Revenir en haut Aller en bas


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le bal de Noël [ouvert à tous!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


6ème année ϟ Préfet


ϟ Parchemins postés : 706
ϟ Date d'inscription : 13/08/2011
ϟ Points : 154

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Serpentard
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Le bal de Noël [ouvert à tous!] Dim 19 Fév - 18:06


    L'histoire avec la mère de Leroy.... L'expression de Rabastan changea du tout au tout, les pupilles brillant d'un éclat ravi mais mauvais, le sourire satisfait et gourmand. Cette histoire-là était en fait plutôt le genre à le mettre en appétit, d'excellente humeur et en dispositions parfaites pour poursuivre ses desseins malveillants. Alors elle était au courant ? Tant mieux. Elle n'était pas le destinataire principale du message, mais ça n'était pas un mal qu'elle l'ait compris aussi.

    - Pauvre Madame Leroy... Et dire que son fils n'est même pas retourné en France pour s'assurer de son bon rétablissement..

    Contrairement à ce que laissaient entendre ses paroles et son ton, cependant, il était à des lieues de se soucier de l'état de la mère du Frenchie. Gaël. Gaël et sa façon de le tenter. A ce jeu là elle était reine.
    S'il y avait des appétits qui se perdaient ce n'étaient pas ceux liés à la nourriture. Du diable qu'il en avait envie de ces "réconciliations" ! Mais son orgueil lui interdisait formellement de baisser les armes pour cela, et de ne laisser cours qu'au désir. Bien entendu il aurait pu jouer les perdants le temps de goûter de nouveau à ce corps qui lui montait si facilement à la tête. Pour mieux reprendre les hostilités le lendemain, sans plus aucune frustration. Mais cela n'entrait pas dans les règles tacites de leur jeu. Ou plutôt il soupçonnait que cela les entraînerait vers d'autres terrains sur lesquels il ne souhaitait pas s'aventurer : là où il n'y aurait plus de jeu. Et là où il risquait de la perdre. Sans compter que s'il cédait cette fois, même pour Gaël, il pourrait aussi bien céder d'autres fois pour d'autres filles. Faible un jour, faible pour toujours, c'était son credo. La force véritable selon Rabastan, c'était d'être capable de toujours se plier à ses propres principes, leur faire tous les sacrifices nécessaires, se soumettre entièrement à sa propre volonté. Raison pour laquelle il fallait bien choisir et bien connaître les dits principes.


    - C'est vrai, j'en ai envie Gaël..., commença-t-il comme sur le point de céder, ses lèvres près des siennes. Mais l'instant d'après, il utilisait sa taille pour mettre de la distance sans avoir à reculer pour autant, sa voix était plus ferme mais aussi plus pernicieuse.
    - Mais si tu comptes vraiment gagner par ce biais-là, tu ferais bien de commencer par tripler la mise. Tu sais, je découvre de nombreuses.. tentations en ce moment. J'ai même appris récemment que mon champs de possibilités s'élargissait aux garçons aussi.

    Il eut brièvement un large sourire carnassier, puis une mimique amusée et comme un peu perplexe, comme se demandant d'où avait bien pu sortir une telle nouvelle. Alors qu'il savait parfaitement que c'était elle qui avait lancé ces rumeurs. Bien : si elle voulait augmenter les rangs de sa propre concurrence, lui n'y voyait aucun inconvénient. Le tout était plutôt de savoir si elle prendrait aussi mal des flirts avec la gente masculine qu'avec la féminine. Mais elle n'aurait qu'à s'en mordre les doigts : c'était elle qui avait lancé l'idée. Rabastan ne faisait que retourner son arme vers elle.

    -Alors ma belle, je crois que tu vas devoir placer la barre plus haut. Augmente ta puissance de tir, si tu veux briser l'ennemi de front, parce que cette guéguerre comme tu dis, n'a fait qu'augmenter ses défenses.

