombre de possibilités d'attaques. De la suite dans les idées : je n'en manquais pas ! Mais voilà, la seule chose qui aurait pu me desservir dans mon petit jeu - qui commençait à peine ce soir - était de sous estimer mon ennemie. Dur d'admettre qu'il y avait pire que soi même dans son propre domaine : la manipulation. Surtout quand son ennemie bénéficie des mêmes atouts : charme, séduction et relations. Oui, si Ivana avait pu corrompre son école pour entrer à Poudlard, et venir en Angleterre, c'était effectivement grâce à ses relations. Je ne voyais pas bien l'intérêt de venir critiquer Poudlard, alors qu'elle s'était donnée tant de mal pour y entrer, mais je ne me permis pas de faire la réflexion, car je savais qu'il y avait une raison valable, au fond, pour qu'elle vienne pourrir mon monde en installant ses grosses miches pleine de cellulite sur MES canapés verts. C'était simple : le Lord. Elle était soit-disant assez proche de lui pour qu'il lui ai demandé de venir à Poudlard pour "améliorer la situation". Morgane! Ce que cette perspective m'énervait ! Envoyée pour rétablir l'ordre à Poudlard.... Mes fesses ! Pourquoi elle était pas restée à Durmstrang, à se peler les miches comme toute les autres russes, serbes ou que sais-je !

Si j'avais été un peu moins fière, j'aurais sans doute admis que Poudlard n'était sans doute pas la meilleure école qui soit , et que lorsqu'il était question de la fréquentation du château ... il était vrai que la population de nés-moldus était bien trop présente. Mais que faire ? Le règlement n'interdisait pas leur présence à Poudlard, alors il n'y avait rien qui puisse arranger la situation. On ne pouvait pas non plus tuer tous les nés-moldus qui passaient la porte de l'école : trop peu discret, et trop de répercutions. L'idée n'était pas de finir à Azkaban à 16 ans! Quitte à rattraper son quota de sangs de bourbes tués et torturés...mieux valait s'y prendre pendant les vacances, ou à la fin de notre scolarité. Ca c'était certain, on s'en donnerait à coeur joie. En attendant, il fallait bien faire avec et si l'on voyait le bon côté : au moins, on avait d'avantage de victimes à se mettre sous la dent dans l'enceinte du château. On avait alors beaucoup plus de distractions... !

A vrai dire, je n'avais rien écouté de ce qu'avait pu me répondre Ivana. Je voulais bien l'avouer, j'avais été distraite par ... mes pensées. Il était évident que sa présence m’insupportais au plus haut point, et que l'idée d'une entente entre nous deux me paraissait si risible, que... je n'avais même pas envie d'y penser. A vomir ! Comment Cissa avait pu avoir cette idée odieuse ! Rien que de l'envisager.. arf ! ... il s'en fallait de peu que mon repas de ce soir remonte! Moi et Narcissa partagions le trône uniquement car nous ne voyions pas une rivale en l'autre, mais car nous nous adorions tout simplement... d'ailleurs c'était simple, Cissa était ma meilleure amie, et je n'avais pas l'intention de la partager avec quiconque.

Aussi, je n'entendis que d'une oreille quand elle me dit n'avoir aucun compagnon digne de ce nom... une femme qui ne savait pas garder un homme, ou être plus qu'une passade était indigne pour moi. Il n'y avait rien de mieux qu'un bon partenaire, ou adversaire...cela dépendait des jours - surtout en ce qui nous concernait, moi et Rabastan - . Mais là n'était pas le sujet. J'enroulai les boucles de mes cheveux d'ébène autour de mon doigt, ne prêtant plus d'attention à Ivana. Ou peu. Elle m'agaçait, me ruinait ma bonne humeur, et en plus...polluait mon air. Je n'avais qu'une envie, c'était que cette discussion se termine pour pouvoir être débarrasser de son incommodante présence. Pas qu'elle puait...m'enfin, presque aussi désagréable qu'une mauvaise odeur, sa prétention et son air hautain avec lequel elle me regardait me donnait tout simplement envie de lui graver les mots "REPARS EN RUSSIE" sur le front. Suffisait de rajouter un joli ruban rose sur le dessus, de la mettre dans un carton et de rajouter son adresse. Je me voyais déjà mettre le colis dans le Poudlard Express en agitant un mouchoir en pleurant - quelle actrice ! - . " Bon retour chez toi" aurais-je dit. Ah, je m'y voyais ! Si seulement... si seulement... mes yeux retournèrent se poser sans l'écouter sur ... elle. Elle ne manquait pas de charme, mais je n'avais jamais aimé les blondes, à l'exception de Narcissa. Je tournai mon regard vers ma meilleure amie. Son air impassible, d'où je pouvais tout de même lire l'exaspération de notre entretien me fit lever les yeux au ciel. Oui, oui, il fallait que je fasse un effort. Pas la peine d'en rajouter ! En soupirant, je reportai mon attention sur la serbe, avec un air ennuyé. Quel moulin à parole! Quand elle eut fini, je fis un sourire froid et lâchai la mèche brune que j'avais dans ma main.