    Il la provoquait avec d'autant plus de délice qu'elle lui inspirait toujours la même attraction, la même tentation d'envoyer leur jeu au diable, pour pouvoir de nouveau s'enivrer de ses charmes.
    Cet échange épicé fut interrompu par une proposition qui trancha avec leur conversation par sa naïveté : un concours de bonhommes de neige. Le Serpentard ne réagit qu'en ne levant passagèrement les yeux au ciel. Cela produit plus d'effet sur Gaël, à ce qu'il semblait, car la jolie brune exprima le besoin de boire autre chose que du jus de citrouille. Mais ce qu'il entendit ensuite lui tira une mine surprise : la panse ? Des rimes ? Il n'y avait pas que Gaël, tout autour d'eux les élèves paraissaient victimes des mêmes symptômes. Un sortilège stupide. Remarquant l'air sombre de sa compagne, Rabastan suivit son regard pour tomber sur James Potter, l'air satisfait de lui-même comme de coutume. Le rouge et or avait rarement aussi bien mérité le surnom de Bouffondor. Il ne perdait rien pour attendre. Un jour ils seraient tous hors de Poudlard : et alors les véritables armes pourraient enfin rentrer en jeu. Potter se croyait invincible, mais Lestrange lui connaissait déjà plus d'une faille : entre sa bande d'amis, parmi lesquels le pauvre petit Pettigrow, et la petite rousse, Evans, pour laquelle il semblait avoir un faible... Amuses-toi bien ce soir Potter, songeait Lestrange. Bientôt l'impossible Gryffondor goûterait à la crainte, l'anxiété, la douleur et la paranoïa. Oh comme il serait bon d'assister à tout cela... Ou mieux encore : d'en être l'instigateur.

    Remarquant l'exaspération de Gaël, Rabastan lui glissa à l'oreille un

    -Laisse-le s'amuser pour rien. Tu danseras sur sa tombe demain., choisissant ses rimes puisqu'il en aurait fait de toutes manières. Lestrange dans toute son arrogance assurée.

    Plus loin Ivana faisait son entrée au bras d'un autre élève de Durmstrang. Aucun doute n'était possible quant à l'hypocrisie avec laquelle elle sourit à Gaël. La guerre des reines. C'était vraiment dommage qu'elles ne se supportent pas, ne collaborent pas. Mais il n'allait pas porter de jugement là-dessus ni interférer. Ce n'était pas ses affaires, à lui. Il ne s'en mêlerait d'aucune façon, et il y avait mieux à faire. Il répondit au salut nettement plus chaleureux qui lui était adressé par un signe de tête et un sourire franc mais retenu. Il aimait bien la Serbe, mais dans ces circonstances, et particulièrement après ce qu'ils venaient de se dire, un millimètres de sourire en trop pouvait être pris pour une trahison, alors... Rabastan s'était refusé cette arme-là dans le jeu qui l'opposait à sa sorcière, parce que selon ses fameux principes, la loyauté valait plus que la victoire. Particulièrement quand il ne s'agissait que de jeux. Et puis ce n'était pas comme s'il se refusait de côtoyer Adzovic pour autant : après tout, c'était même lui qui l'avait mise en contact avec Hell. Seulement Lestrange refusait de servir d'arme dans le conflit qui opposaient les deux Serpentardes. Dans un sens ou dans l'autre d'ailleurs.