- Sommes bien responsable du mauvais choix de notre directeur ? Tu n'es là que depuis peu de temps, mais saches que ce vieux fou n'a pas les idées claires. Ses prédécesseurs non plus d'ailleurs. Le choix d'avoir intégrer les sangs de bourbes à notre école est clairement une décision prise par de vieux alcooliques séniles et complètement tarés. Devons-nous, cependant, subir de telles accusations, moi et Narcissa, à propos de cette règlementation stupide ? Je ne crois pas. De plus, si tu as une proposition utile à ce sujet, libre à toi de nous en faire part. Laisse donc une note à notre intention, nous te répondrons dès que possible. En attendant, si tu veux vraiment te rendre utile, prouve donc ton efficacité en agissant directement sur le terrain. Nous serions ravies, pour ne pas dire honorées, de te compter parmi nous tous. La maison Gryffondor résiste toujours, avec courage pour ne pas dire naïveté, à nos règles... alors, pourquoi ne pas prouver tes capacités à faire mieux régner l'ordre que nous, avec ces bouffondors ?


Je fis un sourire hypocrite, mais néanmoins sincère dans le sens où je me réjouissais de mon idée. Changement de programme : Cissa voulait que je fasse un effort, très bien, mais rien ne m'empêchait de prendre Ivana à son propre jeu. Sa prétention la perdrait ici... Je me levai, de ma démarche féline habituelle, et m'avançai vers elle.

- Loin de moi l'idée que mes "caprices" t'empêches de faire tes marques en tant que nouvelle élève. Je comprends... tu viens de loin, tu t'es fixé des objectifs - naïfs, certes - mais néanmoins très ambitieux. Et j'admire ça. Il ne faut jamais cessé de croire en ses capacités ! Continue comme ça ! Tu verras, nous sommes une grande famille, nous allons bien nous occuper de toi Ivana. Alors, je vais passer outre le fait que tu viens, chez nous pour ainsi dire, et que tu critiques et insultes notre manière de procéder avec une arrogance qui finira, crois-moi, par te desservir, et vais tout simplement garder à l'esprit que tu es une amie de Narcissa et que je ferais n'importe quoi qui puisse faire plaisir à ma meilleure amie... tu comprends ? Oh, mais je suis sûr que tu comprends tout. N'est-ce pas ? J'imagine que tu es une élève accomplie en plus d'être un élément digne de ton sang. Le type d'élève à ne pas avoir besoin d'étudier pour avoir de bonnes notes, et pour être la meilleure, hm ? fis-je avec un sourire faussement complice et un petit rire - j'aurais pu lui taper sur l'épaule, mais la toucher était une autre épreuve vomitive - . Je te souhaite une nouvelle fois la bienvenue à Poudlard Ivana, je suis sur...que tu finiras par trouver tes repères très vite, n'est-ce pas ? Enfin, si ce n'est pas déjà fait.

Et ce fut un sourire, indéfinissable qui étira mes lèvres en cet instant. Je lui avais parlé comme à une gamine qu'on encourage dans ses projets naïfs. Une gamine rêveuse, qui croyait encore qu'elle pourrait conquérir le monde à elle toute seule, en écrasant les autres : mais voilà, elle était mal tombée. Pire encore : pour m'écraser, il faudrait bien plus que ses talons aiguilles et sa mine de petite princesse parfaite. Elle allait être gâtée... vraiment, gâtée.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: " Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ]

Revenir en haut Aller en bas

" Bienvenue dans la fosse aux serpents..." [ Cissy & Ivana ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-