    Une autre entrée se fit remarquée presque à la suite mais nettement moins élégante. Celle d'un Serdaigle qui fit une glissade spectaculaire jusqu'à la piste de danse. Le Serpentard expira profondément, regretta une fois de plus d'être coincé par l'obligation de faire ses études, et puis finit par lâcher :
    "Tu as raison, ce bal est stupide. Je vais..," il chercha brièvement et sans grand enthousiasme une excuse pour les éventuels futurs demandeurs "faire mon devoir de préfet, et vérifier que personne ne profite de Poudlard vide et non surveillé." Ou plutôt peut-être, profiter, lui, du fait que le château fût effectivement vide et non surveillé. Il se doutait bien que si elle restait elle en profiterait certainement pour avancer ses propres pions dans leur partie d'échec. Mais Rabastan estimait, probablement à tort, qu'il avait pris assez d'avance pour se permettre d'essuyer quelques mauvais coups. Et encore qu'il eut préféré qu'elle s'exerçât sur une autre cible, il fallait aussi avouer qu'il adorait la voir développer ses tactiques, augmenter sa capacité de nuisances, améliorer ses armes toujours plus dangereuses
    Je reviendrai plus tard, si tu tiens à rester ici.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


6ème année ϟ Beauxbâtons


ϟ Parchemins postés : 240
ϟ Date d'inscription : 08/10/2011
ϟ Points : 33

Feuille de personnage
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Maison/Profession: Beauxbâtons -> Gryffondor
ϟ Relations:
MessageSujet: Re: Le bal de Noël [ouvert à tous!] Dim 4 Mar - 13:55

    Visiblement, la robe choisi par l'oncle de la jeune femme semblait être au goût d'Adonis. Tant mieux. Après avoir remercier son cavalier pour le - magnifique, il faut le reconnaitre - bracelet, la jeune femme se laissa entraîner à travers les étages pour se retrouver bien vite devant la piste de danse, transformer en patinoire géante pour l'occasion. Le 'couple' après avoir équipés leurs chaussures de lame de patin firent quelques pas sur la glace, prenant assez vite leur marque mais ce fut sans compter sur la présence de Gaël Dunkan... Cette dernière percuta Kaylee et la rattrapa tout en s'excusant d'une voix mielleuse, dégoulinante d'ironie. Elle ne s'attarda pas bien longtemps auprès d'eux et la française l'observa s'éloigner tout en prononçant deux trois petites piques pas bien méchante, une moue boudeuse se dessinant lentement sur son visage alors qu'Adonis riait face à la réaction enfantine de sa cavalière.

      « Elle est jalouse de ta sexytude de ce soir ma Kay ! »

    Un sourire se dessina sur les lèvres de la lionne à l'entente de ses paroles. Elle adressa un clin d’œil à son cavalier, comme pour confirmer ses dires puis elle se rapprocha de lui. Ils sont ici pour danser, n'est ce pas ? Qu'est-ce qu'ils attendent alors ! Une seconde plus tard ils étaient prêts à valser. Leurs mains droites jointes, la main gauche d'Adonis sur son dos et sa propre main gauche sur l'épaule du jeune homme... Mais la valse sur glace, ce n'est pas vraiment ce qu'ils y a de mieux. A moins d'être des patineurs professionnels ce qui n'est pas leurs cas ! Ils abandonnèrent donc assez vite l'idée de la valse, se contentant de danser au rythme de la musique, tourbillonnant entre les autres occupants de la piste. La danse prit fin assez rapidement et alors que Kaylee s'apprêtait à enchaîner sur une autre, le professeur Dumbledore prit la parole afin de leur proposer un petit jeu. Créer un bonhomme de neige parfait... Alors que tous le monde se précipitait vers la neige, la française posa son regard sur son cavalier qui souriait, visiblement enchanté par la proposition du directeur de Poulard.

      « On va se chercher une coupe et on s'expose nos idées ? J'ai une de ces soifs ! »
      « Allons-y ! »

    Avec un nouveau sourire, elle le suivit sur la piste, ne pouvant s'empêcher de sourire à l'entente de la nouvelle chanson. Bien que la demoiselle ait une préférence pour les chansons et groupes moldus dire qu'elle n'apprécie pas les Bizarr' Sisters se serait mentir ! Tout en débarrassant ses chaussures des lames d'un coup de baguette, elle se mit à chantonner, bougeant la tête au rythme de la musique. Adonis prit ensuite la parole, elle se tût donc afin de l'écouter parler, marchant en direction du buffet

      « Me vient une idée de génie. On ne fait pas un bonhomme, mais deux. Un masculin, un féminin. Il agit un peu comme un épouvantard. On a apprit à le faire l'année dernière, vaguement en tous cas, mais je crois me souvenir des formules. Il patineront sur la piste, et à chaque fois qu'ils croiseront un couple qui les regardera un peu trop fixement, il prendra leur apparence, façon grotesque. Par exemple, tu vois le couple là bas ? »

    Il pointa du doigt le fameux couple et Kaylee hocha la tête, observant les deux adolescents un petit moment tout en acceptant le verre que lui tendait son partenaire. Elle reporta ensuite son attention sur lui lorsqu'il reprit la parole, souriant face à l'idée de génie qu'il avait eu là. Bien qu'ayant choisi les mêmes matière de prédilection à Beauxbâtons, à savoir Runes, Sortilèges et Métamorphose, elle a un an de moins que lui et n'a donc pas encore eu le loisir d'apprendre cette fameuse formule magique permettant de faire agir quelque chose de la même façon qu'un épouvantard. Elle aurait du apprendre ça cette année mais visiblement les élèves de Poudlard ne sont pas aux même niveau... Elle qui pensait apprendre de nouvelles choses aux côtés d'une enseignante telle que McGonagall - qui est tout de même animagi ! - elle se retrouve a faire des 'révisions'... Heureusement que la bibliothèques est gigantesque et qu'elle s'est arrangée avec des connaissances restées à Beauxbâtons pour avoir les notes prisent durant les cours en France. Ce serait dommage de perdre la main, n'est ce pas ?!

      « Et bien dès que le bonhomme les croisera, la fille deviendra aussi grande qu'une lilliputienne, et le garçon sera aussi grand que Gulliver. Tu vois le genre ? »

    La française, ayant portée sa coupe à ses lèvres afin de boire une gorgée se contenta d'hocher la tête en guise de réponse. Elle ferma les yeux un instant, appréciant la brûlure que l'alcool laissait sur son passage puis elle rouvrir les yeux et observa Adonis finir sa coupe d'un trait. Une légère moue se dessina sur son visage à cette vision qui lui rappelait de douloureux souvenirs d'enfance. Bien qu'aimant faire la fête et ne refusant pas un verre d'alcool lorsque l'on le lui propose, la demoiselle à un peu de mal avec les boissons alcoolisé qui lui rappelle son père. Bien décidée à profiter de cette soirée sans être rattrapée par de vieux démons, elle but une nouvelle gorgée et chassa ses pensées de son esprit écoutant son camarade prendre de nouveau la parole alors qu'une légère brume faisait son apparition dans la salle, accompagnée par un chant de noël. Umh, encore un tour de magie de la part du directeur ?

      « Mais enfin … Si tu as des idées poulette, je suis ouvert à toutes sortes de propositions ! »
      « Adonis mon ami, tu es un génie ! Montrons à ces anglais, de quel bois nous sommes fait ! »

    Les sourcils de la Française se froncèrent. Qu'est ce qui se passe ? Ce n'est pas ça qu'elle a voulu dire ! Et ces rimes... Suspicieuse, elle observa son verre mais en tendant l'oreille, elle remarqua assez vite qu'elle n'était pas la seule 'victime'. Tous le monde - ou presque - parlait de cette façon, en faisant des rimes inutiles et en suivant le rythme de la chanson. De nouveau, une moue boudeuse se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Portant sa coupe à ses lèvres et avalant le contenu restant d'une seule traite, pas très contente d'être ainsi piégée. Déjà qu'elle n'est pas très bavarde, si en plus tous ce qu'elle dit est déformé elle ne va plus desserrer les dents de la soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaedelight.tumblr.com/

Le bal de Noël [ouvert à tous!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz :: AUTRES :: Corbeille-